Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logoparl140



logodepeche140


logonews140

logogaz140





PAMIERS AU COEUR


Pamiers au coeur - Le Renouveau


Rejoignez-nous sur le site de la liste Pamiers au coeur - Le Renouveau (cliquez sur le logo) !

19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 21:00

PUBLIÉ LE 19/01/2012 09:12 | LA DÉPÊCHE DU MIDI

Pamiers. Gravières : c'est toujours non !

manifestation devant la mairie

Juste avant de rejoindre le cortège d'anti-Sarkozy, les militants se sont regroupés dans la cour de la mairie./ Photo DDm, S.L.
Juste avant de rejoindre le cortège d'anti-Sarkozy, les militants se sont regroupés dans la cour de la mairie./ Photo DDm, S.L.
Juste avant de rejoindre le cortège d'anti-Sarkozy, les militants se sont regroupés dans la cour de la mairie./ Photo DDm, S.L.

Le message était plus que clair, mardi matin. En marge de la visite de Nicolas Sarkozy, les élus de l'opposition et les membres du collectif contre le chargement de gravières à Trémège se sont mobilisés dans la cour de la mairie. A l'occasion des vœux au monde rural adressés par le Président de la République, les militants n'ont pas manqué de rappeler qu'en basse-Ariège, «les terres agricoles sont progressivement transformées en gravières. Beaucoup d'agriculteurs ont vendus leurs terres face aux propositions très alléchantes des grands entrepreneurs. Nous sommes venus dénoncer ce processus qui prend de plus en plus d'ampleur et fait extrêmement de mal aux agriculteurs», soutient Jean-Louis Bertand, ancien maire de Saverdun et investi corps et âme dans ce combat pour la préservation de ces terres.

Les Trémégeois de poursuivre: «En plus, nous refusons de subir les nuisances liées au futur chargement des granulats dans notre village, qui vont être entraînées par la construction de l'embranchement ferré.» Thierry Fraysse, à la tête du collectif de riverains, n'est pas dupe: «Certes, les trains circuleront la nuit, mais c'est en journée que les trémis seront déversés dans les wagons, ce qui engendrera énormément de bruit et de poussière.»

Des doléances qu'ils ne sont pas prêts d'abandonner, même si elles ont été formulées, mardi, bien loin des oreilles du Président de la République...


Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article

commentaires