Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logodepeche140

logogaz140




 

20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 18:47

 

 

Pamiers : Michel Teychenné répond à Milou Franco et Michel Astre

 

En ce qui concerne les deux communiqués d’une certaine liste, parus dans la presse, je les qualifierais de “picrocholins” et d’humoristiques, bien que leur humour soit involontaire.

 

Pour celui de Milou Franco et d’Annie Fachetti : Annie Fachetti fait des pieds des mains depuis des semaines pour être sur la liste d’Alain Fauré. Il aurait été plus honnête de leur part de dire qu'ils soutiennent Alain Fauré plutôt que de se perdre dans ces histoires de logo qui n'ont ni queue ni tête. Je rappelle simplement que la majorité des élus de l'opposition soutiennent la liste “Pamiers au cœur – Le renouveau” : cinq sur sept ce n'est pas rien. En démocratie, c'est la majorité qui décide. Je constate aussi avec un peu d’amusement qu’après six années d'opposition bien silencieuse et discrète, Emile Franco et Annie Fachetti expriment enfin un avis sur quelque chose...

 

Pour le communiqué de Michel Astre des Radicaux de gauche : Michel Astre a annoncé à la presse qu'il y aurait cinq radicaux sur la liste d'Alain Fauré. Lui-même espère être troisième ou cinquième sur cette liste, ce qui doit justifier à ses yeux ce communiqué “péremptoire”. Nous verrons comment Monsieur Fauré récompense ses nouveaux amis radicaux!


Je m'étonne simplement que Michel Astre fasse le compte-rendu de réunion de la section socialiste alors qu'il n'était pas présent. Il se prend pour le porte-parole du PS, mais devrait vérifier ses informations pour ne pas sombrer dans le ridicule ...

 

Voilà ma réaction, c’est le charme des campagnes électorales... le charme des guerres picrocholines décrites par Rabelais dans Gargantua. Passons donc aux choses sérieuses !

 

Michel Teychenné

 

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 22:03

logodepeche.jpg

Pamiers. Alain Fauré invité au conseil malgré lui

 

Publié le 17/01/2014 à 07:38, Mis à jour le 17/01/2014 à 08:54 | 1

 

conseil municipal

Dernier conseil municipal hier soir avant les élections municipales de mars 2014. Un ordre du jour restreint et un numéro de duettistes sur le dos du candidat Fauré.

C’était hier soir le dernier conseil municipal de la troisième mandature d’André Trigano. Les prochaines échéances électorales nous diront si c’est un chapitre qui s’achève ou un livre qui se ferme sur un conseil à l’ordre du jour famélique. Vingt-trois dossiers seront expédiés comme une lettre à la poste sur fond de décisions modificatives du budget 2 013. Si l’exercice imposé aux élus, hier soir, ne fut pas d’une réelle envergure, il restera un épisode de politique politicienne remarquable entre les deux meilleurs ennemis du mundillo politique appaméen. Car hier soir le premier magistrat de la ville, André Trigano et son sparring-partner attitré, Michel Teychenné, s’en sont donnés à cœur joie sur le compte d’Alain Fauré, candidat on le sait au trône de l’hôtel de ville. Certes à aucun moment le nom du belligérant ne fut prononcé. Un numéro de duettistes tout en sous entendus mais à la ficelle un peu grosse qui débuta lorsque le conseil, au détour du dossier sur la base minimum cotisation foncière des entreprises 2 014. Incidemment le leader du groupe d’opposition de gauche demanda au maire où il en était sur le dossier de la zone du Cathé des Pujols (né d’un accord unanime à la communauté des Communes). La réponse ferme et sans appel d’André Trigano tomba comme le couperet d’une guillotine : «La zone du Cathé n’existe plus, le SCOT est passé par là. On n’en parle plus.» réaction entendue de Michel Teychenné : «Ah ! bon ? On se rejoint Monsieur le maire ! J’en prends note !»

