Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logodepeche140

logogaz140




 

1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 16:43

Carmel-3Capturer-copie-2.JPG

 

logodepeche140

 

Pamiers. Qui aurait fait quoi?

Publié le 01/09/2013 à 03:48

intarissable fontaine...

Daniel Pédoussat, de Pamiers, nous écrit :

«M. Jacques Tissinier, vous êtes en colère après la destruction de la fontaine ; je partage très sincèrement votre colère. Et vous appelez à votre secours le Docteur Bareilles, ancien Maire de Pamiers, n’hésitant pas à écrire : «Lui, il n’aurait jamais fait ça». Est-ce bien sûr ? Sans vouloir polémiquer avec quiconque, je voudrais rappeler simplement que c’est lors des mandats successifs du docteur Bareilles qu’ont été démolis, détruits, rasés, perdus à tout jamais donc des éléments remarquables du patrimoine de notre ville : l’église des Carmes, l’ancien théâtre municipal, le Collège des garçons (l’un des plus anciens de France), l’hôtel de la Monnaie, l’hôtel Charly, une partie de la rue Charles de Gaulle, tout le quartier du Pont-Neuf et de la rue Pasteur, qui contenaient plusieurs immeubles de grande valeur, etc., destructions qui ont, malheureusement, défiguré notre ville. Le Docteur Bareilles est sans conteste un maire qui a développé Pamiers, mais il n’a sûrement pas été le défenseur du patrimoine que vos propos pourraient laisser croire qu’il a été.»

 

 

Notre patrimoine une richesse inexploitée

 

Un de mes amis, historien de l'art qui ne manque pas d'humour, m'a dit un jour parlant de la Mairie de Pamiers depuis la guerre en matière de patrimoine : " Pamiers est la seule ville en France qui se soit bombardée toute seule!" Et si cela enfin s'arrêtait un jour...?


Daniel Pédoussat fait un rappel très juste dans son article. Mais il reste encore beaucoup de beaux monuments à Pamiers, le Carmel, le Tribunal, de même que l'Evêché et son superbe parc avec un point de vue sur la ville et les Pyrénées,mais ils sont fermés au public, ils forment pourtant un ensemble patrimoinial exeptionnel du XVIIIe siècle méconnu même des Appaméens, Ensemble complété par la Cathédrale, et l'Hotel de ville. Les canaux ne sont pas bien entretenus et valorisés, pourtant ils pourraient être  un atout  de premier plan. Enfin, dans le centre ancien, de nombreuses bâtisses ont un réel intérêt patrimonial et esthétique; les plus connues sont la Providence avec sa tour renaissance, elle aussi fermée, ou encore les tours des Cordeliers ou des Augustins, qui attendent des jours meilleurs comme l'église du Camp, en triste état et qui  a défrayé la chronique ces derniers temps.


Au-delà des polémiques et de ce triste constat, il serait temps de prendre conscience qu’il n’y a pas d’opposition entre la valorisation du patrimoine architectural et le développement économique. Pamiers a un potentiel important. La mise en valeur de son patrimoine est un atout économique et touristique, mais aussi un élément central de notre qualité de la vie en ville, et  sur ce plan là... Pamiers est très en retard.


Redynamiser, réhabiliter le centre-ville sinistré passe par une politique forte et volontariste de restauration de l’habitat, mais aussi du patrimoine, cette volonté est aujourd’hui malheureusement absente.  Redonner de la vie, rendre une utilité sociale ou économique à ces bâtiments, ce serait aussi embellir la ville, rendre l'accés aux Appaméens et aux visiteurs à des lieux exeptionnels. Par exemple, il n'y a toujours pas de musée à visiter à Pamiers. Pourtant, des collections existent, mais elles ne peuvent être exposées. L’Ariège est un département touristique. La ville de Pamiers a un vrai potentiel de développement économique par le tourisme culturel et de court séjour, à condition d’en prendre conscience et de se donner les moyens attirer les visiteurs.


Notre patrimoine est un atout pour une nouvelle dynamique urbaine du centre-ville, pour créer du développement, de la qualité de vie. De nombreuses villes moyennes  ont su gagner ce pari par des politiques volontaristes et attractives pour leur patrimoine.  Alors, pourquoi pas aussi à Pamiers ?

 

Michel Teychenné

 

Le Tribunal

 

tribu-2images.jpeg

 

Le Carmel

 

Carmel-3Capturer.JPG

carmel-2-.jpg

 

Carmel-1Capturer.JPG

Carmel-4Capturer.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Carmel-5Capturer.JPG

 

La Providence (rue Gabriel Perri-Photo ACARA)

 

Provi-1Capturer.JPG

 

provi-2Capturer-copie-1.JPG

 

provi-3Capturer.JPG

 

La tour des Cordeliers

 

Carmel-7Capturer.JPG

 


Partager cet article
Repost0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 10:32
Reponse au maire de Pamiers
:

 
Le maire ne se serait pas trompé? C’est bien plus grave, il nous raconte des histoires à dormir debout. D'abord, il change d’avis en confirmant la fermeture au public de l'église du Camp à partir de lundi pour raison de sécurité. Les élus de gauche saluent ce retour au bon sens et au principe de précaution.

