Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logoparl140



logodepeche140


logonews140

logogaz140





PAMIERS AU COEUR


Pamiers au coeur - Le Renouveau


Rejoignez-nous sur le site de la liste Pamiers au coeur - Le Renouveau (cliquez sur le logo) !

18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 11:37
Rectificatif à l'article de la Dépêche:

Les élus du Groupe de gauche ne se sont pas abstenus sur les taux 2013 de la CFE votés par la majorité . Nous avons dénoncé avec force la proposition du maire qui en l’absence d’une délibération écrite à fait voter sur le rapport verbal de Monsieur Legrand un soi-disant accord avec les commerçants qui accepteraient de fortes augmentations pour 2013. Nous avons voté contre cette mascarade.
Notre proposition est de rester à la base minimum (base 2011: 828 euros) pour les commerces de moins de 250 000 euros de chiffre d’affaires et de monter à 6000 euros de base pour les chiffres d’affaires supérieurs, ce qui a été refusé par la majorité. Un très mauvais coup porté par le maire et ses adjoints au commerce appaméen et en particulier à celui du centre-ville.
Michel Teychenné
Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 22:23

Intervention de Michel Teychenné sur le projet américain de studios de cinéma à Pamiers 

 

Monsieur le maire, je suis un peu gêné pour aborder le débat d’orientation budgétaire, dans la mesure où le document présenté n’intègre pas l’information que vous avez donnée à la presse : la candidature de Pamiers pour accueillir le méga- projet Granja, ce projet de studios de cinéma qui devrait être totalement opérationnel d’ici 5 ans sur le site de Gabriélat !! Notre pauvre débat d’orientation budgétaire pour les 3 prochaines année risque d’être un peu bouleversé... si ce projet venait à se réaliser.

Les élus de gauche ne font pas partie, Monsieur le Maire, de ceux qui parlent “ de cinéma de votre part”, pour la bonne et simple raison que nous ne connaissons pas “ la réalité” de ce dossier que par la presse ariégeoise et haut-garonnaise. Ce dossier a déjà défrayé la chronique toulousaine et créé des vagues, et de nombreuses polémiques sur son manque de sérieux. D’ailleurs Martin Malvy a eu des mots assez durs à son sujet.

Je suis comme Saint-Thomas, je crois que ce que je vois, et pour l’instant je n’ai vu que des articles de presse.

Il s’agit pour Pamiers du même projet que celui prévu à Francazal. C’est en tout cas ce que vous avez dit. C’est donc rien moins que créer 4000 emplois en 5 ans (4800 exactement) : soit au moins 3 000 familles qui viendraient s’installer dans l’Appaméen en 5 ans. Tous ces emplois hautement spécialisés ne pourront être pourvus que par des Ariégeois, c’est évident! Cela va créer un appel d’air de niveau national, voire européen, dans les métiers du cinéma; ce qui est prévisible et normal.
3 000 familles de plus, c’est de 12 000 à 14 000 personnes à accueillir , à héberger en 5 ans, ce qui est très court – c’est presque la population actuelle de Pamiers !!!
C’est aussi 6 000 enfants à scolariser... C’est plus que doubler les capacités d’accueil actuelles de la petite enfance, plus que doubler les écoles, plus que doubler les collèges et la capacité des lycées... et cela en 5 ans. C’est très court. Et cela bouleverserait toutes les programmations budgétaires de la ville de la CCPP du CR et de la région, rien que cela.

C’est aussi adapter le PLU à cette nouvelle donne : les études que l’on vient de faire pour le nouveau PLU seraient donc déjà périmées. C’est en plus se poser la question des budgets publics qu’un tel projet va mobiliser en termes de voirie, de logement social, d’éducation, de petite enfance ... et bien sûr la répartition de charges nouvelles entre la Ville de Pamiers et la CCPP, le CG et le CR. tout devant être réalisé en cinq ans ! C’est enfin évaluer les gains en matière de fiscalité, les avantages et les inconvénients.

Sur l’agglomération toulousaine avec son million d’habitants, accueillir un tel projet n’est pas un problème, et n’engendrerait aucun surcoût public, vu la croissance naturelle de la population. Cela passerait comme presque inaperçu pour les finances publiques.