Copieurs et entreprises locales

Arriva le point 2-2 dont l’objet concerna la location et maintenance de systèmes d’impression pour la commune de Pamiers. Le marché de fourniture d’impression vient à expiration en mai 2014. Il est alors demandé au conseil d’approuver le lancement de la consultation sous la forme d’un appel d’offres ouvert, pour conclure un nouveau marché portant sur la somme de 85 000 euros TTC. Le précédent marché était détenu jusqu’à présent par la société AXIDOC basée à Labège (Haute-Garonne) appartenant à un certain… Alain Fauré. Monté au créneau de Michel Teychenné : «Ce serait bien de faire travailler les entreprises appaméennes plutôt que celles de Labège. Faire venir une société toulousaine pour débourrer une photocopieuse, un Appaméen peut se charger de ça !»

Interrogation du premier magistrat : «Mais qui avait le marché ?

Réponse de Michel Teychenné : «Je n’en dirai pas plus mais vous me comprenez Monsieur le maire !

Ah ! bon j’ai compris ! s’amusera ce dernier. Et de renchérir : «Je croyais que vous m’attaquiez à moi !

Non ! Pas du tout !

Sourires non dissimulés de MM Deymier et Legrand. Le public, lui, frémit.

«Laissez-nous continuer !»

Après d’autres allusions n’épargnant pas le candidat Fauré hier sur la problématique des gravières et le branchement ferroviaire (ITE), Michel Teychenné ira d’une observation assassine sur le report du débat d’orientation budgétaire : «Avec l’état des finances préoccupant de la ville de Pamiers, c’est un peu dommage que vous ayez tapé en touche Monsieur le maire !»

Un André Trigano qui tel un chat retombera, comme à chaque fois sur ses pattes : «Si la situation est celle que vous décrivez pour ce qui concerne les finances de la ville, si vous n’en voulez pas, alors vous avez qu’à nous la laisser. Nous, on va s’en occuper !»

Et le maire de conclure sur cette mandature écoulée : «ça été parfois un peu houleux, au-delà du raisonnable. De temps en temps, on a récupéré des idées pas trop mauvaises. Maintenant laissez-nous continuer. On s’en occupe !» Rires dans la salle et réponse pas vraiment surprenante de Michel Teychenné : «Nous continuerons ensemble, Monsieur le maire !»

Alain Fauré appréciera.

X.O

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 17:35

logodepeche140

 

Pamiers. Teychenné à Fauré : «L'emploi n'est pas une statistique»

 

Publié le 14/01/2014 à 03:53, Mis à jour le 14/01/2014 à 08:31  

 

en campagne

Michel Teychenné, pour «Pamiers au cœur - le Renouveau» communique :

 

«La liste Pamiers au cœur - le Renouveau a évoqué les risques d’un plan social touchant les personnels administratifs d’Aubert & Duval, et non le projet de centre de recherche à l’étude, pour l’instant non confirmé par la direction de l’usine, car nous avons bien conscience du rôle économique majeur de l’usine pour Pamiers.

 

Nous nous sommes inquiétés du sort des 60 familles de Pamiers qui pourraient être concernées par une perte d’emploi ou par une délocalisation. Tout doit être mis en peu en œuvre pour le maintien de ces emplois. Nous regrettons que le député n’ait pas eu un mot à ce sujet et le peu de cas qu’il fait des familles concernées. L’emploi, ce n’est pas uniquement des statistiques. Cette affaire concerne des hommes et des femmes de Pamiers. Ils méritent notre soutien et notre respect !


Nous nous étonnons aussi que le député envisage de subventionner des emplois alors que, au même moment, la même entreprise, sur le même site, pourrait licencier des personnels pour le seul bénéfice de ses actionnaires !


Nous nous étonnons enfin que le député s’exprime en lieu et place de la direction de l’usine Aubert Duval, qui seule est autorisée à évoquer et à préciser sa politique d’emploi et ses choix d’investissement.


