Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logoparl140



logodepeche140


logonews140

logogaz140





PAMIERS AU COEUR


Pamiers au coeur - Le Renouveau


Rejoignez-nous sur le site de la liste Pamiers au coeur - Le Renouveau (cliquez sur le logo) !

17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 12:39

logodepeche.jpg

Michel Teychenné tend la main à Alain Fauré


Politique - Pamiers (09) - Politique
Publié le 17/11/2014 à 03:47, Mis à jour le 17/11/2014 à 07:50

L'opposition version Michel Teychenné ne se satisfait pas des effets d'annonce réalisés par André Trigano./ Photo archives DDM
L'opposition version Michel Teychenné ne se satisfait pas des effets d'annonce réalisés par André Trigano./ Photo archives DDM 

 

Jouant la carte de l'apaisement, Michel Teychenné souhaite reformer une opposition solide au sein du conseil municipal. Une façon de tourner la page douloureuse des élections municipales.

Les gants de boxe sont au placard ! Extrêmement tendues depuis la dernière campagne des municipales, les relations entre Michel Teychenné et la liste d'Alain Fauré ont connu un nouveau rebondissement. Dans un plaidoyer empreint de sincérité, le principal opposant à André Trigano a souhaité mettre fin aux rancœurs la semaine dernière au cours de son habituel point-presse. Et a, par ce fait, tendu la main aux élus de la liste «Pamiers ensemble». «Il faut que l'opposition travaille ensemble et nous sommes disposés à discuter avec les élus de “Pamiers ensemble” s'ils le souhaitent». Mettant en avant l'intérêt des Appaméens, l'ancien député européen veut, de la sorte, construire une alternative crédible face à une mairie jugée «dépassée».

Un premier magistrat clairement dans le collimateur de Michel Teychenné. Et plus encore depuis la tenue de sa conférence de presse automnale. Soucieuse d'écouter les propositions d'André Trigano, l'ancienne tête de liste de «Pamiers au cœur» y apporte toutefois quelques éléments concrets. À commencer sur les annonces financières, que l'opposition juge peu en adéquation avec la réalité des faits. «Les économies à faire ne sont pas de 700 000 euros comme on nous l'annonce mais bien d'1 million d'euros», poursuit Michel Teychenné. Outre l'épargne nette, clairement dans le rouge, la question des charges provenant du personne suscite de jolis grincements de dents. «Ces charges représentent un total de 62 %. On ne baisse que de 5 % les indemnités des élus et à côté on diminue les subventions aux associations. On se moque de nous.»

Une halle à Pamiers ?

Attentive à l'avancée de tous les dossiers, l'opposition reste dubitative au sujet des «effets d'annonces» proposées sur la rénovation du centre-ville. «Elles ressemblent à un effet marketing, se moque gentiment Michel Teychenné. Pour l'instant, le centre-ville c'est son bilan». Le scepticisme demeure tout autant pour Gabrielat, où les M.Teychenné et B.Subra craignent des erreurs d'aménagement à l'avenir. Consciente d'être bien souvent dans la confrontation, l'opposition veut également rester force de proposition. Et évoque de nouveau la création d'une halle à Pamiers. «On a besoin d'un lieu d'animation qui puisse embellir une ville. Ça fait 20 ans qu'on en parle et il serait temps de le faire». Pour se faire, Michel Teychenné propose quatre lieux précis : place de la République, les Trois Pigeons, la Tricoterie ou Sainte-Ursule. Une idée suivie d'effet ?

 

 

 Texte de la conférence de presse des élus de Pamiers au cœur :

Teychenné et Subra répondent à Trigano

-La droite,  « Pamiers au cœur » et « Pamiers ensemble »

Maintenant que les énervements de la campagne électorale sont passés. Il est temps de faire le bilan de la situation politique à Pamiers avec recul et sérénité. La majorité, comme elle s’appelle, détient tous les pouvoirs à la Mairie et à la Communauté de communes. Pourtant, près de 54 % des Appaméens n’ont pas voté pour cette liste au deuxième tour des élections municipales. Une « majorité minoritaire », cela devrait inciter le maire et son équipe à être plus à l’écoute de la population et des autres élus.

 Je dois vous avouer que je regrette toujours qu’au soir du premier tour nous n’ayons pas pu, comme je le proposais, fusionner les listes de gauche. Nous avions quatre points d’avance ensemble sur la liste de la droite, et cette fusion aurait créé une dynamique, un espoir nouveau pour Pamiers. C’est d’autant plus dommage que je l’avais souhaité pendant toute la campagne. J’avais dit et répété qu’aucune liste de gauche ne pourrait gagner seule. Depuis 1936 depuis le Front Populaire, la règle à gauche est le rassemblement républicain pour battre la droite.

Je regrette qu’Alain Fauré ait refusé cette main tendue, d’autant que ce qui nous séparait n’était pas insurmontable, loin de là.

