Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 janvier 2020 4 23 /01 /janvier /2020 13:52

PAMIERS PLAGE ENFIN INAUGURÉE...
 

 

Juste une bonne pluie... et Milliane redevient un étang. Après 3,5 millions d'euros de travaux, et non pas 1,5 million comme annoncé par la majorité à l'époque, on pouvait espérer un peu plus de sérieux dans la réalisation des travaux et l'évacuation des eaux de pluie, entre autres. C'est déjà Pamiers Plage, il ne manque plus que les cabines. Lestang ne s'appelle pas l'étang pour rien! 

Nous avons dénoncé en conseil municipal le fait que Milliane était un projet bâclé, conçu pour être inauguré avant les élections. Son budget n'a cessé de grimper. Ce projet a aussi provoqué le massacre de 25 platanes centenaires, dont seuls cinq étaient malades et à abattre. Ils ont été remplacés par des arbustes qui ne feront de l'ombre que dans 15 ou 20 ans, au mieux...

Aujourd'hui, chacun peut se faire une idée du rapport qualité/prix de ce chantier pharaonique payé les Appaméennes et les Appaméens. Et encore, il reste à installer et à payer l'éclairage... M.Trigano et ses amis, comme M. Fauré et Mmes Doussat et Pancaldi, sont coresponsables de ce désastre financier. lls ont tout voté ensemble en commission et en conseil municipal, dans une touchante unanimité...à l'époque.


Michel Teychenné 
Conseiller municipal

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2020 2 21 /01 /janvier /2020 12:52

À QUOI JOUE LE MAIRE DE PAMIERS ?


À quoi joue le maire de Pamiers ? Il se plaint dans la presse de la trahison de Xavier Fauré et de Marilyne Doussat, annonce qu'ils sont rejoints par Françoise Pancaldi, elle aussi adjointe, s'amuse de ma comparaison avec Meghan et Harry et regrette que tout ce petit monde n'ait pas démissionné. Le maire se compare même à la reine d'Angleterre, mais elle au moins n'a pas traîné pour remettre de l'ordre chez elle. Le maire, lui, commente mais ne fait rien. 

Le « vaudeville municipal » continue à Pamiers. C'est donc à l'opposition de rappeler au maire que l'article L. 2122-18 du CGCT prévoit clairement que le maire peut retirer les délégations données à un adjoint sans qu'il soit besoin de motiver cette décision.  Il suffit que le maire prenne un arrêté de retrait de délégations à sa seule signature, ce qui en plus supprime automatiquement les indemnités liées à ces délégations. Le statut d'adjoint, lui, dépend du Conseil municipal. Je rappelle que les indemnités d'un adjoint qui cumule une vice-présidence de la Communauté de communes se situent quand même dans les 1 500 euros mensuels, ce n'est pas rien! 

Cette comédie aux frais du contribuable a assez duré! Monsieur le maire, faites comme la reine d'Angleterre, mettez de l'ordre à la Mairie, chose facile avec un simple arrêté municipal. 


Michel Teychenné
Ancien député européen
Conseiller municipal

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2020 5 17 /01 /janvier /2020 17:42

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Michel Teychennné réclame la démission immédiate
de Xavier Fauré et Maryline Doussat


Avant Noël, Maryline Doussat et Xavier Fauré, adjoints au maire, ont officialisé leur rupture avec le maire André Trigano et la majorité municipale. Cela a beaucoup surpris à Pamiers, car pendant six ans de mandat, ils n'avaient jamais donné le moindre signe de désaccord ou de réserve vis-à-vis du maire et de sa politique. 

Mais un mois après, je suis obligé de constater que cette annonce d'une liste concurrente à celle du maire tourne au « vaudeville ». Les deux adjoints n'ont même pas démissionné de leur délégation d'adjoints. Ils continuent comme si de rien n'était à représenter en ville le maire qu'ils veulent « virer » aux prochaines élections. Ils continuent à toucher leurs indemnités d'adjoints, et de vice-présidente de la Communauté des communes pour Mme Doussat,  fonctions qu'ils ne doivent qu'au bon vouloir du maire-président André Trigano et de sa majorité. 