Nous sommes bien sûr favorables à l’idée d’un projet de centre de recherche à l’usine Aubert & Duval. André Trigano a d’ailleurs proposé une table ronde avec l’ensemble des partenaires publics et la direction de l’usine. C’est son rôle en tant que maire. Nous soutenons cette démarche collective, en restant vigilants sur l’utilisation des deniers publics, mais dénonçons fermement la tentative de récupération politicienne du député.

 

Enfin, nous rappelons que certains problèmes concernant directement la municipalité et l’usine Aubert & Duval ne sont toujours pas réglés. Par exemple, le manque de places de parking à proximité de l’usine ou encore l’accès des camions à l’usine par la route de Toulouse et l’avenue du Jeu-de-Mail, qui pose des problèmes de sécurité et de pollution préjudiciables à la population de Pamiers et au développement de l’usine.»


La Dépêche du Midi

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 16:14

 

logodepeche140

 

Pamiers. C'était au temps des bacs et des barques sur l'Ariège

 

Publié le 12/01/2014 à 03:50, Mis à jour le 12/01/2014 à 09:51 | 2

René Cathala sur une barque, au Foulon. / Photo

René Cathala sur une barque, au Foulon. / Photo

 

Il fut un temps où les bacs traversaient l’Ariège, certains survécurent même aux ponts qui y furent jetés. Le temps aussi où les pêcheurs se plaisaient en barque à Pamiers.

Cette photo des années cinquante où l’on voit René Cathala (qui allait à la pêche) passer en barque sur l’Ariège au niveau du Foulon, doit nous rappeler qu’il fut un temps, voilà un bon siècle où plusieurs bacs étaient en service sur la rivière. C’était au temps où si la vie n’en était pas moins pénible, on prenait le temps… de vivre. C’était au temps aussi où les ponts étaient rares sur l’Ariège, d’où le succès des bacs. Certains ont une réelle ancienneté : On avait donc un Pont à Saverdun, un autre à Bonnac (que la crue a emporté en 1875) le suivant à Pamiers et le dernier à Varilhes. A Pamiers, l’unique pont s’appelait le Pont Neuf depuis des siècles, il a gardé ce nom, éternellement neuf sans que le temps ait de prise sur ses pierres : son origine remonte en fait au XIVe siècle, mais l’actuel, toujours neuf, donc, date de 1825 ! Enfin dans le courant du XIXe on a construit le pont de Bénagues, au lieu-dit Charly, toujours à la même période celui du Vernet. En 1895, on a ensuite construit le pont qui se trouve au bout de l’avenue du Jeu du Mail, route d’Escosse, pont métallique qui fut réalisé par les ateliers Fourchambault et La Pique (compagnie Magnard). Un pont «moderne» pour l’époque et qui d’une certaine façon rendait hommage au fer, l’élément vivifiant de l’économie appaméenne. C’était l’âge du fer triomphant. Sa réalisation a enfin mis cette partie de la ville en relation avec le Terrefort, secteur auquel on accédait toutefois jusqu’alors par le Pont Neuf.

Avant les ponts, les bacs

À côté des ponts, il y avait donc les bacs qui existaient avant la construction des ouvrages. Celui du jeu du Mail, donc, lointain souvenir du port d’où partaient jadis les vins de Pamiers et d e l’Ariège, mais également celui du Foulon, près de la chaussée qui amenait l’eau aux canaux. Le bac conduisait vers Cailloup, depuis ce site du Foulon, où les Appaméens venaient pêcher, plus tard se baigner. Enfin en dehors de Pamiers plus au sud, on trouvait le bac de Faurejean à Saint-Jean du Falga qui mettait en relation avec l’autre rive au niveau de la ferme de Brassacou. Tous ces bacs ont disparu progressivement au début du XXe siècle. Ne sont restées que des barques à usage individuel, pour le plaisir de flâner, et surtout pour les pêcheurs, derniers utilisateurs de cette voie d’eau longtemps navigable que fut l’Ariège. D’où cette photo de René Cathala, qui jetait souvent le bouchon au fil de l’Ariège, au Foulon, que d’aucuns se souviendront avoir vu en compagnie de Bernard Soula et des Cerny, de Loumet. Pour ne citer qu’eux. C’était au temps…

 

histoire locale


J.-Ph. C (avec J.-L.Noyè

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 20:55

logodepeche140 

 

cam-3Capturer.JPG

 

cam-4Capturer.JPG

camp-5Capturer.JPG

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 21:47
dep-ADCapturer.JPG

aubert-Capturer.JPG

Pamiers. Aubert et Duval: des emplois supprimés ?