 
Ensuite, il rejette la responsabilité du triste état de l’église du Camp sur les équipes municipales précédentes. C'est pour le moins ridicule. Cela fait 20 ans que l’équipe Trigano est en responsabilité à Pamiers. Cela fait 10 ans qu’une étude a été commandée par la Mairie sur la restauration “urgente” de l’église du Camp, et 10 ans que rien n’a été fait. Il aura fallu que la Commission de sécurité ferme le bâtiment au public une première fois pour que la Mairie réagisse enfin en commandant... encore une nouvelle étude !

 
Pour ces travaux de l’église du Camp : Bien sûr mes chiffres sont Hors Taxe, ce sont ceux du rapport de l’architecte des monuments historiques qui a été remis aux élus, le maire le sait très bien. Gérard Legrand et moi étions d’ailleurs les seuls présents à la réunion de présentation du rapport. Je rappelle aussi au maire que la TVA doit quand même être payée sur les travaux, avant d'être récupérée plus tard. Le plan de financement et l'engagement financier de la commune se fait toujours en TTC. Je confirme donc le total Hors taxe de 2 082 852,84 euros. (voir le détail ci-dessous). Je veux bien concéder au maire ,que j’ai arrondi ce chiffre à 2 100 000 !!!
Il manque 600 000 euros de travaux dans le calcul du maire. C’est son choix de minimiser la note, on le comprend!

Mais que le maire ose faire croire dans cet article avoir obtenu 70 % de subventions pour l’église du Camp, soit 1 180 830 €, est un pur mensonge ! D’ailleurs, ces demandes de subventions n’ont même pas encore été votées par le conseil municipal . Un comble ! Ce n’est pas nouveau comme méthode, le maire avait annoncé des subventions faramineuses pour la nouvelle Ecole de Musique. Résultat : pas un euro de subventions obtenu, et la totalité de la facture pour Pamiers. Mais qui s’en souvient?...

Le maire affirme par ailleurs qu’il n’y a plus de problèmes avec Jacques Tissinier concernant sa demande de dédommagement pour la fontaine démolie ... Pourtant, dimanche dernier encore, Jacques Tissinier disait l’inverse dans la presse. Le maire serait-il un adepte de la méthode Coué?

Enfin, le maire dit avoir détruit la fontaine Tissinier car elle était soi-disant dangereuse... Vu l’état de l’église du Camp, souhaitons que la municipalité ne lui réserve le même sort qu’à la fontaine...


Michel Teychenné
Président du Groupe de gauche

POUR INFORMATION

TRAVAUX DE RESTAURATION
09 - PAMIERS - Eglise notre Dame du Camp
Estimation phase diagnostic 29 juillet 2013
Page 1
RECAPITULATION
PHASE 1 : Façade Occidentale (parties hautes) 501 049,00
PHASE 2 : Façade Nord (nef, chapelles latérales, et bâtiment annexe) 243 314,50
PHASE 3 : Chevet et sacristies 358 270,00
PHASE 4 : Façade Sud (nef et chapelles latérales) 223 225,00
PHASE 5 : Façade Ouest (parties basses) 193 999,50
TOTAL TRAVAUX H.T. 1 519 858,00
HONORAIRES HAUSSES ET ALEAS 235 994,84
TOTAL H.T. 1 755 852,84
T.V.A. 19.60 % 344 147,16
TOTAL T.T.C. 2 100 000,00
Valeur juillet 2013
OPTION: restauration des vitraux Nord de la nef
TOTAL H.T. EN PLUS 8 640,00
OPTION: restauration des vitraux du chevet
TOTAL H.T. EN PLUS 9 720,00
OPTION: restauration des vitraux Sud de la nef
TOTAL H.T. EN PLUS 8 640,00
Il faut ajouter à cette somme de travaux de restauration sur le bâtiment , l’évacuation des eaux pluviales et la suppression de la ceinture de béton qui entoure l’église et provoque les remontées capillaires dans les murs , ce point à été fortement identifié par l’ architecte car il conditionne toute la restauration du bâtiment.

+ TRAITEMENT DU PLUVIAL ET ABORDS : TOTAL H.T. EN PLUS 300 000,00

TOTAL GENERAL H.T. 2 082 852,82 EUROS

logodepeche140
Chantier de l'Eglise à Pamiers : André Trigano donne sa version des faits

Publié le 29/08/2013 à 03:47, Mis à jour le 29/08/2013 à 09:32  

Eglise du Camp, Fontaine de Tissinier

Chantier de l'Eglise à Pamiers : André Trigano donne sa version des faits

Chantier de l'Eglise à Pamiers : André Trigano donne sa version des faits  

Malmené par l’actualité ces derniers temps au sujet de la destruction de la fontaine de la place de la République et du chantier obligatoire de l’église Notre Dame du Camp, André Trigano, le maire de Pamiers précise à la Dépêche du Midi sa position sur ces deux questions.

Concernant la fontaine détruite de la place de la République, l’affaire est pour lui terminée, il s’en est entendu avec l’auteur de l’œuvre, Jacques Tissinier : «J’ai eu un long entretien téléphonique avec lui, je l’ai assuré du respect que j’avais pour sa personne et pour son œuvre, pour son talent qui est largement reconnu, et nous avons convenu de nous rencontrer avec mon fils Patrice et lui-même, à son atelier parisien. Nous avons décidé de trouver ensemble une solution à ce fâcheux problème. L’entretien que nous avons eu a été très courtois et je comprends parfaitement quelle a été la peine de l’artiste après la destruction de sa fontaine, que j’ai décidée, je le répète, pour des raisons de sécurité, ce qui est mon rôle !

