Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 10:50

UNE ARDOISE DE 500 000 € DUE PAR LE CONSEIL GENERAL A LA MAIRIE DE PAMIERS


Le jeudi 28 novembre, à l’occasion du conseil municipal, sera soumise au vote la délibération 7-1 ayant pour objet la mise à disposition gratuite de la future salle multisports située à Balussou, au bénéfice du Conseil Général. Depuis 2001 en effet, l’article L 1311-15 du Code général des collectivités territoriales impose que les équipements collectifs utilisés par une autre collectivité territoriale fassent l’objet d’une participation financière au bénéfice de la collectivité territoriale propriétaire de ces équipements. 

 

Nous ne sommes pas contre le vote de cette convention spécifique pour ce gymnase nouveau  mais nous demandons avant ce vote, que soit régler le problème global de la mise a disposition des gymnases municipaux de Pamiers au Conseil Général qui dure depuis 2001!


L' article L1311-15 du CGCT concerne en particulier, à Pamiers, les gymnases municipaux qui sont mis à disposition des élèves et enseignants des collèges et des lycées.


Depuis 2001, le Conseil Régional a versé à la Mairie de Pamiers une participation financière de 40 000 € par an pour les deux lycées concernés, à savoir celui du Castella et le lycée Irénée Cros. Soit un total d’environ 500 000 € sur la période.


En ce qui concerne le Conseil Général, qui est soumis aux mêmes règles que la Région, il n’a jamais versé aucune participation à la Ville de Pamiers, ni signé aucune convention de gratuité. Nous avions d’ailleurs signalé cette anomalie grave à l’occasion d’un conseil municipal il y a quelques années, et demandé au maire de mettre fin à cette situation.


Aujourd’hui, les élèves du collège Bayle utilisent un gymnase municipal, et les élèves de Rambaud utilisent le gymnase municipal qui se situe au rez-de-chaussée de la Maison des Jeunes et de la Culture – la MJC. Cela limite les possibilités de réaménagement ou d’agrandissement de la MJC sur ce site, et entraînera des surcoûts financiers importants lors de la mise aux normes du bâtiment dans le cadre du Plan de mise en accessibilité de la voirie et des espaces publics (PAVE), qui vise à faciliter l’accès aux handicapés et aux personnes à mobilité réduite, notamment à la MJC par l’installation d’un ascenseur.


Nous sommes malheureusement obligés de constater que, à l’inverse du Conseil Régional, le Conseil Général n’a pas respecté la loi et s’est soustrait à son obligation de verser une participation financière pour l’utilisation de ces bâtiments (équivalente à celle de la Région) : une ardoise de 500 000 €.


Nous allons donc saisir l’actuelle majorité municipale et Monsieur le Maire à l’occasion du Conseil municipal de jeudi pour leur demander de mettre fin à cette situation qui pénalise lourdement les Appaméens. En effet, l’absence de cette participation financière du Conseil Général pèse directement sur le budget de la Ville de Pamiers, et donc sur les impôts.


 500 000 € d’impayés représentent une somme importante dans une période difficile sur le plan budgétaire. Une participation de 40 000 € par an du Conseil général pourrait être affectée aux activités scolaires et périscolaires et à l’entretien des bâtiments concernés, qui sont aujourd’hui totalement à la charge de la Ville de Pamiers.


Nous attendons que l’actuelle majorité prenne des engagements précis pour mettre fin à cette situation illégale et pénalisante pour la Ville de Pamiers, et qu’elle récupère les sommes qui sont dues par le Conseil Général, sommes qui ne peuvent être confondues avec des subventions d’équipement comme c’est le cas dans la délibération 7-1. En effet, le Conseil Régional a subventionné le nouveau gymnase pour 250 000 €, contre 150 000 pour la Conseil Général, et la Région ne demande pas de clause de gratuité.

 

 

Pour les élu(e)s du Groupe de gauche

 

Michel Teychenné

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 11:59

  la filière équitation ariègeoise asphyxiée par la hausse de TVA

 

Passer de 7% à 20% le premier janvier est énorme et injuste. L'équitation est la troisième fédération française en nombre de pratiquants, elle s'est beaucoup démocratisée depuis 20 ans, c'est aussi un des rare sport très féminin, une petite fille sur cinq pratique l'équitation.

 

En Ariège c'est un secteur économique important , un débouché pour notre filière d'élevage et surtout pour l'animation touristique de nos territoires.

