Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logodepeche140

logogaz140




 

18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 09:37

logodepeche.jpg

 

enqueteCapturer.JPG

Partager cet article
Repost0
17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 21:55

 logodepeche.jpg

Pamiers. Premiers débats à fleurets mouchetés

 

Publié le 18/04/2014 à 03:52, Mis à jour le 18/04/2014 à 09:04

Conseil municipal

Les débats ont porté sur l'aspect réglementaire, et aussi sur les finances de la commune./Photo DDM JPHC

Les débats ont porté sur l'aspect réglementaire, et aussi sur les finances de la commune./Photo DDM JPHC 

Délégations, indemnités, règlement intérieur et surtout finances étaient au menu, hier, de cette seconde séance du conseil municipal de la nouvelle mandature.

Le premier round ne comptait pas : c'était celui de l'installation. Hier ce fut vraiment le premier conseil municipal de la mandature, par lequel on est entré dans le vif du sujet. Une majorité sous André Trigano et trois oppositions : à gauche la maison «Fauré» et le clan «Teychenné», à l'extrême droite le camp «Deléglise». À chacun de se placer. L'ambiance était studieuse, réchauffée par un soleil rageur. L'ordre du jour pénible : la désignation des commissions, des représentations des élus en leur sein, les délégations dans les organismes ou syndicats intercommunaux, le règlement intérieur, le compte administratif 2 013 et les orientations budgétaires. On le voit, le plat était plutôt indigeste, et on se demandait comment il allait être servi. André Trigano paraissait un peu las, mais en revanche l'œil était vigilant. Michel Teychenné avait de toute évidence rentré ses griffes, sans renoncer au débat, Alain Fauré, pour sa part disert et respectueux. Quant à Aimé Deléglise, il est resté très silencieux. On avait failli succomber aux obligations réglementaires lorsque la séance s'est animée autour de la question des indemnités des élus, dont Michel Teychenné a dénoncé le montant : «Trop élevé, malvenu dans une situation financière mauvaise. Vous donnez un signal négatif, c'est 2 millions d'euros pour la majorité sur le mandat, il fallait faire des économies !»

C'est la faute à la TP

C'est sur le compte administratif qu'Alain Fauré est de son côté monté au créneau, jouant sur sa connaissance de la vie municipale (il a été maire des Pujols jusqu'à voilà quelques semaines). Un compte administratif qui s'achève sur un résultat négatif ! «Pour la première fois» a déploré le maire. Mais c'est avec les orientations budgétaires que le débat allait rebondir, puisque d'ailleurs il s'imposait. André Trigano n'a pas caché que pour ne pas réduire la voilure (maintenir les subventions aux associations, les emplois, les prestations de la cantine, et aux aînés «il allait falloir augmenter les taux puisque l'État mène des restrictions en direction des collectivités. Je ne critique pas, la situation est tendue, il y a des efforts à faire ! Et nous avons des charges nouvelles comme celles imposées par les rythmes scolaires !» La ville était habituée à une rentrée de TP régulière, qui a plongé avec la réforme de 2010. Et la recette nouvelle attendue de la nouvelle usine Aubert et Duval n'est pas venue, l'État ayant fait la sourde oreille…. «On aurait dû augmenter les taux les deux dernières années» a confessé le maire, répondant à Alain Fauré qui lui disait : «Dès 2010 vous auriez dû prendre des mesures en terme des dépenses, et diminuer le braquet». Michel Teychenné a renchéri, dénonçant «une épargne nette négative, des charges de fonctionnement en hausse et des recettes en baisse. Vous êtes confronté à un problème structurel lié à la disparition de la TP. Vous auriez dû mieux répartir l'investissement de la commune sur la communauté de communes. Aujourd'hui les impôts à Pamiers sont les plus élevés du secteur !» André Trigano a fait contre mauvaise fortune bon cœur en concluant : «Que voulez-vous j'ai le tort d'être communautaire. N'oublions pas que nous ne pouvons pas vivre sans nos villages !»


UNE ENQUÊTE POUR DÉTOURNEMENT

Dans le cadre des questions diverses Michel Teychenné a évoqué «une rumeur qui court actuellement, concernant des problèmes entre des fournisseurs de la commune et un salarié. C'est ennuyeux, et dommageable pour l'ensemble du personnel dont on ne peut mettre en cause la probité». André Trigano a répondu sans faire de mystère : «Oui nous avons un problème : il y a une suspicion de détournement avec complicité d'entreprises. Une plainte a été déposée. Nous attendons les conclusions. Cela concerne un seul agent qui est en cause. J'en suis désolé !»

INTERVENTION DE MICHEL TEYCHENNE AU CONSEIL MUNICIPAL DU 17 AVRIL

 

Indemnités des élus : Je constate que vous avez choisi d’utiliser l’enveloppe maximum autorisée par la loi, soit 175 000 euros par an (20 000 euros de plus que l’an dernier), à se partager entre les élus de la majorité. Avec en plus 6 élus qui vont cumuler les indemnités de la Mairie et de la Comcom. Pour le reste, la clef de répartition importe peu, c’est la facture qui est trop élevée pour les Appaméens. Il n’y a aucune volonté de faire des économies. Pire, en pleine crise c’est une provocation. C’est totalement anormal, nous voterons contre.