Dans la vie politique, quand on est plus d'accord, « on ferme sa bouche ou on démissionne », disait Chevènement. Mais à Pamiers comme chez les Windsor, nos Meghan et Harry appaméens veulent eux aussi leur indépendancem mais avec le beurre et l'argent du beurre... non pas de la reine, mais de la Mairie! 

J'invite donc Maryline Doussat et Xavier Fauré, au nom du respect des électeurs, à assumer leur indépendance politique nouvelle et à démissionner immédiatement de leur délégation d'élus ainsi qu'à rembourser leurs indemnités non justifiées. C'est le minimum de clarté et de transparence qu'ils nous doivent. Il est temps de mettre fin à cette comédie qui ridiculise le Conseil municipal.


Michel Teychenné
Ancien député européen
Conseiller municipal et communautaire


+
 

Pamiers : Teychenné tacle le duo Doussat/Fauré
Pamiers : Teychenné tacle le duo Doussat/Fauré

Michel Teychenné, alité, a dû renoncer à se présenter aux élections mais pas à y mettre son grain de sel. Ainsi, en tant qu’élu de l’opposition, il joue le rôle de « sniper » pour la liste Mémain. Ses dernières cibles : Maryline Doussat et Xavier Fauré, les deux adjoints d’André Trigano qui montent une liste contre lui. « Cela a beaucoup surpris à Pamiers, car pendant six ans de mandat, ils n’avaient jamais donné le moindre signe de désaccord ou de réserve vis-à-vis du maire et de sa politique », souligne l’élu dans un communiqué.

Surtout, Michel Teychenné leur reproche de ne pas avoir démissionné de leurs postes d’adjoints. « Ils continuent comme si de rien n’était à représenter en ville le maire qu’ils veulent « virer » aux prochaines élections. Ils continuent à toucher leurs indemnités d’adjoints, et de vice-présidente de la communauté des communes pour Mme Doussat, fonctions qu’ils ne doivent qu’au bon vouloir du maire-président André Trigano et de sa majorité ».

Et de comparer les deux adjoints au prince Harry et sa femme qui veulent quitter la famille royale britannique tout en conservant certains avantages. « Dans la vie politique, quand on est plus d’accord, « on ferme sa bouche ou on démissionne », disait Chevènement. Mais à Pamiers comme à Windsor, nos Meghan et Harry locaux veulent bien leur indépendance avec le beurre et l’argent du beurre...».

Il invite donc Maryline Doussat et Xavier Fauré au nom du respect des électeurs, à assumer leur indépendance politique nouvelle et à démissionner immédiatement de leur délégation d’élus ainsi qu’à rembourser leurs indemnités non justifiées ».


La Dépêche du Midi

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2020 1 13 /01 /janvier /2020 14:00

Meilleurs voeux de Michel Teychenné
aux Appaméennes et Appaméens



En ce début de nouvelle année 2020, je souhaite aux Appaméennes et Appaméens tous mes voeux d'abord de santé (j'en mesure au quotidien l'importance), et aussi de bonheur en famille et entre amis. Que 2020 soit pour notre ville l'année du changement tant attendu.  Pamiers mérite mieux que cette bagarre fratricide à droite entre gens dont le seul projet politique est de garder le pouvoir, alors qu'ils ont mené ensemble pendant six ans la même politique, sans jamais émettre la moindre critique ou réserve.

Je souhaite donc que 2020 soit l'année du changement pour Pamiers, pour une ville plus solidaire, plus écologique, plus respectueuse du vivre ensemble. Avec au coeur du changement une municipalité à sensibilité de gauche et écologiste, une équipe citoyenne enfin au service de toute la population.


Michel Teychenné
Ancien député européen
Conseiller municipal
Conseiller communautaire

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2019 2 26 /11 /novembre /2019 13:19

PAMIERS A MAL À SA LAÏCITÉ
Ou quand le maire de Pamiers nous invite à aller à la messe !



Mes chers collègues du Conseil municipal,

C'est avec surprise que je découvre que le Maire et l'adjointe à la Culture nous invitent à « célébrer la Sainte-Cécile » par une messe à 10 h 30 en l'église du Camp !


