Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logodepeche140

logogaz140




 

A R C H I V E S

17 janvier 2022 1 17 /01 /janvier /2022 13:59

 

 

Après s'être retiré de la politique en raison de problèmes de santé, Michel Teychenné coule une retraite heureuse dans sa propriété de Pailhès où il a tout le loisir de restaurer ses nombreuses calèches.
Et de lire La Dépêche du Midi.


 

 

Depuis sa colline, Ségolène toise le visiteur qui se serait égaré. "Elle est née l'année où la vraie s'est présentée", sourit Michel Teychenné en regardant l'un de ses chevaux préférés.  Certes, il a quitté le PS.  Mais 30 ans d'engagement au nom du parti de la rose, cela ne s'oublie pas comme ça.  Retiré des affaires politiques, l'ancien élu de l'opposition au conseil municipal coule des jours paisibles dans son immense propriété située à Pailhès.   Il faut dire que ses deux passions sont quelque peu envahissantes : l'équitation, et sa collection de 40 calèches. "Ça a commencé lorsque ma grand-mère m'a donné le carretou qu'elle utilisait afin d'aller de Joucla à Pamiers pour porter la gamelle de mon grand-père qui travaillait à l'usine. J'avais 14 ans."  Et le jeune cavalier s'est pris au jeu.

" On y est dans le mur! "

Cinquante ans plus tard, Michel Teychenné est le propriétaire de 40 calèches, breaks de chasse, voitures pour dames ou gouvernantes, fiacres et autres cabriolets du XIXe siècle.  Il y a en a qui servaient à se rendre sur les plantations, d'autres qui se transformaient en tribunes royales.  Parisiens, toulousains, américains ou allemands, ces engins passaient tous entre les mains de Michel Teychenné et de ses restaurateurs privilégiés pour retrouver une seconde vie.  Mais il détient aussi une charrette anglaise du charron local Trezier ou la calèche du banquier de Lavelanet.  "En Ariège on trouvait peu, car c'était l'apanage des riches," glisse-t-il en ouvrant un de ses hangars.  Le paradis du harnais avec un voyage dans le temps à la clé. "On voulait ouvrir pour les Journées du patrimoine, mais vu le contexte sanitaire...  Peut-être cette année? "  Gageons-le. Car Michel Teychenné a bien conscience qu'il fait partie des profils à risques.  Satanée santé. La même qui l'a éloigné de la politique après une carrière bien remplie.  

Avec une famille à cheval entre Saint-Jean-du-Falga et Foix, le petit Michel a débuté ses études au lycée agricole de Pamiers. Cap sur le tourisme. 1986 : il rencontre le ministre Jospin.  Assistant puis conseiller à son cabinet, il quitte les lieux comme son mentor en 1991. L'Ariégeois  traverse l'Atlantique pour diriger la communication de l'Agence universitaire francophone au Canada.  C'est là-bas qu'il rencontre Antoine, l'amour de sa vie.  Puis retour ensemble en France.

Au sein de ce qui deviendra l'Institut supérieur du tourisme, de l'hôtellerie et de l'alimentation (ISTHIA) de la faculté Jean-Jaurès, à Toulouse, il collabore avec la rectrice Nicole Belloubet.  Avec son complice Vincent Peillon, pour qui il rédigera un rapport sur l'homophobie, il fonde le "Nouveau Parti Socialiste".  Est-ce que celui qui fut aussi premier secrétaire du PS en Ariège avait déjà en tête de faire défection?  Pas sûr.  Alors qu'il est élu député européen en 2008, Michel Teychenné fait son entrée au conseil municipal de Pamiers.  Face à son "ami" André Trigano, il fera bien sûr figure d'opposant.  "Il a réalisé beaucoup de bonnes choses pour la Ville, mais il aurait dû s'arrêter en 2014,  C'était le mandat de trop", estime celui qui a préféré quitter le PS il y a une dizaine d'années.  Trop de "désaccords" avec l'appareil local. L'alliance Fauré-Teychenné n'aura jamais lieu. "Et sur le plan national, on voit où la politique libérale de Valls et Hollande nous a menés!  On y est dans le mur!"

Capable de s'exprimer sur le moindre dossier "polémique" en cours à la Mairie de Pamiers, on en vient à se demander si tout cela ne lui manque pas un peu quand même?  Il laisse le soin à Antoine de répondre " Non, pas dans la conjoncture actuelle..."

 


La Dépêche du Midi - Géraldine Jammet
 

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2022 4 13 /01 /janvier /2022 09:48

Communiqué
RÉPONSE À LOUIS CLAEYS


Suite à l'article de Louis Claeys de dimanche dernier, "Pamiers dans le rétro : deux gauches irréconciliables en 2014", je souhaite corriger quelques erreurs "historiques" factuelles.

