Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logodepeche140

logogaz140




 

28 juin 2019 5 28 /06 /juin /2019 15:08
PLU : Ça chauffe au Conseil - Mes interventions
PLU : Ça chauffe au Conseil - Mes interventions
PLU : Ça chauffe au Conseil - Mes interventions

Pamiers
CONSEIL MUNICIPAL DU 28 JUIN 2019


La dernière séance avant les vacances a été chaude, une fois de plus. L'urbanisme sous toutes ses formes au fondé le plat de résistance de nouveaux accrochages.

Avec le PLU à l'affiche du conseil municipal, on était assuré du spectacle. Hier soir, en séance, l'avenir de l'urbanisme appaméen a provoqué un échauffement dans une assemblée déjà en état de surchauffe climatique. Ne cherchez pas d'où sont venues les flammes, Michel Teychenné (Pamiers au cœur) était à la manœuvre. Mais l'autre opposition réunie sous la bannière de «Pamiers ensemble» n'a pas été en reste, et JC.Cid ou A.Faccheti sont souvent montés au front. En face, Claude Deymier, qui présentait l'essentiel des délibérations sur le sujet, a lutté pied à pied contre ses contradicteurs. Le premier d'entre-eux, Michel Teychenné : au moment de voter l'arrêt du PLU il s'est lancé dans un réquisitoire sévère contre «25 ans de politique municipale, une ville qui accumule toute la misère du département. Votre mandat, ce sont les logements indignes, l'étalement urbain et le tout voiture ! Nous avions demandé un PLU au niveau de l'agglomération…» Et de reprocher au maire de faire «des cadeaux aux promoteurs immobiliers» dans un long propos conclut sur cette apostrophe : «Reportez cette décision, et laissez la nouvelle équipe municipale la prendre. Je ne vote pas ce PLU !» André Trigano s'est élevé contre ces assertions : «Tout ce que vous dites est faux, vous dites tout et son contraire:

L'autre groupe d'opposition s'est abstenu, tout en déplorant par la voix de J.-C.Cid, «que les communes voisines ne témoignent pas d'un plus grand esprit communautaire» en laissant courir leur urbanisation.

L'Aire de Valorisation du Patrimoine (AVAP), plus consensuelle, a apporté une petite trêve, mais de courte durée. Rompue par la vente de l'actuel office du commerce à un restaurateur de renom qui se propose d'ouvrir là un établissement de bon niveau. Pour le maire l'occasion est trop belle d'installer cette table en pleine ville. Un couvert dont Michel Teychenné ne veut pas : il juge trop faible les 70 000 euros proposés. On passera sur un imbroglio autour d'une délibération retirée, et liée à cette vente. Le ton est monté une fois de plus. Michel Teychenné dénonçant le partage de l'ensemble Providence, et reprochant à la majorité de «vendre le patrimoine municipal aux copains ! Un dépeçage du bien public !» Le conseil s'est achevé sur le même tempo, avec une dernière empoignade sur le transfert du SSR au Chiva, et le projet de «maison de santé» en centre-ville. Décidément, la dernière séance, avant les vacances n'aura pas été de tout repos !


150 000 € de subvention supplémentaire pour le SCA

Elle était très attendue cette subvention. Ce sont les 150 000 euros que les élus viennent d'octroyer au SCA, en plus de sa subvention habituelle, pour faire face aux enjeux financiers consécutifs à la montée du club en fédérale 1. Il s'agit d'une subvention avec une convention d'objectifs, qui dispose en gros, que cette subvention sera versée en deux fois, la seconde partie étant liée au moins au maintien en fédérale 1 pour la saison 2020-2021. La subvention a été votée à l'unanimité, mais allégée de quelques lignes inscrites à la délibération, car des élus d'opposition ont douté que l'on puisse faire miroiter des «retombées financières pour les commerces locaux». André Trigano, qui n'avait pas envie de batailler là-dessus, a accepté le retrait de la phrase, satisfait au final que le conseil, au grand complet, vote la subvention demandée.