 




Dans un moment où la société française est traversée par un débat profond sur l'application des règles de la laïcité dans l'espace public pour toutes les religions, et où 65 % des Françaises et Français ne se revendiquent d'aucune religion, il me semble tout à fait regrettable que la Mairie de Pamiers, au nom du Conseil municipal, utilise les moyens de la Municipalité pour inviter à une célébration religieuse qui relève de la conscience de chacune et de chacun, mais pas du rôle de la Ville.

Comme il est de tradition pour la « Sainte-Cécile », une invitation au concert en l'église du Camp ouverte à tous après la cérémonie religieuse et un vin d'honneur en Mairie pour les musiciens et le clergé qui prête amicalement l'église pour cet événement sont dans le rôle normal de la Municipalité, et ne posent aucun problème.

Il est par contre regrettable qu'à Pamiers, des élus n'aient pas encore intégré les règles de base de la laïcité. À quelque mois des élections, cette tentative de récupération politique d'une cérémonie religieuse n'honore pas leurs auteurs qui, pour faire bonne mesure, utilisent une belle représentation de « la Sainte », auréole dans le style byzantin comprise, pour illustrer... un carton d'invitation de la Mairie de Pamiers !

Meilleurs sentiments,

Michel Teychenné
Conseiller municipal

 

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2019 3 20 /11 /novembre /2019 10:23

 

 

 

 

« Ce n’est pas de gaieté de cœur, mais il faut être sérieux ». Hier, Michel Teychenné a officialisé sa non-candidature à la mairie de Pamiers. Un bouleversement important dans le ciel politique appaméen. Ce dernier était le principal opposant d’André Trigano depuis deux mandats. Les échos de leurs joutes verbales lors des conseils avaient largement dépassé les limites de la commune. Mais cloué au lit depuis plusieurs semaines à cause de problèmes physiques, le plus célèbre opposant de l’Ariège a dû jeter l’éponge.

« Une campagne, c’est déjà physique. Mais une fois élu, il faut assumer le boulot », insiste le conseiller municipal. D’autant plus que pour celui qui a rejoint les Insoumis après une longue histoire au PS, Pamiers est à « un moment historique » où la gauche peut faire basculer la mairie. Et si la gauche est dans cette position, ce n’est pas uniquement dû aux tiraillements du camp Trigano et à la multiplicité des candidatures, c’est aussi parce que Michel Teychenné a œuvré à son rassemblement. « Je suis content d’avoir réussi à mettre tout le monde autour de la table. Ce n’était pas évident après trois ans de dispute. Cela, je leur laisse », se félicite-t-il. 

Bien sûr, pas question d‘abandonner la politique. Il compte bien donner un coup de main à la liste Pamiers citoyenne, la liste de gauche, écologiste et solidaire où sa très bonne connaissance des dossiers municipaux et son analyse sont appréciées. 
 


Michel Teychenné avait fait son entrée au conseil municipal de Pamiers en 2008. Il était septième sur la liste de Milou Franco (PS) et son directeur de campagne. Puis il avait pris la tête du groupe d’opposition. En 2014, il avait monté sa liste contre celle officielle du PS menée par Alain Fauré. Il était arrivé en 3e position avec 19, 3 %. L’absence d’entente entre les deux listes de gauche au second tour avait assuré la victoire à André Trigano (41, 54 % au premier tour). 

« Durant ces deux mandats avec Bernadette Subra nous avons fait vivre le débat démocratique, informé les Appaméens sur les enjeux et les problèmes, proposé beaucoup souvent sans être entendus. Nous avons été entre autres à l’initiative du sauvetage des abattoirs, de l’achat de la Providence et du carmel », écrit-il dans un communiqué. Jusqu’au bout, l’opposant aura dénoncé les dérives financières et les « copinages » de la majorité. « La mairie fonctionne comme une baronnie d‘Ancien Régime. Au XXIe siècle, le conseil municipal doit être un lieu de débat et d‘orientation pas une chambre d’enregistrement », assure-t-il. 

Néanmoins, « en dehors des éclats de voix », Michel Teychenné gardera un bon souvenir de ces années. Il retient « la convivialité et le respect entre les élus de tout bord ». 