Ce n’est pas le cas chez nous à Pamiers. Le coût des investissements publics cités ci-dessus doit être évalué, d’autant que d’après des informations sérieuses en ma possession, M. Granja demande une défiscalisation totale pendant cinq ans comme l’avait obtenue Aubert-Duval . C’est de notre responsabilité d’évaluer notre capacité à digérer un tel projet . Qui va payer, Monsieur le maire, c’est la question ! Si ce projet est viable, nous n’en savons rien et je n’ai pas actuellement les éléments pour juger, mais les professionnels du secteur et les élus haut-garonnais que j’ai contactés ces derniers jours sont pour le moins très critiques sur le sérieux du dossier.

Une fois passée l’émotion de l’effet d’annonce qui a fait rêver beaucoup de monde, il faut revenir aux réalités. Il ne faudrait pas que Pamiers ait la bouche plus grosse que le ventre.

M. le Maire vous le savez bien, la TPU n’existe plus et la question du financement du coût public de ces investissements est aujourd’hui sans réponse évidente... Je comprends que M. Granja ne s’en préoccupe pas puisque Toulouse par l’autoroute ou par le train fournit un réservoir de main-d’œuvre pour son éventuel projet... mais c’est à nous de nous en préoccuper!

M. le Maire, il est urgent d’étudier l’impact financier, humain et fiscal d’un tel projet : nous vous demandons de mettre en place une commission d’élus qui préparera pour le prochain Conseil municipal une pré-étude d’impact. Et nous vous demandons aussi d’organiser un débat sur ce dossier au CM du mois de mars. Si le dossier est sérieux comme vous le dites, dans deux mois la décision pourra être prise puisque M. Granja disait en décembre qu’il était prêt, mais son offre d’achat à Francazal a été refusée par le préfet de région par défaut de garantie.

Nous souhaitons aussi que vous puissiez recevoir les élus du groupe de gauche pour nous informer du contenu exact du dossier de M. Granja, et cela rapidement.

Enfin attention M. le maire à ne pas refaire rêver nos concitoyens , les Appaméens, les Ariégeois vivent dans le département de Midi-pyrénées le plus touché par la crise, ils ne vous le pardonneraient pas. On ne joue pas avec la détresse, le chômage et la précarité. On ne joue pas avec l’espoir des gens.

Nous sommes disponibles pour travailler ce dossier sérieusement.

 

 

logodepeche.jpg

 

 

Publié le 18/01/2013 08:44

Ajouter un commentaire

Pamiers. Projet de studios de cinéma : comment y croire sans rêver ?

Conseil municipal

Gabrielat dans la course à l'acceuil des studios de cinéma. / Photo DDM - Tous droits réservés. Copie interdite.
Gabrielat dans la course à l'acceuil des studios de cinéma. / Photo DDM ()

Gabrielat dans la course à l'acceuil des studios de cinéma. / Photo DDM  

Séance sans surprise hier soir, au conseil municipal, où autour d'un ordre du jour maigrichon, on a surtout parlé studio de cinéma, et orientations budgétaires.

Trigano-cinéma, une première ! Moteur… On s'en doutait, la question du projet d'implantation des ex-studios de cinéma de Francazal à Pamiers est venue illico sur le tapis du conseil municipal hier soir. C'était en fait à l'issue des orientations budgétaires 2013, présentées par André Trigano, que le chef de l'opposition socialiste Michel Teychenné y est allé de son couplet sur ce projet ! À vrai dire, en se gardant bien de condamner la démarche, il a voulu soulever certaines incohérences, qui conduiraient si d'aventure l'affaire se concluait à faire venir à Pamiers 4 000 personnes, que l'on ne saurait où mettre avec leurs familles ! «Voilà qui viendrait bouleverser vos programmes budgétaires et de la ville et de la communauté de communes, mais aussi de la région, rien que cela ! Une fois passé l'émotion de l'effet d'annonce, qui fait rêver tout le monde, il faut revenir aux réalités. Il est urgent d'étudier l'impact financier, humain et fiscal d'un tel projet Il ne faudrait pas que Pamiers ait la bouche plus grosse que le ventre !»