1. Toutes les composantes de la gauche ne se sont pas rangées derrière le Maire des Pujols comme l'écrit Louis Claeys : EELV, le PC, le Parti de gauche futur LFI et des socialistes appaméens soutenaient officiellement la liste Teychenné / Pamiers au Coeur-Le Renouveau.

2. Ramener ces deux listes de gauche à un problème de personnes est pour le moins léger. D'abord, le parachutage du député-maire des Pujols à Pamiers avait choqué beaucoup de monde à Pamiers. Tout comme ses positions très sociales-libérales, puis son soutien au projet de Communauté d'agglomérations d'Ax-Les-Thermes à Saverdun, qui n'était pas un "projet qui ne venait pas de nulle part" comme l'écrit M. Claeys, mais qui était porté à l'époque par le PS 09 et le Conseil Départemental dans le cadre de la loi NOTRe. Ce projet technocratique, hors de toute logique de territoires et de bassins de vie, et d'ailleurs abandonné depuis même entre Foix et la Haute-Ariège, n'était pas acceptable car il aurait dissout Pamiers et la Basse-Ariège dans une mégastructure regroupant plus de 150 communes. C'est donc sur une base politique, plus à gauche, plus écologiste, pour une Communauté de communes à taille humaine qu'a été créée notre liste et notre programme, et non sur un soi-disant problème de personnes.

3. Enfin, il est surprenant que Monsieur Claeys, très bon historien, oublie de rappeler que le soir du premier tour, j'avais proposé à M. Fauré la fusion de nos listes et de nos programmes pour le second tour, en offrant à M. Fauré notre soutien pour être maire et président de la Communauté de Communes. Cela dès l'annonce des résultats, et publiquement. La réponse n'avait pas tardé, M. Fauré annonçant son refus de toute discussion avec notre liste et le maintien de sa liste au second tour. André Trigano était donc sûr d'être élu ! Tout cela a été décrit par les journalistes à l'époque... Pour fusionner deux listes, il n'est pas nécessaire d'avoir envie de passer ses vacances ensemble, mais simplement de tenir compte du résultat du vote citoyen et de le respecter – notamment le refus massif par les Appaméens de la Communauté d'Ax à Saverdun. Mais il est vrai aussi que la liste "Pamiers ensemble" de M. Fauré n'avait pas imaginé que notre liste passerait la barre des 10 % et la talonnerait de quatre petits points. La déconvenue a été rude pour eux.

De là à saborder les chances de toute la gauche, alors qu'ensemble nous étions majoritaires, comme le note Louis Claeys, il y avait un pas que n'aurait pas dû être franchi par "Pamiers ensemble". Cela aurait pu éviter six ans de plus de Triganisme... mais on ne refait pas l'histoire.

Pour terminer, parler de "gauches irréconciliables", c'est reprendre le concept fumeux inventé par le gyrovague Manuel Valls. Ce concept creux est démenti par toute l'histoire de la Gauche, qui a toujours gagné quand elle a su se rassembler sur un projet commun. De Jean Jaurès au Front populaire, en 1981, en 1997, en 2012. Il n'y a jamais eu des gauches irréconciliables, l'Histoire le démontre, et avec des clivages autrement plus profonds à l'époque qu'aujourd'hui.

Michel Teychenné
Ancien député européen, tête de liste Pamiers au coeur / Le Renouveau, en 2014

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2022 4 13 /01 /janvier /2022 09:24

 

 

Suite à l’article "Pamiers dans le rétro : deux gauches irréconciliables en 2014", publié dimanche dans le cadre d’une chronique qui ne se veut absolument pas polémiste, Michel Teychenné a tenu à préciser quelques éléments.

En effet, pour l’ancien opposant municipal, qui fut aussi député européen, il est important de rappeler que sa liste baptisée "Pamiers au Cœur-Le Renouveau" avait reçu le soutien d’EELV, du Parti communiste, du Parti de gauche (futur LFI) et de quelques socialistes appaméens en 2014. Et cette même liste avait vu le jour pour lutter contre l’idée d’une intercommunalité allant d’Ax-les-Termes à Saverdun qui "aurait dissous Pamiers et la basse Ariège dans une mégastructure regroupant plus de 150 communes". "C’est donc sur une base politique, plus à gauche, plus écologiste, pour une communauté de communes à taille humaine, qu’ont été créés notre liste et notre programme, et non sur un prétendu problème de personnes", indique Michel Teychenné qui insiste sur le fait qu’il avait proposé une "fusion" à Alain Fauré en perspective du second tour. Et comme nous l’avons écrit, ces deux hommes de gauche n’étaient manifestement pas parvenus à s’entendre.