La Dépêche du Midi - Jean-Philippe Cros

PLUS

Pamiers - Conseil municipal du 28 juin 2019
INTERVENTION DE MICHEL TEYCHENNÉ


Au sujet du Plan Local d'Urbanisme : « Table ouverte pour les promoteurs »

Avant de parler d'un nouveau PLU attendu depuis 10 ans quand même, je voudrais faire le bilan de vos 25 ans de gestion de l'urbanisation à Pamiers.


En 25 ans, vous avez défiguré Pamiers, vidé le centre-ville, pratiqué l'étalement urbain, multiplié les zones commerciales et les lotissements au gré des demandes des promoteurs. Vous et votre équipe n'aviez qu'un objectif en tête : arriver à "20 000 habitants à Pamiers" ! Cette politique du chiffre est un échec, tant sur le plan humain que sur celui de l'urbanisme.

Aujourd'hui, tous les habitants constatent chaque jour les dégâts de votre politique urbaine : le centre-ville dévasté, 37 % des commerces de la ville fermés, 1200 logements fermés, 430 logements indignes mais loués par des propriétaires indélicats qui, en échange des APL, hébergent toute la misère de notre société, sans malheureusement être inquiétés ni par la Mairie ni par la CCPAP chargée du contrôle de ces logements.

En 25 ans, vous avez toujours privilégié l'étalement urbain, mélangeant allègrement habitations nouvelles et zones commerciales nouvelles. La cité HLM du Chandelet ou les zones commerciales de la Cavalerie,ou des Milles Hommes sont des exemples visibles et récents de cette anarchie urbanistique, de cet étalement urbain et du "tout voiture", qui marqueront la période Trigano dans l'histoire de Pamiers.

Nous avions demandé que l'on fasse un "PLU Intercommunal" au moins au niveau de l'agglomération. Le maire-président a malheureusement refusé. L'actuel projet de PLU est très contraignant pour les Appaméens par rapport aux règles imposées aux autres communes de l'agglomération, où les investisseurs pourront quasi librement faire des lotissements à bas coût pour concurrencer directement Pamiers empêtrée dans sa nouvelle réglementation tatillonne.

Une réglementation malheureusement faite à la va-vite pour être votée avant les élections avec un cabinet-conseil dont j'ai pu constater le manque de compétence en commission ! Ce PLU c'est aussi table ouverte pour les promoteurs. Vous leur offrez 20 zones classées Opération Aménagement Programmé, alors que 4 seulement étaient demandées par le Contrat de ville et l'État. Les 16 autres sont des cadeaux aux promoteurs immobiliers, faits sur le dos des propriétaires de ces terrains qui ne pourront que vendre face à la démesure des coûts d'aménagement.

Cela fait 10 ans que la Mairie n'arrive pas à refaire son PLU, déjà retoqué une fois par la Préfecture. Ce nouveau PLU sera voté en janvier ou février juste avant les élections, ce qui est n'est ni correct ni urgent. C'est à la nouvelle équipe élue en mars de voter un PLU plus lisible, plus simple, plus proche des besoins réels de la ville et de ses habitants et qui mettra fin à l'affairisme immobilier.

Nous demanderons que ce dossier soit renvoyé après les élections. Refuser serait un déni de démocratie.

Au sujet de la vente "express" du bâtiment de l'Office du Commerce

Aujourd'hui, vous nous demandez de vendre pour 70 000 euros l'actuel Office du Commerce, alors que les travaux de rénovation ont coûté à eux seuls 90 000 euros, et que sa relocalisation va coûter le double ou le triple. En 10 ans, votre municipalité a été incapable de proposer un aménagement cohérent de cet espace public central formé par le parking des Trois Pigeons et le bâtiment de la Providence. Alors que cette espace, ce bloc communal en plein centre de Pamiers aurait dû être au coeur d'un projet ambitieux dans le Contrat de ville, vous avez tout simplement oublié d'en faire un projet central du contrat de ville... C'est un comble!

Est-ce qu'il vous paraît normal de brader l'Office du commerce avec du terrain autour, en plein milieu de cet espace public, en le vendant à l'actuel gérant du restaurant Deymier,(ce qui n'est pas un cadeau pour Claude Deymier),  pour en faire un restaurant privé et comme d'habitude sans mise en concurrence? Cela pour installer un restaurant en centre-ville alors que vous distribuez les permis de construire au Chandelet ou aux abattoirs pour des restaurants hors centre-ville depuis des années?  Vous prenez les gens pour des imbéciles?