Concernant le dossier de l’église du Camp, poursuit André Trigano «Michel Teychenné dans un communiqué qu’il a fait paraître dans la Dépêche du Midi, me dit que je me trompe de chiffres. Il annonce des travaux à 2 100 000 €. Je confirme ce que j’ai dit, sur la foi de l’estimatif de travaux, que j’ai devant moi». Et le maire de souligner les chiffres indiqués par le devis estimatif établi par l’architecte en chef des monuments historiques J.L.Rebières : «Pour l’ensemble des travaux de restauration des façades de Notre Dame du Camp, nous en avons 1 519 858 € HT, car faut-il le répéter, en mairie, on ne compte qu’en hors taxe, puisque la TVA est récupérée. A cela il faut ajouter une estimation d’honoraires 167 185 €. Sur le montant des travaux, nous sollicitons une subvention auprès de l’État, du conseil général, et du conseil régional d’un montant total de 1 180 830 €. Il resterait à la charge du contribuable appaméen la somme de 506 113 €. Je ne me trompe pas de chiffres. Nous allons passer au conseil une première tranche de 501 049 €, nous devons attendre les autorisations réglementaires nécessaires, et les passages de marchés en espérant pouvoir lancer cette première tranche en 2014. Rien ne nous empêche de faire les tranches supplémentaires si nous en avons les moyens. Pour l’instant je m’élève contre le chiffre communiqué par Michel Teychenné, qui a semble-t-il oublié que la TVA était récupérable, raison pour laquelle nous n’en tenons pas compte. Il est regrettable aussi de mettre en cause la municipalité actuelle quant à l’état du bâtiment alors que depuis plus d’un siècle peu de choses ont été faites pour maintenir cette église en bon état !» Concernant la question de la sécurité immédiate du public, André Trigano a confirmé que la commission de sécurité ayant émis un avis défavorable, l’église du Camp est fermée à compter de lundi 2 septembre pendant quelques jours, le temps de lever les prescriptions émises lors du dernier passage de la commission de sécurité!. Laquelle, les précautions spécifiques ayant été prises, donnera ensuite son avis sur sa réouverture.

J.-Ph.C.
Partager cet article
Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 11:31

 

vox.jpeg

 

 

AgoraVox, est un média 100% citoyen et 100% participatif. AgoraVox permet de vous exprimer et de vous informer autrement. Le site AgoraVox est géré par la Fondation AgoraVox, reconnue d’utilité publique. Ses principales missions sont l’information à l’égard du public et le soutien à la liberté d’expression.

 

nuit-demoCapturer.JPG

 

lundi 26 août - par Henry Moreigne

La démocratie à l’épreuve du cumul des mandats

 

C’est un vieux serpent de mer qui avait pris le numéro 48 dans les 60 propositions du candidat Hollande. L’interdiction du cumul des mandats attendra, renvoyée à 2017 soit à la fin de la législature actuelle. La maison brûle mais personne ne semble pressé de passer les seaux.

C'est un paradoxe. La patrie des Sans-culottes a un faible pour la monarchie républicaine. Après avoir coupé la tête à Louis Capet, elle se délecte depuis 1958 dans un système politique dans lequel le président est la clef de voûte.


Une aberration démocratique qui trouve aujourd’hui son équilibre dans une décentralisation source de féodalités et de potentats locaux. Le cumul des mandats, qui en découle en partie conduit à une professionnalisation de la classe politique qui tend à se muer en nouvelle aristocratie élective. Ce décrochage entre les élus et les citoyens se payent au prix fort à travers une hyper-abstention et des votes extrêmes en progression constante.


Depuis que l'Irlande y a mis fin, en 2003, le cumul « vertical », en France, fait figure d'exception. Une exception culturelle de qui remonte à la Monarchie de Juillet, quand plusieurs membres de la Chambre des pairs avaient été nommés préfet. Le phénomène a pris de l'ampleur sous la IIIe République avec l'élection des exécutifs locaux mais, c'est avec la Ve République que le non-cumul devient l'exception et le cumul la règle.


On pourra toujours objecter que seul l’électeur doit être juge et que son choix est souverain et qu'aux élections, les cumulards font rarement l'objet d'une sanction démocratique. C’est vrai mais encore faut-il que les électeurs soient éclairés sur les conséquences de leur vote.


Au-delà de la question du temps disponible, il faut bien reconnaître que, c'est surtout la question du cumul des indemnités qui heurte l'opinion. La question est pourtant en partie réglée par la loi pour les puisqu'un dispositif d'écrêtement limite à 8.272 euros mensuels le cumul des indemnités (1,5 fois l’indemnité de base d’un parlementaire). La somme reste néanmoins coquette. Et si, on y ajoute des revenus issus d'une retraite ou d'un travail à temps partiel sans oublier les sommes perçues pour des fonctions dans des syndicats ou des sociétés d'économies mixtes, non comptabilisées comme des indemnités, la politique reste une opportunité d'ascension sociale et d'enrichissement.


La course au cumul est donc souvent une course au pouvoir et/ou aux indemnités, pour des élus qui de plus en plus souvent ne sont plus issus de la société civile mais d'un seul cursus politique : parti, assistant parlementaire puis, élu à leur tour. Des poulets d'élevage, à la fois formatés par le parti et hors-sol, coupé de la vraie vie. De ce côté-là, le PS a une longueur d'avance. Beaucoup de ses nouveaux députés sont de purs produits de Solferino.