Entre la Communauté et la Mairie, ce sont 2 millions d’euros d’indemnités pour les élus de la majorité sur le mandat. C’est énorme et irresponsable !

 

Débat d’orientation budgétaire : Le document DBO confirme ce que j’ai dit durant toute cette campagne électorale.

- L’épargne nette est pour la première fois négative, passée de

 1121 000 euros en 2008 à - 33 000 en 2013. C’est un signal d’alarme très grave sur l’état des finances municipales.

- La croissance des charges de fonctionnement est de 3,1 % , beaucoup plus que l’inflation. Et la croissance des produits de fonctionnement courants est de 1,2 % : on dépense plus que ce qu’on gagne !

- La croissance de la dette continue, malgré un tableau page 15 qui laisse croire le contraire, mais c’est une « illusion d’optique ». Deux nouveaux emprunts pour 2 250 millions d’euros ont été décalés au début 2014 pour créer cette « illusion d’optique ». La dette réelle est 26,6 millions d’euros.

Ce n’est pas étonnant, puisque la Comcom ne joue pas sont rôle et que Pamiers paye pour tout le monde, d’où l’état de ses finances. Mais c’est le prix à payer par les Appaméens pour votre réélection à la présidence de la CCPP.

- Enfin, en terme d’investissements, 2014 sera une année blanche puisque vous ne proposez que des opérations déjà votées et en cours de réalisation. Aucun nouveau projet n’est engagé.

 

Monsieur le Maire, vous ne rétablirez les finances de la Ville qu’en transférant les charges que Pamiers paye indûment à la place de la Comcom. Augmenter encore les impôts des Appaméens serait particulièrement scandaleux, alors qu’ils sont déjà les plus taxés de tous les habitants de la Comcom , avec 776 euros par habitant, alors que la moyenne des autres communes est de 260 euros par habitant. Je vous rappelle aussi que le revenu moyen à Pamiers est un des plus faibles de la CCPP.

 


Partager cet article
Repost0
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 16:54

Billet d'humeur
ET SI ON FAISAIT VOTER LES POULES ET LES COCHONS?

La démocratie à la Communauté des commune de Pamiers, ce n’est pas un homme ou une femme égale une voix. C’est plutôt «  moins t’as d’électeurs, plus t’as de sièges à la Communauté »... sauf pour Pamiers « la généreuse»!

En effet, en juin dernier j’avais critiqué « l’accord électoral » passé entre M. Trigano et les élus PS, dont le député-maire des Pujols. Cet « accord » visait à contourner la loi Valls, qui a pour but de rendre  les élections au sein des Communautés de  communes plus démocratiques et plus représentatives des choix des électeurs.

Mes remarques étaient fondées. La preuve par l’exemple : sur les 61 délégués à la Communauté de communes, Pamiers ne dispose « grâce » à cet accord que de 24 sièges, majorité et oppositions confondues. Soit 34 % des sièges... pour 58 % de la population de la Communauté!

 Avec 1 103 voix au premier tour des municipales et 979 au second, notre liste « Pamiers au coeur-Le Renouveau » obtient seulement deux sièges à la Communauté alors qu’à La Tour du Crieu, par exemple, la liste du maire, avec seulement 970 voix , soit 9 de moins que nous,  obtient 5 sièges ! A Bénagues, avec à peine 185 voix, la liste de la maire-conseillère générale obtient 2 sièges, soit un siège pour moins de 100 électeurs!

Comme si cela ne suffisait pas, André Trigano, fraîchement élu à la présidence de la Communauté, a fait voter par les délégués de celle-ci un « renforcement » de la présence des petites communes au sein du Bureau par la création de 2 nouveaux postes de vice-présidents. Ce qui porte le total des vice-présidents de la Communauté à 15, tous avec indemnités de fonctions... alors qu’une ville comme Pamiers ne compte que 9 adjoints!

Allez, encore un effort M.Trigano, et dans 6 ans, vous ferez voter les poules, les vaches et  les moutons ! En attendant, ce sont Pamiers et les Appaméens qui, avec leurs seuls impôts, financent 83 % du budget de la Communauté de communes, et toutes les infrastructures collectives dites d’intérêt communautaire. 

Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi les maires votent Trigano et son célèbre slogan publicitaire "Avec Trigano ce n’est que des cadeaux” ! Et j'ajouterai pour les Appaméens... à nous les factures !

Michel Teychenné


Actualités

 

Pamiers. Michel Teychenné dénonce «l'accord» 6 Juin 2013

 

 

Cuisine politicienne et armée mèxicaine: C'est le choix d'André Trigano, président de la Communauté de Communes de Pamiers. Sans même avoir informé le Conseil municipal de Pamiers qui doit en débattre fin juin, il a annoncé à la presse qu'il a concocté un “accord électoral” qui diminue artificiellement le nombre de délégués de la Ville de Pamiers à la  Communauté des Communes du Pays de Pamiers!

Un délégué pour 654 habitants pour Pamiers, contre seulement un délégué pour 351 habitants dans le reste de la Communauté de communes. Alors que 80% des ressources de la CCPP viennent de Pamiers ville et de ses habitants, qui représentent 58 % de la population de la CCPP.  

Plus “comique” ou plus ”triste”, au choix, est l’annonce par le maire-président d’avoir 15 vice-présidents pour 20 communes dans la CCPP, soit un de plus qu’aujourd’hui déjà ! Une vrai armée mexicaine avec indemnités de fonctions.