Et je ne parle pas de l'absence de garantie financière de l'acheteur. Vous bradez un bâtiment historique de Pamiers du début du XIXe siècle et vous laissez à l'abandon la Providence, un hôtel particulier du XIVe siècle, qui forment un ensemble municipal unique qui mériterait un projet de valorisation global pour en faire un point d'attraction et de dynamisation du centre-ville. Ce que vous avez été incapable d'imaginer, de proposer et de faire l'inscrire au Contrat de ville.

Ce dépeçage des biens communaux au profit de quelques-uns de vos amis, ou de vos lubies électorales dans le secret de votre bureau est insupportable pour les Appaméens. Il se fait toujours au détriment de la Ville, de l'intérêt collectif, et au bénéfice de vos amis ou affidés.

Monsieur le maire, privatisation et copinage sont les deux mamelles de votre politique.


Il y a d'abord eu le terrain de l'ancienne école des Canonges, bradé sans appel à la concurrence à un célèbre promoteur et aujourd'hui à l'abandon. Il y a ensuite eu la vente à la découpe des anciens bâtiments administratifs des abattoirs, y compris les locaux de la pépinière d'entreprises et de l'Office du commerce, qui s'est faite dans les mêmes conditions d'opacité et de non mise en concurrence.

Même chose pour la maison située à l'angle du boulevard Tournissa et de la route de Mirepoix, qui avait été achetée pour améliorer le carrefour, mais qui a été revendue à perte à des promoteurs immobiliers... . Sans parler de la maison rue Gabriel Perri, achetée hors de prix à un adjoint et dont la Mairie ne sait que faire depuis!

Plus récemment, il y a eu la vente d'un terrain sur Milliane, puis au Chandelet, pour un cinéma bidon. Là, la Marie s'est carrément ridiculisée.  La vente de ce terrain est toujours bloquée, ce qui nous a fait perdre une occasion de vente et de création d'emplois.

N'oublions pas non plus la location pendant 20 ans par la Mairie, encore là à un promoteur bien connu, d'un rez-de-chaussée obscur et inutilisable de 500 mètres carrés, quand même ! Sa location et son aménagement reviendront à terme pour la Ville à un million d'euros... sans même qu'elle en devienne propriétaire au bout des 20 ans!

Et on pourrait parler de la subvention honteuse de 70 000 euros par appartement de luxe rue Gabriel Péri, la désormais "fameuse Villa Major" soit 850 000 d'euros d'impôts appaméens pour loger ceux qui peuvent payer 1800 euros le mètre carré. Vous subventionnez les plus riches, mais laissez faire les marchands de sommeil qui prospèrent en ville. Drôle de politique et curieuse Mairie...

Et que dire du prêt de 150 000 euros à l' école privée Intech pour lui permettre d'offrir sa formation « bachelor » au prix prohibitif de 9500 euros par étudiant, dans des locaux municipaux au loyer dérisoire.
Un festival de décisions du maire qui coûte très cher aux appaméens et rapporte pas mal à quelque uns ...


Au sujet de la maison de santé

Votre projet de "maison de santé", qui vise simplement à faire payer par des fonds publics municipaux le déménagement d'un cabinet médical existant sur Pamiers, pour le rapprocher du centre-ville. Ce qui serait bien sûr totalement anormal, puisque les quatre cabinets médicaux installés sur Pamiers, sans parler des médecins indépendants, ont tous financé leurs investissements par leurs propres moyens. La Mairie ne peut faire un acte de favoritisme en finançant un d'entre eux pour le déménager en centre-ville aux frais du contribuable, et en contradiction avec toutes les règles qui régissent la médecine libérale. Une Maison de Santé doit être réservée à de nouveaux praticiens, pas à des médecins déjà installés. Votre projet avec 12 cabinets individuels de médecins payés par la Mairie n'est ni sérieux, ni conforme aux besoins de santé de la population. C'est juste une annonce électorale avant les élections. C'est pathétique de traiter le problème de cette façon en plus illégale, vous allez subventionner des médecins déjà installés sur Pamiers !

