Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logodepeche140

logogaz140




 

23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 13:53
ariege > débats et opinions > politique
Michel Teychenné missionné par Vincent Peillon
22/10/2012 | 18:27

L’élu PS de la mairie de Pamiers était en charge en 2012 pendant la campagne présidentielle des questions LGTB* dans l’équipe de campagne de François Hollande.

C’est tout naturellement que Vincent Peillon, ministre de l’Education Nationale, fait appel à lui pour travailler sur l’homophobie à l’école.

Michel Teychenné devra dans un rapport réfléchir sur les actions et les mesures qu’il entend envisager et décliner dans les écoles et les établissements scolaires pour lutter contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre.

L’objectif fixé par le ministre étant de faire une synthèse des initiatives existantes et définir un cadre d’intervention des associations en milieu scolaires.

Notons que Michel Teychenné est un des premiers parlementaires français à assumer publiquement son homosexualité et qu’il a participé à la création d’«Homosexualité et Socialisme», association proche du PS.

De 2008 à 2009, en tant que député européen, il fut également membre de l’intergroupe «droits LGBT» au parlement européen et il participa à de nombreuses rencontres et manifestations en Europe de l’Est pour soutenir l’application des textes européens dans ces pays.

*Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres

actualites Ariege
auteur: Laurence Cabrol | publié le: 22/10/2012 | 18:27 | Lu: 3855 fois
Partager cet article
Repost0
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 12:55
logodepeche.jpg
Pamiers. L'élu Michel Teychenné recruté par Vincent Peillon

POLITIQUE

/Photo DDM, M.L. - Tous droits réservés. Copie interdite.
/Photo DDM, M.L. () 

/Photo DDM, M.L. 

Après s'être investi dans l'équipe de campagne présidentielle de François Hollande sur le dossier Lesbienne, Gay, Bi et Trans (LGBT), Michel Teychenné vient d'être chargé par le ministre de l'éducation nationale Vincent Peillon d'un rapport sur l'homophobie à l'école. L'élu appaméen va plancher sur un rapport sur les actions et mesures qu'il est envisageable de décliner dans les écoles et les établissements scolaires pour lutter contre les discriminations liées à l'orientation sexuelle ou à l'identité de genre. Michel Teychenné a déjà pas mal d'éléments sur le sujet qu'il va pouvoir enrichir au contact de la direction générale de l'enseignement scolaire et de la délégation ministérielle de prévention et de lutte contre les violences en milieu scolaire. L'objectif fixé par le ministre est clair : faire une synthèse des initiatives existantes et définir un cadre d'intervention des associations en milieu scolaire.

Michel Teychenné doit proposer dans son rapport des actions à mettre en place à la rentrée 2013 avec une attention particulière à la prévention du suicide chez les jeunes LGBT.

La Dépêche du Midi

PARTAGER
 |  | 
 | Envoyer à un ami | Imprimer | RSSAJOUTER UN COMMENTAIRE
Partager cet article
Repost0
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 12:29
Le Prix Nobel de la Paix à l'Union Européenne: une salutaire piqûre de rappel


Le Prix Nobel de la Paix pour l’Union Européenne est un très grand évènement, une superbe reconnaissance. C’est aussi un rappel très fort de l’objectif premier des Pères Fondateurs de l’ Union: rendre la guerre en Europe impossible par la construction Européenne, une réussite depuis 60 ans . La paix, la démocratie, les droits de la personne humaine sont les grands acquis de la construction européenne sur ce continent dévasté par les guerres fratricides qui ont atteint des sommets dans l’horreur et la dévastation.

Il rappelle les fondements de l’idée européenne au moment où certains dans l’Union Européenne doutent, ou pire voudraient revenir en arrière. Ce prix Nobel est très utile pour ne pas oublier les acquis inestimables de la construction européenne. Quelles que soient les vicissitudes actuelles c’est par plus d’Europe, plus d’intégration communautaire, plus de démocratie que l’Europe surmontera cette période de doute, de crise économique et financière venue des Etats-Unis, faut il le rappeler.
La construction européenne n’est pas exempte de critiques, de tergiversations, de déceptions et de lenteurs, le combat pour avancer vers une Europe plus forte et plus sociale est au coeur de mon engagement de socialiste. La construction européenne est une aventure unique, c’est la première fois dans l’histoire de l’humanité que des peuples s’unissent et se fédèrent librement.
Ce prix Nobel est une incitation forte pour aller plus avant dans la construction d’une Europe plus juste et plus solidaire , l’actualité le démontre tous les jours, il est urgent d’agir. François Hollande a déjà engagé cette réorientation de l’Europe: Paquet croissance, taxe sur les transactions financières, réorientation de la BCE et rachat des dettes souveraines, il faut continuer, aller plus loin , plus vite.