Les impôts municipaux sont plus élevés à Pamiers de 30 % en moyenne que dans les autres communes de la CCPP, puisque les Appaméens financent seuls les infrastructures “d’intérêt communautaire” mais aussi leur fonctionnement et leurs salariés, qu’il s’agisse de la Médiathèque, de l’Ecole de musique, de l’Office de Tourisme, du nouveau Gymnase, ou de la piscine dont la CCPP s’est très vite désengagée. Pourtant, ces lieux sont fréquentés pour moitié les habitants de la la ville et pour moitié par ceux du reste de la CCPP.

Ce dernier soubresaut de “clientélisme électoral” cherche à contourner la nouvelle loi sur les Communautés de Communes, votée par les députés le 17 avril dernier. Cette loi renforce la représentativité des villes centres (sauf à Pamiers) et instaure la proportionnelle pour les délégués à la Communauté de Communes qui devront être identifiés sur les listes aux municipales. Cette réforme permettra enfin la transparence et le contrôle démocratique par les citoyens des décisions des Communautés de communes.

Mais, à cause du “tripatouillage électoral ” de dernière minute, Pamiers sera pénalisée à l’avenir, et cela que pour les intérêts strictement politiciens de l’actuelle majorité.

Nous demandons l’application stricte de la Loi Valls qui équilibre justement les relations entre les communes dans les Communautés de communes.  

Partager cet article
Repost0
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 10:41
Élection à la Communauté de communes
LA "JOURNÉE DES DUPES" MISE EN MUSIQUE PAR LE PS DE PAMIERS!

Les attaques perpétrées pendant la campagne des municipales  se révèlent parfois cruelles pour leurs auteurs quand on les relit trois semaines plus tard. 

Ainsi, à quelques jours du second tour, parlant d'un imaginaire accord Teychenné-Trigano, M. Fauré disait : "  Mon expérience personnelle me fait dire que même lorsque l'on croit que tout est perdu, avec force et courage, on peut y arriver. Ma volonté est de ne pas faire de dimanche la journée des dupes."

Voir les deux articles ci-dessous...
 
logodepeche.jpg

14/4/2014    

Pamiers. A.Trigano aux commandes du Pays de Pamiers

André Trigano retrouve la présidence de la communauté de communes, sans surprise, et sans opposition./Photo DDM, Florent Raoul.

André Trigano retrouve la présidence de la communauté de communes, sans surprise, et sans opposition./Photo DDM, Florent Raoul. 


Le maire de Pamiers a pris les commandes de la communauté de communes, hier, et s'est entouré de quinze vice-présidents. Le PS n'a pas présenté de candidat. M. Teychenné s'est présenté, «une candidature de témoignage».

André Trigano, en maître de maison. A Pamiers, le conseil communautaire se réunit dans la salle du conseil municipal, et le maire de Pamiers a retrouvé son fauteuil de président en maître de maison, obtenant 49 voix (4 pour M.Teychenné, 7 blancs) sur 60 votants. Une très large majorité, mais seulement une quinzaine de conseillers se sont levés pour applaudir cette très large élection.

Pas de candidat socialiste. De son côté, le Parti socialiste n'avait pas présenté de candidat. Alain Fauré, député PS, conseiller municipal de Pamiers et délégué communautaire, a participé au vote, mais sans prendre la parole. Et sans présenter sa candidature.

Michel Teychenné, une candidature de «témoignage». L'élu appaméen n'a pas mâché ses mots : «C'est une candidature de témoignage, je sais que je n'ai aucune chance d'être élu, a-t-il souligné. La gauche est majoritaire, mais le PS ne présente pas de candidat, c'est son problème. Je ne respecte pas les accords qui ont été passés, en sous-main, depuis six mois. Pour moi la droite et la gauche ce n'est pas pareil. Ce n'est pas un problème d'hémiplégie, mais de simple respect des électeurs et de sérieux : on ne peut critiquer vertement la gestion d'André Trigano pendant la campagne et voter pour lui 15 jours après comme si rien ne s'était passé. Cela fait longtemps que le ridicule ne tue plus en politique, mais il fait encore très mal»…

Pas de politique. A la communauté de communes, on ne fait pas de politique. La règle énoncée par le président Trigano a été clairement respectée hier, à l'aube de cette nouvelle mandature. «La campagne, c'est du passé. Il faut travailler dans l'intérêt de la ville et de la communauté de communes», avait-il demandé. Il a même offert le pot de l'amitié, sur ses fonds personnels, à tous les élus, à la fin de ce premier conseil communautaire. Et sa très large élection témoigne de son aura politique. Il a été entendu.

Pas de politique (bis). La communauté des communes, en tout cas, sera gérée sans conflit avec le PS, voire avec un soutien larvé. Parmi les vice-présidents élus hier, on compte en effet de très nombreux proches du parti socialiste ariégeois. Parmi eux, notamment, la conseillère générale Marie-France Vilaplana, élue 2e vice-présidente avec 53 voix.

Pas de parité. Seulement quatre vice-présidentes, pour onze vice-présidents, les règles de la parité n'ont pas eu cours, hier, lors du choix de l'exécutif de la communauté de communes. Il faut dire que la parité, dans cette instance, n'est pas obligatoire.