Partager cet article
Repost0
26 juin 2019 3 26 /06 /juin /2019 15:45
Michel Teychenné est inquiet autour de l'offre de soins

MICHEL TEYCHENNÉ EST INQUIET
AUTOUR DE L'OFFRE DE SOINS



Michel Teychenné, conseiller municipal d'opposition «Pamiers au cœur», a tenu à faire des propositions en matière d'action municipale dans le cadre d'une conférence de presse. Trois dossiers retiennent son attention, qu'il développera bien entendu, à l'occasion du prochain conseil municipal, vendredi.

Tout d'abord le dossier du projet de maison de santé. «Nous proposons au Conseil municipal de créer une vraie Maison de Santé en cœur de ville, à la Providence qui est actuellement à l'abandon. Cette Maison de Santé, qui regroupera tous les professionnels de santé nécessaires (médecins, kinés, infirmiers) permettra d'installer en centre-ville de nouveaux praticiens indispensables, qui travailleront en lien avec les cabinets médicaux existants et non en concurrence avec eux, comme ce serait le cas pour l'actuel projet du maire. Nous ne soutenons pas le maire dans son projet de «maison de santé» parce qu'il ne s'agirait justement pas d'une maison de santé, vu l'absence d'infirmiers et de kinés !» observe Michel Teychenné.

«Un mauvais coup pour Pamiers»

Autre dossier la fermeture annoncée du SSR du Bariol, qui doit être relocalisé au CHIVA. «Le Service de Soins et Rééducation est déjà de capacité restreinte, nombre d'Appameens sont aujourd'hui dirigés vers Lavelanet. Si ce SSR aux conditions d'accueil et de travail dégradées déménage au CHIVA, cela se fera au détriment de la population de Pamiers et des deux structures» Pour M.Teychenné cela affaiblirait le site du Bariol et diminuerait de fait le nombre de lits disponibles au CHIVA. «Il faut rénover ce SSR et le maintenir à Pamiers. C'est une fois de plus un service public majeur qui va quitter Pamiers, de plus on manque de place en EHPAD dans l'agglomération appaméenne. La fermeture du SSR serait un mauvais coup de plus pour Pamiers. Je regrette le manque d'intérêt de la Mairie sur ce sujet si important pour notre ville» précise Michel Teychenné avant de constater, dans un autre domaine que la mobilisation citoyenne porte ses fruits : non seulement le Bariol conserve son infirmier de nuit, mais selon lui, la mairie ferait marche arrière sur la prairie urbaine proche de la maison des associations, qui devait devenir un parking. «La commission Urbanisme l'a inscrite sur ma proposition, dans l'AVAP et le PLU comme «jardin remarquable» puisqu'elle fait historiquement partie du Parc de l'Evêché dans sa partie basse qui est propriété de la mairie. Cela lui assure une protection et annule le projet de parking », conclut M.Teychenné.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2019 2 28 /05 /mai /2019 14:08

Face à la menace du RN à Pamiers,
il faut une large union
des humanistes sociaux et des écologistes.

 

À Pamiers, le grand vainqueur de ces Européennes est le Rassemblement National avec 29,77 %, ce qui confirme que Pamiers est une ville socialement sinistrée, qu'elle est devenue un terreau fertile pour l'extrême-droite. Ce résultat du RN est un symptôme alarmant de l'état de la ville, après 25 ans gestion par la municipalité en place. Demain, le RN pourrait gagner les élections municipales, car il a quasiment doublé son score des municipales de 2014 !

Avec 17,81 %, LaRem s'installe dans le paysage politique appaméen, mais bien en dessous de son score national. La droite classique s'effondre à 6 %, un choc violent pour la municipalité Trigano. EELV fait un bon score à 10,93 %, mais en dessous du résultat national. 

La France Insoumise résiste bien à Pamiers avec 9,12 %, soit 3 % de plus que le résultat national et surtout que le PS/PRG/PlacePublique, qui fait le pire score de son histoire à Pamiers avec 6,46 % ! Le PC et Benoit Hamon font un score conforme à leurs scores nationaux, autour de 3 %.

