Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logoparl140



logodepeche140


logonews140

logogaz140





PAMIERS AU COEUR


Pamiers au coeur - Le Renouveau


Rejoignez-nous sur le site de la liste Pamiers au coeur - Le Renouveau (cliquez sur le logo) !

25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 11:13

logolib140

23novlibe

Michel Teychenné les appelle ses « soi-disant camarades ». Certes, comme lui, ils ont la carte. Mais le 20 mai, ces trois adhérents de la fédération ariégeoise du Parti socialiste l’ont laissé sur le pavé, KO, tuméfié, rossé à coups de pieds dans la tête à l’issue d’une réunion de la section de Pamiers du PS. Le tribunal correctionnel de Foix a prononcé son jugement vendredi qui condamne les socialistes frappeurs à trois mois de prison avec sursis et un an de mise à l’épreuve. Le premier d’entre eux fait savoir qu’il fera appel de sa condamnation : « Je ne suis pas le voyou montré du doigt par monsieur Teychenné », nous écrit-il. S’il ne dit rien des coups pour lesquels il a été condamné, il jure en revanche n’avoir « rien à [se] reprocher » sur le fond de l’affaire. L’homme à l’origine de l’embrouille serait Michel Teychenné lui-même, préoccupé par ses seuls « intérêts personnels » et dont les « méthodes » alimenteraient le « climat malsain » de cette fédération. Il est vrai que l’ancien assistant du député de Haute-Garonne, Lionel Jospin, ex-député européen et toujours membre du Conseil national du PS ne se coule pas parfaitement dans le moule du « socialisme clanique » qui se pratiquerait selon lui à Foix.

Cette raclée du 20 mai arrive en conclusion d’années de frictions avec les instances départementales. Ce soir-là, il venait de contester la désignation des candidats, qui l’excluait de sélections régionales. Les opposants à sa candidature auraient selon lui pratiqué le bourrage de section avec toutes sortes de « militants pas très clairs » dans le seul but de le mettre en minorité. Le fait d’avoir insinué que sa qualité d’homosexuel avait pu contribuer à sa mise à la marge a fini d’incendier ladite fédération. Que ceux qui l’ont rossé revendiquent haut et fort leur « attachement aux vraies valeurs de la gauche » n’émeut que très modérément le passé à tabac. Au contraire, il cogne en retour, visant à la tête. Teychenné reproche ainsi aux « responsables de la fédération » de n’avoir jamais pris de « sanctions contre ces individus ».

Il s’est retrouvé seul pour demander l’exclusion de ses agresseurs aux instances nationales du parti, lesquelles ne se sont d’ailleurs toujours pas prononcées. Lionel Jospin, le maire de Paris et celui de Toulouse, des élus régionaux ou européens lui ont au moins manifesté leur soutien. L’Ariège de l’omnipotent président PS du conseil général, Augustin Bonrepaux, s’est faite beaucoup plus discrète.

Les seuls montagnards socialistes à s’être fendus d’un mot aimable pour sa personne sont le député Henri Nayrou et le président du groupe PS au Sénat, Jean-Pierre Bel. La bonne nouvelle pour la fédération est que Teychenné promet de n’être pas candidat aux élections cantonales au printemps,.

Libération Édition nationale - Gilbert Laval - 23 novembre 2010


Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article

commentaires