Le chiffre : 15

vice-présidents >Au lieu de onze. Pour que «les petites communes soient mieux représentées», a explique le président réélu, André Trigano. Pamiers compte ainsi cinq vice-présidents, La-Tour-du Crieu et Saint-Jean-du-Falga deux chacune, et les communes de moins de 1 000 habitants six vice-présidents.


Les quinze vice-présidents

Dans l'ordre : Jean-Claude Combres (La Tour du Crieu), Marie-France Vilaplana (Bénagues), Michel Stervinou (Saint-Jean-du Falga), Claude Deymier (Pamiers), Bernard Séjourné (Unzent), Laurent Azémar (Villeneuve-du-Paréage), Henri Bénabent (Saint-Jean-du-Falga), Maryline Doussat-Vital (Pamiers), Monique Bordes (La Tour du Crieu), Hubert Lopez (Pamiers), Christian Barrière (Escosse), Danièle Bouché (Ludiès), Gérard Legrand (Pamiers), Jean-Marc Salvaing (Pamiers), Serge Villeroux (Saint-Amadou).

          

Pamiers. Fauré dénonce «un accord» entre Teychenné et Trigano

Publié le 27/03/2014 à 03:49, Mis à jour le 27/03/2014 à 08:34

Second tour

Alain Fauré hier matin dans le local de sa permanence, a fustigé ses adversaires./Photo DDM, X.O

Alain Fauré hier matin dans le local de sa permanence, a fustigé ses adversaires./Photo DDM, X.O 


Dans sa conférence de presse hier, Alain Fauré a fustigé ses adversaires et exhorté les abstentionnistes à «se mobiliser pour renverser la situation»

L'artillerie lourde était de sortie hier matin à la permanence d'Alain Fauré. L'histoire ne dit pas si le candidat de «Pamiers ensemble» avait vu la veille sur France 2 le troisième volet d'«Apocalypse» dédié à la Grande Guerre, mais force est de constater qu'hier ce dernier n'avait rien à voir avec l'Alain Fauré du premier tour, tout axé sur la présentation de son programme pour Pamiers, sans esprit polémique. C'est un homme particulièrement remonté qui est apparu hier à l'heure du petit-déjeuner, entouré de ses troupes colistières ragaillardies et galvanisées par le discours désormais guerrier de leur leader, loin du couplet œcuménique «Fédérer, stimuler, accompagner». Hier, l'homme a puisé dans l'obuserie argumentaire ses dernières cartouches : «charger, viser, tirer»… et exploser dans la mesure du possible celui à qui l'électorat appaméen a fait miroiter dimanche dernier la promesse d'un quatrième mandat. Extraits.

«Teychenné, c'est 30 ans de manœuvres politicardes !»

«Je dénonce un accord entre Michel Teychenné et André Trigano. C'est André Trigano à la manœuvre qui a poussé la candidature de M. Teychenné. Je dénonce la fausse main tendue de M. Teychenné qui dès le mois de novembre, n'avait qu'une idée en tête, faire perdre celui qui avait été élu par les socialistes appaméens. C'était clair, c'était avéré. Teychenné a trompé ceux qui ont voté pour lui, il a trompé les gens de sa liste, des gens de qualité qui ont été eux aussi abusés. Ils vont vite s'en rendre compte. Teychenné, c'est 30 ans de manœuvres politicardes, 30 ans de coups bas. Tout au long de la campagne, le père Trigano et surtout son fils, directeur de campagne de J.Luc Mélenchon, étaient régulièrement dans la permanence de Michel Teychenné. Le soir des résultats, pour une équipe qui se dit prête à négocier, ils ont passé plus de temps à fourbir leurs armes contre «Pamiers ensemble» qu'à essayer de se rapprocher de nous. Tout un chacun a pu le constater, dimanche soir, salle du Jeu du Mail. Mourlane, Teychenné et Trigano se donnant l'accolade, c'était ubuesque ! Mardi soir encore, Mrs Legrand et Lopez, futurs maires potentiels, étaient dans la permanence de la liste Teychenné.»

«Renverser la situation»

Toujours sur sa lancée, Alain Fauré en appellera aux Appaméens, dont les abstentionnistes, pour «renverser la situation dimanche. (…) Mon expérience personnelle me fait dire que même lorsque l'on croit que tout est perdu, avec force et courage, on peut y arriver. Ma volonté est de ne pas faire de dimanche la journée des dupes.»

Partager cet article
Repost0
13 avril 2014 7 13 /04 /avril /2014 14:29

INTERVENTION DE MICHEL TEYCHENNE A LA COMMUNAUTE DE COMMUNES AU NOM DE PAMIERS AU COEUR

Mesdames et Messieurs, mes chers collègues,

Notre nouvelle assemblée communautaire issue de ces élections est enfin devenue une instance démocratique et pluraliste grâce à la réforme du mode d’élection des conseillers communautaires qui vient d’entrer en vigueur. Nous sommes passés d’un club de maires et de délégués communautaires sans légitimité directe des électeurs à une assemblée élue démocratiquement, où les oppositions sont enfin représentées, où les électeurs ont pu confronter des projets différents, des politiques différentes. Le fonctionnement des Communauté de communes en sera modifié pour plus de transparence, plus de débats, et donc plus de démocratie. Il était temps !