Des nouveaux qui apprennent vite. La décision de François Hollande de repousser l’application du non-cumul des mandats à la fin de la législature en cours a conduit beaucoup d'entre eux à vouloir se présenter l’an prochain aux municipales. Non tant d'ailleurs pour le cumul que pour bénéficier d'une bouée de sauvetage en cas de couperet lors des prochaines législatives. Quant à la lettre qu’ils ont signé il y a deux ans pour être investis par le PS aux législatives et dans laquelle ils s’engageaient à renoncer à tout mandat exécutif local, c'est du côté de la corbeille à papier qu'il faut la chercher.


Le cumul des mandats est un poison qui se diffuse partout et qui conduit à réserver les mandats à des professionnels de la politique qui, faute d'avoir un vrai métier sur lequel se rabattre, sont prêts à tout pour rester en place. Il conduit à l'endogamie et à un assèchement des partis où chaque nouvelle entrée est perçue comme une menace potentielle, où les sujets brillants doivent s'ils ne prêtent allégeance, être éliminés ou neutralisés.


La France a pourtant grand besoin de sang neuf, d'idées nouvelles et d’une représentation à son image ce qui n’est plus le cas. Le cumul des mandats pousse également à la schizophrénie des élus dont on ne sait plus quels intérêts ils sont censé défendre. Enfin, à défaut d’ubiquité, la nature ayant horreur du vide, il amène à ce que les administrations dans les collectivités locales et la haute fonction publique pour l’État exercent la réalité du pouvoir et s’octroient privilèges et rentes de situation à travers des textes qu'elles élaborent par et pour elles-mêmes.


Une solution pourrait consister à limiter les mandats. Par exemple dans le temps avec des pauses obligatoires comme deux mandatures consécutives suivis d'une mandature "blanche". Ces dispositifs sont illusoires s’ils ne s’accompagnent pas d’une révolution culturelle dans les esprits. Si demain, on n’assiste pas à une multiplication de candidatures de citoyens « anonymes » mais courageux, capables de venir défier dans le marigot les vieux et jeunes crocodiles. Et si bien sûr, militants et citoyens brisent les chaînes des habitudes, du conformisme et des réseaux pour leur faire confiance

 

 

 


Un simple rappel : Respecter la volonté des militants socialistes et de nos électeurs.

 

le Règlement Intérieur du PS adopté par 73,01% des militants indique en son paragraphe 1.4.3 :

"Le Parti se fixe comme règle pour ses candidats aux élections et ses élus le non-cumul d’un mandat de parlementaire avec un mandat d’exécutif local (Région, département, commune, établissement public de coopération intercommunale).

Le nombre de présidences d’exécutif successives (président de Conseil régional, président de Conseil général, président d’établissement public de coopération intercommunale, maire) est limité à trois, soit dix-huit ans maximum.

Ne peuvent être investis à une élection que les candidats qui s’engagent auprès des instances fédérales et nationales du Parti à respecter ces règles en matière de non-cumul"

 

Il suffit donc que les fédérations du PS appliquent le  règlement intérieur du parti et respectent le vote des militants au congrès, vote départemental et national...

 

Michel Teychenné

Membre de la CNC

Membre de droit du CN

 


Partager cet article
Repost0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 14:52

 

logodepeche140 

 

Eglise du Camp : Monsieur le maire se trompe de chiffres : Dans l' article du 26 août de la Dépêche du Midi, le maire de Pamiers donne un chiffrage des travaux erroné. Il oublie de prendre en compte rien de moins que 600 000 euros! Les travaux sont effet estimés à 2,1 millions d’euros en cinq tranches, et non à 1,5 million d’euros en trois tranches. Sans compter qu’il faut ajouter à cela 300 000 euros de plus pour l’aménagement des abords et le drainage des eaux pluviales.
 
 Le rapport rendu par l’Architecte en chef des monuments historiques sur diagnostic de la structure de l’église du Camp confirme celui établi en 2003 par Olivier Naviglio. Il constate qu’en l’absence des travaux recommandés à cette époque, la situation de l’église du Camp s’est gravement détériorée. Ce bâtiment est en grand danger. La nef se désolidarise du clocher-mur, les murs de brique sont gorgés d’eau. Les toitures sont envahies de végétation. De grosses fissures sont apparues sur chacune des tours, ce qui fait craindre un risque d’effondrement de leurs parties supérieures. Enfin, à l’intérieur, les décors et peintures ainsi que la voûte qui se délite souffrent gravement de l’humidité ainsi que des écoulements provenant des gouttières bouchées par la végétation et le guano des pigeons. De la mérule est même apparue dans une chapelle et risque de s’étendre à tous les décors de bois de l’église. A force de retarder les travaux demandés en 2003, la Mairie, seule propriétaire du bâtiment, est aujourd’hui entièrement responsable du très mauvais état de celui-ci.

La semaine dernière, la Commission de sécurité a demandé la fermeture de l’église du Camp au public, mais le maire affirme dans votre article qu’elle restera ouverte! Les élus de gauche demandent instamment que l’on ne fasse pas de l’ouverture ou la fermeture de l’église un débat politicien : la sécurité des visiteurs et des croyants ne doit en aucun cas être mise en péril pour des choix politiciens découlant de la proximité des élections municipales à venir...