Pour l’avenir, on ne peut rien construire de sérieux sur la rancœur ou sur la déception. Nous sommes pour cinq ans dans l’opposition, une opposition qui aujourd’hui est morcelée. Pourtant, nous avons un rôle important à jouer pour aiguillonner la majorité, pour faire des propositions, pour contrôler la gestion de la Mairie. C’est pour cela que je demande aujourd’hui aux élus de « Pamiers ensemble » de travailler justement « ensemble » dans le respect de nos particularités. Nous devons travailler conjointement dans l’opposition, nous échanger des informations, participer aux commissions. Et nous ne serons pas trop de six pour faire tout ce travail et être plus efficaces. J’espère cette fois être entendu… En tout cas, l’équipe de Pamiers au cœur y est prête.

 

-La rénovation du centre-ville : un flou pas artistique du tout 

André Trigano est un homme de marketing. Il devrait savoir que multiplier les effets d’annonce sur le centre-ville sans jamais « livrer la marchandise » peut devenir lassant.  Ses projets sur le centre-ville changent d’un mois sur l’autre, et son annonce de développer l’habitat sur les terrains invendus de Gabrielat est dramatique pour la reconquête du centre ville.

 -La création de 200 maisons sur Gabrielat : une hérésie !

Le maire reconnaît enfin, mais après les élections et après le rapport de la Cour des Comptes, que Gabrielat II est un échec et que la zone sera en déficit pour très longtemps. Sa proposition de déclasser 10 hectares de terrain de Gabrielat pour en faire des lotissements est non seulement un constat d’échec, mais une erreur grave d’aménagement urbain. Le maire propose des expédients pour boucher le trou financier de Gabrielat. Ce n’est pas sérieux ! Le SCOT impose des règles strictes de construction : 20 maisons par hectare. Sur 10 hectares, ce sont 200 maisons qu’il faudra construire, et non 50 comme le dit le maire, et en plus au milieu de Gabrielat : du grand n’importe quoi !

-Oui à un théâtre en plein air, mais sur le plateau du Castella

Quant à l’idée du maire de créer un théâtre de verdure de 200 places au pied du Castella, c’est une idée saugrenue qui va coûter cher. Il vaudrait mieux faire des gradins paysagers sur le plateau du Castella où se tiennent tous les concerts en plein air et où on ne peut pas s’asseoir. Le théâtre de verdure de Pamiers, c’est le plateau du Castella, et il serait temps de l’aménager…

-Oui à la création d’une « belle Halle » en centre ville

Nous faisons une autre proposition. Pendant la campagne électorale, toutes les listes ont défendues  le projet que la Mairie construise une halle dans le centre-ville.Ca fait 20 ans qu’on en parle, et 20 ans que ce n’est pas fait... C’est un projet d’investissement pas très onéreux, qui servira à redynamiser le centre-ville, à protéger le marché de plein air, et à créer un lieu d’animation commerciale et culturelle dans le centre. Son implantation poserait certains problèmes place de la République à cause des arbres, mais elle serait plus facile à réaliser sur l’un des trois parkings : aux Trois Pigeons, à la Tricotterie, ou Place Sainte-Ursule.

Il faut inscrire cet investissement au budget 2015, engager la discussion et la concertation avec les commerçants du marché et du centre-ville, la population et les associations pour choisir la meilleure implantation entre ces quatre endroits possibles. Cela serait aussi un premier exemple de démocratie participative à Pamiers.

-Carton rouge sur la baisse des subventions aux associations

Nous dénonçons enfin avec la plus grande fermeté la diminution des subventions aux associations. Toutes les listes aux dernières municipales s’étaient engagées à les maintenir. Les bénévoles qui assurent l’animation sportive et culturelle ne doivent pas être pénalisées par la mauvaise gestion de l’équipe municipale. Quant à la diminution de 5 % des indemnités des élus, le maire se moque du monde ! Cela représente moins de 7 000 € par an, alors que la baisse de 5 % de l’aide aux associations représente 125 000 euros au moins !

C’est du pâté d’alouette : les élus fournissent l’alouette, et les associations payent le cheval.

 Ces deux dernières années, la Mairie a augmenté les élus de 20 %. Notre proposition reste inchangée sur ce plan-là : une baisse de 30 % des indemnités qui, étant donné l’état des finances de la Mairie, serait parfaitement justifiée.

 

-Pamiers : les comptes ne sont pas bons

Aujourd’hui, la Mairie de Pamiers est dans le rouge. Son épargne nette est négative, les charges de fonctionnement battent des records. Nous sommes surendettés. Si la mairie veut pouvoir continuer à investir, elle doit faire des économies de fonctionnement.

La Mairie a choisi d’augmenter les impôts pour boucler le budget 2014, mais cette fuite en avant de la fiscalité locale ne peut pas continuer. Il faut prendre des mesures structurelles pour arrêter l’augmentation des dépenses de fonctionnement et la hausse des impôts.

Notre objectif est de faire 1 million d’euros d’économies sur les dépenses de fonctionnement en 2015.

Nous présenterons nos propositions lors du Conseil municipal du 28 novembre.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article

commentaires