Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 23:22

UN SUCCES HISTORIQUE EN FRANCE ET A PAMIERS

elusoc.jpg
Les élus socialistes du Conseil municipal, Salle du Jeu de Mail, le 6 mai à 20 h 05.

La victoire de François Hollande est nette et claire dans toute la France. L'Ariège est vice- championne de France derrière ... la Corrèze. A Pamiers, avec un score historique de 57,80 %, François Hollande arrive en tête dans tous les bureaux de vote de la ville, du jamais vu! C’est une grande satisfaction pour tous les élus du Groupe de gauche. 

C’est  un échec cuisant pour la majorité municipale, pour la droite appaméenne qui s’était engagée fortement dans cette campagne électorale aux côtés du candidat battu. C’est aussi un échec personnel pour le maire de Saverdun, candidat de l’UMP aux législatives qui a choisi pour suppléante une adjointe au maire de Pamiers...

Au-delà de cette belle victoire, il faut maintenant confirmer le changement et donner à François Hollande une majorité large à l’Assemblée Nationale pour qu’il puisse gouverner efficacement.

Nous avons gagné la première mi-temps avec François Hollande, il faut maintenant gagner la seconde en élisant Alain Fauré comme député socialiste de la deuxième circonscription de l’Ariège.

Michel Teychenné
Président du Groupe de gauche à Pamiers
Membre de l'équipe nationale de François Hollande

RÉSULTATS DU SECOND TOUR DES PRÉSIDENTIELLES À PAMIERS
(Vous pouvez cliquer sur le tableau pour l'agrandir.)

respetit.jpg


logodepeche140 

Pamiers et la basse-Ariège franchement "hollandais"

le scrutin du 2ème tour de la présidentielle

Brefs applaudissements à l'annonce télévisée du résultat, dimanche soir, à la salle Jeu-du-Mail/Photo DDM.E.C.
Brefs applaudissements à l'annonce télévisée du résultat, dimanche soir, à la salle Jeu-du-Mail/Photo DDM.E.C.
Brefs applaudissements à l'annonce télévisée du résultat, dimanche soir, à la salle Jeu-du-Mail/Photo DDM.E.C.

Pamiers et la basse-Ariège auront été à l'unisson du département et du pays, en affichant nettement leur préférence pour le candidat socialiste. Retour sur le scrutin.

Voilà, il n'y aura pas eu de surprise au plan national pour cette élection présidentielle (sinon un score plus serré que prévu), il n'y en a pas eu à Pamiers puisque François Hollande qui jouissait en tout état de cause d'une confortable avance au premier tour a retrouvé une belle majorité au pied des trois clochers au soir du second tour. Toutefois, si l'on considère que la ville a toujours voté à gauche aux présidentielles, qu'elle a toujours confirmé cet engagement aux législatives, on ne peut afficher une grande surprise à la lecture des résultats du scrutin. Exceptée la réception de Nicolas Sarkozy à la salle de la Rijole, dont on ne sait officiellement s'il en fut ou non l'instigateur, André Trigano est resté sur une prudente réserve au cours de cette campagne des présidentielles. Prenant même quelque malin plaisir à souligner l'engagement de son fils aux côtés de… Jean-Luc Mélenchon dont il a été le communiquant ! Le maire de Pamiers aime bien brouiller les pistes, en cette circonstance il aura été à la hauteur de sa réputation.

On observera en tout cas que la gauche gagne plus de 5 points par rapport à 2007, François Hollande affichant presque 58 % alors que Ségolène Royal n'avait obtenu que 52 %. La progression est incontestable. Le score du président sortant n'est pas très encourageant pour Renée-Paule Beraguaz, adjointe au maire qui dans quelques semaines partira au combat sous la bannière de Philippe Calléja candidat de l'UMP, comme suppléante à la députation.