Michel Teychenné
Président du groupe de gauche
Partager cet article
Repost0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 11:23

  4Capturer-copie-1.JPG

 

Voir aussi les photos de l'état  de ce fleuron du patrimoine appaméen. dans l'article sur ce blog : L' église du camp, histoire d'un abandon

 

 

logodepeche140

 

Pamiers. N-D du Camp attend un traitement de choc

Publié le 22/08/2013 à 03:50, Mis à jour le 22/08/2013 à 09:28 | 1

patrimoine en péril

La tour ici au premier plan, souffre d'une méchante lézarde./ Photo DDM JPHC.

La tour ici au premier plan, souffre d'une méchante lézarde./ Photo DDM JPHC.  

Il va falloir injecter 1,5 million d’euros dans les vieilles pierres de Notre-Dame du Camp pour éviter son effondrement. Un audit très sérieux vient de le vérifier !

L’église du Camp est bien mal. Comme en témoignent les barrières et les protections mises en place, elle se dégrade. Et vite. Des travaux d’urgence devaient être entrepris par la ville. Mais de toute évidence ils ne sont plus d’actualité, tant les désordres qui affectent le bâtiment sont importants.


C’est un rapport demandé par la ville qui le dit sans équivoque. Il a été réalisé par Jean-Louis Rebière, architecte en chef des monuments historiques, et Yves de Douarin, économiste en chef des monuments historiques.On y lit : «Il apparaît aujourd’hui sur l’ensemble des façades de très nombreux désordres dus à l’eau (végétation, joints creux, matériaux se déformant et s’altérant) provenant principalement d’un défaut des systèmes d’évacuation des eaux et de remontées capillaires permanentes (1). L’imperméabilisation des sols et les systèmes des descentes d’eau fluviales n’y sont pas étrangers».


Les auteurs du rapport soulignent «des défauts d’entretien» et affirment que «l’ensemble de ces défauts sont à l’origine des désordres importants visibles aujourd’hui, en particulier la chute de briques récente». Le rapport indique que ces désordres s’aggravent d’années en année en l’absence d’intervention «et c’est aujourd’hui la sécurité du public qui est en cause».

 

La situation est tellement préoccupante que la ville va être obligée de casser la tirelire : «Nous allons engager 1,5 million d’euros de travaux, sur trois ans, avec une tranche d’urgence que nous allons mettre en œuvre dès que le dossier sera bouclé, après autorisation des bâtiments de France» explique André Trigano. Pour sa part, Michel Teychenné, le patron de l’opposition municipale est intervenu auprès du maire pour souligner l’urgence qu’il y a à aller vite dans la sauvegarde du bâtiment. Il demande d’inscrire dans la décision modificative au budget, en septembre, 500 000 € de crédits pour engager la tranche des travaux urgents, et en plus 1,5 million € de travaux à réaliser en plusieurs tranches.

Les façades… en 1 870 !

Voilà donc la municipalité encombrée par ce nouveau dossier patrimonial. En vérité si l’équipe actuelle s’est mobilisée modérément autour de l’église du Camp, s’inscrivant en cela dans une longue tradition municipale séculaire d’inertie autour de la sauvegarde de ce bâtiment, elle a toutefois engagé des travaux, à plusieurs reprises. Ils ont porté sur l’entretien courant de l’édifice. On relève 75 000 € de réfection électrique en 2007, 34 000 € pour la réfection des vitraux en 2008, 100 000 € d’étanchéité et d’entretien de toiture en 2010.

 

En revanche la dernière restauration sur les œuvres vives du bâtiment (façades notamment) date de… 1 870 ! C’était au bénéfice de la façade ouest. Les autres avaient été «pétassés» en... 1846! Pour être tout à fait exact, il faut signaler une réfection de toiture en 1970. Sans laquelle, la chute aurait été accélérée ! Bref, il est grand temps que Notre-Dame du Camp bénéficie d’une attention plus que particulière. En attendant avec les protections qui ont été mises en place, sauvegardant ainsi les crânes des fidèles, on nous assure qu’elle restera ouverte.

(1) remontées d’eau depuis le sol.


J.-Ph.C.

Partager cet article
Repost0
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 14:23

           C-4Capturer.JPG

 

 

              cfp49.ri.free.fr/liberation_pamiers.html

c-1Capturer-copie-1.JPG

 

 

 

 

C’est une fois par an que retentit au monument de la Résistance au cimetière Saint-Jean le chant des partisans pour commémorer la libération de la ville de Pamiers le 18 août 1944, un moment particulier et emprunt d’émotion.

Rassemblés autour de la stèle, élus, représentants des autorités civiles et représentants du monde des anciens combattants ont écouté en silence la chanson interprétée par Yves Montant, après avoir écouté la Marseillaise et le nom de ceux qui sont tombés pour la France lors du deuxième conflit mondial. C’était le 18 août 1944.

A 8h30 les groupes FTPF de l’usine et le syndicat CGT reconstitué, déclenchent une grève. La Poste, la Sous-préfecture et la Mairie sont occupés. 

La 301ème compagnie de FTP investira la ville et prendra possession des établissements publics. La ville sera libérée dans l’après-midi.

Joseph Cerny, le président du comité de libération sera nommé maire jusqu’aux élections de 1945.

La commémoration s’est achevée sur le traditionnel dépôt de gerbe et le salut des portes drapeaux.

 

(Source Ariège news, photo mairie de pamiers)

 

             c2Capturer.JPG

Partager cet article
Repost0
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 11:43

UN PETIT SCOOP

Après l'enquête préliminaire demandée par le Procureur de la République de Foix à la brigade financière du SRPJ de Toulouse, qui voit defiler dans ses bureaux toulousains les élus de Pamiers et les cadres de l'administration municipale qui ont une responsabilité dans l'attribution  d'un marché illégal de 180 000 euros à une société parisienne.