La Dépêche du Midi

 

Partager cet article
Repost0
4 mai 2021 2 04 /05 /mai /2021 11:38

NAPOLÉON ET SA LÉGENDE DORÉE

Napoléon et sa légende dorée : et si on mettait les pieds dans le plat...

Et si on mettait les pieds dans le plat...

Napoléon était un génie militaire, mais aussi, on l'oublie trop souvent, un génie de la communication du bulletin de la Grande Armée, qu'il écrivait souvent lui-même, à Sainte-Hélène où il a joué au martyr et voulu réécrire l'histoire napoléonienne avec Las Cazes. Dans sa redingote grise avec son bicorne porté à l'envers, il a toujours veillé à construire sa propre légende. Quant à son bilan, en 1815, il a laissé la France plus petite, saignée à blanc dans sa population mâle, totalement ruinée, isolée sur le plan européen, avec le rétablissement de la monarchie en héritage. Avec un tel bilan, on a un droit d'inventaire. 

Despote, Napoléon a supprimé la presse, passée de 80 journaux à 4. Il a assassiné la République, remplacée par le Consulat puis l'Empire, créé une nouvelle aristocratie, puisé dans les caisses de l'Etat pour arroser les tenants du régime, pillé l'Europe et ses oeuvres d'art, donné des constitutions aux peuples conquis sans jamais les appliquer, et peuplé les trônes d'Europe de ses frères et soeurs tous plus incompétents les uns que les autres. Reste la gloire militaire, elle est réelle, mais Napoléon n'a jamais recherché la paix. Il a cherché à créer un empire, ce qui a multiplié les coalitions contre la France et créé l'épopée de l'Aigle et tout son romantisme, pour masquer une triste réalité : sa volonté à vouloir dominer l'Europe par la force. En réalité, un million de morts jonchent le parcours de Napoléon. 

La légende napoléonienne, c'est aussi le Code civil dit Code Napoléon. En fait, le Code civil était déjà presque entièrement rédigé à l'arrivée de Bonaparte au pouvoir, mais les turbulences révolutionnaires n'avaient pas permis de valider le texte rédigé par Cambacérès. Les préfets, nouveau nom tout droit sorti de l'Empire romain, en réalité des commissaires de la République créés cinq ans avant sa prise de pouvoir. La Banque de France, vaste rigolade : celle de Napoléon était privée et aux mains des financiers du régime. La reprise en main de l'Université et la soi-disant création des lycées, encore une référence à l'Antiquité, anciennement appelés Écoles centrales, puis après 1815, Écoles royales. Les « lycées » existaient déjà, mais ils illustrent la mainmise de l'Etat napoléonien sur l'éducation de la bourgeoisie et sa militarisation, uniformes compris. Napoléon à réorganisé la France en en faisant une immense caserne.

Reste le Concordat, qui achève l'alliance du "sabre et du goupillon" et redonne à l'Église catholique une place centrale de contrôle des moeurs et des populations. Et pour finir, la société sous Napoléon est contrôlée par une multitude de polices, mouches et mouchards comme jamais la France n'en avait connu. Napoléon est un peu comme sa communication, deux célèbres tableaux en sont l'illustration. Napoléon au pont d'Arcole, en tête des troupes drapeau au vent... mais cinq minutes après, le général tombe du pont dans les marais et manque de se noyer. Le pont sera pris par d'autres le lendemain. Comme la traversée des Alpes sur son cheval blanc... En réalité Napoléon a franchi les cols sur un mauvais mulet tenu à la main par un guide local ! De l'histoire à la légende...

Napoléon, c'est avant tout l'inventeur du « story telling» en politique. Une légende militaire incontestable, mais aussi un despote mégalomane, et l'échec d'une politique qui a coûté 50 ans de retard à la France dans son développement économique en pleine révolution industrielle. Son triste bilan est incontestable, mais la légende perdure, avec son romantisme ... et ses amnésies. Tout le monde se souvient du tableau d'Antoine-Jean Gros « Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa », mais sait-on que quelques jours avant Bonaparte, il avait fait exécuter 3000 prisonniers mamelouks à la baïonnette pour économiser la poudre, afin de terroriser les populations locales. Entre la mise en scène de ses bons sentiments et la réalité du moment, il y a un gouffre, d'autant que rien de cette scène avec les pestiférés n'est vraiment documenté historiquement. Propagande quand tu nous tiens !

Je terminerai par un mot sur les débats actuels : faut-il commémorer Napoléon Bonaparte? Oui bien sûr, commémorer c'est se souvenir ensemble, une occasion de regarder ensemble notre histoire sans anachronisme, mais aussi sans le folklore du roman national. Une occasion de faire le point sur les dernières recherches historiques et de donner le goût de l'histoire aux jeunes générations. Se souvenir ensemble des gloires militaires, mais aussi des désastres occasionnés par ce régime. Commémorer n'est pas célébrer, car célébrer empêche l'analyse critique et fait tomber obligatoirement du côté de la légende dorée et non de l'Histoire.