+

COMMUNIQUE DE PRESSE DE MICHEL TEYCHENNÉ


Après deux mandats de conseiller municipal de Pamiers, j'ai décidé de ne pas être candidat aux prochaines élections municipales. C'est un choix personnel qui m'est dicté à regret par les circonstances. En effet, depuis deux ans, les suites d'une grave opération du dos, puis un nouvel accident cet été, m'imposent de réduire fortement mes activités. Il ne serait ni raisonnable ni honnête de briguer le mandat de maire de Pamiers dans ces conditions.

Le temps du changement et du renouveau est venu à Pamiers, et nul n'est indispensable, tant dans l'opposition... que dans l'actuelle majorité.

L'appel au rassemblement que j'avais lancé dans la presse pour la création d'une liste citoyenne est devenu une réalité avec Pamiers Citoyenne, la liste de gauche, écologiste et solidaire. Elle est assurée de tout mon soutien et de mon aide dans la campagne électorale qui commence. Je suis heureux d'avoir contribué à ce rassemblement des forces de gauches et des écologistes.

Durant ces deux mandats, avec Bernadette Subra, nous avons fait vivre le débat démocratique, informé les Appaméens sur les enjeux et les problèmes, proposé beaucoup... souvent sans être entendus. Nous avons entre autres été à l'initiative du sauvetage des abattoirs, de l'achat de la Providence et du Carmel. Nous avons aussi régulièrement dénoncé les dérives financières et les « copinages » dans de trop nombreux dossiers. C'est le rôle ingrat mais combien nécessaire des élus de l'opposition dans cette Mairie qui fonctionne encore comme une baronnie de l'Ancien Régime.

Je remercie chaleureusement toutes celles et tous ceux, nombreux, simples citoyens, qui nous ont encouragés, soutenus et aidés à remplir notre mission d'élus pendant toutes ces années.


Michel Teychenné
Ancien député européen
Conseiller municipal et communautaire

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2019 5 04 /10 /octobre /2019 12:43

Municipales à Pamiers

MICHEL TEYCHENNÉ APPELLE À L'UNION
DES PROGRESSISTES EN DEHORS DES PARTIS

 

 

 

Jusqu'ici, il était resté relativement discret. Une petite déclaration après les Européennes. Alors que plusieurs prétendants à la mairie se lançaient, lui préférait garder ses piques pour la politique municipale. Mais en ce début octobre, Michel Teychenné (Insoumis) a décidé de sortir du bois. Pas pour annoncer une candidature comme tout le monde ici attend. Non, pour appeler au rassemblement. «À l'exemple de Toulouse, nous voulons rassembler les forces vives de la ville. La liste ne sera pas partisane, chacun viendra avec ses convictions, son engagement. Et aucun parti politique ne pourra revendiquer cette liste. Ce sera un archipel citoyen», affirme-t-il. Néanmoins, cette liste défendra des valeurs : celles des progressistes, de la gauche et des écologistes. «Elle s‘inscrit dans l'opposition à la politique libérale de Macron», indique Michel Teychenné.

Autre surprise, dans un souci de rassemblement, il ne revendique pas la tête de liste. «Ensemble, nous choisirons de manière démocratique nos candidats et candidates. Il faut que tout soit ouvert», assure-t-il.

Il lance donc un appel à tous ceux qui souhaitent s'engager à venir les retrouver pour construire un projet. «Actuellement, il y a une dizaine de commissions au travail. Elles sont ouvertes à tous. La priorité, c'est le projet», martèle-t-il.

Néanmoins, les personnes engagées dans cette démarche ont une forte ambition : faire de Pamiers une ville modèle en matière de développement durable. «C'est le grand défi du XXIe siècle», assure Michel Teychenné.

Ils veulent aussi combattre la pauvreté (21 %) et le chômage (22 %) qui règne sur la ville. «Le résultat de l'équipe en place».

Pour Michel Teychenné, les Appaméens veulent du changement. «C'est le mandat de trop. Après 5 ans d'immobilisme, on assiste à une frénésie de travaux menés dans le plus grand désordre et à grands frais. Des projets bâclés pour tenter de faire oublier l'inaction», dénonce-t-il.

Pour lui, la succession d'André Trigano a été ouverte par ses propres amis «de la pire des façons». Référence à LR qui a annoncé ne pas soutenir le maire sortant mais une liste de droite en train de se monter.