La semaine dernière, les élus de la majorité municipale ont eu la "bonne" surprise de voir arriver à l'Hôtel de Ville deux magistrats de la Chambre Régionale des Comptes venus enquêter sur les comptes de la mairie de Pamiers et de la Communauté des Communes, et sur les liens financiers "particuliers et souvent originaux"  entre ces deux structures - que les élus du Groupe de Gauche dénoncent en Conseil municipal depuis des années, la répartition de la plupart des charges d'investissement ne se faisant qu'au détriment de la mairie de Pamiers et donc des Appaméens.


Une bonne nouvelle... mais pas pour tout le monde!

 

Michel Teychenné

Président du groupe de Gauche

 

 

logodepeche140

 

        

          7Capturer-copie-1.JPG

ON-5Capturer.JPG

ON-2Capturer-copie-1.JPG

on-3Capturer.JPG

Partager cet article
Repost0
15 août 2013 4 15 /08 /août /2013 12:03

12Capturer-copie-3.JPG

Réouverte récemment, avec un tunnel de protection, l'église du Camp présente toujours un danger. La Commission de sécurité a informé cette semaine la mairie de sa décision suite à la visite du bâtiment : la fermeture au public est maintenue  pour raison de sécurité.

Ce fleuron du patrimoine historique et religieux de notre ville est en grand danger et  scandaleusement laissé à l'abandon depuis des années par la municipalité.

  Les photos de l'étude menée par l'architecte en chef des monuments historiques sont consternantes : infiltration d'eau dans les murs, créneaux qui penchent sur le parvis, tours gravement fissurées, voûte décollée, peintures et fresques dégradées par l'humidité... et aucun travaux d'entretien depuis des années, même pas sur les gouttières. La note est salée : deux millions d'euros!



COURRIER DE MICHEL TEYCHENNE A ANDRE TRIGANO, MAIRE DE PAMIERS


Monsieur le maire,

Fin juillet, Jean-Louis REBIERE, Architecte en chef des monuments historiques, a rendu son rapport sur diagnostic de la structure de l’église du Camp. Ce rapport confirme celui établi en 2003 par Olivier Naviglio et constate qu’en l’absence de travaux depuis cette époque, la situation de l’église du Camp s’est gravement détériorée. La nef se désolidarise du clocher mur, les murs de brique sont gorgés d’eau, et les briques se délitent. Les toitures sont envahies de végétation. De grosses fissures sont apparues sur chacune des tours, ce qui fait craindre un risque d’effondrement de leurs parties supérieures. Enfin, à l’intérieur , les décors et peintures ainsi que la voûte souffrent gravement de l’humidité du bâtiment, mais également des défauts de toitures ainsi que des gouttières bouchées par la végétation et le guano des pigeons. De la mérule est même apparue dans une chapelle et risque de s’étendre à tous les décors de bois de l’église.

Depuis 10 ans, des travaux de structure et d’assainissement auraient dû être engagés par la mairie. Ils ne l’ont pas été. La situation a donc naturellement empiré, jusqu’à la fermeture de l’église du Camp en raison de péril pour la sécurité des personnes, ce qui interdit les services religieux ou la simple visite de ce monument historique emblématique de Pamiers.

Cette église, propriété de la ville, n’a pas bénéficié de l’ entretien normal et régulier qu’exige un bâtiment communal. De plus, à force de retarder les travaux, la facture sera désormais très lourde : 500 000 euros de travaux d’urgence à réaliser rapidement, et 1,5 million d’euros de travaux à réaliser en quatre autres phases dans les prochaines années. A cela il faudra ajouter l’aménagement des abords et le drainage des eaux pluviales, soit 200 ou 300 000 euros de plus.

Au nom des élus du Groupe de gauche, je vous demande d’inscrire dans la décision modificative du budget 2013, les 500 000 euros de crédits d’urgence nécessaires pour engager la tranche urgente des travaux et permettre la réouverture la plus rapide possible de l’église du Camp, en toute sécurité. Je vous demande aussi d’organiser d’ici fin août une réunion en présence de la DRAC et des Bâtiments de France afin que, dès le conseil municipal de septembre, avec la décision modificative du budget, nous puissions voter les demandes d’aides et de subventions – la mairie de Pamiers ne pouvant assumer seule la charge de cette restauration, même si sa responsabilité de propriétaire est entière dans le mauvais état actuel du bâtiment.

Meilleurs sentiments,

Restant à votre disposition,

Michel Teychenné
President du groupe de gauche



LES PHOTOS

 

1Capturer.JPG

2Capturer.JPG

3Capturer.JPG

4Capturer.JPG

5Capturer.JPG

7Capturer.JPG

6Capturer.JPG

 

8Capturer.JPG
Capturer-copie-1.JPG

9Capturer.JPG
10-Capturer.JPG
11Capturer.JPG
 
Partager cet article
Repost0
11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 11:33

BILLET d'HUMOUR (mieux vaut en rire)

 

Transformer Pamiers en petite Venise ariégeoise, rêver de gondoles et de gondoliers chantants à Sainte-Hélène, c'est la dernière trouvaille d'une commission municipale informelle, pour dynamiser le tourisme à Pamiers. 