«Je suis le petit qui n'a pas peur des grands»

André Trigano, le ton badin, a assuré qu'il ne voulait faire rêver personne : «Je suis trop vieux pour rêver, mais je travaillerai jusqu'au bout ! J'ai dit qu'il y avait un pour cent de chance que cela aboutisse, mais il faut quand même essayer d'avancer ! Le dossier existe, il est lourd et compliqué, je suis le seul à le gérer avec une personne de la communauté de communes. J'attends des réponses, on a un terrain prêt à recevoir, un entrepreneur qui a demandé à entrer en discussion et avec qui nous sommes en exclusivité !» Si les choses avancent encore, le maire a assuré que viendrait alors le moment de signer un protocole d'engagement ! Et si les choses vont au bout, l'ambition est de poser la première pierre fin 2 013. Mais Pamiers n'est pas seul sur le coup : On dit que Bordeaux est aussi sur les rangs : ce à quoi André Trigano a répondu, le sourire en coin : «Ils étaient aussi sur les rangs à l'époque pour accueillir le régiment, qui est ici ! Moi je suis le petit qui n'a pas peur des grands !» Le prochain acte est à venir. L'enjeu est énorme et personne vraiment, hier soir, ne voulait insulter l'avenir…


CFE : le conseil valide le vote de la nouvelle base

La page de l'épisode de la cotisation foncière des entreprises est tournée. Le conseil a validé hier les propositions faites par le maire, et issues des conversations qu'il a eu avec l'association des commerçants. Les nouvelles bases ont été définies, largement revues à la baisse. La gauche s'est toutefois abstenue jugeant, selon les termes de Michel Teychenné «que ce nouveau dispositif, protège les gros qui pouvaient payer plus, et pas assez les petits !»

J.-Ph.C.

 

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 12:05

Hier dimanche à Paris: sans commentaire...

 

gou-copie-2.jpg

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 12:00

PACS/Mariage pour tous : les trous de mémoire des opposants

Les derniers sondages sortis cette semaine donnent une large majorité de 60 % en faveur du mariage pour tous chez les français.  A noter que, selon un  sondage du journal catholique Le Pèlerin, les catholiques pratiquants sont à 41 % favorables au mariage pour tous : " Si les pratiquants restent le fer de lance de l'opposition au projet, très en décalage avec le reste de la société, quatre sur dix se déclarent favorables au mariage et trois sur dix partisans de l'adoption, ce qui n'est pas rien (le Pèlerin)". Cela relativise les déclarations de dirigeants de l'UMP comme Laurent Wauquiez, qui ont cherché à récupérer politiquement l'ensemble des catholiques français.

Cela démontre aussi que les catholiques pratiquants ne sont pas le bloc monolithique que certains voudraient dépeindre, n'en déplaise aux cardinaux Barbarin et Ving-trois.

Enfin, les opposants d'aujourd'hui au mariage pour tous sont les mêmes qui, il y a 14 ans, combattaient le PACS, lequel devait faire disparaître le mariage et "détruire les bases de notre civilisation". Souvenons-nous des arguments catastrophistes de Madame Boutin brandissant même la Bible pendant son discours à l'Assemblée Nationale.

Curieusement, les mêmes dont C.Boutin demandent aujourd'hui l'amélioration du PACS pour s'opposer à la loi sur le mariage pour tous... Ils n'ont ni mémoire ni cohérence. Ils n'ont pas tiré les leçons du passé pourtant 200 000 PACS sont signés chaque année!

Michel Teychenné 

 

logodepeche140

 

 

Mariage pour tous / Des Ariégeois dans le débat

La manifestation contre le projet de loi «Mariage pour tous» n'est pas un mouvement homophobique./Photo DDM, DR. - Tous droits réservés. Copie interdite.
La manifestation contre le projet de loi «Mariage pour tous» n'est pas un mouvement homophobique./Photo DDM, DR. () 

La manifestation contre le projet de loi «Mariage pour tous» n'est pas un mouvement homophobique./Photo DDM, DR. 

Des Ariégeois veulent se faire entendre et vont donc participer à la première manifestation nationale contre le projet de mariage et adoption pour tous a lieu dimanche à Paris. Pour en aider certains à se rendre dans la Capitale, deux bus ont été mis à leur disposition par l'association «La manif pour tous Ariège».

Dans leur communiqué, l'association La manif pour tous Ariège assure que «l'opposition au projet de loi Taubira est croissante dans le département comme partout en France. Selon un sondage IFOP, 69 % des Français sont désormais favorables à l'organisation d'un référendum sur le sujet».