Je suis candidat à la présidence de la Communauté de communes, mais rassurez-vous : j’ai toute ma tête, et je sais bien que ma candidature n’a aucune chance de l’emporter. C’est une candidature de témoignage, et aussi une candidature de conviction. Pendant la campagne électorale à Pamiers, j’ai défendu une autre vision, un autre projet pour la Communauté de communes. Ce n’étaient pas des mots en l’air. Il est normal, par respect pour les électeurs et pour la démocratie, que je présente une candidature alternative à celle du président sortant.

Je suis candidat pour trois raisons :

Pour la démocratie d’abord. S’en tenir à un candidat unique serait synonyme de non-choix. Ce serait surtout un moyen d’éviter le débat et les choses qui fâchent, de refuser l’évolution démocratique des Communauté de communes vers plus de transparence.

Deuxièmement, pour la transparence. Il est important d’informer tous les délégués, notamment les nouveaux élus, qui pourraient être induits en erreur par le document préparatoire qui nous a été envoyé. Notre assemblée est souveraine.

La Note de synthèse no 4 qui porte sur l’élection des vice-présidents est fallacieuse, pour ne pas dire « mensongère ». Rien n’oblige notre assemblée à approuver la répartition et le nombre des vice-présidents votés par le Conseil communautaire sortant. Cette note de synthèse est même « scandaleuse », puisqu’elle ne précise pas les conséquences financières de cette décision. Ce sujet est renvoyé pudiquement à la prochaine séance. Il y a une volonté manifeste de ne pas informer les nouveaux élus des répercussions financières de ce vote.

Avec 22 millions d’euros de budget et 400 salariés, Pamiers est dirigée avec 9 adjoints. On vous propose aujourd’hui 15 vice-présidents pour la Communauté de communes... qui n’a que 16 millions de budget et une centaine de salariés. Soit deux vice-présidents de plus que lors du dernier mandat, où déjà certaines vice-présidences étaient des vice-présidences « fantômes » sans attributions réelles… mais toutes avec des indemnités. Il vous faut le savoir, Mesdames et Messieurs !

Un vice-président coûte chaque année 10 000 euros au budget. En tout, avec les indemnités du président qui sont de 24 000 euros par année, on arrive à un total de 174 000 euros par an, et de 1 044 000 euros sur le mandat heureusement plafonnés par la loi, un peu endessous de cette somme.

Ces informations sont capitales pour votre choix, elles auraient dû apparaître dans la Note de synthèse.

Je propose personnellement de réduire le nombre de vice-présidents à 8, ce qui est largement suffisant pour une bonne gestion de la Communauté de communes. Je propose aussi de réduire les indemnités d’un tiers, et de les verser uniquement aux élus qui ne reçoivent pas d’autres indemnités parce qu’ils ne cumulent pas les mandats.

UNE BELLE ÉCONOMIE A FAIRE, D’ENVIRON 600 000 EUROS, et cela dès aujourd’hui. Un signal de sérieux et responsabilité envoyé aux électeurs de tous bords en cette période de crise, d’argent public rare et de hausses d’impôts et de taxes.

Enfin, je suis candidat au nom de mes convictions de gauche.

Nous avons découvert hier dans La Dépêche les déclarations d’élus PS, et pas des moindres : le maire de La Tour du Crieu et la conseillère générale de Pamiers Ouest, entre autres, qui affirment avoir négocié en secret depuis 6 mois un accord politique avec André Trigano et la droite Appaméenne, cela en pleine campagne électorale, et même que cet accord a été finalisé entre les deux tours de l’élection municipale avant les résultats du vote! Ce n’est pas banal et doit être remarqué! Je ne polémiquerai pas, mais pour moi la droite et la gauche ce n’est pas pareil. Ce n’est pas un problème d’hémiplégie, mais de simple respect des électeurs et de sérieux : on ne peut critiquer vertement la gestion d’André Trigano pendant la campagne et voter pour lui 15 jours après comme si rien ne s’était passé. Cela fait longtemps que le ridicule ne tue plus en politique, mais il fait encore très mal…

Ce sont des pratiques qui se moquent des électeurs, de leur vote. Ce sont des méthodes clientélistes qui déshonorent la politique ! Comment voulez-vous que les hommes et les femmes politiques soient pris au sérieux avec de telles attitudes ? J’ai du respect et de la sympathie pour André Trigano. Certains me l’on reproché pendant la campagne, mais je ne partage pas  ses choix politiques à la Mairie et à la Communauté de communes. Ici  ou à la Mairie, je serai un opposant constructif, vigilant, mais libre de ses paroles et de ses votes. Je ne veux pas cautionner ce clientélisme « indemnitaire ». Je vous invite à ne pas le cautionner non plus.

Si vous le cautionnez, demain, nos électeurs, vos électeurs, découvriront dans leur journal qu’en votant pour cet accord politicien sans programme et sans projet, en votant pour la reconduction de ces pratiques, vous avez par votre premier vote à la Communauté des communes distribué 1 million d’euros d’indemnités à 15 vice-présidents et à un président… Ne vous étonnez pas après si les électeurs vous demandent des comptes, s’ils ne viennent plus voter, ou pire, s’ils votent pour un parti extrémiste et populiste !

Voilà le sens de ma candidature. Votre vote est secret, mais les résultats, eux, seront publics !