Le prix Nobel met le projecteur sur nos grands acquis communs, or certaines voix en France n’ont pas manqué de critiquer ce choix, je les invite à méditer un vieux proverbe “Quand le sage montre la lune avec sa main, certains malheureusement ne voient que le doigt”.

Michel Teychenné
Ancien député européen
Président du Groupe de gauche, mairie de Pamiers
Partager cet article
Repost0
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 17:19

2012-10-11_171132.jpg

 

Le festival de la jeunesse une belle manifestation, sous le soleil, et avec un peu d'humour pour faire les choses sérieusement... sans se prendre au sérieux!

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 16:01

logodepeche140

Pamiers. Trois clochers et trente-six bouchons...

CIRCULATION

Lestang, un des bouchons traditionnels de Pamiers. /Photo DDM L.P. - Tous droits réservés. Copie interdite.
Lestang, un des bouchons traditionnels de Pamiers. /Photo DDM L.P. () 

Lestang, un des bouchons traditionnels de Pamiers. /Photo DDM L.P. 

Circuler dans Pamiers devient de plus en plus difficile. Et à certains moments, la paralysie est totale. Voici une scène de rue ordinaire saisie un mercredi

On a certes répété que les embouteillages concernaient les heures de pointe : outre qu'il s'en produit en dehors, et de plus en plus, voici une scène de rue vécue un de ces midis ordinaires.

Départ depuis le parking du Portail Rouge. Objectif : la zone commerciale ex-Carrefour. Le secteur est déjà entièrement bloqué : queue boulevard Alsace-Lorraine, blocage complet au carrefour Sainte-Hélène. La tentative de fuite, par le centre ville est vouée à l'échec. En effet, le retour sur Sainte-Ursule par la rue Taillancier débouche rue des Cordeliers. Là, embouteillage jusqu'à la place Albert-Tournier et au delà, puisque tout est bouché en direction de la Porte de Lestang ! Nouvel essai d'évasion par la rue des Lieres pour remonter Gabriel-Péri. Mais la rue de la République est elle aussi en arrêt cardiaque. Quel parti prendre puisque l'on bouchonne aussi, en descendant, vers Aubert et Duval. La remontée par Charles-de-Gaulle ? Elle vient heurter un bouchon déterminé qui s'entête depuis la cathédrale vers la rue Caulet et au delà vers Loumet. Les bus scolaires parachèvent le collapsus avec la détermination du cholestérol moyen dans les artères.

Vers où fuir ?

Pourquoi ne pas tenter la fuite vers l'ouest ? La descente a travers l'ancien quartier du Pont- Neuf débouche sur Aubert et Duval. Mais là aussi on bouchonne vers la promenade des Maquisards, l'obstruction étant totale à sa jonction avec l'avenue du Jeu-du-Mail. Et la remontée vers le Pont-Neuf se bloque à nouveau au droit de l'école des Carmes. Seule fuite possible : le boulevard des usines. Là miracle, une voie royale s'offre au regard, mais elle n'a pas d'autre issue que vers Escosse, et le Terrefort. Aussi il faudra bien finir sur le bouchon de Lestang qui encombre en remontant le Jeu-du-Mail. On se fait des amabilités avec les automobilistes qui viennent de la promenade des Maquisards. Chacun son tour : ça marche assez bien, la discipline a du bon. Sauf lorsqu'un malotru veut à tout prix imposer sa personne. Le voilà coincé au milieu, tel une baleine échouée sur la grève, bloquant dans tous les sens cette circulation sanguine déjà proche de l'AVC. Montre en main, près de vingt minutes auront été nécessaires pour s'affranchir du centre-ville : au feu de Lestang enfin sonne la levée d'écrou. Encore que l'on est pas à l'abri d'un petit bouchon se prolongeant sur l'avenue de Toulouse (il est toujours beaucoup plus long en sens inverse).