 

Rien n'oblige aujourd'hui le gouvernement à relever le taux de TVA en 2014 et la directive européenne TVA concernée doit être renégociée en 2015...

 

Une décision incompréhensible et un mauvais coup au tourisme en espace rural et à la démocratisation des sports équestres.

 


Le Taux de TVA de 7 %  applicable est issu des points 13 et 14 de l’annexe III de la Directive TVA et la Cour de Justice de l’Union Européenne ne s’est jamais prononcée sur ce point.

 
Non seulement la Cour ne s’est pas prononcée au titre de l’exception « sur l’utilisation ou les droits d’accès aux installations sportives », mais, de surcroît, le gouvernement Fillon  avait pris l’engagement de ne pas modifier les taux sans condamnation de la France par la CJUE, selon le rapport du Sénat sur l’article 63 de la loi de finances du 29 décembre 2012.


Or il apparaît comme l’affirment les députés européens, que non seulement aucune décision de la CJUE n’est intervenue, mais qu’encore aucune menace de procédure ne pèse sur la France , ce que Stéphane LE FOLL a confirmé, en recevant une délégation du GARD, et cela avant la renégociation de cette directive TVA prévue en 2015...

 

Pourquoi cette précipitation?

 

Michel Teychenné 

 

Ex- président national des éleveurs de chevaux de Mérens - SHERPA-France

Ex- membre des  Commission des Finances et Commission Transport du Parlement Européen

 

 

logodepeche140

Pamiers. Les centres équestres montent sur leurs grands chevaux

 

Publié le 24/11/2013 à 03:50, Mis à jour le 24/11/2013 à 09:31 | 3

 

J.Arthuys contre la hausse de la TVA pour les centres équestres

 

Jacques Arthuys tient les rênes depuis 1993 du centre équestre «la Bidoune». Ce dernier dit son inquiétude quant aux conséquences de l'augmentation de la TVA sur la filière. /Photo DDM J.-Ph. C

Jacques Arthuys tient les rênes depuis 1993 du centre équestre «la Bidoune». Ce dernier dit son inquiétude quant aux conséquences de l'augmentation de la TVA sur la filière. /Photo DDM J.-Ph. C

 

C’est aujourd’hui à Paris que la filière équestre manifeste contre l’augmentation du taux de la TVA de 7 à 20 %, les centres équestres tirent la sonnette d’alarme. avec à leurs têtes Jacques Arthys.

Est-ce la mort du petit cheval annoncée ? Si l’on en croit celles et ceux qui gravitent autour du monde des centres équestres, la hausse de la TVA de 7 à 20 % programmée par la commission européenne le 1er janvier prochain sonne le tocsin pour une profession sursitaire. C’est le cas de Jacques Artuys qui depuis 1993 tient les rênes d’un centre équestre, à un galop d’Escosse face à la chaîne des Pyrénées, sur un domaine de 55 hectares : La Bidoune. Un cadre exceptionnel pour une petite entreprise familiale qui jusqu’à présent ne connaissait pas véritablement la crise. Au contraire : «De 1980 à 2013, notre activité économique a connu une progression de 3 à 4 % par an. Donnez-moi un autre exemple d’un secteur d’activité qui connaisse une telle croissance ?» Mais attention, la médaille à forcément un revers. «Ça ne tombe pas tout cuit ! C’est le fruit d’un très long temps de travail, 365 jours sur 365 jours et ce depuis des années. Un centre équestre c’est un peu de vente, des pensions et beaucoup de cours d’équitation… Avec cette augmentation de 400 % de la TVA, le gouvernement a décidé le 25 octobre dernier à 5 heures du matin, qu’il condamnait le sport pour tous dans l’équitation ! Cette augmentation au départ a suscité la stupéfaction, puis l’inquiétude. Aujourd’hui j’éprouve une franche colère !» rue dans les brancards ce moniteur diplômé d’État qui a vu pas mal de petits Appaméens monter sa trentaine d’équidés. Et Jacques Arthuys de manifester son incompréhension devant «cette volonté de s’en prendre au territoire rural» à cette plaine de Basse Ariège qui comptait deux centres équestres en 1993 et qui en dénombre 15 à l’heure actuelle. «Avec 15 % d’augmentation, ce sera 20 à 30 % de perte de clientèle, 8 leçons contre 10 avant. Et les clients qui louent un box à l’année seront condamnés au 13e mois !»