Suite à ces élections européennes, je fais deux constats. Premièrement : la défaite cinglante de la droite classique qui dirige la Mairie depuis 25 ans. Deuxièmement : la division des forces de progrès et des écologiques, alors qu'ensemble nous représentons la première force politique à Pamiers avec au minimum 35 %... 

Nous pouvons ensemble créer une vraie dynamique citoyenne et populaire pour gagner la Mairie. Lors des trois dernières élections, la France Insoumise est arrivée largement en tête de la gauche à Pamiers. Cela nous donne une responsabilité particulière pour rassembler les électrices et électeurs humanistes, les progressistes sociaux et aussi les électeurs et électrices écologistes qui veulent tourner la page de 25 ans de gestion de droite à Pamiers.

Face à la montée du RN, il est temps de s'unir pour construire ensemble un projet d'avenir ambitieux aux services des Appaméennes et Appaméens. Les électeurs ne nous pardonneront pas une nouvelle fois la division, avec raison ! 

Michel Teychenné
Conseiller municipal 
Ancien député européen 

Partager cet article
Repost0
18 mai 2019 6 18 /05 /mai /2019 13:03

LETTRE OUVERTE
AUX CONTRIBUABLES APPAMÉENS

 

Nous souhaitons informer les Appaméennes et les Appaméens de la situation financière grave de la Mairie de Pamiers, qui est actuellement sous un contrôle de la Chambre régionale des Comptes à la demande de l'ancienne Préfète.

Le budget 2019 n'est pas sérieux, c'est un budget électoraliste pour rattraper les promesses de 2014 jamais tenues. Le maire veut faire en un an ce que lui et ses adjoints n'ont pas fait en cinq. La ficelle est grossière... Après cinq ans d'inaction, de routine, la majorité repartirait à zéro, d'un coup d'éponge magique sur l'ardoise, tout en accusant comme à l'habitude l'État et le Contrat de Ville de l'avoir empêchée d'agir. Arguments totalement faux, mais répétés en boucle par les élus de la majorité, toute honte bue.

Ce budget repose sur du sable et de l'emprunt : déjà 3 millions fin 2018 et 7 de plus en 2019, soit 10 millions d'euros d'emprunt nouveau ! Pour 11 millions d'investissements divers cette année, soit quatre fois plus de travaux qu'une année normale, ce qui est techniquement infaisable par la Mairie, et ce, pour une ville qui a déjà le record d'Ariège de la fiscalité locale la plus lourde et est déjà bien endettée : 18 millions d'euros fin 2018. Ces nouveaux emprunts massifs sont la garantie d'une explosion de la fiscalité après les élections. C'est inadmissible!

Ce budget, c'est aussi une distribution incroyable d'argent public à deux promoteurs! L'un touchera à terme un million d'euros pour une douzaine d'appartements à louer hors zone Contrat de ville. L'autre touchera d'un coup 830 000 euros pour rénover et vendre 14 appartements de luxe à 1800 euros le mètre carré en centre- ville ! Tout cela à fonds perdu pour la Ville! Une gabegie de fonds publics. à inaugurer... avant les élections. Cela fait cher le ruban tricolore!

Pour faire bonne mesure, le maire a aussi donné deux millions d'euros à la Communauté de Communes. Un « cadeau » du maire au président de la Communauté, le même André Trigano, pour équilibrer les comptes de la Communauté. Le dernier tiers sera payé sur le budget 2019 et voté par tous les élus de la majorité.

Après tout ça, rien d'étonnant à ce que la Mairie soit en difficulté financière. Rien d'étonnant à ce que les projets lancés en catastrophe, comme Milliane, voient leurs budgets exploser ou soient purement et simplement abandonnés, comme le centre culturel au Carmel, le grand réaménagement du Jeu du Mail ou encore le cinéma, toujours pas inscrit au Contrat de ville.

« Après moi le déluge » est la meilleure synthèse de ce budget et de l'état des finances. C'est pourquoi les élus de « Pamiers au coeur » ainsi que les autres élus de l'opposition avons voté contre ce budget, à l'exception notable de l'élue du Rassemblement National, qui a voté pour !