Publié le 08/01/2014 à 08:04 | 4

Pamiers

L'usine Aubert et Duval de Pamiers a été affectée au dernier trimestre par une grève dans un atelier, au sujet des conditions de travail. Va-t-on vers un nouveau mouvement social dans les prochaines semaines ? /Photo DDM, Archives.

L'usine Aubert et Duval de Pamiers a été affectée au dernier trimestre par une grève dans un atelier, au sujet des conditions de travail. Va-t-on vers un nouveau mouvement social dans les prochaines semaines ? /Photo DDM, Archives.  

Des emplois -on parle d’une soixantaine - pourraient être supprimés à l’usine Aubert et Duval de Pamiers (ou transférés vers d’autres sites) dans le cadre d’un plan de réduction des frais généraux lancé au niveau du groupe. La CGT est inquiète.


À l’occasion de la présentation de la liste conduite par Michel Teychenné, Dominique Mourlane a évoqué les craintes qui se feraient jour actuellement dans le monde syndical chez Aubert et Duval au sujet d’un possible plan de réduction d’effectif. «Attention, il s’agit là d’un plan qui vise à réduire l’emploi à des seules fins d’accroître les profits pour les actionnaires, ce ne sont pas les conditions économiques qui sont en cause», insistait Dominique Mourlane. Avant de préciser que ce plan qui serait en fait un plan global au niveau du groupe aurait des conséquences en termes d’emploi dans toutes les unités. «Pour Pamiers on parlerait d’une soixantaine de postes» précisait Dominique Mourlane, qu’il s’agisse de suppressions ou de déplacements, avant d’ajouter : «Si tel est le cas, c’est une soixantaine de familles qui sont menacées, et pour certaines peut-être invitées à se déplacer vers d’autres sites du groupe ! Ce sont soixante familles qui vont être affectées et qui si elles partent, ou sont touchées par le chômage ne consommeront plus sur Pamiers !»


Responsable du syndicat CGT au sein d’Aubert et Duval à Pamiers, Stéphane Pollaert confirme cette annonce : ««Il y a effectivement un plan qui va être mis en place concernant la réduction des frais généraux, donc au niveau des services administratifs, et pour nous cela ne peut que se traduire par des suppressions de personnel dans ces services.Il est question de recentraliser ces services, mais pour l’heure on n’en sait pas plus.» En tout cas, c’est clair, pour la CGT, ce sont des suppressions de postes qui sont en vue !

Un contexte économique pourtant favorable

Bien entendu la surprise est grande à l’évocation de cette perspective car on sait que le groupe Aubert et Duval, exception faite du secteur «énergie» un peu poussif actuellement, est plutôt porté à l’expansion grâce à l’essor fulgurant depuis quelques années de l’industrie aéronautique. Les carnets de commandes sont pleins, et semble-t-il pour plusieurs années, de l’aveu même de la direction générale du groupe ! Des suppressions de postes dans ce contexte paraissent surprenantes. En tout cas, à la direction locale d’ Aubert et Duval, on se refuse à commenter l’information.


Partager cet article
Repost0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 10:37

 

 

 

logoariege.jpg

 

Pamiers: Michel Teychenné conduira bien une liste pour les élections municipales

© midinews 2014

Il avait savamment entretenu la rumeur au cours des dernières semaines. Il a levé le voile lundi soir: Michel Teychenné conduira bien une liste en vue des prochaines élections municipales du mois de mars prochain.

