Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logodepeche140

logogaz140




 

16 juillet 2018 1 16 /07 /juillet /2018 12:36

Cinéma Pamiers
LE NON DE LA CDAC AU MUTIPLEX

Cinéma Pamiers - Le non de la CDAC au multiplex

NOTRE RÉPONSE AU MAIRE DE PAMIERS


Le mauvais film de la Mairie sur le futur Cinéma de Pamiers commence sérieusement à lasser!

Après le projet sur Milliane hautement vanté puis abandonné aussi vite, c'est le projet d'installation au fin fond du Chandelet qui est refusé par la Commission départementale d'aménagement cinématographique, la CDAC!

Malgré les promesses de la Mairie, ce projet sonnait la fin du cinéma de centre-ville. La ficelle était un peu grosse... La création de 800 fauteuils et de 5 salles dans la zone du Chandelet, sur un terrain mal desservi par la voirie et sans sortie directe sur la voie rapide, est un non-sens d'aménagement urbain. Un projet bricolé à la dernière minute, en opposition totale avec le contrat ANRU de revitalisation du centre-ville.

Pamiers a besoin d'un cinéma multisalles moderne et accueillant. Les solutions existent : la Mairie dispose d'un terrain suffisamment grand en centre-ville, celui de l'ancien Lidl. Il est temps de rapatrier le projet de Multiplex sur ce terrain. L'argument consistant à dire que ce terrain doit servir à déménager l'école de la rue Sainte-Claire ne tient pas debout. On ne déménage pas une école de 200 mètres pour favoriser un projet immobilier! Le coût  serait exorbitant. Le projet immobilier doit s'intégrer à l'école et au quartier.

Autre solution possible : si la Mairie veut éviter la fermeture du Rex qui n'est plus aux normes, elle peut racheter ce bâtiment fortement dégradé et, en partenariat avec le porteur du dossier multiplex, développer un nouveau projet de cinéma sur place. Le parking est déjà existant. Une solution simple et pragmatique.

Dans ces deux exemples, l'ANRU peut nous apporter des aides très importantes pour financer le projet. Mais ce qui manque le plus aujourd'hui, c'est une volonté politique et surtout une vision nouvelle pour l'avenir de Pamiers. Une vision qui ne passe plus par ces zones commerciales excentrées et déshumanisées !

Michel Teychenné et Bernadette Subra
Conseilles munipaux Pamiers au Coeur

 

Cinéma Pamiers - Le non de la CDAC au multiplex
Cinéma Pamiers - Le non de la CDAC au multiplex

Retour à la case départ pour le projet de cinéma à Pamiers ! Pour ne pas dire panne technique. En effet, cette semaine, la commission départementale d'aménagement cinématographique (CDAC) de l'Ariège s'est prononcée contre le projet d'implantation d'un multiplex sur la zone du Chandelet à Pamiers. Autant dire que cette nouvelle laisse un goût amer à André Trigano, le maire de Pamiers, dont la vie est empoisonnée depuis des années par cette histoire de cinéma. Il pensait voir le bout du tunnel avec le projet porté par la société CinéZéphyr SAS. Le porteur de projet, un professionnel, ambitionnait de réaliser un multiplex de 800 fauteuils et 5 salles, tout en associant dans l'affaire le cinéma de centre-ville qui poursuivrait ainsi sa vie, en diffusant les films du multiplex : une semaine plus tard à tarif réduit, sur une seule salle. Un avenir pour le vieux Rex, qui est confronté à des problèmes de mises aux normes.

«C'est un cinéma qui a son public, mais qui aujourd'hui fonctionne par dérogation» note André Trigano. L'association de l'actuel exploitant au projet de Ciné Zéphyr constituait donc pour le maire une porte de sortie. Un cinéma majeur en haut, et un autre mineur en ville. Mais voilà, la CDAC a dit non. Et parmi ceux qui se sont abstenus il y aurait le représentant de l'État, qui a semble-t-il trouvé que ce projet, pour intéressant qu'il soit, ne faisait pas la part assez belle à la salle de centre-ville. ANRU oblige, le centre-ville est prioritaire. «Moi je veux bien regarder encore une fois où on peut mettre ce cinéma en centre-ville, mais pas question de le mettre à la place du Lidl, c'est une école qui y est prévue, et je préfère une école à un cinéma ! On va se donner trois mois pour faire une nouvelle étude, mais on ne va pas faire n'importe quoi !» prévient André Trigano.

Un recours national de l'opérateur

L'opérateur de son côté envisage de déposer un recours auprès de la commission nationale, car dit le maire «il pense que l'avenir du cinéma, de façon générale, ne serait pas en centre-ville. C'est quand même malheureux, on a trouvé un candidat sérieux ! J'ai peur qu'il ne se lasse, et laisse tout tomber, et que l'on finisse par arriver à une situation où à un moment donné, il n'y aura plus de cinéma à Pamiers !»

André Trigano est étonné de cette décision de la CDAC : «On n'arrive pas dans ce département à avoir une vision à 10 ans ! Le cinéma de papa, c'est fini ! Aujourd'hui les gens qui vont au cinéma, ils cherchent aussi un autre environnement ! Alors ils vont à Labège ! J'ai bien peur qu'ils continuent à aller à Labège !»

Partager cet article
Repost0

commentaires