Deux débats animent aujourd'hui le landernau médiatique : le rétablissement de l'esclavage, et l'attitude de Napoléon envers les femmes reléguées au rôle de mineures dans le Code civil. Sur ce dernier point, il ne faut pas faire d'anachronisme : Napoléon est le fruit de son époque, il est aussi pour le moins marqué par ses origines méditerranéennes. Les Révolutionnaires étaient tout aussi machistes et la Révolution, faite aussi grâce aux femmes, ne leur accordera aucun nouveau droit significatif. Marie Gouze, dite Olympe de Gouges, compare le statut des esclaves et la condition des femmes pour lesquelles elle rédige la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. Son engagement et ses écrits pour les deux causes en feront une victime de l'échafaud le 3 novembre 1793. En cela, Napoléon était malheureusement de son temps, comme la Convention et comme le Code civil.

Transition facile pour mon dernier point : le rétablissement de l'esclavage par Napoléon en 1802. Depuis 1794 en Guadeloupe, à Saint-Domingue (Haïti) et dans toutes les colonies françaises, les esclaves devenus citoyens avaient goûté à la liberté, ils avaient participé au mouvement révolutionnaire, s'étaient engagés dans les troupes de la Révolution. Certains devinrent même généraux de la République, comme Toussaint Louverture ou Pétion. Jean-Baptiste Belley sera élu député à la Convention avec son collègue Mills, mulâtre comme on disait à l'époque. Ils furent les premiers députés noirs de l'histoire de France !

Le rétablissement de l'esclavage en 1802 est bien sur une faute morale grave, qui démontre une fois de plus le peu d'intérêt du tyran pour les avancées de la Révolution. 

Napoléon n'était pas un fils des Lumières mais un admirateur de l'Empire romain. Ce rétablissement n'est pas passé inaperçu. L'abbé Grégoire et l'Académie des Sciences Morales s'y sont fortement opposés. La réponse de Napoléon fut de fermer purement et simplement l'Académie. Le rétablissement est aussi une faute géopolitique qui se terminera par la première défaite militaire des troupes de Napoléon, battues à Saint-Domingue par la révolte des esclaves, ce qui obligera Napoléon à brader la Louisiane aux USA (soit la totalité de la vallée du Mississippi à l'époque) que la perte de Saint-Domingue ne permettait plus de défendre. Il valait mieux la vendre que de la perdre à cause des Espagnols, des Anglais...ou des Américains! 

En conclusion, n'oublions jamais que, le 5 octobre 1785 avant de mater dans le sang l'insurrection royaliste du 13 vendémiaire, Napoléon se donna un quart d'heure pour savoir s'il appliquerait les ordres du gouvernement ou s'il rejoindrait l'insurrection. Au bout d'un quart d'heure de réflexion, il considéra que pour sa carrière et son avenir, et seulement pour cela, il devait mater la révolte. Bonaparte l'a écrit lui-même à son frère quelques jours après. 300 morts jonchèrent le pavé parisien, l'avenir de la République n'avait pas compté un instant dans son choix. Il est devenu le Général Vendémiaire, nouvelle coqueluche du Tout-Paris. L'Aigle avait pris son envol pour la plus grande gloire et le plus grand malheur de la France.

Michel Teychenné

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2020 4 24 /09 /septembre /2020 12:59

L'INTÉGRALITÉ DE MA RÉACTION


Dans le rapport de la Chambre régionale des comptes, je retrouve tous les constats et toutes les préconisations que je formulais en vain depuis des années dans l'intérêt de la Ville et des Appaméens :

- Un pacte fiscal et financier avec la Communauté de communes pour compenser les un million trois cent mille euros annuels payé par les Appaméens à la place de la Communauté. Pacte jamais mis en place, bien qu'obligatoire depuis la loi Nôtre. Une perte sèche pour Pamiers.

- Une fiscalité municipale trop élevée pour compenser les carences de la Communauté de communes. Fiscalité supérieure de 30 pour cent aux autres communes de la Communauté alors que le potentiel fiscal des Appaméens est un des plus bas du département, ce qui pénalise lourdement l'attractivité de Pamiers, et bien sûr les Appaméens.

- Plus de 60 salariés en trop par rapport aux villes équivalentes de même population, payés sur le budget de Pamiers mais qui devraient l'être par la Communauté de communes, puisqu’étant affectés à des missions d'intérêt communautaire (agents de la Médiathèque, Conservatoire, piscine, équipements sportifs ou culturel etc.).

