Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logoparl140



logodepeche140


logonews140

logogaz140





PAMIERS AU COEUR


Pamiers au coeur - Le Renouveau


Rejoignez-nous sur le site de la liste Pamiers au coeur - Le Renouveau (cliquez sur le logo) !

11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 09:35

 

 

dep-Capturer.JPG

 

dep-1Capturer-copie-4.JPG

logodepeche.jpg

Pamiers. Michel Teychenné quitte le PS

Publié le 11/12/2013 à 03:50, Mis à jour le 11/12/2013 à 07:49 | 3

 

municipales 2014

 

 

On ne voit pas ce qui désormais pourrait empêcher Michel Teychenné de partir aux municipales avec sa propre liste./Photo DDM

On ne voit pas ce qui désormais pourrait empêcher Michel Teychenné de partir aux municipales avec sa propre liste./Photo DDM  

 

 

 

La nouvelle va faire l’effet d’une bombe dans le microcosme. Michel Teychenné claque la porte du Parti socialiste 31 ans après y avoir adhéré. Une union pour laquelle il vécut le meilleur, comme proche collaborateur de Lionel Jospin de 88 à 92, voire comme député européen en 2008 mais qui frôlera aussi le pire avec récemment la nomination d’Alain Fauré comme tête de liste du PS aux prochaines municipales. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Interview.


Vous avez contesté le vote de l’investiture PS à Pamiers. Pourquoi ?


Le 10 octobre dernier, j’ai dénoncé la «mascarade» qui a conduit le PS à investir le député-maire des Pujols comme candidat à la mairie de Pamiers dans une fédération où les militants ont voté à 82 % contre le cumul des mandats et où le Conseil fédéral a voté à l’unanimité l’application du non-cumul dès 2014, donc dès ces municipales. Un petit groupe d’apparatchiks du «Château» a fait valider la candidature du député Fauré sans même saisir le Conseil fédéral, et contre le vote des militants du département ! Les votants PS de Pamiers sont passés subitement de 25 à 50 cartes ! L’investiture à Pamiers était jouée d’avance pour Fauré.


Vous avez de l’expérience politique. Ce résultat a été une surprise pour vous ?


J’ai été Premier secrétaire de cette fédération. J’ai essayé de changer les modes de fonctionnement du PS ariégeois de l’intérieur avec des succès, mais aussi avec des échecs. Il y a 10 ans, je n’ai pas souhaité renouveler mon mandat : j’étais en désaccord avec Augustin Bonrepaux, qui venait de renier son engagement public de ne pas cumuler la présidence du Conseil général et la députation.


En 2005, j’ai fait campagne contre le Traité de Lisbonne et pour une Europe sociale. Je sais que ma liberté et mon indépendance, entre autres, dérangent. Certains me l’ont fait payer cher au moment des Régionales et pendant mon mandat de député européen. J’ai vu de près le sectarisme et l’étroitesse d’esprit de quelques grands caciques, auxquels je n’assimile pas la grande majorité des conseillers généraux et des socialistes qui, eux, sont des gens très bien.

Ce «microclimat local» ne m’a pas empêché d’avoir de nombreuses responsabilités nationales au PS, au Parlement européen, ou encore de me voir confier récemment une mission ministérielle à l’Éducation nationale.


Malheureusement, en Ariège rien ne change : 10 ans après, Fauré imite Bonrepaux, le même scénario se répète à Pamiers ! J’ai toujours combattu le cumul des mandats. Tout le monde sait que l’on ne peut pas être «à la fois au four et au moulin», en politique comme dans la vraie vie.


Qu’allez-vous faire ?


Je ne suis pas masochiste, et n’ai pas vocation à finir en martyre de la rénovation du PS ariégeois ! J’en tire donc la seule conséquence logique et respectueuse de mes convictions et des électeurs : je quitte le Parti socialiste. Je ne renouvellerai pas ma carte en 2014 et je démissionne dès aujourd’hui de mes responsabilités départementales et nationales au PS. Rester serait cautionner un système et des pratiques familiales que je combats depuis des années, et qui malheureusement discréditent la fédération de l’Ariège bien au-delà du département.

Ça n’a pas été une décision facile à prendre sur le plan humain, c’est une page de mon engagement qui se tourne, mais c’est une décision honnête. C’est le plus important…


Allez-vous rejoindre une autre formation politique ?


Non, ma famille politique c’est la gauche, mon parti c’est Pamiers. Je reste un socialiste de gauche… mais libre.


Ferez-vous une liste pour les municipales ?


Je vais être très franc avec vous : beaucoup d’Appaméens l’espèrent, ils me le disent. Pamiers a besoin de renouveau, d’un nouvel élan. Si je fais une liste, ce sera pour gagner l’élection, pas pour faire de la figuration ni pour ajouter de la division à la division actuelle. Il y a aujourd’hui trois listes dites de gauche qui sont annoncées. Cette division est suicidaire, même face à l’équipe de droite sortante qui est à bout de souffle. Si rien ne change, la droite repassera par défaut, faute d’alternative crédible à gauche.


Propos recueillis par X.Olmos

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article

commentaires