«Je suis surpris»

Et Jacques Arthuys de décocher une flèche à l’endroit du député socialiste de sa circonscription, Alain Fauré : «Je suis surpris qu’il soit solidaire de Cazeneuve sur cette question. Il devrait l’être de notre territoire ariégeois qui compte 1 300 licenciés et dont les centres équestres représentent 40 emplois directs. S’ils persistent, en un an ils couleront un tiers des centres équestres en Ariège et les deux autres tiers dans les deux ans à venir ! Au plan national, ce sont 6 000 emplois qui seront supprimés. C’est ce qu’on a créé en 10 ans dans la filière. Sans compter 80 000 chevaux qui partiront aux abattoirs.» X.O

La Dépêche du Midi

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 10:23

 

11-nov-Capturer.JPG

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 14:43

Rubrique : Vaut mieux en rire

 

La phrase du jour lue dans la Gazette, page 4, dans l'article

"Le PRG fait cause commune avec le PS" :

 

"Pamiers est radicale, il y a une continuité entre les municipalités Bareilles, Soula et Trigano."

 

Cette pensée profonde est signée du stratège politique appaméen, tenant du "ni droite, ni gauche" mais toujours radicalement  impayable, Michel Astre. En plus une vrai vision d'avenir pour Pamiers dans la continuité...


La droite et la gauche c'est donc pareil ! C'est Bernard Soula qui va apprécier... et quelques autres aussi!

 

Michel Teychenné

Partager cet article

Repost0
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 12:03
PAMIERS :
UN PAS DE PLUS VERS UNE LISTE FRONT NATIONAL

Les Appaméens ont reçu cette semaine dans leurs boîtes aux lettres un questionnaire “spécial municipale” en couleurs du parti de Marine Le Pen. Ce questionnaire, sous couvert de les interroger sur la gestion municipale, la sécurité et l’immigration, est un alibi classique pour recueillir les adresses et les numéros de futurs sympathisants, et pourquoi pas de futurs colistiers pour un certain Monsieur Deléglise qui présente ce questionnaire et est visiblement le tête de liste du FN à Pamiers. Deléglise déjà candidat aux dernières cantonales sur Pamiers!
le-pen-1images.jpeg

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 11:04

Merci à toutes celles et à tous ceux, vraiment très nombreux, qui cette semaine m'ont apporté leur soutien. Ces marques d'amitié me touchent profondément et m'encouragent à me battre pour Pamiers. Cette reconnaissance du travail accompli depuis des années par les élus du Groupe de gauche au Conseil municipal de même que la condamnation des pratiques politiques locales et du cumul des mandats sont aussi partagées par une grande majorité d'Appaméens qui me le disent.

Le travail d'équipe engagé depuis des années au Conseil municipal et nos propositions pour Pamiers doivent trouver aujourd'hui leur prolongement dans  un  projet innovant pour la Ville et la Communauté de communes du Pays de Pamiers, en rupture claire avec les pratiques et les politiques du passé. Ce projet collectif devra être porté par un large rassemblement de toute la gauche, sans exclusive...Pamiers ne se gagnera ni au centre, ni à droite mais à gauche dans la clarté, et avec un projet innovant et partagé.

 

Michel Teychenné

 

:

UN EXEMPLE DE RÉACTION POLITIQUE

 

anews2010

 

le 17/10/2013, extrait de l'interview du porte parole du Parti de Gauche 09

 

 

Avez-vous suivi la primaire socialiste à Pamiers, et l’investiture d’Alain Fauré face à Michel Teychenné?


«J’ai été profondément choqué! Je ne connais pas Alain Fauré qui a l’air d’être un homme sérieux. Je suis donc étonné qu’il ne respecte pas ce qu’a adopté son parti sur le non cumul des mandats.

Ce n’est pas l’idée que je me fais des hommes politiques. Si tant de gens se rapprochent du FN, se détournent des urnes, c’est aussi pour ça. Les gens en ont ras-le-bol! Je suis d’accord avec Michel Teychenné là-dessus.

Ensuite, je vois l’antériorité des combats menés par Michel Teychenné. Il a obtenu des résultats en combattant dans l’opposition municipale. C’est donc étonnant que le PS lui refuse une investiture finalement assez légitime. Tout cela ne fait pas très sérieux !
»


Vous vous positionnez donc clairement contre le PS?

