Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logoparl140



logodepeche140


logonews140

logogaz140





PAMIERS AU COEUR


Pamiers au coeur - Le Renouveau


Rejoignez-nous sur le site de la liste Pamiers au coeur - Le Renouveau (cliquez sur le logo) !

19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 10:16

http://cdn.infos.fr/wp-content/uploads/logo-mediapart.jpg

 

|  Par claude lelièvre

Cela fait plus d'une décennie qu'on en parle... Le ministre Vincent Peillon, dans un communiqué récent, a souligné le caractère inadmissible des insultes, du dénigrement et parfois de la violence physique qui touchent les élèves comme les personnels LGBT.

 

Selon le rapport qui a été remis au ministre de l'Education nationale le 11 juillet dernier par Michel Teychenné, « 35 % des victimes [de discriminations LGBT-phobes] font état de mal-être et de déprime, 32 % de repli sur soi, 21 % de révolte, 9 % d’une aggravation des conduites à risques ». Et, « selon les études épidémiologiques récentes, parmi les adolescents et jeunes adultes, les populations LGBT ont 2 à 7 fois plus de risques d’effectuer une ou plusieurs tentative(s) de suicide au cours de leur vie que les populations hétérosexuelles ».


Le'' rapport Teychenné'' préconise un certain nombre de mesures ( pour une fois précises ) après avoir formulé quelques considérations d'ordre général pour guider la réflexion et la prise de décision ( selon ce qui a été publié par le site ''Toutéduc'' )


 En matière de programmes, le rapport indique que « l'introduction de cette problématique dans l’ensemble des programmes disciplinaires apparaît inadaptée, trop lourde voire contre-productive : il paraît plus opportun de laisser la liberté aux enseignants en fonction des classes, du contexte et des programmes », même si « des directives claires et officielles sont néanmoins nécessaires pour inciter, mais aussi pour cadrer et sécuriser les enseignants ».

 Le rapport souligne aussi « le rôle central du chef d’établissement, décideur en la matière […] : il peut faciliter la prise en compte des problématiques LGBT dans son établissement ou agir comme un facteur de blocage et d’inaction ; sans son engagement personnel, sa motivation, rien n’est possible ».

 Le rapport rappelle enfin avec force que « les employeurs ont une obligation de protection des salarié(e)s dont ils ont la responsabilité. L’Education nationale est le premier employeur de France : elle se doit d’être exemplaire en matière de lutte contre les LGBT-phobies au travail. Dès lors, il est indispensable que les personnes concernées par des actes discriminatoires soient soutenues par l’administration et, le cas échéant, encouragées à porter plainte ».


 Parmi les mesures précises proposées, on peut relever les trois points suivants :

 « Former au moins 3 à 4 personnes-ressources (formateurs de formateurs) par académie » ; « former les étudiants des ESPE aux problématiques LGBT dans le cadre du tronc commun de formation (...), tant sur les plans de la législation et de l’approche sociétale que sur celui de la prévention du suicide et des discriminations LGBT » ; « mettre en place, dans chaque académie, un référent académique en charge des problématiques LGBT, en complétant, par exemple, les missions des référents égalité filles-garçons ».

 « Encourager l'évaluation et la recherche : organiser d’ici deux ans un colloque national sur les thématiques de la prévention du suicide et de lutte contre les discriminations LGBT à l’École ».

 « Créer une ''commission nationale de lutte contre les discriminations LGBT à l’École''. Cette commission regroupera les associations agréées Education nationale concernées, les services centraux de l’Education nationale intervenant dans ces problématiques (DGESCO, CNDP, DEPP, délégation ministérielle chargée de la prévention et de la lutte contre les violences en milieu scolaire, etc.), le Collectif Education nationale contre les LGBT-phobies, des représentants de l’enseignement privé sous contrat, des représentants des parents d’élèves et des représentants des organisations d’élèves ».


 Le Collectif Education contre les LGBT-phobie s'est félicité de retrouver largement dans ce rapport « les préconisations de sa propre plate-forme revendicative » et a souligné que « Vincent Peillon annonce déjà trois axes prioritaires : la formation initiale et continue de tous les personnels, y compris ceux d’encadrement et d’inspection, l’éducation à la sexualité, à la vie affective et à la construction de son identité, la prise en charge, le suivi, l’accompagnement de la souffrance et de la douleur dues aux discriminations ».

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article

commentaires