BEAUCOUP DE BULLETINS BLANCS

On peut effectivement lire avec attention les résultats obtenus par Nicolas Sarkozy à Saverdun et Mazères, bastions UMP. L'érosion du sarkozysme est réelle, sans être majeure. Forte sur Saverdun-même, ce qui pose problème au maire, en revanche modérée sur l'ensemble du canton. Mais Philippe Calléja, devra sortir une double cuirasse sur le front des législatives, car l'essentiel de la circonscription ne fait pas bonne figure à ses couleurs. Et à ce titre pour le reste de la basse-Ariège, la barre à gauche est nette (malgré les bons taux du FN au premier tour), avec des scores écrasants pour François Hollande, sur les cantons du Mas d'Azil (69 %), mais aussi Varilhes (66 %), Mirepoix et le Fossat (62 %). Enfin restera la question des bulletins blancs, l'ultime vote de protestation d'électeurs en mal de choix, très nombreux sur tous les cantons de basse-Ariège (en moyenne 300 à 600 par cantons), excepté sur celui du Mas d'Azil. Un tableau d'ensemble qui attend la mise de la touche finale pour les prochaines législatives.


Ils ont dit à "chaud" après les résultats

Au terme d'un faux suspens, alors que la victoire du camp socialiste était courue depuis déjà une bonne demi-heure dimanche soir Michel Teychenné de l'opposition de gauche appaméenne, s'est félicité « du résultat d'un vrai travail de terrain à Pamiers ». Le socialiste a parlé d'un « score historique pour la ville », avec presque 58 % des suffrages, l'écart droite gauche n'a effectivement jamais été aussi large sur la commune. « Mais ce n'est que la première mi-temps car nous devons obtenir la majorité à l'Assemblée et maintenant faire bloc derrière Alain Fauré pour la 2e circonscription aux élections législatives », a-t-il insisté. « Une agréable surprise est venue du bureau numéro 7 au C.E.S Bayle, situé dans le secteur du 1er RCP, qui a toujours voté à droite, pour la première fois la gauche l'emporte avec 309 voix contre 305 pour la droite », a constaté Michel Teychenné avant de partir boire le champagne avec ses amis. De son côté le maire de Pamiers André Trigano a fait mine de s'en moquer en affectant un grand détachement « Nous allons continuer à gérer Pamiers de la même façon, je suis ni triste, ni gai, je suis à Pamiers ». Celui qui a soutenu même à minima le président sortant lors de cette campagne a tout de même avoué que « si malheureusement ce résultat peut toucher personnellement, politiquement non ». Et d'ajouter « les Appaméens ne seront pas affectés, nous nous adapterons aux réformes à venir, je vous annonce d'ailleurs des surprises dans les prochaines semaines pour la ville… ». Par ailleurs Renée-Paule Béraguaz, adjointe au maire qui se lance dans la course aux législatives aux côtés de Philippe Calleja, a insisté sur « ce qu'on sait faire pour la basse Ariège, économiquement et sur le logement. Nous nous retrouvons dans la situation inverse au schéma national en étant dans l'opposition ».

Partager cet article

Repost0
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 12:32

rouetitre.jpg

Oui, les élus du groupe de gauche ont soutenu André Trigano dans ce projet, qui d’ailleurs divisait et divise encore les élus de la majorité. Ils l'ont soutenu pour trois raisons principales :

Il manque des salles à Pamiers, et l’idée de construire une grande salle de plus au Jeu du Mail était hors de prix et inadaptée au quartier et au voisinage.

Le complexe de La Roue jouxte et renforce la zone de Las Parrets. Il pourra facilement être utilisé pour les jeunes du Centre de loisirs. De plus, par son isolement, il permettra l’organisation de fêtes, de mariages et de concerts sans nuisances pour le voisinage... Un lieu qui manquait pour les jeunes et les familles de Pamiers. 

La Roue, c’est aussi une propriété de quatre hectares d’un seul tenant, plus l’ancienne boîte de nuit (qui elle nécessite des travaux) et des bâtiments d’habitation, et bien sûr une salle de spectacle et d’animation neuve et toute équipée, “l’Espace Fernan”. Le tout pour un prix très raisonnable.

Enfin, acheter la Roue ne s’oppose pas à l’achat du Carmel, c’est une erreur de les opposer. La Mairie a voté un budget de  deux millions d’euros pour rénover l’Ecole de Musique. Ces locaux sont mitoyens du Carmel et, avec un  budget aussi important, la Mairie peut acheter le Carmel et rénover et agrandir l’école de Musique sur place... sans un euro de plus! Seul problème : la majorité municipale  préfère déménager l’Ecole de Musique et dépenser ces deux millions d’euros dans un bâtiment construit dans les années 70 dans l’ancien Hôpital. Une ineptie patrimoniale et une gabegie financière.

