Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logoparl140



logodepeche140


logonews140

logogaz140





PAMIERS AU COEUR


Pamiers au coeur - Le Renouveau


Rejoignez-nous sur le site de la liste Pamiers au coeur - Le Renouveau (cliquez sur le logo) !

23 février 2009 1 23 /02 /février /2009 19:15
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
MICHEL TEYCHENNÉ
DÉPUTÉ EUROPÉEN, PSE, ÉLU DU GRAND SUD-OUEST
   


Pamiers, le 23  février 2009

DANS LE MANIFESTO, DES ENGAGEMENTS FORTS POUR LES DROITS DES GAYS

Face au risque réel de la montée de l'homophobie en Europe, le Parti socialiste européen (PSE) a une responsabilité majeure. Les 27 partis socialistes d'Europe, rassemblés au sein du PSE, prennent clairement position en faveur des droits des gays et lesbiennes dans leur Manifesto. Alors que l'homophobie et la discrimination sont encore bien trop fréquentes dans de nombreux pays de l'Union, les socialistes, avec leur plateforme pour la campagne européenne, s'engagent avec force, avec conviction.

« C'est non seulement un symbole fort, mais un combat qu'il va falloir mener au Parlement européen et dans les pays membres pour changer les lois et faire évoluer les mentalités », a déclaré Michel Teychenné, eurodéputé socialiste, membre de l'intergroupe parlementaire « Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transsexuels » (LGBT).

« Le PS doit donner l'exemple dans la préparation de ses listes, pour une vraie égalité des chances, pour le respect et la promotion du droit à la différence, précise Michel Teychenné. Dans ce cadre, j'ai souhaité faire le point sur la lutte contre l'homophobie en Europe. »

Le droit à l'égalité de traitement des gays et lesbiennes est encore bien trop souvent bafoué au sein même de l'Europe des 27. Le respect des droits fondamentaux constitue pourtant l'un des fondements de l'identité de l'Union européenne, la distinguant de la grande majorité des Etats du monde.

L'une des formes de discrimination les plus ancrées et les plus développées reste celle à l'encontre des homosexuels. C'est d'ailleurs ce constat qui a poussé la toute nouvelle Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne à rédiger son premier rapport sur « l'homophobie et la discrimination sur la base de l'orientation sexuelle au sein des Etats membres de l'UE », publié en juin 2008. Ce rapport jette une lumière crue sur le retard de certains Etats membres en la matière, et souligne l'urgence de nouvelles mesures.

Les instruments juridiques existent. L'article 13 du traité d'Amsterdam (1999) précise que l'UE « peut prendre les mesures nécessaires en vue de combattre toute discrimination fondée sur le sexe, la race ou l'origine ethnique, la religion ou les convictions, un handicap, l'âge ou l'orientation sexuelle ». Un certain nombre d'initiatives communautaires se sont inscrites dans cette démarche. Un exemple parlant en est la directive 78/2000, qui interdit la discrimination sur la base, entre autres, de l'orientation sexuelle dans l'emploi. En ce moment même, le Parlement européen examine une proposition de directive qui étendrait l'égalité des droits aux services et aux offres de biens (restaurant, hôtel, location d'appartement, etc.).

A l'heure où l'Europe étend son territoire et ses compétences, elle ne doit pas seulement rester vigilante, mais aussi se montrer courageuse. L'angle de l'emploi ou de la libre circulation permet aujourd'hui aux législateurs européens d'édicter des garanties de non‑discrimination. Il faut aller plus loin et, par exemple, instaurer la reconnaissance des partenariats civils entre homosexuels à l'échelle de l'Union.

Le Parlement européen a ces derniers jours jeté un pavé dans la mare en adoptant le rapport d'initiative de M. Giusto Catania, eurodéputé italien. Dans son paragraphe 76, le texte « prie instamment la Commission de présenter des propositions assurant que les Etats membres appliquent le principe de reconnaissance mutuelle pour les couples homosexuels, qu'ils soient mariés ou en partenariat civil ».

Dans le combat pour l'égalité des droits, le Parlement européen a toujours démontré qu'il était à l'avant-garde. Mais il ne faut pas oublier la présence massive des xénophobes et extrémistes, qui pourrait s'élargir dès juillet prochain après les élections européennes.

Les futurs députés européens, qui seront élus le 7 juin, devront être capables de s'investir fortement dans ce combat.

Michel Teychenné
Député européen, PSE, élu du Grand Sud-Ouest


Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Teychenné - dans EUROPE
commenter cet article

commentaires