«Il reste 6 mois avant les élections et la ville est devenue une véritable pétaudière. Depuis des mois, des tensions perturbent la bonne marche de la mairie. Le personnel municipal paye ces luttes internes. Ordres et contre ordres se succèdent», continue-t-il.

Fin octobre, l'ensemble des commissions et des collectifs citoyens qui œuvrent organiseront une journée de rencontre, d'échanges et de propositions, ouverte à tous.

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2019 7 08 /09 /septembre /2019 16:55

LES COMPTES FANTASTIQUES DE MILLIANE
par André Trigano

Les dernières déclarations du maire concernant le chantier de Milliane sont pour le moins inexactes... Un conte pour bambins pour un chantier à problèmes. Oui le déversoir d'eau de pluie avait été tout bonnement oublié dans le projet, et de nombreuses erreurs de « niveaux » ont retardé ce chantier. Oui la Mairie connaît de graves problèmes financiers, nous l'avions annoncé dès le vote du budget : après cinq ans d'inaction et de reports de projets, le maire a lancé de nombreux chantiers en désordre et mal ficelés, pressé par la seule proximité des élections et par l'annonce de sa candidature... Résultat : deux fois plus de chantiers que nos capacités financières ! 

Les prétendues erreurs de factures des entreprises relèvent de la fable. Malgré les trois millions d'emprunts faits en toute discrétion, la Mairie n'arrive pas à faire face financièrement. Le chantier de Milliane, d'abord annoncé par le maire à 1,5 million d'euros, puis à 2,5, coûtera en réalité trois millions et demi d'euros : un bel exemple de gabegie qui plombe lourdement le budget municipal et qui a obligé la Mairie à abandonner des projets comme celui du Carmel ou celui de l'aménagement de la salle du Jeu de Mail... Cela fait très cher pour créer « Pamiers plage » au bord du canal et réduire le parking sur Milliane de 750 places à seulement 258. Un vrai mauvais coup pour les habitants et les commerces du centre-ville en manque de places de parking. En fait, des travaux de prestige, mal pensés et hors de prix pour lancer une campagne électorale ... avec l'argent des Appaméens!

Michel Teychenné 
Conseiller municipal

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2019 7 14 /07 /juillet /2019 14:55

PAMIERS LA DISPENDIEUSE 

Mise au point sur la « Villa Major »,
opération immobilière de « standing » financée par... vos impôts ! 



La « Villa Major », ancienne maison Pédoussat rue Gabriel Péri, a été inaugurée en grande pompe cette semaine... avant même le début des travaux !

Suite à ses déclarations dans la presse sur ce projet immobilier, nous demandons au maire de clarifier le plan de financement de cette opération. Aucun chiffre annoncé par la presse ne correspond à la délibération votée en Conseil municipal, et la Mairie refuse de répondre à notre demande écrite concernant le plan de financement global définitif. Ce qui pose un grave problème de transparence et de démocratie.

E
n outre, il a été confirmé à la dernière séance de la CCPAP que la Communauté de communes ne participera pas financièrement à ce projet. La seule subvention votée à l'heure actuelle est celle de la Mairie de Pamiers, de 850 000 euros. Soit une énorme subvention de 60 000 euros d'argent municipal par appartement, à vendre théoriquement au prix de 1800 euros le mètre carré. Une opération immobilière de « prestige » largement financée par les impôts des Appaméens dans une ville qui compte plus de 420 logements habités, mais indignes ou insalubres, recensés par le Contrat de ville.

Nous demandons donc au maire de Pamiers de communiquer sans délai le budget prévisionnel global de ce chantier, avec le prix d'achat du bâtiment ancien, les coûts de démolition et de reconstruction, les subventions demandées et obtenues, et bien sûr le prix de vente moyen au mètre carré. C'est quand même un minimum !

L
a précipitation avec laquelle le maire a engagé la Mairie dans ce projet dispendieux ne peut en aucun cas justifier ce flou financier et le niveau démesuré de la subvention municipale accordée... comme par hasard à huit mois des élections !