 

RESULTATS DU VOTE

Présidence :

André Trigano     49

Michel Teychenné  4

Astentions           7

Vice-présidences :

Les deux élus de Pamiers au coeur ont refusé de prendre part au vote pour les vice-présidents. 
15 vice-présidents ont été élus. Dans l'ordre : C. Combres (PS),M.-F. Vilaplana (PS), M. Strevinou (PS), C. Deymier (UMP), B. Séjourné (DVD), L. Azemar (DVG), Doussat-Vidal (UMP), M. Bordes (DVG), H. Lopez(UMP), C. Barrière (DVG), G. Legrand (UMP), J.-M. Salvaing (UMP), S. Villeroux (PS).

Partager cet article
Repost0
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 11:22

logodepeche.jpg

Pamiers. Comcom : c'est reparti pour un tour ! 

élection à la Communauté de Communes du Pays de Pamiers

André Trigano, maire de Pamiers devrait être élu à la présidence de la communauté de Communes de Pamiers deamin dimanche.Photo DDM Xavier Olmos.

André Trigano, maire de Pamiers devrait être élu à la présidence de la communauté de Communes de Pamiers deamin dimanche.Photo DDM Xavier Olmos. 

Demain dans la salle du conseil municipal de l'hôtel de ville, les 61 délégués communautaires voteront pour élire leur président. André Trigano devrait l'emporter. Le PS n'aura pas officiellement de candidat.

«Comcom». Ça a le nom d'une tribu et ça y ressemble un peu. Une tribu, la communauté de communes de Pays, dispersée sur un territoire composé de villes et de villages aux revendications identitaires fortes, avec à sa tête un vieux sage, figure tutélaire inamovible, doyen œcuménique de cette communauté de destin qui fera, en partie la pluie et le beau temps sur la Basse Ariège de demain.

Demain dimanche, à 10 h 30, en l'hôtel de ville de Pamiers, les 61 délégués communautaires de la fameuse «comcom» vont donc élire le président de cette entité qui, si l'on en croit les récentes déclarations du Premier ministre, Emmanuel Vals, devrait jouer les tout-premiers rôles en termes notamment d'aménagement et de développement communautaire, sur les cendres annoncées des conseils généraux.


Pas de candidature socialiste

Pour ce qui est du vote dominical, le jeu de carte a, semble-t-il, déjà été distribué avant même que la partie ne soit jouée. Dimanche aucun candidat socialiste ne devrait se présenter à la présidence. Ainsi donc, on voit mal comment André Trigano, le maire de Pamiers pourrait perdre ce troisième tour et le saint Graal d'une présidence reconduite. De fait, le suspense, clash et rebondissements hypothétiques devraient rester l'embryonnaire scénario avorté il y a six mois, date à laquelle les premières négociations se sont amorcées entre André Trigano et une partie des maires de la comcom. Plus récemment, lors de l'entre deux tours des élections municipales, l'accord a été finalisé sans pour autant être formalisé à l'écrit. C'est en substance ce ce que les maires de Bénagues, Marie-France Vilaplana, Christian Barière premier magistrat d'Escosse, Jean-Claude Combres, celui de La Tour du Crieu, et Serge Villeroux, le maire de Saint-Amadou, nous ont expliqué hier après-midi. «Jusqu'à preuve du contraire, indique Jean-Claude Combres, la communauté a très bien fonctionné. Le but est de continuer dans ce sens-là. Deux hypothèses s'offraient à nous. La première, si Alain Fauré avait gagné les municipales, nous aurions voté pour lui. Là, c'est André Trigano qui gagne et qui a donc une majorité de délégués. Le principe fondamental c'est que le président de la communauté de communes doit appartenir à l'équipe majoritaire de Pamiers. Alain Fauré en a accepté le principe. Notre volonté commune est de travailler tous ensemble pour le bien commun des habitants.»

Va pour la tête de l'exécutif. La contrepartie est ailleurs. Le choix des quinze vice-présidences, à défaut de constituer un contre-pouvoir affiché, devrait permettre aux villes de la Tour du- Crieu et Saint-Jean-du-Falga mais aussi aux communes rurales de peser dans les choix politiques qui prévaudront aux destinées des 29 000 habitants de l'entité communautaire.


Gouvernance collégiale

On s'achemine donc vers une gouvernance collégiale qui ambitionne de respecter l'équilibre des communes en présence, avec une prédominance cependant reconnue à Pamiers et à André Trigano légitimé, en cela, par le verdict des urnes municipales.

Le but avoué est de privilégier au final l'intérêt général, d'éviter les conflits et les clivages dont les citoyens ne veulent plus. On ne peut plus se payer le luxe de divisions partisanes et stériles, l'intérêt général doit ainsi prévaloir sur le risque d'une balkanisation née d'une hémiplégie confessionnelle d'un autre âge. À voir…

Quoi qu'il en soit, demain, André Trigano devrait rempiler à la présidence.

Après le fameux : «Le camping, c'est Trigano !», voici un nouveau leitmotiv «La politique est un jeu qui se joue à plusieurs, mais à la fin c'est Trigano qui gagne.»

* (N.D.L.R. : il n'est pas certain que ce dernier eut été candidat à la présidence en cas de victoire sur Pamiers, cumul des mandats oblige).