«Je suis surtout contre une certaine manière de gérer le territoire depuis 1946. Un régime qui fabrique des élus professionnels qui squattent tous les postes. C’est pour ça que le choix d’Alain Fauré me dérange. Pourquoi ne peut-il rester député et poursuivre le travail qu’il a engagé? On en a assez des fils de, cousins de, amis de…»

 

 


Partager cet article

Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 11:37

 

Michel Teychenné au PS ariègeois: "s'ils préfèrent le cumul à la diversité, qu'ils en tirent les conséquences"

 

logolib140-copie-1


Primaires PS à Pamiers : le perdant conteste
AFP 14 octobre 2013 à 20:07

Michel Teychenné a dénoncé un «bourrage des urnes à l’africaine».Michel Teychenné a dénoncé un «bourrage des urnes à l’africaine». (Photo Frederick Florin. AFP)

Michel Teychenné en a appelé à Harlem Désir pour régler cette «mascarade électorale», selon les mots du perdant.

 

Le perdant aux primaires socialistes pour les municipales à Pamiers, dans l’Ariège, conteste la régularité du scrutin et en a appelé lundi à Harlem Désir pour mettre fin à ce qu’il qualifie de «mascarade électorale». Michel Teychenné, 56 ans, qui a perdu les primaires jeudi face au député Alain Fauré, n’a pas exclu, si son recours auprès du Premier secrétaire du PS n’aboutissait pas, de présenter une liste de gauche concurrente.

Sur le même sujet
  • Primaires PS à Pamiers : le perdant conteste

Michel Teychenné, qui préside le groupe de gauche à la mairie de cette localité de 15 000 habitants, s’estime victime d’un «bourrage des urnes à l’africaine» avec des «inscriptions à la dernière minute» de votants. La Fédération dément toute irrégularité. «Je regrette que Michel Teychenné ait cette analyse, il sait très bien que le scrutin s’est très bien passé», a commenté le Premier secrétaire départemental, Jean-Christophe Bonrepaux, qui appelle le candidat malheureux à «une plus grande responsabilité» et à rejoindre la liste d’Alain Fauré.

Mais Michel Teychenné accuse également son rival, maire actuel de la commune ariégeoise des Pujols, de ne pas respecter «son engagement de ne pas cumuler les mandats». «La Fédération du PS de l’Ariège a voté un mars un texte sur l’interdiction du cumul sur lequel tous s’étaient engagés, et Alain Fauré continue, lui, de cumuler, et non seulement il cumule, mais il se présente à la mairie de Pamiers», a-t-il dit. «J’ai saisi Harlem Désir pour dire que ça suffisait», a-t-il ajouté.

Vers une liste dissidente ? 

Si le PS maintenait la candidature d’Alain Fauré, Michel Teychenné n’a pas exclu de présenter une liste divers gauche avec des représentants du Front de gauche et d’EELV. «Je réfléchis, il se pourrait que d’ici Noël je me décide à faire une liste DVG si on ne débouche pas», a-t-il déclaré. «S’ils préfèrent le cumul à la diversité, qu’ils en tirent les conséquences», a ajouté ce militant de la cause homosexuelle. Alain Fauré s’est refusé dans l’immédiat à dire ce qu’il ferait en cas d’élection à la mairie, se bornant à préciser qu’il se mettrait «en conformité avec la loi» sur le non cumul des mandats qui est en cours d’examen à l’Assemblée nationale. Il a également regretté que Michel Teychenné n’ait pas accepté le vote «ample et clair» des militants socialistes.

En attendant, personne ne sait s’il aura à affronter le maire actuel, André Trigano, figure historique du tourisme (campings), qui, à 88 ans, n’a pas encore fait savoir s’il allait se présenter pour un nouveau mandat. Il a indiqué à une correspondante de l’AFP qu’il ferait connaître ses intentions fin novembre début décembre.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 09:18

 

 

logodepeche140

 

 

Pamiers. Teychenné appelle Harlem Désir «à mettre fin à la mascarade»

 

voir communiqué ci-dessous

 

 

 

Pamiers. Les jeux sont faits, mais rien ne va plus

Publié le 12/10/2013 à 03:53, Mis à jour le 12/10/2013 à 09:39

Teychenné- Fauré

Michel Teychenné, Alain Fauré, jeudi soir. Photo DDM JPHC.

Michel Teychenné, Alain Fauré, jeudi soir. Photo DDM JPHC.  