- Un endettement trop élevé en 2018 pour faire face aux sept millions d'euros de nouveaux emprunts de 2019 et 2020, et surtout aux 15 millions d'emprunts du Contrat de Ville qui vont déséquilibrer les comptes de la Ville pour longtemps sans un pacte financier avec la Communauté de Communes.

- Une gestion clientéliste et peu professionnelle du personnel, couplée à une gestion « baroque » des finances par des agents non formés ou recrutés par copinage sans respect des procédures, ce que j'ai régulièrement dénoncé , tous ces points sont largement mis en avant par la Chambre régionale des Comptes dans son rapport comme un des plus graves problèmes de la gestion Trigano.

- Enfin, on peut s'interroger sur la gestion de la « taxe touristique de séjour » prélevée chez certains et pas chez d'autres "à la tête du client", alors que l'Office du Tourisme de Pamiers, dont le président était alors aussi conseiller municipal, disposait des listings à jour des établissements soumis à cette taxe. On peut s'interroger sur ces cadeaux fait par copinage ou par incurie ?

Si ce rapport est sévère pour la gestion des finances et des personnels par l'équipe Trigano , la situation financière de Pamiers pourra facilement s'améliorer si la Communauté de communes joue enfin son rôle de mutualisation des charges communes et participe au financement des équipements communautaires qui sont aujourd'hui financés par les seuls Appaméens... Cela aussi, je le répète depuis des années !

La balle est aujourd'hui dans le camp du président de la Communauté de communes, Alain Rochet, élu face à André Trigano grâce au retrait de Daniel Mémain. M. Rochet n'a malheureusement pas de majorité à la Communauté de communes, il est l'otage des « triganistes », qui restent majoritaires et n'ont pas l'intention que les choses changent "pour continuer à traire la vache Appaméenne".

C'est d'ailleurs pour cela que les « triganistes » ont soutenu la candidature d'André Trigano à la présidence de la Communauté, en dépit de toute logique et sans un respect ne serait-ce que minimal de la démocratie. En voulant imposer un Trigano battu dans sa commune comme président de la Communauté, ils ont fait montre d'un mépris total vis-à-vis du choix démocratique des Appaméens. Les messieurs Calléja, Marette et autres maires qui ont soutenu André Trigano ont essayé d'effacer le vote municipal des Appaméennes et Appaméens en faisant élire par la fenêtre un André Trigano que les électeurs avaient sorti par la porte...

C
'est dans ce climat qu'il faudra juger de l'application des recommandations de la Chambre régionale des comptes. Six ans ont déjà été perdus , aujourd'hui la feuille de route est claire, le temps des promesses est terminé, on jugera les résultats sur pièce... À suivre !

Michel Teychenné


+

 

 

S’il y en a un qui peut se satisfaire du rapport de la cour régionale des comptes, c’est bien Michel Teychenné. L’instance corrobore ce que l’opposant à André Trigano dénonçait depuis des années. Notamment sur la communauté de communes, où la cour a clairement mis en évidence que les Appaméens payaient l’addition pour le reste du territoire, faute de pacte fiscal et financier (pourtant obligatoire), d’une fiscalité adaptée et de l’absence de transfert de compétences majeures. Rappelons qu’au contraire, lors de son démarrage, la nouvelle communauté de communes a redonné des compétences aux communes. Ce qui est quand même assez rare !

L’opposant s’est donc félicité hier de retrouver toutes les préconisations qu’il formulait depuis des années pour la ville. "La situation financière de Pamiers pourra facilement s’améliorer si la communauté de communes joue enfin son rôle de mutualisation des charges communes et participe au financement des équipements communautaires qui sont aujourd’hui financés par les seuls Appaméens", estime-t-il.

Pour lui, la balle est désormais dans le camp d’Alain Rochet, élu président de l’interco "grâce au retrait de Daniel Mémain". Mais pour Michel Teychenné, "le président est l’otage des triganistes qui restent majoritaires et n’ont pas l’intention que les choses changent pour continuer à traire la vache appaméenne". C’est d’ailleurs pour ça, selon lui, qu’ils ont soutenu la candidature d’André Trigano, essayant "ainsi d‘effacer le vote des Appaméens en faisant élire par la fenêtre un André Trigano que les électeurs avaient sorti par la porte".

Enfin, l’ancien opposant d’André Trigano note "la gestion clientéliste et peu professionnelle du personnel, couplée à une gestion baroque des finances". Et de terminer en s’interrogeant sur la taxe de séjour prélevée chez certains établissements et pas chez d’autres. "Copinage ou incurie ?", demande-t-il.