Michel Teychenné et Bernadette Subra
Conseillers municipaux

 

Partager cet article

Repost0
28 juin 2019 5 28 /06 /juin /2019 15:08
PLU : Ça chauffe au Conseil - Mes interventions
PLU : Ça chauffe au Conseil - Mes interventions
PLU : Ça chauffe au Conseil - Mes interventions

Pamiers
CONSEIL MUNICIPAL DU 28 JUIN 2019


La dernière séance avant les vacances a été chaude, une fois de plus. L'urbanisme sous toutes ses formes au fondé le plat de résistance de nouveaux accrochages.

Avec le PLU à l'affiche du conseil municipal, on était assuré du spectacle. Hier soir, en séance, l'avenir de l'urbanisme appaméen a provoqué un échauffement dans une assemblée déjà en état de surchauffe climatique. Ne cherchez pas d'où sont venues les flammes, Michel Teychenné (Pamiers au cœur) était à la manœuvre. Mais l'autre opposition réunie sous la bannière de «Pamiers ensemble» n'a pas été en reste, et JC.Cid ou A.Faccheti sont souvent montés au front. En face, Claude Deymier, qui présentait l'essentiel des délibérations sur le sujet, a lutté pied à pied contre ses contradicteurs. Le premier d'entre-eux, Michel Teychenné : au moment de voter l'arrêt du PLU il s'est lancé dans un réquisitoire sévère contre «25 ans de politique municipale, une ville qui accumule toute la misère du département. Votre mandat, ce sont les logements indignes, l'étalement urbain et le tout voiture ! Nous avions demandé un PLU au niveau de l'agglomération…» Et de reprocher au maire de faire «des cadeaux aux promoteurs immobiliers» dans un long propos conclut sur cette apostrophe : «Reportez cette décision, et laissez la nouvelle équipe municipale la prendre. Je ne vote pas ce PLU !» André Trigano s'est élevé contre ces assertions : «Tout ce que vous dites est faux, vous dites tout et son contraire:

L'autre groupe d'opposition s'est abstenu, tout en déplorant par la voix de J.-C.Cid, «que les communes voisines ne témoignent pas d'un plus grand esprit communautaire» en laissant courir leur urbanisation.

L'Aire de Valorisation du Patrimoine (AVAP), plus consensuelle, a apporté une petite trêve, mais de courte durée. Rompue par la vente de l'actuel office du commerce à un restaurateur de renom qui se propose d'ouvrir là un établissement de bon niveau. Pour le maire l'occasion est trop belle d'installer cette table en pleine ville. Un couvert dont Michel Teychenné ne veut pas : il juge trop faible les 70 000 euros proposés. On passera sur un imbroglio autour d'une délibération retirée, et liée à cette vente. Le ton est monté une fois de plus. Michel Teychenné dénonçant le partage de l'ensemble Providence, et reprochant à la majorité de «vendre le patrimoine municipal aux copains ! Un dépeçage du bien public !» Le conseil s'est achevé sur le même tempo, avec une dernière empoignade sur le transfert du SSR au Chiva, et le projet de «maison de santé» en centre-ville. Décidément, la dernière séance, avant les vacances n'aura pas été de tout repos !


150 000 € de subvention supplémentaire pour le SCA

Elle était très attendue cette subvention. Ce sont les 150 000 euros que les élus viennent d'octroyer au SCA, en plus de sa subvention habituelle, pour faire face aux enjeux financiers consécutifs à la montée du club en fédérale 1. Il s'agit d'une subvention avec une convention d'objectifs, qui dispose en gros, que cette subvention sera versée en deux fois, la seconde partie étant liée au moins au maintien en fédérale 1 pour la saison 2020-2021. La subvention a été votée à l'unanimité, mais allégée de quelques lignes inscrites à la délibération, car des élus d'opposition ont douté que l'on puisse faire miroiter des «retombées financières pour les commerces locaux». André Trigano, qui n'avait pas envie de batailler là-dessus, a accepté le retrait de la phrase, satisfait au final que le conseil, au grand complet, vote la subvention demandée.