Rien n’a été laissé au hasard : le décor (un bar de la rue Gabriel-Péri pour le côté citoyen, proche de la population), de nombreux invités (une quarantaine de personnes étaient réunies dans l’établissement privatisé pour l’occasion) et le casting. Surtout le casting.

Aux côtés de Michel Teychenné, des élus, anciens, actuels ou désireux de le devenir, représentatifs de trois formations : Carmen Barthez, dissidente du PS (comme son nouveau chef de file), Dominique Mourlane (membre du Front de Gauche), Catherine Galvez-Quintart (conseillère municipale, ex-candidate aux élections cantonales, Front de gauche), Catherine Dubuisson (EELV), Jacques Arthuys (actuel conseiller municipal EELV).

«Nous ne sommes pas là pour annoncer un coup de tonnerre dans le ciel de la politique appaméenne, attaque d’entrée Michel Teychenné. Nous avons décidé de prolonger le travail engagé depuis des années au sein du groupe de gauche au conseil municipal. On s’apprécie. On défend les mêmes orientations et on combat les mêmes erreurs de la majorité actuelle»

«Présenter trois listes n’avait donc aucun sens politiquement, poursuit-il. Je l’avais dit. Notre démarche était de se rassembler, aller vers la cohérence. Cela aurait été un cadeau fait à la droite. Le maire des Pujols n’a pas souhaité me rencontrer, n’a pas souhaité rencontrer Les Verts. A partir de là, face à l’absence de dialogue, il était normal d’unir nos forces pour un renouveau à Pamiers. C’est quelque chose de très sain. C’est normal que la démocratie s’exprime»

Dominique Mourlane:
«Nous avons choisi une stratégie de rassemblement nécessaire»


Ainsi entouré, Michel Teychenné se pose désormais en rassembleur des forces de gauche, «pour gagner au premier tour, et pour nous rassembler ensuite pour battre la droite au second tour»

Michel Teychenné:
«Pamiers au cœur, le renouveau est la liste du rassemblement de la société civile, de la gauche et des écologistes. Elle soutenue par le groupe d’opposition du conseil municipal, dont cinq conseillers actuels, le Front de gauche et EELV. Elle sera inscrite Divers Gauche en préfecture. Elle sera également composée à 70 % de personnalités de la société civile, de gens qui ont des convictions politiques mais qui se retrouvent dans notre démarche»


Dominique Mourlane, «au nom du Front de Gauche» précise-t-il, l’affirme à son tour: «nous avons choisi une stratégie de l’autonomie mais de rassemblement nécessaire. Face à une liste du Parti Socialiste menée par l’actuel député-maire des Pujols il était évident que nous devions rechercher le rassemblement le plus large à gauche. La politique centriste d’Alain Fauré ne peut marquer une rupture suffisante avec la politique de M. Trigano»

Le militant d’extrême gauche reconnaît avoir posé des conditions au ralliement escompté par Michel Teychenné. Et d’énumérer: «que cette liste soit indépendante du PS, que toutes les composantes du Front de Gauche soient représentés, que les orientations soient favorables aux Appaméennes et aux Appaméens» Banco !

Jacques Arthuys:
«Il y a urgence pour Europe Ecologie Les Verts à être mieux représenté»


Jacques Arthuys, conseiller municipal EELV depuis l’an passé, ne dit pas autre chose.

«L’écologie est présente à Pamiers depuis longtemps, par le biais de listes au cours des deux derniers scrutins par exemple. Pour 2014, nous avons fait le choix du pragmatisme. Il y a aujourd’hui urgence à être mieux représenté au sein du conseil municipal. Nous avons fait le choix de la raison, de l’intelligence et de la conviction»

«Nous sommes face à des désastres environnementaux, sociaux et économiques, poursuit Jacques Arthuys. Tous les partis politiques le reconnaissent à leur façon. Mais si beaucoup sont capables d’évoquer les notions de développement durable, peu sont capables de modifier leur logiciel. C’est ce qui fait la nécessité de l’écologie politique»
Donner la parole aux AppaméensAprès ce petit tour de table, Michel Teychenné a annoncé son credo: donner la parole aux Appaméens qui «ne sont pas associés aux choix qui les concernent»