Michel Teychenné et Bernadette Subra
Conseillers municipaux de « Pamiers au coeur »

Lettre ouverture aux contribuables appaméens

MICHEL TEYCHENNÉ ET MICHEL LARIVE
À LA RENCONTRE DES APPAMÉENS

Lettre ouverture aux contribuables appaméens

UNE BELLE SOIRÉE EN ARIÈGE
AVEC FRANÇOIS RUFFIN

Lettre ouverture aux contribuables appaméens
Partager cet article
Repost0
9 avril 2019 2 09 /04 /avril /2019 13:25

Pamiers
REPAS À 1 EURO : C'EST PAS TROP TÔT !

Je salue la décision du maire de demander à participer à l'opération « Repas à 1 euro ». En effet, à Pamiers selon l'INSEE, le taux de pauvreté est de 23 %, le taux de chômage est de 21 %, et le revenu par habitant est un des plus faibles de la Basse-Ariège.

Depuis 25 ans, la population de Pamiers s'est appauvrie. La ville connaît des problèmes de grande pauvreté. La fréquentation des associations caritatives comme le Secours Populaire, le Secours Catholique ou les Restos du Coeur est en constante augmentation. Cette pauvreté touche en premier les enfants. C'est pour cela que nous demandons depuis longtemps une modulation du prix des repas à la cantine en fonction des revenus, modulation toujours refusée par le maire et sa majorité qui défendaient depuis 25 ans un prix unique des repas, quels que soient les moyens de la famille ! Il aura fallu l'approche des élections pour obtenir satisfaction. Mieux vaut tard que jamais...


Michel Teychenné
Ancien député européen
Conseiller municipal

 

Partager cet article
Repost0
6 avril 2019 6 06 /04 /avril /2019 16:36

Milliane
Un chantier plein de... mauvaises surprises

Milliane : Un chantier plein de... mauvaises surprises

 

Après l'oubli d'un déversoir pour recueillir les eaux de pluie du futur parking goudronné de Milliane, puis les problèmes d'évacuation des eaux vers le canal qui vont coûter « un bras » non prévu par le devis initial, et après l'abattage « express » des platanes séculaires remplacés par des platanes « déjà bien adultes, âgés de quatre à cinq ans », dixit le maire dans la presse aujourd'hui, sans rire, c'est maintenant le boulevard Alsace-Lorraine, visiblement trop étroit, qui donne du fil à retordre aux automobilistes. 

Ce chantier, précipité pour être inauguré « en urgence » et dont le maire disait à la presse qu'il coûterait 1,5 million d'euros... avant de reconnaître en Conseil municipal que ce serait en fait 3,5 millions d'euros, au moins, nous réserve-t-il encore beaucoup de mauvaises surprises ?

Michel Teychenné

Partager cet article
Repost0
5 avril 2019 5 05 /04 /avril /2019 13:52
Le maire de Pamiers, André Trigano, 93 ans, candidat à sa succession

Municipales à Pamiers

LE MAIRE DE PAMIERS, ANDRÉ TRIGANO,
CANDIDAT À SA SUCCESSION

L'air du temps est au renouvellement. Mais, pour le maire de Pamiers, le nombre d'années ne fait pas tout. C'est même un atoût. André Trigno considère que le handicap de ses 93 ans est contrebalancé par l'expérience. Avec ses 23 printemps passés à l'hôtel de ville de Pamiers, André Trigano peut justifier d'une étonnante longévité. Et il a bien l'intention de continuer. Sa motivation : un goût d'inachevé et des chantiers en cours. Un enthousiasme pas toujours communicatif. Certains administrés d'André Trigano estiment que l'heure de la retraite a sonné.

Voir ci-dessous le reportage de Stéphane Compans :

Partager cet article
Repost0
3 avril 2019 3 03 /04 /avril /2019 17:52

Candidature d'André Trigano à un 5e mandat :
la réaction de Michel Teychenné

Rien n'empêche André Trigano de se représenter, d'autant que sans lui, son équipe municipale serait un « poulet sans tête ». Il n'a pas de successeur crédible, il n'en a jamais voulu, et pas un ou une ne lui arrive à la cheville... même aujourd'hui ! Cela dit, se représenter à son âge est-il raisonnable ? C'est le problème de la droite à Pamiers... pas le mien.