Allez ne prenons pas de risque : mieux vaut assurer le coup en grimpant vers le cimetière et au delà par le Pic rallier l'avenue du 9e-RCP, le Chandelet, enfin la destination. Près d'une demi-heure pour quitter le centre de Pamiers ! C'est beaucoup. On nous rétorquera que les Toulousains aimeraient être à notre place. Mais justement, Pamiers n'est pas Toulouse. Et c'est là tout ce qui fait la différence.


à quand la mise en place d'un sens unique ?

La situation ci-dessus est la même depuis dix ans. Elle n'a fait que s'aggraver. Dans la paralysie de la circulation en ville, deux obstacles majeurs : les deux passages à niveaux. Passer dessus, passer dessous, tout a été envisagé, à la mairie on objecte qu'il n'y a pas de solution miracle à moins de s'engager dans des travaux pharaoniques au prix que l'on imagine. Et pourtant, il faudra bien un jour en passer par là. Lucien Quèbre, maire adjoint, affirme «qu'une étude de circulation est toujours en cours, la réflexion est toujours engagée. Elle consiste à étudier la mise en place d'autant de sens uniques qu'il est possible !» Cette solution des sens uniques, le Collectif des citoyens, (ACARA) avait expérimenté un essai pour faciliter l'écoulement automobile : faire le tour des canaux en 5 minutes et à 50 km/h (on peut le découvrir avec les commentaires sur leur blog : a-cara.blogspot.com). Bien entendu, certains peuvent mettre en avant le choix de purger la ville de ses voitures. Solution, extrême. Peu partagée. Elle passe par la conversion des Appaméens aux transports en commun et pourquoi pas au vélo. Le hic, c'est que la densification du réseau de pistes cyclables ne fait pas encore des conversions massives, et la fréquentation des navettes gratuites est loin d'avoir atteint son maximum, et parfois son minimum… Enfin, un réseau de transport en commun passe par la prise en compte de la couronne autour de Pamiers. De tout cela on en parle, notamment au sein des instances du SCOT. Mais de l'idée à la réalisation il y aura encore un long chemin… et pas mal de bouchons.

J.-Ph.C

 

EMBOUTEILLAGES A PAMIERS

Dans son communiqué, le Maire fait l’autruche, la tête dans le sable. Non seulement il nie les difficultés croissantes pour circuler à Pamiers, mais il les attribue en plus à une panne d’un feu rouge... ce qui montre qu’il ne circule pas souvent en ville aux heures de pointe!
 
Il manque à Pamiers un échangeur sur la voie rapide, au niveau de la route de Belpech, pour désengorger la sortie Sud et l’échangeur de la route de Mirepoix. Depuis des mois, les élus de gauche demandent la relance de ce dossier, en vain. De plus, la réserve foncière prévue pour la création de l’échangeur est régulièrement remise en cause par MM. Salvaing et Lopez, adjoints au Commerce et à l’Urbanisme, qui souhaitent vendre ces terrains.
 
Les élus du Groupe de gauche interviendront au prochain Conseil municipal sur ce sujet très important pour la circulation à Pamiers.
 
Michel Teychenné
  2012-10-06_161010-copie-1.jpg
Partager cet article
Repost0
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 13:49

logodepeche140

auconseil1.jpg
auconseil2.jpg

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 18:05

logogaz140

denjean1.jpg

petitjournallogo

denjean2c-copie-1.jpg
denjean3.jpg

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 12:25

Pamiers, le maire et sa méthode Coué

Le maire de Pamiers a très mal réagi à l’article de presse et à l’enquête nationale qui démontre que la population de notre ville s’appauvrit alors que celle des communes environnantes augmente et gagne en richesse et en pouvoir d’achat.

Le maire ne veut ni le voir ni l’entendre ! Sa gestion municipale a été épinglée l’an dernier par la revue économique Challenge, puis par l’enquête de Libération sur l’endettement et les emprunts toxiques. Aujourd’hui, ce sont les chiffres de l’Insee et le très sérieux site “salairemoyen.com” qui démontrent ce que tout le monde sait à Pamiers : la classe moyenne quitte la ville, le centre urbain se paupérise, les Appaméens s’appauvrissent et la ville aussi.

C’est le résultat de la politique de la majorité actuelle qui, depuis 18 ans, a laissé dépérir le centre-ville, mais aussi certains quartiers. Résultat d’une équipe municipale qui, en voulant atteindre à tout prix les 20 000 habitants, a sacrifié la qualité de vie au profit d’un développement anarchique. Ajoutez à cela une politique fiscale très lourde pour les Appaméens, qui financent seuls les équipements collectifs dont profitent toutes les populations de l’agglomération environnante (médiathèque, piscine, école de musique, équipements sportifs et culturels, etc.) et une sécurité urbaine dégradée.