Les élus, pour ou contre ?

Comme partout en France, les élus de l'Ariège ont un avis. Certains le manifestent plus que d'autres. «Pour ce qui est des élus contre, vous pouvez aller voir sur : www.mairespourlenfance.fr la liste des signataires. Hier matin, ils étaient 82 en Ariège à avoir signé contre le projet de loi de «mariage pour tous», indique, Yann, l'un des membres de l'association La manif pour tous Ariège, en ajoutant : «Pour ce qui est des élus favorables, je n'en connais pas le nombre».

De son côté, Michel Teychenné, conseiller municipal de Pamiers, chargé d'un rapport sur l'homophobie à l'école par le ministre de l'Éducation Nationale Vincent Peillon, assure que «les élus étant contre sont ceux principalement de droite. De plus, ce chiffre, «82», n'est pas vraiment significatif car, en Ariège, il y a 324 communes, soit environ 4 000 élus», souligne-t-il. «Il faut noter que des élus tels que Jean-Christophe Bonrepaux, Norbert Meler, Frédérique Massat ou encore Marie-France Vilaplana se sont positionnés et ont déclaré être favorables à ce projet de loi.»

 

Céline Galbrun

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 15:57

LETTRE DU MINISTRE DE L'EDUCATION

Après l'appel des représentants de l'enseignement catholique contre le mariage pour tous et leur demande d'organiser dans ses 8500 établissements scolaires des débats sur ce sujet de société, le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, a réagi par le courrier ci-dessous, qui a été relayé dans la presse.

lettrep1.jpg
lettrep2.jpg
lettrep3.jpg

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 12:47

Voeux2013.jpg

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 22:25

Manifestation pour le mariage pour tous

Toutes les avancées sociétales en France se sont faites par le combat et la mobilisation : la séparation de Eglise et de l'Etat, la libération de la femme, le droit à la contraception, le droit à l'avortement, l'abolition de la peine de mort, le PACS, et aujourd'hui le mariage pour tous, l'adoption et la PMA.

Comme pour chaque avancée sociétale, on se retrouve face aux mêmes forces d'opposition conservatrices, voire réactionnaires. Au-delà de l'engagement 31, c'est la conception républicaine de la laïcité et de l'égalité qui est en jeu et menacée dans notre vie publique.

A Toulouse un très belle mobilisation , merci à toutes et à tous et bravo à Arc en Ciel-Toulouse-Midi-Pyrénées pour la parfaite organisation.

 

60739_577826428900010_64451516_n.jpg

 

Avec Pierre Cohen maire de Toulouse et Joël Bouche premier secrétaire du PS 31

149744_577829792233007_135040303_n--1-.jpg

 

18806_577826882233298_1830959820_n.jpg

 

222350_577923835556936_1898772166_n.jpg

 

181836_577921122223874_481745310_n.jpg

 

316687_577921288890524_1182359805_n.jpg

Prochain Rendez vous : Manifestation à Paris le 27 Janvier 2013

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 13:04

polshow.JPG

CLIQUEZ SUR LA PHOTO POUR ACCEDER AU PODCAST
ET ECOUTER LE DEBAT.

 


Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 19:41

logodepeche140

miseuapoint.JPG

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 13:52

 

 

logolib140

 

 

La parole des politiques soumise à contre-enquête.

POLITIQUES

Parent A, parent B : la droite part en live sur le mariage pour tous

27 novembre 2012 à 21:46

Par CATHERINE PETILLON

«Pour régler quelques dizaines de milliers de cas, le gouvernement, sans aucune concertation, est en train de rayer du code civil le terme de père et de mère pour le remplacer par parent A et parent B.»

 

Jean-François Copé le 12 novembre sur RTL

INTOX

C’est l’argument médiatique favori des opposants au mariage pour tous. A les croire, le texte de loi entraînerait la disparition des termes «père» et «mère» du code civil et des documents administratifs. Pour François Fillon, c’est même cette découverte qui expliquerait un revirement de l’opinion de nombreux Français. «Ils étaient favorables, et quand on a commencé à leur expliquer qu’on allait modifier le code civil et que, désormais, on allait avoir des parent 1 et des parent 2 à la place du père et de la mère, ils ont commencé à comprendre que ce n’était pas seulement la reconnaissance de l’amour homosexuel, mais une question de filiation», a-t-il expliqué sur France 2 le 25 octobre.