Cela se heurte à Pamiers à la dure réalité : le canal n’a jamais été navigable. Cet élément majeur de notre patrimoine n'a pas été construit pour cela, et nos joyeux marins d’eau douce risquent de se fracasser le crâne à chaque passage de pont ou de pontille et de manquer un peu de profondeur d’eau s’ils veulent charger la barque...
 
Qu’à cela ne tienne! Ces édiles, sûrement spécialistes du développement touristique, veulent mettre en place sur le canal une promenade en barque. Il faudra « simplement » rehausser les ponts – que ceux-ci soient privés ou publics d’ailleurs – et donc investir quelques centaines milliers d’euros de travaux, voire même un peu plus, et le problème sera réglé... aux frais des contribuables et au grand plaisir des automobilistes et des riverains, sans parler de l'esthètique de ces travaux : une collection de dos d'ânes...

Brillante idée que celle-là, simple à réaliser, rapide et vraiment pas chère. Une vraie priorité municipale pour le patrimoine appaméen : pouvoir faire du canoë ou de la barque sur le canal entre le Parc Municipal et l’Estang ou ailleurs, 10 minutes de ballade, un vrai "produit touristique" au milieu des algues qui valsent au gré des eaux avec les détritus, voilà qui va révolutionner le tourisme sportif à Pamiers et attirer des touristes du monde entier! Un sacré retour sur investissement... De l'argent bien placé! D'autant qu'il suffirait d'amménager un peu le lit du canal pour permettre le passage (sportif) des canoés sous les ponts les plus bas...pour pas cher!

Soyons sérieux ! Malheureusement, le canal est à abandon comme le reste du patrimoine à Pamiers : l’Eglise du Camp, fermée pour danger, est en péril grave, les travaux de sauvegarde se montent à deux millions d’euros. Le Tribunal et la Providence se détériorent un peu plus tous les jours et sont fermés, comme le Carmel où aucune initiative n’est prise par la mairie pour l’ouverture au public. Les canaux sont délaissés, crasseux et souvent bétonnés.

Alors l’urgence, la vraie, la seule en cette période de vaches maigres budgétaires, c’est de rehausser les ponts sur le canal pour permettre la navigation...? Pourquoi pas dans ce cas rehausser aussi le Castélla? Comme cela on pourrait voir la mer, mais par beau temps uniquement!

Vraiment, tout cela ressemble à un mauvais poisson d’avril au mois d’août.

Michel Teychenné

 

logodepeche140

Pamiers. Navigation sur le canal: d'abord rehausser les ponts

Publié le 10/08/2013 à 09:56 | 1

fête du canal ce week-end

Passer sous les ponts, ce n'est pas possible partout. /Photo DDM JPHC

Passer sous les ponts, ce n'est pas possible partout. /Photo DDM JPHC  

Le canal est en fête aujourd’hui et demain. Une animation qui met l’accent sur un des fleurons de la ville, un emblème véritable. Qui gagnerait à être navigable…

Cette année, à nouveau, la fête du canal va ouvrir une route sur les canaux de Pamiers, en canoë s’entend, bien entendu. L’an dernier, une équipe restreinte avait testé le parcours, depuis l’embarcadère du Foulon, jusqu’au niveau du Pont-Neuf. Certes ce n’était pas la découverte du détroit de Bering, et l’aventure ne présentait pas de grand risque, mais elle avait le mérite de souligner un attrait que l’on néglige : faire du canal un outil touristique, actif, en envisageant sa possible navigation. L’expérience ayant validé le fait, elle est renouvelée cette année, avec plus d’ampleur, une plus large ouverture au public, puisque cette navigation sympathique est proposée deux jours durant, pendant la fête du canal. Elle reprend le même parcours. Déjà l’habitude ? Non, mais par la force des choses, puisque les ponts qui sont jetés sur le canal ne permettent pas tous de passer dessous. Une chance que du Foulon au milieu du Boulevard de la Libération on puisse en baissant la tête s’infiltrer sous les ouvrages. Pour le reste, c’est impossible. Et en particulier sur la partie peut-être la plus belle du Canal, celle qui va du parc municipal à Lestang. Les ponts y sont trop bas. Et ils sont pour la plupart propriété privée. La ville a dégagé, en 2013, une somme, conséquente, qu’elle destine à des investissements sur le canal. Un effort qu’elle veut renouveler chaque année. André Trigano en conseil municipal s’y est engagé.

Du Foulon au Calvaire la plupart des ponts sont publics

Pourquoi ne pas commencer par des choses simples. Engager un plan de rehaussement des ponts. Certes, beaucoup sont privés et l’on se doute bien que les propriétaires ne mettront pas la main au portefeuille sans y être incités par une aide. Par contre, les ponts qui relèvent du domaine public pourraient faire l’objet de travaux. «Dans l’immédiat et sur la partie qui va du Foulon au au pied du calvaire, la plupart des ponts sont publics. On pourrait envisager le relèvement de ceux qui sont trop bas, comme le pont de Recouvrance, ou la passerelle qui se trouve au niveau de la résidence de Lestang.» note Louis Claeys, père de la fête du canal et conseiller municipal investi dans la défense du patrimoine. À la mairie, une commission «informelle» s’est mise au travail sur un plan d’aménagement global de la voie d’eau. Laquelle fait aussi l’objet d’un projet de cheminement sécurisé pour les piétons et les cyclistes. À force de réflexion et d’études, peut-être un jour les Appaméens verront-ils apparaître le nouveau visage du canal ?