«Nous voulons redonner la parole aux Appaméens et aux Appaméennes. Nous lançons aujourd’hui une grande campagne à leur destination, avec différents outils. Nous mettons ainsi à leur disposition un blog participatif avec un questionnaire interactif (pamiers-au-cœur.fr), ou encore une boite postale ouverte dès aujourd’hui (Michel Teychenné BP20 009 Pamiers 1 Cedex)»

Et d’énoncer les principes fondateurs de sa démarche: «Pas du baratin, du renouveau, du sérieux, de la compétence»

Ou encore: «En ce qui me concerne, je serai maire à 100%, bien évidemment contre le cumul des mandats. Je serai maire et président de la communauté de communes à plein temps. Pamiers et sa communauté de communes représentent près de 500 emplois. Je ne connais pas de chefs d’entreprise de cette taille qui travaillent à mi-temps»

Sur la liste en devenir, pas encore finalisée: «Notre liste sera composée sur la base du sérieux, des compétences, de la complémentarité des parcours, de la disponibilité. Elle représentera au maximum la population et les catégories socioprofessionnelles. Une équipe très impliquée dans la vie locale»

Sur les listes en présence dans la bataille pour les municipales: «André Trigano rassemble comme d’habitude la droite et le centre droit. La mienne, la gauche. La liste du maire des Pujols est un OPNI, un Objet politique non identifié : il veut faire campagne au centre, recrute à droite et à l’investiture du PS…

C’est très peu lisible, confus. Nous attendons qu’il clarifie ses positions. Pour moi, aujourd’hui c’est bonnet blanc et blanc bonnet avec André Trigano… Quant à la liste du FN, j’espère qu’elle ne pourra se faire. Si elle le devait, elle poserait un vrai problème à la droite
»


Et de compléter: «Aucune des listes de gauche ne gagnera sans l’autre. Ma logique est bien celle du rassemblement car s’il n’y a pas de Front national, il faut être réaliste et connaître ses chiffres…» Sous-entendu: sans le FN, impossible de battre André Trigano sans alliance.
Nous ne battrons pas André Trigano, nous lui succèderons
Autre sujet d’expression pour Michel Teychenné, la qualité d’Appaméen de chaque candidat: «moi, je ne me lancerai pas dans le concours du plus appaméen: je n’ai pas à me justifier»

Mais, comme cela va mieux en précisant les choses: «Je dirais simplement que la moitié de ma famille est enterrée à Pamiers, que les hommes allaient à l’usine, les femmes au jardin, que ma grand-mère vendait des lapins dans la côte de Saint-Joseph, que mon grand-père a créé la CGT à Pamiers. Je suis né à Foix mais j’ai fait mon lycée à Pamiers. Mes premières sorties en boîte, je les ai faites à la discothèque La Roue. J’ai crée dans les années 70 ma première association de protection de la nature. J’ai une maison à Pamiers, j’aime Pamiers. C’est ma ville, celle de ma famille, celle de mes amis»

Lundi soir, les messages étaient nombreux. A destination de la presse, des Appaméens, des partis politiques et des candidats. S’il était encore besoin, André Trigano et Alain Fauré sont prévenus: Michel Teychenné ne lâchera rien.

Avec deux dédicaces. Une pour le maire sortant: «Nous ne battrons pas André Trigano, nous lui succèderons» L’autre pour Alain Fauré: «Je serai en tête de la gauche au premier tour»

Qui a dit que la campagne n’était pas lancée ?

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 10:29

 

 

Pamiers. Teychenné monte sa liste avec Mourlane et Arthuys

Publié le 07/01/2014 à 08:21 | 2

municipales

Quelques uns des futurs colistiers de Michel Teychenne. Photo DDM JPHC.  

Quelques uns des futurs colistiers de Michel Teychenne. Photo DDM JPHC.