Il est clair que tous ces éléments combinés ont accéléré la migration de la classe moyenne vers les communes de la périphérie, où la fiscalité est moindre et la qualité de vie meilleure. Cela a contribué à affaiblir Pamiers.

Une étude récente de la Communauté des communes fait état, sur la Ville de Pamiers, de 1 377 logements fermés ou vacants, et de 541 logements classés “indignes” bien qu’habités. Ces chiffres là au moins, le maire ne peut les contester ce sont les siens!

Pamiers n’est pas victime de son “succès”, comme le dit le maire! Pamiers est victime d’une forme ultra-libéralisme, du mythe de la croissance à outrance et d’une cruelle absence de politique urbaine. Pamiers est victime des conséquences de la politique de ses élus actuels.

Pour avoir voulu à tout prix atteindre les 20 000 habitants en privilégiant le développement quantitatif au détriment de la qualité de vie et d’une croissance maitrisée et choisie, la majorité municipale est responsable de la situation actuelle. La crise économique que nous traversons ne va faire qu’aggraver la situation de Pamiers, car la Ville est très endettée : sa dette dépasse en effet 27 millions d’euros et génère chaque année des intérêts d’un millions d’euros!

Inverser la tendance sera long et difficile. Il reste deux ans pour préparer le changement.

Michel Teychenné
Président du Groupe de Gauche
 

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 10:37
logodepeche140
CONSEIL MUNICIPAL
Pamiers. Chaque camp droit dans ses bottes !
 
Conseil municipal rugueux hier soir : la majorité en rang serré autour de son maire a offert un front solide aux attaques de Michel Teychenné et du groupe de gauche. La décision modificative du budget est passée sans que les cris du premier opposant, hurlant à l'alourdissement de l'endettement et de l'investissement ne soulèvent la moindre émotion chez les élus majoritaires. Faisant le gros dos, André Trigano a poursuivi, poussant la renégociation de l'emprunt toxique Dexia à recueillir l'aval de son groupe et concluant ainsi : «L'emprunt toxique c'est fini !». Il en reste bien un petit bout, mais d'un œil tranquille, le maire a chassé le soupçon d'un revers de main. C'était un des gros morceaux de cette soirée, avec le choix du nom de baptême du parvis de la gare, que la gauche voulait offrir à Gaston Bareilles et que Trigano a voulu donner à Pierre Mendès-France. Pour couper court au débat, il est apparu, confirmé par Louis Claeys, que Bareilles avait demandé à ce que jamais on ne donne son nom à quoique ce soit. 

On en est donc resté là, excepté la demande faite par la gauche de ne pas oublier de confier un jour une plaque à François Mitterrand. André Trigano a dit «OK» à la condition qu'on lui trouve un lieu à hauteur de sa renommée dans l' Histoire ! C'était une manière élégante de différer sans dire non. À la vérité on a beaucoup cheminé au milieu de délibérations laborieuses et il a fallu que vienne sur le tapis celle de la vigne de Cailloup pour que l'on assiste à la seule véritable empoignade de la soirée mettant aux prises M.Teychenné et… Louis Claeys ! De là les élus ont roulé vers les questions diverses dont une pesait son quintal : l'installation de Denjean-Granulats sur Gabriélat à un prix d'ami selon ce qu'en dit Michel Teychenné. Claude Deymier, sommé de s'expliquer s'est lancé dans un long historique, tout en annonçant que l'aménagement de la nouvelle zone allait coûter deux millions de moins. Pamiers fait bon accueil à Denjean ? C'est un fait mais «l'objectif c'est qu'il développe là ses activités, au-delà de ce qu'il va y installer dans l'immédiat» a conclu André Trigano, sifflant la fin de la récréation. Michel Teychenné a bien essayé de lui faire comprendre qu'il «vendait une tente Trigano à quatre places pour le prix d'une deux places», le maire de Pamiers est resté inébranlable.

J.-Ph.C

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 11:16
1/Question à MM. Lopez et Deymier, adjoints à l’Urbanisme et au Développement économique

La première tranche de la zone Gabriélat a coûté 4 195 939 euros (39,82 ha + VRD), dont 53,5% de subventions. Le prix de revient d’un m2 de terrain commercialisable est de 10,53 euros. La CCPP le revend 15 euros aux entreprises, et 7 ans après son inauguration, il reste un peu plus de la moitié des terrains à vendre.

