Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 novembre 2018 6 17 /11 /novembre /2018 13:35

Pamiers
Conseil municipal du 16 novembre


LE MAIRE MIS EN MINORITE 
PAR DEUX FOIS !



Texte de la motion que j'ai défendue hier au nom de l'opposition et votée à l'unanimité du Conseil municipal moins deux abstentions :


Depuis que les familles de l'EHPAD du Bariol ont reçu un courrier de M. Viguier, directeur du CHIVA,  qualifiant d'insupportable pour les finances du CHIVA la présence d'une infirmière de nuit au Bariol, la population de Pamiers s'est mobilisée : 2024 signatures ont été recueillies dans une pétition portée par le Collectif des familles des résidents.

Il y a au Bariol 130 résidents permanents, dont environ 85 % relèvent de GIR 1 ou 2.

L'annonce de la suppression du poste d' infirmière de nuit à l'EHPAD du Bariol est une aberration au moment où la Ministre de la Santé annonce de son côté la systématisation de la présence d'une infirmière de nuit dans tous les EHPAD comme objectif du gouvernement.

Malheureusement en  France, seulement 22 % des EHPAD publics ont une infirmière  de nuit, de sorte que le retard à rattraper est important. L'EHPAD du Bariol n'est donc pas une anomalie, mais bien dans la norme des objectifs de la ministre.

Quant au projet de mutualisation d'une infirmière de nuit proposé par la direction du CHIVA à partir de janvier prochain, il est tout simplement inacceptable. Cette infirmière serait d'astreinte, elle répondrait aux appels de 5 à 6 EHPAD, soit environ 450 personnes âgées, et sur un rayon de 40 km ! Cette proposition mutualise la pénurie.

Il est temps que le Conseil municipal de Pamiers prenne une position claire sur ce dossier. Nous proposons au Conseil municipal la motion suivante avec mise au vote immédiate :

« Le Conseil municipal de Pamiers apporte son soutien entier aux familles des résidents du Bariol et demande à la direction du CHIVA le maintien du poste d'infirmier-e de nuit à l'EHPAD de Pamiers-le Bariol. Le Conseil municipal refuse le projet de mutualisation du poste d'infirmier-e qui acterait une baisse de la qualité de soins pour nos anciens dépendants et une régression grave de leur surveillance nocturne. »


PLUS :

Conseil municipal du 16 novembre : le Maire mis en minorité par deux fois !
Conseil municipal du 16 novembre : le Maire mis en minorité par deux fois !
Conseil municipal du 16 novembre : le Maire mis en minorité par deux fois !

Les élus appaméens ont décidé de soutenir les familles des résidents de l'ehpad du Bariol pour sauver le poste d'infirmier de nuit sur l'établissement.

Ils n'étaient pas d'accord sur la méthode. Mais sur le fond tous sont unanimes. Il faut conserver le poste d'infirmier de nuit à l'ehpad du Bariol. Les familles des résidents présentes, hier soir, au conseil municipal, ont pu constater l'engagement des élus pour cette cause.

En janvier dernier, le directeur du Chiva a écrit aux familles des 130 résidents pour les informer que le poste allait être supprimé pour des raisons budgétaires. Selon la loi, il n'est pas obligatoire dans les ehpad. Aussitôt, c'est la levée de boucliers. Chez les soignants mais aussi dans les familles. À la suite des recommandations de la ministre de la Santé, la direction du Chiva décide d‘une mutualisation du poste entre plusieurs ehpad. Aujourd'hui ce n'est plus le cas selon Gérard Legrand, qui siège au conseil de surveillance du Chiva. Le Chiva veut créer une unité de soins de longue durée à Saint-Jean-de-Verges. «Une demi-mesure» pour Gérard Legrand. Et selon lui, le directeur aurait promis que le poste serait maintenu tant que ce service n'a pas vu le jour.

Fidèle à sa culture, Michel Teychenné appuyé par l'autre groupe de gauche a proposé de voter une motion. Le maire, lui fidèle à une culture différente, a proposé d'écrire à la ministre de la Santé et d'aller directement la voir.

Au final, la majorité des élus présents (sauf Gérard Legrand et André Trigano) ont voté la motion. Elle demande au directeur le maintien du poste et refuse la mutualisation.

André Trigano, lui, écrira à la ministre pour l'informer de la situation et ira la voir pour plaider la cause des familles. Il a par ailleurs incité l'ensemble des conseillers à écrire à la ministre. «C'est la meilleure méthode. Une motion ne sera pas remarquée. Ils en reçoivent des milliers», a souligné le maire.

Enfin, Gérard Legrand a promis de faire tout ce qu'il pouvait pour que le poste ne soit pas supprimé.


Le retour de Gérard Bauza

La rumeur courait depuis plusieurs mois sur la ville. Son retour a été officialisé hier à la suite d'une question de Michel Teychenné. Gérard Bauza, l'ancien directeur général des services revient. Le 1er mars selon nos informations.

Michel Teychenné a accusé le maire de le faire rentrer à son cabinet et d'y avoir ainsi quatre postes alors que la taille de la ville n'en permet qu'un. «Vous lancez la campagne très tôt. Payez-le sur les fonds de campagne et pas sur ceux de la mairie», lui a-t-il lancé. Le maire a répondu qu'il ne rentrait pas au cabinet. Cabinet qui ne compte d'ailleurs qu'un seul poste. «Monsieur Bauza revient avec une mission bien précise», a-t-il indiqué.


Repères

Le chiffre : 5 000 Euros > De dépassement. Le maire voulait économiser 5 000 euros en réduisant le nombre de spectacles pour éviter un dépassement du budget de la culture. Les élus en ont décidé autrement.

Partager cet article

Repost0

commentaires