Partira, partira pas ? C’est voté, Michel Teychenné (ex-PS) monte sa liste avec Le Front de gauche et Europe Écologie les Verts : ««Pamiers au cœur -le Renouveau» !

Alors cette liste la voilà !


«Oui, avec Dominique Mourlane, Front de gauche, et Jacques Arthuys, Europe Écologie les Verts, nous prolongerons le travail fait en commun depuis six ans au sein du groupe de gauche, du conseil municipal. Nous nous sommes opposés ensemble aux mêmes erreurs de la majorité sortante. Se rassembler a été pour nous une évidence. Alain Fauré a fait lui, depuis son «Push» , le choix de la division de la gauche, il n’a même pas souhaité me rencontrer.»


Votre liste s’appelle ?

«Tout simplement «Pamiers au cœur - le renouveau». C’est une liste de rassemblement de la société civile, de la gauche, des écologistes, elle sera inscrite «divers gauche» en préfecture. Elle sera composée à 70 % de personnalités issues de la société civile, de conviction progressiste, mais pas encartées. Cinq des sept conseillers d’opposition actuels sont engagés à mes côtés !»


Quel est l’objectif ?

«Je suis candidat avec mon équipe pour gagner, pour faire gagner la gauche pour le renouveau de Pamiers. Notre objectif est clair : arriver en tête pour gagner et rassembler pour battre la droite.»


Quelle méthode ?

«Nous voulons redonner la parole aux Appaméens. Les associer aux choix qui les concernent. Ce sera notre marque de fabrique. Nous lançons une grande campagne : «30 jours pour prendre la parole», sur un blog participatif.»


Pourquoi cet engagement ?

«Pamiers a besoin de renouveau, ceux qui sont en place depuis 20 ans, à Pamiers et à la communauté de communes n’ont pas su régler les problèmes que nous rencontrons aujourd’hui : améliorer la sécurité, revitaliser le centre-ville, maîtriser la fiscalité, désendetter la ville, améliorer la circulation, valoriser le patrimoine.»


Et vous dans tout cela ?

«Si je suis élu, et que je devienne maire, je serai maire à 100 %. Et président de la communauté de communes aussi. Je serai disponible et à l’écoute. Je défendrai les intérêts de Pamiers, j’ai un très bon carnet d’adresses et de solides amitiés, y compris au gouvernement.


Votre opinion sur l’équipe Trigano ?

«Quelles que soient les qualités d’André Trigano, il est trop souvent absent de Pamiers et son équipe est usée, certains de ses membres sont même discrédités !»


Et la liste Fauré ?

«La liste du maire des Pujols est une énigme, un «OPNI» objet politique non-identifié. Il faut faire campagne au centre, il a l’investiture socialiste, il refuse de discuter avec les forces de gauche, c’est très confus. Moi j’ai fait le choix de Pamiers et pas de la politique nationale. La position du député sur le cumul est assez confuse ! Et puis voilà douze ans qu’il est vice-président de la communauté de communes, il a toujours soutenu André Trigano, il n’a jamais voté contre aucun projet, et il veut se faire passer pour opposant ? ce n’est pas crédible !»


Ils ont dit aussi

Dominique Mourlane pour le Front de gauche et Jacques Arthuys pour Europe Ecologie Les verts, ont pris la parole.


Dominique Mourlane : «Face à une liste socialiste menée par l’actuel maire des Pujols, il fallait chercher un rassemblement plus large à gauche. La politique clairement centriste de Fauré ne permettra pas de marquer une rupture. La volonté de Michel Teychenné de rassembler autour des valeurs de gauche et écologistes le rend plus légitime à mener une liste soutenue par le Front de gauche, et porter un projet commun. Nous avons confiance dans sa loyauté vis-à-vis des engagements pris !»


Jacques Arthuys : «L’écologie politique est présente à Pamiers depuis longtemps. Pour ces municipales nous avons fait le choix du pragmatisme en nous joignant à Michel Teychenné et ses amis du Front de gauche. La ville appelle un nouveau souffle Nous sommes porteurs d’une spécificité d’une politique différente. Nous voulons reprendre la transition énergétique, développer une économie sociale et solidaire. En rejoignant la liste «Pamiers au cœur - le renouveau» nous avons fait le choix de la raison, de l’intelligence et de la conviction!»