Alain Fauré désigné à la tête de liste par les militants de Pamiers, Michel Teychenné conteste l’élection et en appelle au «national». C’est la crise au PS appaméen !


Tête de liste à la candidature socialiste : les militants ont tranché jeudi soir (voir notre édition d’hier) ce sera Alain Fauré. En choisissant ce dernier, ils ont finalement privilégié la représentativité, l’homme étant député, tout en sachant, puisqu’il s’y est engagé qu’une fois élu, et dès le renouvellement de l’assemblée, il rendrait son mandat national pour se consacrer à sa ville. C’est bien entendu un «coup dur» pour Michel Teychenné ébranlé dans sa représentativité d’opposant à André Trigano. Il a déclaré jeudi soir devant les militants se mettre «en congé de la section de Pamiers». Dans le communiqué que nous publions ci-dessous il opte pour une attitude résolument offensive et en appelle à Harlem Désir tout en confirmant son recours «au national» sur le scrutin qui vient de se dérouler dont il conteste la sincérité. Alain Fauré ne souhaitait pas réagir à la charge de Michel Teychenné, observant simplement «qu’il ne comprenait pas ce recours sur une telle différence de voix, et dans le cadre d’un scrutin absolument régulier».

 

Sans préjuger de l’avenir, et si la rupture était consommée entre les deux hommes, la gauche risque de souffrir d’une grande dispersion de voix aux municipales, si cette situation de dualité se précise à travers des listes distinctes. Un cas de figure défavorable qui conjugué au mécontentement qui s’attache toujours à un parti qui est au pouvoir, va redonner des ailes à André Trigano et son équipe sortante. Certes, comme l’a fait remarquer Alain Fauré, on ne sait pas encore «qui on aura en face de nous ?» De toute façon le «recentrage» de sa campagne, au sens strict du terme est annoncé, de manière à chasser sur les terres d’André Trigano, et toute velléité de Michel Teychenné ne pourra que s’ancrer plus à gauche.

 

 

Le texte intégral du mon communiqué

 

Michel Teychenné en appelle à Harlem Désir pour arrêter la « mascarade du PS » à Pamiers

Les militants socialistes ont voté en Ariège à 72 % contre le cumul des mandats. Tous les candidats aux législatives ont signé une lettre d’engagement à ne pas cumuler leur mandat de parlementaire et une fonction de maire ou d’exécutif local, dès leur élection, ce qu’ont scrupuleusement respecté Fédérique Massat et précédemment Jean-Pierre Bel, mais pas Alain Fauré, toujours maire des Pujols et vice-président d’André Trigano à la Communauté des communes de Pamiers, cela avec la bénédiction de la Fédération socialiste de l’Ariège.

Contre les statuts du PS et contre toute logique, la Fédération ariégeoise du PS a validé la candidature d’Alain Fauré au vote de la section PS pour la tête de liste aux municipales à Pamiers.

Ce vote, qui s’est déroulé le 10 octobre, était réservé aux seuls socialistes inscrits sur la liste électorale de Pamiers. Comme le redoutaient beaucoup de militants, il a été entaché de nombreuses irrégularités.
Par exemple, en tant que candidat, je n’ai pas eu accès à la liste des votants avant le début du vote! Des inscriptions de dernière minute sur cette liste ont été validées par la Fédération, notamment celles d’Alain Fauré et de son épouse ou encore celle d’un ancien maire de Bonnac, alors qu’ils n’avaient jamais voté à Pamiers! Plusieurs camarades connus pour me soutenir ont été rayés de la liste par le trésorier de la section, qui est aussi l’assistant parlementaire du député Fauré et son successeur désigné à la mairie des Pujols ! Des personnes qui n’étaient jamais venues aux réunions PS à Pamiers étaient inscrites et ont pu voter!

Les conditions de cette élection ne pouvaient déboucher que sur une défaite courue d’avance, orchestrée et programmée. J’ai donc décidé avec plusieurs de mes camarades socialistes appaméens de saisir les instances nationales du PS d’un recours sur trois points précis :

1) Le non-respect par le député-maire des Pujols de son engagement à ne pas cumuler, pris devant les militants socialistes et les électeurs de la 2e circonscription, mais jamais tenu. Alain Fauré ne pouvait donc être tête de liste PS à l’élection municipale de Pamiers.