Ce mandat qui s'achève était déjà le mandat de trop. En cinq ans, cette majorité n'a rien fait. Le maire le sait bien, c'est pourquoi il a lancé en catastrophe des projets « à tout prix », à inaugurer avant les élections : Milliane (dont le coût est passé de 1,5 à 3,5 millions d'euros), le Multiplex au Chandelet (un échec retentissant où la Mairie s'est ridiculisée), la rénovation de la salle du Jeu de Mail (dont le budget grimpe dangereusement), sans parler de l'École privé d'informatique, qui a coûté 200 000 euros de travaux à la Mairie plus 150 000 euros de subvention pour 14 étudiants - une gabegie ! Et que dire de ces grosses subventions municipales à divers promoteurs pour accélérer les travaux... « Après moi le déluge », en somme.

Pour mon équipe et moi-même, la principale préoccupation n'est donc pas ce que fera André Trigano lors des prochaines élections. Notre préoccupation est plus « terre à terre ». Elle est de savoir dans quel état lui et la droite vont laisser les finances de Pamiers après cette dernière année de mandat particulièrement dépensière, au cours de laquelle la Mairie a contracté des emprunts records pour couvrir ses dépenses électoralistes.

En conclusion, le maire promet de faire dans le prochain mandat ce que lui et sa majorité avaient promis de faire pendant le mandat qui s'achève... et qu'ils n'ont pas fait. C'est un peu court comme projet, il est grand temps de tourner la page.

Michel Teychenné

 
Partager cet article
Repost0
27 mars 2019 3 27 /03 /mars /2019 11:45

Carmel : le projet « bidon »

Carmel : le projet « bidon »

C'est avec surprise et amusement que j'ai appris par la presse que, d'après la Mairie, « le Carmel proposera des espaces de création, de diffusion et de transmission d’envergure régionale et nationale, voire européenne, accessibles à tous », « des boutiques et de la restauration », ainsi qu'un « Musée du Patrimoine ».  Rien que ça !

La Mairie aurait donc enfin un projet pour le Carmel ? Malheureusement, il n'en est rien, c'est juste un « bobard », un projet « bidon » sans budget ni moyens, jamais voté en Conseil municipal ce qui est un comble !

En effet, la programmation financière de la majorité actuelle présentée au dernier conseil municipal ne prévoit d'ici 2023 que la restauration du sol du cloître du Carmel... et c'est tout ! Pas de projet d'envergure régionale, encore moins nationale, et sûrement pas européenne. Juste refaire le carrelage, voilà la grande ambition de cette municipalité ...  À Pamiers, après le Multiplex fantôme, la Mairie invente le Carmel virtuel et imaginaire. 

Plus concrètement, il est dommage que malgré les promesses faites l'an dernier, le Carmel et ses jardins ne soient toujours pas ouverts au public, au moins pour la période estivale. Ce serait déjà un début pour faire profiter les Appaméens de ce lieu magnifique... en attendant mieux.

Michel Teychenné

Partager cet article
Repost0
21 mars 2019 4 21 /03 /mars /2019 16:12

Lettre ouverte pour le respect
de l'histoire et du patrimoine par la Mairie de Pamiers


POUR LE RETOUR DE LA STATUE
D'ALEXIS VADIER

 

Monsieur le maire,

Mesdames et Messieurs les conseillers municipaux,

Comme vous le savez, la Cour d'honneur de la Mairie était ornée de deux statues jumelles qui honoraient deux grandes figures de Pamiers et de la France : le philosophe Pierre Bayle, et le révolutionnaire Marc-Guillaume-Alexis Vadier. Pour des raisons politiques obscures, votre majorité a fait retirer la statue de Vadier pour la remiser on ne sait où.

Je vous demande, dans le cadre de la restauration de la Cour d'honneur de la Mairie actuellement engagée, de faire remettre cette statue à son emplacement, là où elle était avant votre arrivée à la Mairie. Ce serait un minimum de respect pour l'histoire et le patrimoine, cela à quelques mois de la fin de votre mandat de maire. Il en va de votre responsabilité. Ces deux statues jumelles formaient un ensemble de part et d'autre de la Cour d'honneur. Celle-ci doit donc retrouver cet équilibre esthétique et historique dans le cadre de sa restauration.