Michel Teychenné
Pour le Groupe de Gauche au Conseil Municipal  


logodepeche140
rouedep.jpg

Conseiller municipal «indépendant», Louis Claeys s'est opposé à l'achat par la ville du complexe la Roue. Il a tenu à le rappeler à l'issue de l'article nous avons publié jeudi à l'occasion de la réouverture du lieu sous l'égide de la commune.

« Je me suis opposé à cet achat car il y avait mieux à faire en ville. On n'avait pas besoin d'une salle supplémentaire. On pouvait aménager le Jeu-du-Mail. On a préféré acheter la Roue plutôt que le Carmel, qui aurait pu héberger un grand espace culturel digne de ce nom. Par ailleurs la Roue est particulièrement excentrée alors que l'on évoque aujourd'hui la nécessaire réhabilitation du centre-ville. La Roue ce sont par ailleurs des investissements supplémentaires pour rendre ce lieu utilisable et donc des voitures pour s'y rendre ! »

 


Partager cet article

Repost0
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 10:46

logodepeche140

petitjournallogo

Europe

SARKOZY NE COURT PLUS APRES LE FRONT NATIONAL :
IL LE RATTRAPE, LE DEPASSE, LE PRECEDE.

François Hollande, en demandant une renégociation du traité sur le “Mécanisme Européen de Stabilité” qui doit être complété par un volet de croissance, avait raison et il n’était pas isolé comme je l’écrivais en mars. Force est de constater que quelques semaines plus tard, la prise de position courageuse de François Hollande est reprise par de nombreux responsables européens dont Mario Draghi, le patron de la BCE, par des chefs de gouvernement comme Rajoy en Espagne ou Di Rupo en Belgique, et par bien d’autres en Europe. Un échec personnel pour Sarkozy, qui s’est aligné depuis des années sur les politiques d’Angela Merkel lesquelles ont conduit à l’ arrêt de la croissance en Europe et à l’explosion du chômage.

Dimanche à Toulouse, le candidat-président, devant les élus et militants UMP de la région, a prononcé un discours tout droit sorti des pires greniers barrésiens et maurassiens du début du siècle dernier, cela grâce à la plume lyrique d’Henri Guaino. Un éloge des frontières, une célébration anti-européenne et cruellement démagogique des thèses de Marine Le Pen, fonds de commerce familial réchauffé à chaque élection. Le candidat sortant ne court plus après le Front national : il le rattrape, le dépasse, il le précède.

Pourtant, le candidat sortant est comptable par son bilan de l’état actuel de l’Europe, il ne peut y échapper. Le discours de Toulouse restera dans les annales comme le discours de la honte et de la démission. Je suis un Européen convaincu, souvent critique parce qu’exigeant pour la construction européenne. J’en appelle à tous ceux et celles qui n’acceptent pas que la grande idée qu’est l’Europe soit dénaturée, stigmatisée, vilipendée par le candidat sortant pour des compromissions bassement électoralistes.

Le 6 mai, j’invite tous ceux et celles qui sont attachés à l’idée européenne, tous ceux qui veulent une réorientation vers une Europe plus solidaire, plus sociale, vers une Europe plus démocratique qui pèse dans le monde par ses valeurs, à sanctionner le candidat sortant en votant François Hollande. 

Michel Teychenné
Ancien député européen
Membre de l’équipe nationale de François Hollande 

Partager cet article

Repost0
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 16:48

anews2010

bonahead.jpg

«Avec nous! Contre la fermeture d'une classe dans notre RPI, classe surchargée à plus de 32 élèves et mort programmée du monde rural! »

C'est ce qui était écrit sur le papier distribué aux automobilistes ce samedi matin au rond-point du Vernet d'Ariège.

Encore une fois comme le précisait le maire de la commune, Michel Grasa, les habitants des communes du Vernet et de Bonnac ont été obligés de manifester leur mécontentement contre la fermeture annoncée d'une classe.