A. Rochet : "Aucun commentaire"

Autant dire qu’Alain Rochet a été surpris de découvrir hier matin, dans nos colonnes, quelques éléments du rapport de la chambre régionale des comptes. Tenu à la confidentialité jusqu’à vendredi soir à l’occasion de la réunion du conseil municipal, l’adjoint aux finances, a expliqué hier, qu’il "ne ferait aucun commentaire". Alain Rochet a également ajouté que ce rapport devait cependant être mis en perspective", car la période de contrôle s’arrête à l’année 2018.

 

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2020 6 12 /09 /septembre /2020 10:57

Communiqué de presse

Réponse à l'article « Arrêt sur image »
paru dans La Dépêche du 12 septembre 2020


Gouverner c'est prévoir, dit un adage tout à fait sensé. Quand la Municipalité fait un investissement aussi important que l'aménagement de Milliane et de son parking, c'est pour longtemps. Il doit donc reposer sur une vision d'avenir.

Le parking de Milliane doit répondre aux besoins d'aujourd'hui, mais aussi à ceux de demain.  Il doit pouvoir accueillir les véhicules des futurs habitants du centre-ville liés aux rénovations prévues par le Contrat de ville, et procurer un parking de proximité aux clients des commerces du centre dans le cadre de la revitalisation commerciale. Il doit aussi pouvoir, un jour prochain, devenir un parking d'accueil contribuant à la piétonnisation d'une partie du coeur de ville et à l'accès au transport public, qui permettront de diminuer la présence des voitures en ville. Et bien sûr, il doit pouvoir accueillir le flux des voitures lors des grandes manifestations publiques qui attirent un public venu de bien au-delà de Pamiers.

Juger que le remplissage du parking de Millane est aujourd'hui satisfaisant et suffisant, c'est comme ne regarder que le doigt de celui qui vous montre les Trois Clochers... C'est être un peu myope.

Michel Teychenné

 

 

Partager cet article
Repost0
24 juin 2020 3 24 /06 /juin /2020 16:25

Pamiers

Mme Thiennot nomme ses adjoints
mais ne nous dit pas tout !


La campagne électorale s'achève. Le dernier débat entre les candidats me laisse sur ma faim, avec une Mme Thiennot qui se revendique « divers centre » après avoir fait campagne au premier tour comme « apolitique et citoyenne » avant de fusionner avec la liste des ex-adjoints soutenue par la fédération de l'Ariège des Républicains. Cette dame ressemble à une toupie à force de changer d'étiquette. Comme disait Mitterrand, « le centre c'est toujours ni de gauche, ni de gauche ». Plus grave, Mme Thiennot, se présente à cette élection avec son époux, M. Bordier, en bonne place sur la liste. Pourtant, elle a dissimulé cette information tout le long de la campagne, comme si un couple à la tête de la Mairie de Pamiers pouvait poser un problème. Et cela poserait un problème en effet : outre le manque de transparence de la part des Thiennot-Bordier, la place de M. Bordier serait-elle celle de vice-maire ? De conseiller de l'ombre ? De surveillant des adjoints ? 

Une clarification sur cette candidature familiale de la part de Mme et M. Thiennot-Bordier mérite d'être portée à la connaissance des électeurs, car « quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup ». Pamiers n'est pas Levallois, mais les couples en politique laissent rarement de bons souvenirs. Voilà pourquoi ce débat m'a laissé un goût d'inachevé : un manque de transparence et d'information des électeurs sur un sujet central. 

Fidèle à mon engagement d'information des Appaméennes et Appaméens, je vous demande, Madame Thiennot, de répondre clairement!

Michel Teychenné

 

Partager cet article
Repost0
9 juin 2020 2 09 /06 /juin /2020 13:55

Lettre ouverte de Michel Teychenné
au maire de Pamiers



Mon cher André, 

Comme d'habitude avant les élections, vous annoncez des dizaines de nouveaux emplois sur Gabrielat. Vous faites le coup avant chaque élection. Comme conseiller municipal sortant, je vais vous aider à revenir sur l'histoire récente de vos promesses sans lendemain... 

Ce fut d'abord la grande plateforme logistique de ferroutage, projet qui a coûté 2,5 millions d'euros pour faire un embranchement ferroviaire qui rouille depuis à Gabrielat sans que jamais aucun train n'ait circulé dessus. Un vrai désastre financier que l'on paye encore. Ce fut ensuite votre annonce de l'arrivée des studios de cinéma géants pour faire de Pamiers un Hollywood sur Ariège. Ce projet s'est avéré être un canular, mais que vous avez soutenu « mordicus » pendant plus de six mois, contre toute évidence.

Puis, vous avez annoncé l'arrivée à Pamiers d'une usine de catering pour l'aviation... sur la base d'une lettre qui s'est avérée bidon au bout de quelques mois. Enfin, ce fut ces derniers mois le cinéma multiplex de six salles et 800 sièges à la Bourriette. Ce dossier, comme les précédents, fut un désastre : la fameuse société que vous souteniez n'a jamais exploité aucun cinéma ni encore moins construit de cinémas. Encore un échec pour vous, mais aussi pour Pamiers, ce qui est plus gênant !