2) La validation de cette candidature à la primaire à Pamiers par le premier fédéral du PS ariégeois, Jean-Christophe Bonrepaux, contre toutes les règles du PS et sans vote du Conseil fédéral.

3) Les conditions inadmissibles et les irrégularités graves du vote à la section de Pamiers.

Le vote des militants ariégeois contre le cumul des mandats, l’engagement des députés à respecter le non-cumul pris devant les électeurs et les statuts du PS ne peuvent être contournés par un simulacre d’élection à la section de Pamiers afin d’imposer un candidat choisi par l’appareil. Partout en Ariège les socialistes ont fait le choix du rassemblement avec un candidat unique par mairie... sauf à Pamiers, seule ville du département où il y a eu deux candidats, avec la candidature « surprenante » d’Alain Fauré.

Je demande à Harlem Désir de mettre fin à cette « mascarade électorale », qui donne une image détestable du PS ariégeois et, une fois de plus, discrédite certaines pratiques politiques locales.

Enfin, si la candidature du député-maire des Pujols était malgré tout validée par le PS ariégeois, j’en tirerai avec mes camarades appaméens toutes les conséquences conformément à nos convictions et à notre engagement pour Pamiers, cela dans la sérénité la plus totale.

Michel Teychenné
Président du Groupe de gauche à la mairie de Pamiers
Membre de la Commission nationale des conflits du PS
Membre de droit du Conseil national du PS

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 14:29

Pamiers. Les militants ont préféré Alain Fauré

Publié le 11/10/2013 à 03:51, Mis à jour le 11/10/2013 à 09:30

vote pour la désignation du candidat socialiste aux municipales

Le bureau de vote avait été installé salle sdes Capelles. /Photo DDM JPHC.

Le bureau de vote avait été installé salle sdes Capelles. /Photo DDM JPHC.

C’est Alain Fauré, et non Michel Teychenné que les militants de la section de Pamiers ont désigné, hier soir, pour conduire la liste aux prochaine s élections municipales.

Bon, c’est la fin d’une longue interrogation : qui va prendre la tête de liste des socialistes aux municipales ? Les militants de Pamiers en ont décidé hier, au terme de quatre heures de vote, départageant Alain Fauré et Michel Teychenné. C’est ainsi que le dépouillement du scrutin a donné l’avantage à Alain Fauré. Ce dernier, en effet, a obtenu la majorité des voix des militants avec 30 suffrages en sa faveur, contre 16 pour Michel Teychenné (un vote nul en sus).

Le vote se déroulait sous les voûtes de la salle des Capelles où les responsables de la section socialiste de Pamiers avaient organisé le scrutin. Le bureau de vote a été ouvert à 18 heures, pour se fermer à 22 heures. Certes il ne s’agissait pas d’attendre des milliers d’électeurs, puisque le registre de la section n’en aligne que soixante très exactement. Mais le choix d’une large plage horaire était destiné à permettre à tous ceux qui le souhaitaient de venir voter. Ils ont été 47 à se déplacer.

Alain Fauré : «Il faut aller au contact des Appaméens»

Après la proclamation du scrutin, Alain Fauré est intervenu remerciant d’abord ceux qui l’ont soutenu, et formant des vœux pour que ce processus se poursuive «avec dignité et dans le respect mutuel». Celui que les militants ont désigné pour conduire la liste socialiste aux municipales a ensuite averti «qu’il fallait aller au contact des Appaméens» sur la base «d’un programme réalisable et accepté par le plus grand nombre. Il faudra aussi expliquer ce que l’on veut faire et respecter ce qui a été fait par nos prédécesseurs, car ce travail est tout à fait respectable» Et ce constat : «Pour l’heure on ne sait pas qui nous aurons en face de nous !» Alain Fauré insistant sur le fait «qu’il ne fallait pas confondre vitesse et précipitation» a indiqué que la campagne ne démarrerait pas encore !»

M.Teychenné : «Je me mets en congé de la section»

Michel Teychenné, de son côté, prenait à son tour la parole pour exprimer «ses interrogations sur la composition de la liste électorale». Sur le fond, soulignant «qu’il ne changeait pas de position», il réaffirmait son opposition au cumul des mandats (visant bien entendu la situation qui pourrait être celle d’Alain Fauré), et tout en remerciant ceux qui avaient voté pour lui, rappelait le combat qu’il avait mené pendant six ans, avant d’avoir cette parole amère, en forme de coup de pique à Alain Fauré : «De toute évidence, il vaut mieux traiter avec lui que s’opposer à Trigano ! Dès ce soir je me mets en congé de la section de Pamiers, mais je reste au PS. Je vais prendre le temps de la réflexion. À bientôt»

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 12:54
Une liste FN aux municipales à Pamiers?