Parents, grands-parents et élus se sont donc retrouvés au rond-point, bien décidés à se faire entendre. «Une fois de plus nous sommes obligés de manifester, dira le maire du Vernet contre cette fermeture injuste. L'Académie ne veut rien savoir, malgré nos 140 élèves inscrits. Nous continuerons. Aujourd'hui, nous sommes là, demain, s'il le faut nous irons plus loin. Nous ne sommes pas des vandales, notre manifestation se passera de la meilleure des façons, en toute convivialité et sans agressivité. D'ailleurs, ce que je regrette aujourd'hui c'est d'embêter les gens qui partent en week-end, mais ils comprendront»

Effectivement, la manifestation s'est déroulée dans la simplicité. Les automobilistes ont bien compris et ont pris le temps de ralentir et d'écouter les intervenants, solidaires avec la cause.

«C'est important d'être là aujourd'hui, dira André Montané, conseiller général, parce que je crois que lorsque l'on défend la ruralité, il faut défendre ce qui fait la force de notre ruralité, c'est à dire le service public. Le service public dont je parle, c'est la Poste, l'école. L'école, c'est comme la Mairie, poursuit-il. C'est un point fort de notre laïcité, c'est un point fort de la vie rurale. L'enseignement doit pouvoir être dispensé autant que faire ce peut, lorsque les effectifs sont là, ce qui est ici le cas pour le RPI Bonnac-Le Vernet. Il faut sauvegarder la proximité de l'enseignement. Nous avons des jeunes âgés de 3 à 9, 10 ans qui sont scolarisés. Les faire lever à 6 heures du matin, leur faire prendre le bus pour aller dans une école loin de chez eux et rentrer tard le soir, ce n'est pas respecter leur rythme de vie. Il faut respecter le rythme de vie, respecter les enseignants, ce n'est pas dans des classes de 30 à 35 élèves que l'on arrive à faire de la pédagogie comme on peut le faire dans des classes de 20 à 25 élèves»

«Une fermeture de classe c'est vraiment dommage, poursuivra Marie-France Vilaplana, conseillère générale et maire de Benagues. J'espère que l'on aboutira. Nous sommes tous concernés»

«Je soutiens le RPI de Bonnac-Le Vernet contre cette fermeture d'école qui est absurde puisque l'on arrive aujourd'hui à l'effectif normal et même dépassé, renchérira Guy Bouché, maire du Carlaret. Ce serait bien que nous soyons entendus»


Entendus, tous l'auront été ce matin, élus, parents, enfants présents eux aussi sur les lieux pour revendiquer ce qu'ils estiment être leur droit.

Ils souhaitent désormais pouvoir obtenir gain de cause auprès de l'Académie.

bona1.JPG

bona2go.jpg

Partager cet article

Repost0
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 14:29

28412introgo

Face à la montée des thèses de l’extrême-droite, face à un candidat sortant qui divise, stigmatise et menace la cohésion nationale par des propos et des attitudes indignes de sa fonction, nous appelons les électrices et les électeurs de Pamiers à se mobiliser et à sanctionner massivement le bilan affligeant de Nicolas Sarkozy. 

Au-delà des sensibilités politiques, nous appelons tous les électeurs de gauche, mais aussi tous les démocrates et républicains, à mesurer l’importance de ce vote pour l’avenir de la France. 

En faisant barrage au candidat sortant, en votant massivement pour François Hollande, nous enverrons un message clair d’espoir et d’attachement aux valeurs de la République.

Les élus du Groupe de gauche
Michel Teychenné, Catherine Quintart-Galvez, Bernadette Subra-Suart, Annie Fachetti, Emile Franco, Dominique Castagné

Partager cet article

Repost0
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 22:31

logogaz140

28412titre.jpg

 

La phrase de La  Gazette :   "... Les socialistes ariégeois se consoleront en notant que leur candidat améliore le score du PS à Pamiers..."

24A.jpg
24B.jpg
24C.jpg

_____________________________________________________________

logogaz140

28412D

28412E

Partager cet article

Repost0
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 12:29

logodepeche140

Pamiers. Le passage en force de Marine Le Pen

présidentielle à pamiers et basse-ariège

L'effervescence dimanche soir à la salle du Jeu-du-Mail juste après les 1ères estimations./Photo DDM.E.C.
L'effervescence dimanche soir à la salle du Jeu-du-Mail juste après les 1ères estimations./Photo DDM.E.C.
L'effervescence dimanche soir à la salle du Jeu-du-Mail juste après les 1ères estimations./Photo DDM.E.C.