Demain, le canal est-il un atout pour Pamiers, qu’en pensez-vous ?


15 ponts au fil des canaux

Neuf ponts enjambent le canal, ou les canaux, c’est comme on veut : le pont du lac (déjà signalé en 1516, il assurait l’entrée de la ville par la porte de l’Agasse), le pont de Loumet (il fait la jonction entre la rue Saint-Antonin et la rue de Loumet), le pont de L’Hôpital (entre le boulevard Rambaud et la partie couverte du canal qu’il ne faut pas songer à découvrir), le pont Neuf (sur l’Ariège), le pont de Recouvrance (il portait autrefois un moulin) qui met en liaison le boulevard de la Libération et la rue du pont-Neuf, le pont de la nation (ou pont rouge) reliait autrefois la promenade des carmes à la rue de la nation ; le pont des Carmes (débouche de la rue des Carmes sur le boulevard de la Libération), le pont de Notre-Dame (au bout de la rue d’Emparis), le pont près du calvaire (Jeu du Mail), pont de Lestang (à la porte de Lestang), pont de Milliane (face à la place), pont du Portail-Rouge (au bas de la rue du Portail- Rouge), pont de taillancier (au bas de la rue du même nom), pont de Sainte-Hélène (au débouché de la rue Victor-Hugo) pont du Touronc (près de l’office de tourisme). Cet état ne prend pas en compte les passerelles privées

Partager cet article
Repost0
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 12:51

 

Alors que le maire annonce dans la presse  qu'il veut commander une nouvelle oeuvre à Jacques Tissinier pour le dédommager, et cela sans en avoir naturellement informé le conseil municipal..., il  ferait mieux de faire exhumer des entrepôts municipaux sa sculpture-totem et de l'exposer au public. Cela coûterait moins cher aux contribuables appaméens et mettrait enfin en valeur le don fait par Jacques Tissinier aux Appaméens.

 

Michel Teychenné

 


logodepeche140

 

 

 

 

Pamiers. Fontaine-sculpture détruite : «Pas de procès mais une compensation»

Publié le 08/08/2013 à 08:57 | 1

Jacques Tissiné. /Photo DDM.

Jacques Tissiné. /Photo DDM.  

Jacques Tissinier, le sculpteur dont la fontaine a été détruite par la ville attend un geste d’André Trigano et de la commune: une réparation morale.

«Non je ne veux pas engager d’action en justice. Je ne vais pas faire un procès à la ville, je n’ai aucune envie d’engager une procédure, je demande simplement une réparation morale, quelque chose qui représente une compensation. Je veux dans cette affaire être pédagogue, il faut qu’il y ait réparation. Cela reste quand même une affaire surréaliste !» Jacques Tissinier, passé le choc de l’annonce de la destruction de son œuvre, la fontaine de la place de la République, attend un coup de fil du maire de Pamiers, André Trigano. «Je sais qu’il cherche à me joindre» ajoute-t-il. Par rapport aux premiers jours, où il n’excluait pas d’engager une action légale, le sculpteur a rétrogradé dans l’échelle des sanctions qu’il entendait exercer après la destruction de son travail.

André Trigano qui de son côté, mesurant peut-être l’impact réel de cette destruction, tant auprès de l’auteur que du public a déclaré par ailleurs qu’il souhaitait commander une œuvre à Jacques Tissinié laquelle viendrait donc en compensation de celle qui a été détruite. Une œuvre que le sculpteur avait proposé de faire évoluer : «Je voulais ajouter des formes, faire une allégorie sur le marché, tenir compte du lieu où elle était installée !» Malheureusement cette démarche, qui avait été documentée n’a pas été retenue.

La ville possède une œuvre non exposée

Ce qui est surprenant dans cette histoire de nouvelle commande, c’est que la ville possède d’ailleurs une œuvre de Jacques Tissinier qui ne demande qu’à être mise en valeur : une sculpture totem métallique avec une figure du «Toro», un hommage à Pablo Picasso. Elle avait été exposée au musée d’Art Contemporain de Toulouse avant d’être offerte à la ville. Selon Jacques Tissinier elle devait être installée sur le site des anciens abattoirs. Elle n’y a jamais été mise. Elle aurait été remisée dans un dépôt municipal en attendant des jours meilleurs. C’est d’ailleurs du pain bénit pour Michel Teychenné, tête de file de l’opposition, qui demande «que le conseil municipal dans le cadre de sa prochaine séance délibère pour rendre cette œuvre accessible au public» proposant que compte tenu du thème et des matériaux issus des anciens abattoirs «elle aurait toute sa place sur l’espace du Jeu du Mail, anciens abattoirs de la ville, devenu lieu de culture et de spectacle».

Si celle-ci vient s’ajouter à une nouvelle commande, et que l’on prenne en compte toutes œuvres du sculpteur installées en divers endroits de la ville, c’est un musée Tissinier qu’il va falloir envisager !


André Trigano «On va trouver une solution honorable»

André Trigano qui dit «avoir eu toujours de très bonnes relations avec Jacques Tissinier déclare être «prêt à le rencontrer, pour parler avec lui, voir ce que l’on peut faire qui puisse lui être agréable. Si quelque chose peut se faire en ville avec lui ce sera avec grand plaisir. Il doit savoir que l’on ne méprise pas son œuvre. Je suis prêt à le recevoir quand il voudra. On va trouver une solution honorable !»

J.-Ph.C.

Partager cet article
Repost0