Ce qui fait à l’ancien Premier ministre au moins un point commun avec son ennemi du moment, Jean-François Copé, lequel affirmait, le 12 novembre sur RTL : «Ce que je condamne, c’est que pour régler quelques dizaines de milliers de cas, aussi respectables soient-ils, le gouvernement, sans aucune concertation, est en train de rayer du code civil les termes de père et de mère pour les remplacer par parent A et parent B.»

L’argument a aussi gagné le discours du Front national et de sa présidente. Interrogée sur LCP, le 9 novembre, Marine Le Pen déclarait : «Moi, je suis une maman aussi. Et moi, j’ai pas envie que demain à l’école, plutôt que le nom du père et le nom de la mère, il y ait marqué parent 1, parent 2

DESINTOX

Des parents A et B (ou 1 et 2) en lieu et place des pères et mères ? L’image a le mérite d’être frappante. Mais elle a l’inconvénient de ne reposer sur strictement aucune réalité. Il n’y a nulle trace de ces termes dans le texte du projet de loi. On les retrouve, en revanche, très tôt dans les argumentaires des associations familiales et des réseaux catholiques les plus farouchement opposées au projet. Ainsi, en mars 2012, le Collectif pour l’enfant (qui rassemble associations et élus) écrivait : «Le Parlement n’a pas le droit d’imposer à tous les parents de devenir parent A et parent B, parent 1 et parent 2 sur leur livret de famille, en attendant le parent 3 et suivant, car si l’adoption n’est plus fondée sur l’altérité sexuelle, pourquoi s’arrêter à deux parents seulement ?»

Reprise par une partie de la droite, la formule est désormais devenue le pivot de ces argumentaires politiques. Les opposants au texte défendent un certain modèle familial. Et pour cela, ils n’hésitent pas à imaginer et mettre en scène la disparition des termes mêmes qui le désignent, père et mère.

Le projet de loi prévoit effectivement un certain nombre de modifications du code civil. Le texte précise que lorsque cela se révèle nécessaire, les mots «père» et «mère» sont remplacés par le mot«parents», et les mots «mari et femme» par le mot «époux».

Ces modifications visent à rendre les dispositions du code civil applicables à l’ensemble des parents. Il est par exemple prévu qu’à l’avenir, les mineurs ne pourront se marier sans l’accord «de leurs parents» (article 145), ou encore que les enfants devront l’aide alimentaire à leurs parents et non plus à «leurs père et mère qui sont dans le besoin» (article 205 ). Le texte changera «uniquement quand il y a un risque pour les couples homoparentaux, c’est-à -dire dans les cas où la formulation pourrait empêcher un juge d’appliquer un article à un couple de même sexe», précise Erwann Binet, le rapporteur socialiste de la loi.

Dans tous les autres cas - et donc dans le reste du code civil -, les articles ne sont pas modifiés et les termes père et mère sont conservés. Ils ne sont donc pas «rayés», contrairement à ce qu’affirme Jean-François Copé. Surtout, même dans les articles où le terme de «parents» sera adopté, il n’est nullement prévu d’instaurer une numérotation pour les hiérarchiser. «Parler de parent 1 ou 2, c’est aussi une manière de désincarner le débat, de le déshumaniser», estime Erwann Binet.

Outre le code civil, une autre source d’inquiétude des opposants au mariage pour tous concerne l’impact sur les formulaires administratifs, tels que le certificat de naissance et le livret de famille.

Actuellement, ils ne sont pas conçus pour des parents de même sexe. Mais leur modification ne relève pas du législatif. En toute logique, donc, le texte de loi n’en parle pas. Et si un changement était nécessaire, rien ne permet de dire que l’on «numérotera» les parents dans le cadre des futurs documents.

Ce qui n’empêche pas, là encore, l’argument de s’étaler, se tordre, jusqu’à devenir l’objet d’un fantasme total. Car contrairement à ce que laisse entendre Marine Le Pen, la loi ne prévoit pas que sur les documents scolaires, les parents 1 et 2 remplacent «le nom du père et le nom de la mère».

mariane.JPG
desin4.jpg
desin3.jpg

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article