Alain Fauré ne sera pas candidat

Si la gauche aurait pu prétendre à une majorité pour briguer et obtenir la présidence de la communauté de communes, l'intention, d'Alain Fauré n'était pas de se poser en candidat. «Je ne suis pas candidat. On aurait pu avoir une majorité mais on se serait placé dans une logique conflictuelle qui au final aurait abouti à une impasse et à une situation de blocage. Ce n'est pas ma conception de la politique.»

 

Partager cet article
Repost0
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 12:02

 

Michel Teychenné répond à
Aimé Deléglise: Tel est pris qui croyait prendre.

 

Je constate avec plaisir que le nouvel élu du Front national ne dément pas avoir voté pour André Trigano lors de l’élection du maire : il se retranche piteusement derrière le secret du vote. Point nécessaire d’être Madame Irma pour constater son “petit manège”, j’étais assis juste à sa gauche lors du Conseil municipal de dimanche dernier... Les élus de “Pamiers au coeur” seront une opposition constructive et républicaine envers la majorité municipale, mais implacable envers le FN et ses pratiques. A bon entendeur, M. Déléglise!

FN-Capturer.JPG
Partager cet article
Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 20:47

VOTE À LA COMMUNAUTÉ DE PAMIERS : PAS DE CARABISTOUILLE POSTÉLECTRORALE

Pamiers : A la Communauté de communes, les grandes manoeuvres politiciennes ont commencé!  Notre position : pas d'accord électoral avec la droite, nous sommes dans l'opposition et accorderons notre soutien au candidat de la gauche. Nous laissons  au PS le choix de son candidat ou de sa candidate, que nous soutiendrons,.qui que ce  soit.

À suivre ce dimanche : l'élection du président ou des vice-présidents.

Michel Teychenné pour Pamiers au coeur

anews2010

anews84214.jpg

En marge de l’intronisation d’André Trigano dimanche matin (lire par ailleurs), une seule véritable question se posait aux trente-trois membres de l’assemblée élue comme aux spectateurs : Alain Fauré sera-t-il candidat, dimanche prochain, à la présidence de la communauté de communes ?

Si le maire de Pamiers a d’ores et déjà indiqué qu’il briguerait bien sa propre succession au fauteuil présidentiel, la gauche se cherche pour le moment un «champion» à soutenir. 

«Je consulte, reconnaît Alain Fauré, arrivé en tête de la gauche appaméenne le 30 mars dernier. Il s’agit de mettre en place un dispositif qui sera lisible pour les élus communautaires, mais aussi pour les électeurs du pays de Pamiers qui doivent pouvoir comprendre la démarche et la politique que j’envisage de mener. Il ne s’agit pas d’un jeu politicien»

Arrivé en troisième position lors de l’élection municipale, et détenteur de deux voix au sein du futur conseil communautaire, Michel Teychenné affirme pour sa part que «la gauche est largement majoritaire à la communauté de communes, que ce soit les socialistes, que ce soit les socialistes républicains ou autres, quand Pamiers ne pèse que 34 % des voix. Je souhaite donc qu’il y ait un candidat de la gauche»

«Selon les statuts du Parti Socialiste, les militants doivent se réunir pour investir leur tête de liste cette semaine. Quel que soit le candidat que choisiront les socialistes, nous voterons pour le candidat de la gauche. Et nous voterons à bulletins ouverts pour éviter les interprétations!», poursuit Michel Teychenné, avant de conclure : «J’ai toujours prôné le rassemblement. Je n’aurai donc pas de problème pour voter pour un candidat de la gauche, quel qu’il soit!» 

Michel Teychenné: «Moi, je ne négocie pas mes voix»

À la question de savoir s’il pourrait lui-même se présenter, la réponse se fait plus obscure: «Quand le candidat sera choisi par les socialistes, on se positionnera. Mais je ne négocie pas mes voix. Nous soutiendrons le candidat de la gauche»

Le nouveau chef de l’opposition appaméenne connaît bien l’assemblée intercommunale. Il a travaillé à sa création du temps où il était élu de la commune des Pujols… et André Trigano de celle de Mazères. Les deux hommes se connaissent également très bien, et ont même travaillé ensemble au cours de la dernière mandature, l’un comme président de l’instance, l’autre comme vice-président.

«Pendant six ans, nous avons travaillé en consensus. Cela reposait sur une charte signée par cinq élus, dont  André Trigano et moi-même, ainsi que deux autres socialistes, indique ainsi Alain Fauré. Une  charte que j’avais préparée à l’époque. Cette fois-ci, je ne m’occupe plus de cette démarche puisque je ne suis pas le représentant d’une commune» 

«Pour autant, je n’accepte pas que l’on soit contre la communauté de communes pendant toute la campagne et que maintenant on vienne nous dire que l’on peut travailler sur certains dossiers avec Foix, en fait quand ça nous arrange. Une sorte de mariage uniquement pour le meilleur. Ce n’est pas ma conception des choses», conclut Alain Fauré..

Partager cet article
Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 12:02

MICHEL TEYCHENNE ET SES COLISTIER-E-S REMERCIENT LES ELECTRICES ET ELECTEURS


Michel Teychenné et ses colistier-e-s remercient chaleureusement les électrices et les électeurs qui leur ont accordé leurs suffrages au premier tour et au second tour de l’élection municipale.