La tranche II de Gabriélat sera équipée d’un embranchement ferroviaire : elle coûtera 8 677 000 euros (29,50 ha+ VRD), soit un prix de revient au m2 de terrain commercialisable de 29,86 euros avec un peu moins de 21 % de subventions. La différence de prix de revient est principalement imputable à la création de l’embranchement ferroviaire.

Comment pouvez-vous justifier la vente de 5 ha à 15 euros/m2, soit 750 000 euros -- le tarif de Gabriélat I (sans accès au train) à la société Denjean Granulat sur la zone Gabriélat II -- alors que le prix de revient, subventions déduites, sera de minimun de 24 ou 25 euros ?

Comment pouvez-vous justifier que dans les 5 ha vendus à Denjean Granulat est implantée une villa de luxe avec piscine payée 400 000 euros par la Mairie et la CCPP, et que cette maison actuellement louée sera cédée à Denjean Granulats au prix de 15 euros le M2 au sol (le prix du terrain) ?

Comment pouvez-vous justifier qu’en accueillant Denjean Granulats sur Gabriélat II, vous permettez à cette société de ne pas respecter ses engagements vis-à-vis de l’Etat, engagements de s’équiper à ses frais d’un branchement ferroviaire à Saverdun à proximité du lieu d’extraction. Je vous rappelle que ces engagements ont alors permis à Denjean Granulat d’obtenir de l’Etat son permis d’extraction dans des conditions qui sont aujourd’hui contestées avec raison devant le tribunal administratif.

Comment pouvez-vous justifier que l’entreprise Denjean Granulats qui paye ses impôts sur la commune de Saverdun et qui ne va créer que que 2 ou 3 emplois sur le site de Gabriélat bénéficie d’un tel traitement de faveur à Pamiers aux frais des Appaméens ?
Comment pouvez-vous justifier vis-à-vis des populations du Vernet, de Bonnac et de Pamiers la circulation dangereuse de plusieurs dizaines de semi-remorques par jour sur la N20 dans ces conditions?

J’admets que vos décissions ne sont pas illégales grâce à un habile montage juridique, mais elle sont moralement, financièrement, économiquement et écologiquement inaceptables.

Votre responsabilité d’élus vous impose “a minima” d’informer et de vous expliquer devant le Conseil municipal avant la signature des actes définitifs. Comme vous ne l’avez pas fait et que tout cela se prépare dans la plus grande opacité, nous attendons vos réponses.

 
2/ Question à Lucien Quèbre, adjoint Environnement-Transport

Nous sommes régulièrement alertés par des Appaméens des problèmes concernant le nouvel aménagement de la gare SNCF :
- le manque de places “d’arrêt minute” et en plus leur dangérosité sur la chaussée;
- l’absence de guidage au sol pour les mal-voyants, l’accès handicapé non utilisable depuis le parking et l’absence “d’arrêt minute” handicapé;
- l’arrêt de bus non protégé des intempéries et non équipé de banc pour les séniors.
- le parking exigu , tant pour les emplacements (difficile d’ouvrir les portes entre deux voitures) que pour la circulation interne (difficile de se croiser) pas de sens de circulation avec une seule entrée-sortie. De plus, si on peut se féliciter de l’augmentation du nombre de places de parking à la gare, beaucoup sont utilisées par les nouveaux immeubles de l’ancienne gendarmerie, au détriment des voyageurs
Enfin l’esthétique de l’ensemble et le jardin sont appréciés, mais beaucoup regrettent que se soit au détriment de l’accessibilité, des besoins des usagers de la gare et parfois du simple bon sens.
Comment contez-vous corriger ces erreurs d’aménagement dans un dossier qui à couté 1,5 millions d’euros.

3/ Question à M. le Maire

Les Appaméens constatent beaucoup de dysfonctionnements dans la distribution du courrier sur la commune de Pamiers. Les syndicats de postiers ont alerté les élus municipaux des difficultés qu’ils rencontrent pour pouvoir accomplir leur tâches dans de bonnes conditions pour les usagers. Nous vous demandons d’organiser une réunion en Mairie avec la direction de la Poste, les syndicats et les élus pour traiter de ce problème récurent.
Partager cet article
Repost0