Face à toutes ces annonces tonitruantes qui mobilisent la presse, créent des espoirs déçus et finissent en « eau de boudin », je constate mon cher André qu'avoir un peu de mémoire aide à mieux comprendre que votre carnet d'adresses est bien périmé. Malheureusement, face à tous ces échecs, vous n'avez aucune réussite à mettre à votre crédit pendant ce dernier mandat, qui est en fait le mandat de trop. La réalité c'est l'INSEE qui la donne : 20 % de chômage et 21% de taux de pauvreté à Pamiers, avec 64 % de locataires : une ville pauvre classée 117e ville de France, cela avant la crise sanitaire... Voilà bien votre bilan.

Il y a six ans, avant le deuxième tour des municipales, vous aviez fait poser par la Mairie une grande banderole au rond-point de Gabrielat pour annoncer la création du Musée de la métallurgie... Promesse oubliée dès l'élection passée. Cette fois-ci, qu'allez-vous donc inventer encore? Cette fois-ci, plus personne n'est dupe de vos promesses sans lendemain. 

Seul un changement radical d'équipe à la Mairie peut donner un nouveau souffle à Pamiers. C'est pour cela que je soutiens Daniel Mémain, le seul à proposer un projet novateur et dynamique pour Pamiers... Et non pas Mme Thiennot, qui recycle vos anciens adjoints et tous ceux qui n'ont pu trouver une place sur vos listes depuis 25 ans!

Post-scriptum : Et par pitié, ne nous parlez plus de votre Marianne d'or, qui est en fait une Marianne en chocolat distribuée aux amis politiques par une obscure association d'anciens responsables de la droite sénatoriale. Une vaste plaisanterie, un piège à gogo dont vous nous rebattez les oreilles.

Bien à vous avec tout mon franc-parler,


Michel Teychenné
Ancien député européen 
Conseiller municipal et communautaire

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 mai 2020 5 29 /05 /mai /2020 13:31

Municipales à Pamiers

ACCORD THIENNOT-FAURÉ :
LES MASQUES TOMBENT !

Ceux qui avaient cru à une liste Thiennot apolitique et citoyenne n'imaginaient pas que la candidate se précipiterait dès le soir du premier tour pour proposer une alliance avec la liste Fauré soutenue officiellement par les Républicains en Ariège !

Mme Thiennot, votre masque est tombé en moins de temps que la Mairie a mis pour distribuer des masques aux Appaméen-ne-s. De l'apolitisme citoyen, vous êtes passée aujourd'hui à la tête d'une liste de la droite dure qui, en fusionnant, a éliminé les plus modérés et les plus pondérés des deux listes au profit des candidats les plus à droite, et malheureusement aussi des sympathisants de l'extrême droite. Cette porosité assumée avec l'extrême droite est très inquiétante pour l'avenir de Pamiers, pour la diversité de notre ville, pour une certaine idée du vivre ensemble. Elle n'est pas à votre honneur et n'annonce pas des jours sereins.

Jamais sous le mandat d'André Trigano la droite n'avait rompu la digue face à l'extrême droite ou aux zélateurs de Zemmour et compagnie comme vous venez de le faire. J'ai beaucoup critiqué le maire ces dernières années, mais jamais il n'a accepté de servir de marchepied à l'extrême droite à Pamiers. Vous, sur votre liste, vous leur ouvrez grand les portes, et en très bonnes positions en plus.

Mme Thiennot, rien ne vous obligeait à faire ce choix. Entre vos soutiens d'extrême droite ou de droite extrême et une ouverture possible vers la liste Pamiers citoyenne ou les Appaméens, vous pouviez choisir. Bien sûr, il aurait fallu rompre avec certain-e-s candidat-e-s de votre liste dont les positions extrémistes et sectaires ne pouvaient pas permettre une liste commune, mais ce choix aurait été fondateur pour l'avenir. Votre accord avec la liste Fauré, c'est en fait la facilité, c'est « chassez le naturel, il revient au galop », c'est l'alliance de toutes les droites, des affairistes et des opportunistes multicartes. Et c'est surtout, Madame, le cheval de Troie de l'extrême droite à Pamiers. C'est triste, c'est votre responsabilité. Votre affichage d'apolitisme et de liste citoyenne n'était qu'un camouflage de campagne électorale... qui n'aura pas duré plus que le premier tour ! 