Dans un contexte extrêmement défavorable à la gauche, où les électeurs ont fortement sanctionné la politique du gouvernement et où s'est manifestée une forte abstention protestataire, nous n’avons pas à rougir du score de notre liste, le plus haut jamais atteint à Pamiers par une liste de gauche non socialiste !

Nous avons fait une campagne de terrain, d’idées, de propositions, de convictions, une campagne digne. Depuis l’annonce de notre liste en janvier, nous avons appelé au rassemblement des forces de gauche et des écologistes au deuxième tour, dans le respect de chacun. Jamais la liste du PS n’a répondu à cet appel. 

Le soir du premier tour, le total des listes de gauche et des écologistes devançait la liste du maire sortant de 4 points. Avec mes colistiers, nous avons pris ensemble la décision d’apporter notre soutien à la liste socialiste arrivée devant nous d’à peine 316 voix, en fusionnant nos listes, dans le respect de chacun. Une dynamique de victoire était possible ! 

Le candidat PS a totalement refusé. Dès l’annonce des résultats du premier tour, sans discussion possible, il a préféré la division et l’isolement au rassemblement de toutes les forces de gauche, ouvrant ainsi une voie royale à l’élection de l’équipe sortante. Il faut le reconnaître, c’est un échec collectif pour la gauche.

Avec 2 élus au conseil municipal et 2 élus à la Communauté de communes, « Pamiers au coeur » continuera à travailler pour les Appaméennes et les Appaméens à défendre les vraies valeurs de la gauche et des écologistes, à être une opposition constructive et vigilante.

Cette élection municipale n’est pas la fin de notre démarche, au contraire ! Forts de la confiance des électeurs et de nos résultats, nous allons incarner une démarche nouvelle à gauche, une démarche de rassemblement, de démocratie citoyenne. Une démarche d’indépendance vis-à-vis du PS ariégeois, de ses pratiques qui ont été lourdement sanctionnées par les électeurs à Pamiers en particulier, et en Ariège en général. 

Ces élections municipales sont un point de départ solide pour construire une alternative crédible  au Parti socialiste et à sa volonté d’hégémonie à Pamiers. Vous pouvez compter sur nous!

 
Michel Teychenné (tête de liste), Dominique Mourlane pour le Front de Gauche, Jacques Arthuys pour Europe Écologie-Les Verts, et l’ensemble des  colistier-e-s de « Pamiers au coeur le Renouveau »

Partager cet article
Repost0
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 14:48

Teychenné à Fauré  :
« LA PANIQUE EST MAUVAISE CONSEILLÈRE. »

Monsieur Fauré perd ses nerfs et finit sa campagne dans le caniveau en lançant de basses attaques personnelles contre les autres candidats. C’est triste, et révélateur du vrai visage du député, incapable de la moindre autocritique face à son piètre résultat électoral.

Pour M. Fauré, c’est toujours la faute des autres, jamais la sienne! Je ne répondrai pas à ses grossières provocations. Je me bornerai à rappeler quelques faits.

Pendant six ans au Conseil municipal, j’ai mené avec mes collègues une opposition ferme, tenace et constructive à la droite. Pendant ce temps, M. Fauré était le docile vice-président d’André Trigano à la Communauté des communes, votant tout ce que voulait la droite. Il me reproche aujourd’hui d’avoir des relations courtoises avec André Trigano, son fils Arnauld et quelques membres de son équipe. Oui ! La politique, ce n’est pas la guerre, on peut se respecter entre gens respectables.

Au soir du premier tour, M. Fauré a refusé publiquement ma proposition de fusionner nos listes pour gagner Pamiers – le total de nos voix aurait permis à la gauche de battre André Trigano dimanche prochain et de remporter la Mairie. Le député a même refusé de nous rencontrer pour discuter ! Il nous a carrément demandé de retirer notre liste « pour avoir nos voix sans nous donner de sièges ». Il nous a donc demandé, à mes colistiers et moi-même, de bien vouloir disparaître du Conseil municipal pour six ans ! C’est clair : Alain Fauré préfère perdre les élections plutôt que de rassembler la gauche ! Il se comporte comme un enfant gâté qui casse son « jouet » pour ne pas partager. C’est pathétique!

M. Fauré est le « chouchou » de la nomenklatura socialiste locale. Il est passé en quelques mois de simple maire des Pujols à député de la République et candidat officiel du « Château » aux municipales. Cette trajectoire fulgurante semble lui être montée à la tête. Les électeurs l’ont rappelé à la dure réalité, dimanche dernier, en le gratifiant du plus mauvais score de l’histoire du PS à Pamiers !

Dimanche prochain, nous appelons tous les électeurs qui espéraient un changement d’équipe et de politique à Pamiers, tous les électeurs de gauche et tous les abstentionnistes à sanctionner fortement le comportement irresponsable du député PS en votant massivement pour la liste « Pamiers au cœur – Le Renouveau », en votant pour la seule véritable liste d’opposition à la droite à Pamiers. En votant pour une équipe qui, elle, a fait ses preuves et qui, demain après les élections, n’ira pas s’allier avec la droite à la Communauté des Communes comme l’a fait M. Fauré depuis 20 ans!

Michel Teychenné et les 32 membres de la liste « Pamiers au cœur – Le Renouveau »

Partager cet article
Repost0