Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2020 6 15 /02 /février /2020 13:08

Pamiers

DERNIER CONSEIL MUNICIPAL
ET TROU D'UN MILLION DANS LE BUDGET

 

MON INTERVENTION ET LA RÉPONSE DU MAIRE
LORS DU CONSEIL DU 14 FÉVRIER



Monsieur le maire,

Ce soir je constate que vous vous préoccupez de vos indemnités d'élus. J'aurais aimé que cette préoccupation concerne aussi le personnel de la Mairie. En effet, depuis quelque temps, le personnel de la Mairie est en ébullition parce que depuis cinq ans, j'ai bien dit cinq ans, vous avez oublié de lui payer une prime importante

En décembre 2018, vous avez dû voter un avenant au budget parce que vous aviez oublié 500 000 euros de charges dans la section de fonctionnement. 

Je cite le compte-rendu de La Dépêche : « Après les mauvaises habitudes, nous allons reprendre le bon chemin. Le budget était sincère, mais pas exact. » 

Treize mois après ça recommence, mais de façon beaucoup plus grave puisque cela concerne plus de la moitié des salariés de la Mairie pour qui vous avez tout bonnement oublié de budgétiser. Et vous avez surtout oublié de payer au personnel la prime NBI (Nouvelle Bonification Indiciaire) liée aux Quartiers en Politique de la Ville, applicable depuis septembre 2015 !   En cinq ans, cela fait une somme très importante avec le rattrapage sur ces cinq dernières années. 

Une évaluation simple de cet « oubli » situe le « trou dans le budget 2020 » à plus de 440 000 euros, le point étant à 4,68 euros, et la bonification au minimum de 10 points par mois pour au moins 160 agents pendant cinq ans : 440 000 euros minimum !!!

Un trou de 440 000 euros, on ne peut pas le cacher facilement, alors vous renvoyez le budget et les réunions qui vont avec après les élections !

Cela vous évite d'avouer votre incompétence collective. L'adjointe en charge de la politique de la ville, Mme Pancaldi, est la première responsable, mais pas la seule.

J'ai une pensée pour les personnels partis à la retraite ces dernières années pour qu cela représente une baisse de leur pension de retraite, calculée sur les six derniers mois, prime NBI /QPV incluse. C'est pour eux sûrement difficilement rattrapable.  Et j'ai une pensée aussi pour les agents qui, eux, risquent de changer de tranche d'impôts suite à ce rattrapage. 

À votre place, Monsieur le maire, cela m'empêcherait de dormir...

Ces circonstances sont tout à fait extraordinaires dans la vie d'une commune. Dans ma longue carrière, je n'ai jamais vu une telle situation.

Je demande une réunion d'urgence de la Commission des finances afin d'avoir une évaluation précise des dégâts.

Ce sera aussi l'occasion de connaître le vrai budget de la Villa Major. Des informations précises me démontrent qu'il est passé de 850 000 à 1,5 million d'euros de participation pour la Mairie. Je n'ai aucune raison de ne pas me fier à ces informations. Cela fait six mois que je vous demande par écrit ce budget!

Je vous demande aussi de faire voter le budget 2020 avant les élections. Vous devez prendre vos responsabilités. Vous devez avant les élections rendre des comptes pour votre gestion en 2019. Vous ne pouvez pas essayer de cacher un tel trou  financier de 440 000 euros pour les primes, et de  650 000 euros de plus pour la Villa Major dans un budget 2020 renvoyé après les élections !!!


...


En réponse à mon intervention, le maire a reconnu la véracité de mes chiffres, mais il a aussi affirmé que le budget n'était pas prêt et qu'il ne pouvait pas le faire voter alors que, dans La Dépêche il y a quelques jours, le premier adjoint en charge des finances avait annoncé  l'inverse en affirmant à propos du budget 2020 : « Tout est prêt, il ne reste qu'à appuyer sur le bouton ». 

J'ai donc décidé de quitter cette séance du Conseil municipal pour protester contre ces mensonges et cette mauvaise foi assumée contre toutes les évidences, pour ne pas cautionner ce refus de la majorité de rendre des comptes sur sa gestion des finances.

Le public, très nombreux, a applaudi bruyamment mon départ pour marquer son soutien à ma position.  


Michel Teychenné

Partager cet article

Repost0

commentaires