Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logoparl140



logodepeche140


logonews140

logogaz140





PAMIERS AU COEUR


Pamiers au coeur - Le Renouveau


Rejoignez-nous sur le site de la liste Pamiers au coeur - Le Renouveau (cliquez sur le logo) !

12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 14:26

 

mariane

Laïcité : ne plus rien céder !

Lundi 12 Janvier 2015 PÉRICO LÉGASSE dans Marianne 

 Liberté, égalité, fraternité et laïcité. Il faudra ajouter cette quatrième dimension au fronton des valeurs de la République en refusant toute concession à ceux qui, voulant assimiler cette clé du vivre ensemble à un intégrisme, font le jeux des xénophobes et arment le bras du terrorisme islamique. Tel est le pire des amalgames, cessons de nous cacher la face. ZIHNIOGLU KAMIL/SIPA ZIHNIOGLU KAMIL/SIPA Du même auteur Merde, on a oublié d'inviter Poutine ! Quand Cohn-Bendit qualifiait les dirigeants de "Charlie Hebdo" de "cons" et de "masos" La messe est dite. Près de quatre millions d’habitants de ce pays, citoyens ou résidents, sont sortis dans la rue pour condamner l’assassinat de 17 innocents par le terrorisme islamique. Ça, c’est le factuel, le reste est hypothèse. On pourra disserter à l’infini sur les motivations finales des uns et des autres, le mot d’ordre général, repris dans toute la France ce dimanche 11 janvier 2015, restera à tout jamais : « Je suis Charlie ! » C’est-à-dire je suis un journal dont la rédaction a été massacrée au cœur de Paris par deux intégristes musulmans de nationalité française pour avoir publié des dessins se moquant du prophète Mahomet. Chaque fois que la phrase a été prononcée, à savoir des dizaines de millions, y compris par ceux qui n’en pensaient rien, c’est cette réalité-là qui a été énoncée. Cela risque d’énerver Laurent Joffrin, de crisper Edwy Plenel, de révolter Clémentine Autain et de faire grincer un certain nombre de dentitions qui auraient beaucoup donner pour que les faits ne soient pas si têtus, mais c’est comme ça. Aussi, au lieu de nous écharper pour savoir si cette marche nationale, ayant couvert la France de gloire et d’honneur, profite à telle ou telle vision du monde ou bénéficie davantage aux fâcheux angélistes qu’aux grincheux du repli sur soi, il est urgent de décider que cette mobilisation doit être la dernière, la der des ders, comme on disait de la guerre de 14-18 (avec le succès que l’on sait...). Personne ne souhaite en effet, même si le message envoyé au monde fut retentissant, que les conditions ayant provoqué cette tragédie soient de nouveau réunies. Comme le répètent très solennellement Gérard Biard, rédacteur en chef de Charlie Hebdo, et Richard Malka, son avocat : « Nous allons nous battre pour sauver une valeur fondamentale de notre république : la laïcité ». Cette laïcité qui est le ciment du socle sur lequel repose notre cohésion nationale ; cette laïcité qui doit, soit éviter que la République perde des territoires, soit permettre qu’elle les reconquiert. Non, cette laïcité — sans laquelle il n’est plus possible d’envisager la coexistence civique des différentes confessions qui composent la patrimoine cultuel français — n’est pas négociable. « La laïcité ou la mort » aurions nous pu clamer durant cette journée mondialement historique, parce que la laïcité est le véritable terreau de l’identité nationale, la clé du vivre ensemble dans nos différences et nos divergences, la règle de l’altérité acceptée comme une diversité et non comme une division. Elle doit être ajoutée à la trilogie républicaine. C’est précisément de ne pas avoir su affirmer avec fermeté la prééminence légale de la laïcité sur toute autre considération sociale dans ce pays qui a favorisé la lente dégradation de l’autorité morale à l’école et des principes de citoyenneté. A force de concessions et de compromissions, de renoncements en abandons, la classe politique a laissé la loi de Dieu, quel qu’il soit, supplanter la loi de l’Etat. Et à certains représentants de Dieu, le pouvoir de dicter aux enfants leur comportement au sein de l’enceinte scolaire y compris durant les cours. Privés de ces repaires fondamentaux, certains cerveaux crétinisés et bestialisés ont considéré qu’ils pouvaient appliquer la loi de Dieu les armes à la main. La laïcité totale est le meilleur rempart contre l’islamophobie, l’antisémitisme et toute les xénophobies. On ne dira jamais assez la catastrophe que fut le refus de Lionel Jospin de prendre ses responsabilités politiques lors de la première affaire du voile islamique, alors qu’il était ministre de l’Education nationale du gouvernement de Michel Rocard, en octobre 1989. Interpelé par un proviseur de Creil ayant refusé l’accès de son collège à trois élèves musulmanes portant un foulard, Jospin avait, « au nom du respect de la différence culturelle », et en se défaussant sur le Conseil d'Etat, refusé d’appliquer la directive Jean Zay de 1936, parfaitement explicite, en laissant à chaque chef d’établissement le soin de gérer la situation « par le dialogue ». Le cri d’alarme poussé par le philosophe Guy Coq dans la revue Esprit résumait alors les enjeux tout en annonçant les crises à venir : « C’est le maintien même de la tolérance qui périrait si les communautés religieuses entraient en compétition pour s’emparer de l’espace laïc de l’école, pour en briser l’unité, pour y manifester, non pas l’esprit d’accueil pour chaque individu en lui-même, comme simple humain, mais le signe de la clôture de chaque communauté contre les autres ». Il s’agit tout simplement pour la République d’éviter que la main de Dieu ne soit brandie par les bons apôtres de l’identité culturelle. On sait aujourd’hui ce qu’il en coûte d’être tolérant avec l’intolérance : les ennemis de la liberté en viennent à assassiner la liberté pour en avoir disposé à leur guise. Le moment est donc venu de dire stop. La responsabilité de ceux qui définissent l’interdiction d’arborer ostensiblement un signe ou un vêtement religieux dans un lieu public, ou l’obligation pour un élève d’assister à un cours dont le contenu n’est pas conforme à sa croyance religieuse, comme un « intégrisme laïc », sous prétexte qu’il y aurait une discrimination de l’individu par discrimination des consciences, est immense dans la progression du fondamentalisme islamique au sein de la jeunesse de confession ou de culture musulmane. Nos concitoyens musulmans qui sont ici chez eux, et dont la France a besoin pour être la France, ne doivent pas vivre cette laïcité comme un devoir mais comme un droit. De l’homme ! Ceux qui les en dissuadent sont précisément ceux qui refusent d’en faire des Français libres. La République n’est pas une religion, c’est une patrie, et elle est la leur à part entière. Le nier c’est la tuer. Il ne faut donc plus rien céder ni concéder sur la laïcité, jamais, nulle part. A moins que l’on ne préfère prendre le risque de flirter un jour avec la guerre civile, il faudra bien avoir le courage de prendre le taureau par les cornes. Sans quoi, hélas pour nos enfants, il ne suffira plus de dire « Je suis Charlie » pour soigner le mal.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article

commentaires