Il n'en demeure pas moins que le fait de supprimer la statue de Vadier, créateur du département de l'Ariège, est incompréhensible et honteux. Alexis Vadier a été député dès 1789. Il a participé au Serment du Jeu de Paume, et à la nuit du 4 août où les privilèges ont été abolis. Il a combattu « l'inviolabilité » du roi, voté la mort de Louis XVI après sa fuite, et dirigé le Ministère de la Police, appelé « Comité de sûreté générale » sous Robespierre. Vadier a d'ailleurs contribué à mettre fin à la Terreur par le renversement de Robespierre, dont il fut l'un des acteurs principaux. Malgré les attaques dont il a été victime à l'époque, il a été amnistié par la Convention. Sous le Directoire, il a soutenu la Conjuration des Égaux de Babeuf, avant d'être acquitté par la Haute-Cour de Vendôme. Il a refusé de servir l'Empire, Napoléon voulait faire de lui un sénateur. Il a toutefois été député pendant les Cent-Jours, au cours desquels il a voté l'Acte additionnel, espérant barrer la route aux Bourbons. Après le retour de Louis XVIII, il fut exilé comme régicide en 1816. Il est mort en exil à en 1828, à 92 ans.

Ce grand révolutionnaire est resté fidèle aux valeurs de la République toute sa vie. Une rue de Foix porte son nom, tout comme une salle du Conseil Départemental. Mais à Pamiers, on enlève sa statue pour faire plaisir à quelques extrémistes exaltés et incultes qui ne connaissent pas l'histoire de leur ville et de leur pays. Des exaltés qui répètent en boucle que Vadier fut le Grand Inquisiteur de la Révolution, citant au passage le titre d'un livre qu'ils n'ont jamais lu...et qui est d'ailleurs à la gloire de Vadier !

En matière de « Grands Inquisiteurs », la Mairie de Pamiers n'est pas avare d'honneurs et de plaques de rue! Comme la rue Bernard Saisset, évêque du Moyen-Âge plus connu pour ses rapines et ses démêlés guerriers avec le comte de Foix et le roi de France que pour sa charité chrétienne. Comme aussi la rue Jacques Fournié, évêque et Grand Inquisiteur qui fit brûler les derniers cathares, entre autres sévices infligés aux hérétiques réels ou supposés du diocèse, il fut aussi pape en Avignon. Ou comme  la rue Monseigneur de Caulet, grand persécuteur des protestants ariégeois et ardent défenseur du pape contre Louis XIV dans l'Affaire de la régale, qui n'était qu'une bataille de « gros sous », entre autres...

Il ne viendrait pourtant à personne de sensé l'idée de demander de débaptiser ces rues du nom de ces hommes qui ont marqué l'histoire de notre ville, sous prétexte qu'ils ne furent pas des saints dans leur siècle et commirent à l'époque des exactions des plus regrettables sur les populations ariégeoises. Ils furent de grands personnages de l'histoire de notre ville. À ce titre, ils doivent rester présents dans notre mémoire collective et méritent une plaque de rue... tout comme Vadier, ce député fondateur de notre République dont nous sommes les héritiers directs.

L'ostracisation de Vadier par votre majorité est un acte symboliquement grave et incompréhensible pour tous ceux qui sont attachés à la République, au respect de notre histoire et à sa transmission.

Monsieur le maire, Mesdames et Messieurs du Conseil municipal, outre le retour de la statue de Vadier à sa place dans la Cour d'honneur de la Mairie, je vous demande de donner à une rue de Pamiers le nom d'Alexis Vadier. Ce ne serait que réparer une injustice.

Monsieur le Maire, en cette dernière année de votre mandat et au moment où la République doit être plus que jamais notre socle commun, l'inauguration d'une rue Alexis Vadier le 14 juillet, en présence de tout le Conseil municipal, serait une belle façon de témoigner de notre attachement commun à notre histoire et aux valeurs de la République.

Meilleurs sentiments républicains,

Michel Teychenné
Conseiller municipal et ancien député européen

Partager cet article
Repost0