Propos recueillis par J.-Ph.C


Partager cet article
Repost0
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 12:27

Avec une pensée pour ceux qui à la Communauté des Communes de Pamiers ont voté l'installation du quai de chargement de l'entreprise Denjean-Granulat à Gabriélat : MM. Trigano, Deymier, Fauré et quelques autres. Ils subventionnaient volontairement cette entreprise en lui permettant d'échapper à ses engagements de ferroutage depuis Saverdun en faisant payer l'ITE par la CCPP, et non par Denjean-Granulat. Les élus du Groupe de gauche s'étaient fortement engagés avec la population de Trémège contre ce projet. Nous en reparlerons...

 

Michel Teychenné

 

 

 

logodepeche140

Pamiers. Gravières : un set pour les écolos

 

Publié le 06/01/2014 à 03:48, Mis à jour le 06/01/2014 à 08:14 | 5

 

environnement

 

Pamiers. Gravières : un set pour les écolos

Pamiers. Gravières : un set pour les écolos  

 

Le 19 décembre, le tribunal administratif de Toulouse annule l’arrêté permettant l’implantation de nouvelles carrières en basse Ariège. Une victoire pour les associations écologistes qui ne comptent pas en rester là.

Après des années de combat judiciaire, les associations Le Chabot de protection des rivières ariégeoises, France nature environnement Midi-Pyrénées rejointes par le Comité écologique ariégeois, ont gagné leur première bataille sur le dossier des gravières de basse Ariège. Le 19 décembre, le tribunal administratif de Toulouse leur a donné raison en annulant la modification du Schéma départemental des carrières d’Ariège mis en place en 2009 par le préfet. Cet arrêté avait permis l’implantation de nouvelles carrières en basse Ariège.

«Cette décision du tribunal nous fait plaisir et permet de commencer l’année sur une bonne nouvelle et qui on espère fera jurisprudence, confie Henri Delrieu, président de l’association Chabot. Mais on ne va pas s’arrêter là, il faut concrétiser l’essai. Nous attendons les résultats des recours que nous avons engagés contre les carriers qui se sont installés dès 2009 car leurs autorisations de création et d’extension de gravières sont aujourd’hui entachées d’irrégularité, si on se réfère au schéma départemental de 2003, à nouveau en vigueur depuis la décision du tribunal.» Une audience est programmée pour le 23 janvier pour le carrier Midi-Pyrénées Granulats.

En attendant, les associations ne baissent pas la garde. «On a gagné une belle bataille mais pas encore la guerre, avoue Jean-Louis Bertrand du Chabot. L’objectif des associations est maintenant de regarder vers l’avenir, vers le prochain schéma départemental des carrières qui est en cours de discussion dans les services de l’État. «Il ne faut surtout pas que ce nouveau schéma reproduise les erreurs du précédent, explique Daniel Strub du Comité Écologique Ariégeois, pendant les phases de concertation, on a essayé de changer les orientations établies : évaluation des besoins, économie des ressources, gestion de l’espace, etc. Il ne faut pas que la course à la folie recommence. La méfiance est de mise, il faut faire attention que le préfet ne valide pas les autorisations données en 2009 pour être débarrassé.» L’un des meilleurs moyesn de veiller au grain pour ces associations reste l’enquête publique sur le nouveau schéma qui devrait voir le jour dans le courant de l’année.


Le chiffre : 19

Décembre> 2013. C’est la date à laquelle le tribunal administratif de Toulouse a donné raison aux associations écologistes en annulant la modification du Schéma départemental des carrières d’Ariège mis en place en 2009 par le préfet.

La Dépêche du Midi

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 10:23

 

logodepeche.jpg

 

voeux-2014-Capturer-copie-1.JPG

Partager cet article
Repost0