La leçon de la cantonale de Brignoles, c'est que l'union des forces de gauche, dès le premier tour des municipales, est une nécéssité absolue, face à la droite et l'extrème droite, à Pamiers comme ailleurs. Toute autre stratégie est vouée à l'échec et au risque d'élimination des listes de gauche dès le premier tour.

 D'autant plus que le FN annonce une liste  à Pamiers et à Saverdun cela dans une interview de sa présidente ariègeoise sur Ariège new's.
Avec 14,77% au premier tour des législatives et 19,10 % aux dernières élèctions cantonales sur le ville de Pamiers, la menace frontiste est réelle , la bataille des municipales sera rude et politique ! le FN dit avoir déjà investi son tête de liste... à suivre.

Michel Teychenné

   logoariege.jpg

Thérèse Aliot: «la belle-mère» de Marine Le Pen dans la bataille des municipales en Ariège

Allez-vous parvenir à présenter des listes étiquetées FN dans les principales communes?

«Je ne sais pas si nous pourrons le faire à Foix, mais je pense que ce sera possible à Saverdun, et à Pamiers, peut-être à Lavelanet. Nous sommes devenus un parti de gouvernement, d’action. Nous pouvons arriver aux affaires et montrer que nous sommes capables. Paris a déjà investi une tête de liste en Basse Ariège...

 

 

 


logonouvelobsgo

 


 

Brignoles: preuve de la nécessité d'une unité de la gauche pour Assouline (PS)


David Assouline, porte-parole du PS, voit un "coup de semonce" dans le score du FN, en tête de la cantonale du Var, et la preuve de la nécessité de l'unité de la gauche dès le premier tour. (c) Afp

David Assouline, porte-parole du PS, voit un "coup de semonce" dans le score du FN, en tête de la cantonale du Var, et la preuve de la nécessité de l'unité de la gauche dès le premier tour. 

Paris (AFP) - David Assouline, porte-parole du PS, voit un "coup de semonce" dans le score du FN, en tête de la cantonale du Var, et la preuve de la nécessité de l'unité de la gauche dès le premier tour.

"Pour la gauche, c'est un coup de semonce très clair", a commenté le sénateur sur Europe 1. "Ca vérifie ce que nous disons depuis plusieurs mois: quand le FN est fort, haut, il faut absolument l'unité de la gauche dès le premier tour".

"Si on additionnait les voix du Parti communiste et des Verts, là on était au deuxième tour", a observé l'élu de Paris.

Dans la cantonale partielle de Brignoles, le PCF sortant, soutenu par le PS, a obtenu 14,6% des voix, et EELV 8,9%. C'est une UMP qui, avec 20,9%, est qualifiée pour le second tour face au FN (40,4%).


M. Assouline a interpellé Jean-Luc Mélenchon, coprésident du PG, l'appelant à "se rendre bien compte de la responsabilité qu'il prend aujourd'hui à continuer à faire son ennemi principal du PS et du gouvernement, alors que le FN est très fort dans beaucoup de villes".

Appelle-t-il à voter UMP à Brignoles, comme le PS l'a annoncé dès dimanche soir ? "Bien sûr, sans aucune hésitation, pour nous c'est une question de principe".


"On n'est pas en train de se demander, comme M. Fillon, qui est le plus ou le moins sectaire. Il y a des partis républicains et un parti qui est un danger pour la République", "malgré tous les efforts de Marine Le Pen pour essayer de banaliser sa formation", a poursuivi M. Assouline.

"Le FN est un parti d'extrême droite à caractère xénophobe", a-t-il dit alors que la présidente frontiste a annoncé un combat y compris judiciaire contre cette étiquette.


Pour M. Assouline, en réalité, elle "renoue complètement avec l'extrême droite populaire, populiste on va dire", avec l'extrême droite des années 30 qui "se disait sociale, contre la finance, désignait l'étranger comme l'ennemi de l'intérieur".


Pour le responsable socialiste, "le style de l'opposition de l'UMP encourage le FN", "il crée de l'indifférenciation absolue entre les républicains et les autres partis".

 


Partager cet article

Repost0