Quant aux pauvres socialistes qui avaient déjà mangé leur chapeau pour être sur la liste Fauré soutenue par les Républicains, ils sont aujourd'hui comme l'alouette dans la célèbre recette du pâté d'alouettes. Un cheval de droite dure, d'affairistes et d'extrême droite pour une alouette socialiste, un naufrage éthique et politique, et une humiliation personnelle pour Jean-Christophe Cid qui passe de la troisième place chez Fauré à la quatorzième chez Thiennot !

Cet accord politicien bleu-brun est des plus dangereux pour l'avenir de Pamiers et de la Communauté des communes, pour notre vivre ensemble. Il brise un tabou républicain et éthique : « refuser tout accord avec l'extrême droite, ses défenseurs ou ses sympathisants ». En regardant votre nouvelle liste, il n'est pas difficile pour les Appaméen-ne-s de constater combien ces extrémistes et ces excités sont nombreux et nombreuses sur votre liste pour ce second tour ... Bien sûr, la totalité des candidat-e-s de cette liste ne sont pas des fachos, ni même de droite, mais ils sont minoritaires et en fait isolés. Lors de votre conférence de presse de « mariage », à aucun moment vous n'avez fait référence à un éventuel programme. Seule la distribution des places vous intérresse, sans parler de la Communauté de Communes où les amis de Xavier Fauré soutiennent le maire de Saverdun contre votre candidat Alain Rochet. Joli bordel en perspective!

Les résultats du premier tour ayant été grandement faussés par l'abstention et la peur du coronavirus, c'est un second tour où toutes les cartes sont rebattues qui se tiendra le 28 juin. Le choix sera simple : soit l'immobilisme et la routine avec la liste Trigano, soit le changement, l'action et la solidarité avec la liste de rassemblement de Daniel Mémain.
Dans tous les cas, Madame, il faut battre votre liste avec vos ami-e-s d'extrême droite et de la droite extrême pour les empêcher de tenir le haut du pavé à la Mairie de Pamiers et d'instiller leurs idées nauséabondes au Conseil municipal. La mobilisation des électeurs sera un facteur prépondérant pour vous envoyer dans l'opposition. Nous allons travailler à cela.


 

Michel Teychenné
Ancien député européen
Conseiller municipal

 

 

Partager cet article
Repost0
22 mai 2020 5 22 /05 /mai /2020 18:07

Teychenné répond
au « coup de gueule » de Trigano

 

Dès fin mars, j'étais intervenu auprès du maire de Pamiers pour que la Mairie organise le ramassage des sacs jaunes, des encombrants et des autres déchets sur la voie publique, face aux carences constatées et surtout annoncées par le SMECTOM lui-même pour les semaines alors à venir. Je n'étais pas le seul à le demander : une pétition citoyenne et Daniel Mémain, candidat aux municipales, l'ont fait aussi.

Il aura fallu attendre le 21 mai pour que le maire réagisse enfin et prenne les mesures que je demande depuis deux mois! En grand « comediante », il tente de cacher son inaction par un coup de colère contre le SMECTOM, mais le « tragediante » oublie de dire que le numéro 2 et premier vice-président du SMECTOM est... Gérard Legrand, son premier adjoint. Les Appaméens attendaient des mesures en mars, pas « des colères d'opérette » en mai.

Il aura fallu que le Club du troisième âge annonce distribuer des masques gratuits pour que la Mairie se réveille et décide de faire pareil pour les plus de 70 ans, avec des masques distribués personnellement par les conseillers municipaux qui avaient disparu de la Mairie depuis deux mois, mais bien mis en scène devant la presse, élection oblige. « Comediante... » !

Enfin, 15 jours après la fin du déconfinement, la Mairie n'a toujours pas commencé à distribuer des masques aux personnes fragiles de moins de 70 ans, aux 20 pour cent d'Appaméens qui vivent sous le seuil de pauvreté et qui ne peuvent se payer des masques, et ne parlons pas du reste de la population qui attend encore.

Toujours aussi « tragediante », voici que le maire se plaint aujourd'hui dans la presse de ne pas avoir de budget pour 2020, alors qu'il a refusé en janvier de le faire voter par le conseil municipal pour ne pas avoir à rendre les comptes de 2019, comptes que l'on sait fort mauvais et dégradés ... « Comediante... » !

Bref, le « tragediante » Trigano et sa troupe continuent de jouer les carabiniers dans Les Brigands d'Offenbach :

" Nous sommes les carabiniers
La sécurité des foyers
Mais par un malheureux hasard
Au secours des particuliers
Nous arrivons toujours trop tard "


Toujours trop tard... mais en fanfare et toujours sans aucun contrôle démocratique des décisions. Le maire refuse de réunir la Commission des finances pour faire le point sur la situation. Cette comédie a assez duré, elle n'amuse plus personne !

Michel Teychenné
Ancien député européen et conseiller municipal

 

Partager cet article
Repost0