La Dépêche du Midi - Jean-Philippe Cros

PLUS

Pamiers - Conseil municipal du 28 juin 2019
INTERVENTION DE MICHEL TEYCHENNÉ


Au sujet du Plan Local d'Urbanisme : « Table ouverte pour les promoteurs »

Avant de parler d'un nouveau PLU attendu depuis 10 ans quand même, je voudrais faire le bilan de vos 25 ans de gestion de l'urbanisation à Pamiers.


En 25 ans, vous avez défiguré Pamiers, vidé le centre-ville, pratiqué l'étalement urbain, multiplié les zones commerciales et les lotissements au gré des demandes des promoteurs. Vous et votre équipe n'aviez qu'un objectif en tête : arriver à "20 000 habitants à Pamiers" ! Cette politique du chiffre est un échec, tant sur le plan humain que sur celui de l'urbanisme.

Aujourd'hui, tous les habitants constatent chaque jour les dégâts de votre politique urbaine : le centre-ville dévasté, 37 % des commerces de la ville fermés, 1200 logements fermés, 430 logements indignes mais loués par des propriétaires indélicats qui, en échange des APL, hébergent toute la misère de notre société, sans malheureusement être inquiétés ni par la Mairie ni par la CCPAP chargée du contrôle de ces logements.

En 25 ans, vous avez toujours privilégié l'étalement urbain, mélangeant allègrement habitations nouvelles et zones commerciales nouvelles. La cité HLM du Chandelet ou les zones commerciales de la Cavalerie,ou des Milles Hommes sont des exemples visibles et récents de cette anarchie urbanistique, de cet étalement urbain et du "tout voiture", qui marqueront la période Trigano dans l'histoire de Pamiers.

Nous avions demandé que l'on fasse un "PLU Intercommunal" au moins au niveau de l'agglomération. Le maire-président a malheureusement refusé. L'actuel projet de PLU est très contraignant pour les Appaméens par rapport aux règles imposées aux autres communes de l'agglomération, où les investisseurs pourront quasi librement faire des lotissements à bas coût pour concurrencer directement Pamiers empêtrée dans sa nouvelle réglementation tatillonne.

Une réglementation malheureusement faite à la va-vite pour être votée avant les élections avec un cabinet-conseil dont j'ai pu constater le manque de compétence en commission ! Ce PLU c'est aussi table ouverte pour les promoteurs. Vous leur offrez 20 zones classées Opération Aménagement Programmé, alors que 4 seulement étaient demandées par le Contrat de ville et l'État. Les 16 autres sont des cadeaux aux promoteurs immobiliers, faits sur le dos des propriétaires de ces terrains qui ne pourront que vendre face à la démesure des coûts d'aménagement.

Cela fait 10 ans que la Mairie n'arrive pas à refaire son PLU, déjà retoqué une fois par la Préfecture. Ce nouveau PLU sera voté en janvier ou février juste avant les élections, ce qui est n'est ni correct ni urgent. C'est à la nouvelle équipe élue en mars de voter un PLU plus lisible, plus simple, plus proche des besoins réels de la ville et de ses habitants et qui mettra fin à l'affairisme immobilier.

Nous demanderons que ce dossier soit renvoyé après les élections. Refuser serait un déni de démocratie.

Au sujet de la vente "express" du bâtiment de l'Office du Commerce

Aujourd'hui, vous nous demandez de vendre pour 70 000 euros l'actuel Office du Commerce, alors que les travaux de rénovation ont coûté à eux seuls 90 000 euros, et que sa relocalisation va coûter le double ou le triple. En 10 ans, votre municipalité a été incapable de proposer un aménagement cohérent de cet espace public central formé par le parking des Trois Pigeons et le bâtiment de la Providence. Alors que cette espace, ce bloc communal en plein centre de Pamiers aurait dû être au coeur d'un projet ambitieux dans le Contrat de ville, vous avez tout simplement oublié d'en faire un projet central du contrat de ville... C'est un comble!

Est-ce qu'il vous paraît normal de brader l'Office du commerce avec du terrain autour, en plein milieu de cet espace public, en le vendant à l'actuel gérant du restaurant Deymier,(ce qui n'est pas un cadeau pour Claude Deymier),  pour en faire un restaurant privé et comme d'habitude sans mise en concurrence? Cela pour installer un restaurant en centre-ville alors que vous distribuez les permis de construire au Chandelet ou aux abattoirs pour des restaurants hors centre-ville depuis des années?  Vous prenez les gens pour des imbéciles?

