Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logoparl140



logodepeche140


logonews140

logogaz140





PAMIERS AU COEUR


Pamiers au coeur - Le Renouveau


Rejoignez-nous sur le site de la liste Pamiers au coeur - Le Renouveau (cliquez sur le logo) !

28 juillet 2016 4 28 /07 /juillet /2016 09:59

Pamiers
LA FIESTA 2016 A COÛTÉ 1 MILLION D'EUROS

AVANT :

LA FIESTA 2106 A COÛTÉ 1 MILLION D'EUROS
LA FIESTA 2106 A COÛTÉ 1 MILLION D'EUROS

Pamiers, c'est la vie de château... sans château. Pour participer à la Fiesta, nous avons contourné la cathédrale de briques rouges Saint-Antonin et grimpé jusqu'au plateau du Castella -- le château en occitan --, avec panorama imprenable sur les Pyrénées. Au sommet de la sous-préfecture ariégeoise, il n'y a plus de château, mais il y a un roi, qui vous offre le couvert sitôt débarqués, installe votre camping-car à l'ombre... Un roi ? Hubert Lopez va s'étouffer en lisant cela, car l'organisateur de la Fiesta de Pamiers n'est pas du genre à chômer parmi les soixante bénévoles qui l'épaulent. « C'est une fête entièrement organisée par ces gens-là », insiste-t-il. Il faut le voir aider à installer la scène, poser les barrières, conduire le chariot élévateur, monter un haut-parleur sur son 4 x 4 pour faire le tour de la cité et rassurer les habitants après le drame de Nice.

En vingt et un ans, Pamiers a reçu Buena Vista Social Club, Lavilliers, Pagny, Maé, Noah... « Au début, c'était un événement salsa, créé au retour d'un voyage à Cuba, explique ce chef d'entreprise de 65 ans, dont quarante et un dans les piscines et jardins. Mais avec le temps, on a opté pour un festival grand public. Comme toutes les villes moyennes (NDLR : Pamiers compte 17 000 habitants), on souffre. L'objectif est de donner à l'extérieur une image moderne et dynamique de la commune et de l'Ariège. » « Et c'est notre grand moment festif de l'année », ajoute Jérémy, déguisé en Batman à la buvette du club de rugby.

Après cinq journées de lâcher prise, la 21 e Fiesta s'est achevée hier soir avec Fréro Delavega. Hubert Lopez n'est pas près de l'oublier. Il a été grand-père pour la troisième fois et a accueilli Johnny Hallyday avec 8 000 fans au stade. « On a discuté vingt minutes dans sa loge, alors qu'il avait refusé toutes les personnalités, confie Hubert. Il m'a dit : J'essaye de faire plaisir aux gens qui suent. »

APRÈS :

LA FIESTA 2106 A COÛTÉ 1 MILLION D'EUROS
LA FIESTA 2106 A COÛTÉ 1 MILLION D'EUROS
LA FIESTA 2106 A COÛTÉ 1 MILLION D'EUROS

Le premier bilan des comptes de Fiesta 2016 confirme les craintes. Le déficit, conséquent, pourrait entraîner une refonte complète de la manifestation l'an prochain.

Les premiers résultats comptables pour Fiesta 2016 annoncent une situation déficitaire délicate. André Trigano, le maire, a dressé un état des lieux au cours d'une réunion en présence d'élus de la majorité et de l'opposition : «Il n'y a pas péril en la demeure mais il est vrai que c'est désagréable de voir cela.»

La présentation de ce bilan, fixée généralement à l'automne, a donné quelques indications financières sur la venue de Johnny Hallyday. Comme beaucoup s'y attendaient, le gala du mercredi 13 juillet, programmé au stade Balussou, a pesé lourd dans la balance. «Le concert de Johnny a coûté exactement 655 440 € sur le million d'euros dépensé pour l'organisation de la 21e édition de Fiesta, avance Michel Teychenné (Pamiers au cœur), document à la main, à l'issue de la rencontre d'hier. Et vu que la billetterie n'a rapporté que 337 041 €, on se retrouve avec des chiffres confirmés et amplifiés». Au total, les 6 319 entrées enregistrées ce soir-là, dont 5 476 payantes, ne suffisent pas à combler une partie des dépenses engagées pour cette date. «Suite à l'organisation de Fiesta 2016, le déficit global de Pamiers Événements grimpe à 134 073 €, poursuivent l'élu et sa colistière Bernadette Subra. À cela, l'association doit ajouter dans son déficit réel le prêt de 130 000 € que lui a accordé un entrepreneur andorran. Ces sommes la placent virtuellement en faillite».

Reste qu'aujourd'hui l'opposition s'interroge sur les conditions de ce remboursement. Si les deux élus de «Pamiers au cœur» restent confiants, Alain Fauré, lui, se méfie. Le représentant de «Pamiers ensemble», qui ne se réjouit pas de la conjoncture actuelle, craint de voir arriver sous peu une nouvelle demande de subvention. «Si l'association n'a pas la possibilité de respecter ses engagements, qui payera le prix ? Je ne pense pas que la somme puisse être remboursée par les seuls bénévoles». Sur ce volet, la position de la mairie est claire : «Il n'y aura aucune incidence sur les impôts des Appaméens et pas d'autre subvention accordée, affirme André Trigano. On tire là une leçon, en montrant qu'il faut faire des choses à l'échelle de notre ville.»

Au-delà du simple aspect financier, d'autres questions se posent. En particulier sur l'avenir de Fiesta. «Pamiers au cœur» souhaite la création d'une manifestation gratuite et populaire, «où on ne laisse pas les bénévoles en carafe». Alain Fauré et ses colistiers de «Pamiers ensemble» réfléchissent déjà de leur côté à d'éventuelles solutions, qu'ils présenteront d'ici le mois d'octobre.

Quant au maire de Pamiers, il reste plus mesuré sur la question. «Il est trop tôt pour décider quoi que ce soit. On se rend bien compte qu'avoir trois artistes au cachet si élevé, ce n'est pas renouvelable». «Nous ne faisons pas d'Hubert Lopez un bouc émissaire, rappelle Michel Teychenné. C'est un système municipal que nous dénonçons, un manque de transparence et de contrôle avec un mélange des genres qui a permis une telle catastrophe financière.»

André Trigano attend de son côté le bilan définitif des comptes avant de tirer une quelconque conclusion. «Hubert Lopez a fait son travail. Il est bon animateur et fédérateur. Seulement la gestion n'a pas été suffisamment rigoureuse.»

L'arrivée prochaine de l'automne en dira un petit peu plus sur le sort réservé à ce grand événement estival.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article

commentaires