Et je ne parle pas de l'absence de garantie financière de l'acheteur. Vous bradez un bâtiment historique de Pamiers du début du XIXe siècle et vous laissez à l'abandon la Providence, un hôtel particulier du XIVe siècle, qui forment un ensemble municipal unique qui mériterait un projet de valorisation global pour en faire un point d'attraction et de dynamisation du centre-ville. Ce que vous avez été incapable d'imaginer, de proposer et de faire l'inscrire au Contrat de ville.

Ce dépeçage des biens communaux au profit de quelques-uns de vos amis, ou de vos lubies électorales dans le secret de votre bureau est insupportable pour les Appaméens. Il se fait toujours au détriment de la Ville, de l'intérêt collectif, et au bénéfice de vos amis ou affidés.

Monsieur le maire, privatisation et copinage sont les deux mamelles de votre politique.


Il y a d'abord eu le terrain de l'ancienne école des Canonges, bradé sans appel à la concurrence à un célèbre promoteur et aujourd'hui à l'abandon. Il y a ensuite eu la vente à la découpe des anciens bâtiments administratifs des abattoirs, y compris les locaux de la pépinière d'entreprises et de l'Office du commerce, qui s'est faite dans les mêmes conditions d'opacité et de non mise en concurrence.

Même chose pour la maison située à l'angle du boulevard Tournissa et de la route de Mirepoix, qui avait été achetée pour améliorer le carrefour, mais qui a été revendue à perte à des promoteurs immobiliers... . Sans parler de la maison rue Gabriel Perri, achetée hors de prix à un adjoint et dont la Mairie ne sait que faire depuis!

Plus récemment, il y a eu la vente d'un terrain sur Milliane, puis au Chandelet, pour un cinéma bidon. Là, la Marie s'est carrément ridiculisée.  La vente de ce terrain est toujours bloquée, ce qui nous a fait perdre une occasion de vente et de création d'emplois.

N'oublions pas non plus la location pendant 20 ans par la Mairie, encore là à un promoteur bien connu, d'un rez-de-chaussée obscur et inutilisable de 500 mètres carrés, quand même ! Sa location et son aménagement reviendront à terme pour la Ville à un million d'euros... sans même qu'elle en devienne propriétaire au bout des 20 ans!

Et on pourrait parler de la subvention honteuse de 70 000 euros par appartement de luxe rue Gabriel Péri, la désormais "fameuse Villa Major" soit 850 000 d'euros d'impôts appaméens pour loger ceux qui peuvent payer 1800 euros le mètre carré. Vous subventionnez les plus riches, mais laissez faire les marchands de sommeil qui prospèrent en ville. Drôle de politique et curieuse Mairie...

Et que dire du prêt de 150 000 euros à l' école privée Intech pour lui permettre d'offrir sa formation « bachelor » au prix prohibitif de 9500 euros par étudiant, dans des locaux municipaux au loyer dérisoire.
Un festival de décisions du maire qui coûte très cher aux appaméens et rapporte pas mal à quelque uns ...


Au sujet de la maison de santé

Votre projet de "maison de santé", qui vise simplement à faire payer par des fonds publics municipaux le déménagement d'un cabinet médical existant sur Pamiers, pour le rapprocher du centre-ville. Ce qui serait bien sûr totalement anormal, puisque les quatre cabinets médicaux installés sur Pamiers, sans parler des médecins indépendants, ont tous financé leurs investissements par leurs propres moyens. La Mairie ne peut faire un acte de favoritisme en finançant un d'entre eux pour le déménager en centre-ville aux frais du contribuable, et en contradiction avec toutes les règles qui régissent la médecine libérale. Une Maison de Santé doit être réservée à de nouveaux praticiens, pas à des médecins déjà installés. Votre projet avec 12 cabinets individuels de médecins payés par la Mairie n'est ni sérieux, ni conforme aux besoins de santé de la population. C'est juste une annonce électorale avant les élections. C'est pathétique de traiter le problème de cette façon en plus illégale, vous allez subventionner des médecins déjà installés sur Pamiers !

Partager cet article

Repost0