Une fois que l'on aura dit que F. Hollande est en tête partout sur les cantons de basse Ariège et de Pamiers hissant son succès entre 30 et 35 % des suffrages exprimés, on a affirmé une vérité qui en cache aussi une autre : la modestie du score de Nicolas Sarkozy, l'effondrement du centre, la fièvre notable pour Mélanchon qui dope le score de la gauche (cantons de Varilhes, le Fossat et Mirepoix), et surtout l'explosion des voix en faveur de Marine le Pen. En moyenne sur tous les cantons de basse Ariège la vague « Marine » varie entre 17 et 20 %. Seul le canton du Mas-d'Azil contient la fille de son père à 13 %, mais elle double presque son score par rapport à celui du FN en 2007 ! Pour le reste Marine le Pen submerge la droite traditionnelle sur le canton de Saverdun (20,9 %) arrivant partout devant Nicolas Sarkozy sauf à Mazères et Saverdun même, où elle fait quasiment jeu égal ! Une grosse surprise pour Philippe Calléja.

Sur Pamiers ville, avec 19 % des suffrages elle talonne un N. Sarkozy tiré vers le bas à 22 % ! La candidate du Front National a pris ici 8 points en cinq ans ! Une inflation des suffrages lepéniste très nette aussi sur les cantons de Pamiers : 21 % à l'Est, et 19 % à l'Ouest. Explosion notable à Saint-Jean du-Falga, alors que dans 6 communes du canton Ouest, Marine Le Pen arrive devant N.Sarkozy. Même topo sur le canton Est, où elle arrive devant le président sortant. Avec un record détonnant à La Tour du Crieu, et des scores supérieurs à N. Sarkozy aux Pujols, à Bonnac, à St-Amadou, aux Issards, à Villeneuve du Paréage.

Cette déferlante du Front national, malgré le contre-feu du Front de Gauche, reste donc l'enseignement de ce premier tour. Au second, François Hollande devrait par le jeu des reports hisser la basse-Ariège à gauche. Une lecture qui ne sera pas sans conséquences sur les prochaines échéances, notamment à Pamiers.

J.-Ph.C.


Ce qu'ils en disent

À l'heure fatidique dimanche soir, Dominique Mourlane, membre du front de Gauche Ariégeois, a estimé que le score de son candidat Jean-Luc Mélenchon était « d'un côté pas mauvais » en avouant sa déception de ne pas avoir dépassé le score de Marine le Pen. Une candidature front de Gauche qui a aussi fait parler à droite, chez André Trigano, dont le fils s'avère le directeur de campagne de Mélenchon. « J'avais parié avec mon fils qu'il ferait en dessous de 10, j'ai donc perdu. Mon fils a réalisé un beau travail car il revenait de loin », a confié le maire de Pamiers. Quant aux résultats, il les a jugés « Ariégeois », ajoutant : « Personnellement je n'ai pas d'étiquette donc ça m'est égal car autant le PS que l'UMP parlent de l'emploi, c'est tout ce qui m'importe ». Au sujet de la percée frontiste, le maire de Pamiers a osé la métaphore : « Elle fait rêver des électeurs mais parfois les rêves se transforment en cauchemar. Je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi certains Appaméens votent pour elle car nous n'avons pas de problèmes ici ».

Côté PS Michel Teychenné s'est avoué « confiant, mais tout reste à faire. Le total Gauche n'a jamais été aussi élevé à Pamiers. Quant au vote FN il faut l'entendre comme contestataire ». L'opposant appaméen n'a pas manqué de souligner « l'effort de Trigano pour faire venir Sarkozy à Pamiers au mois de janvier et qui n'aura servi à rien ! ».

E.C.

Partager cet article

Repost0
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 13:19

Analyse des résultats de la ville de Pamiers
LE PS PROGRESSE, LA GAUCHE LARGEMENT DEVANT !!!

roielec.jpg


Avec 81,35 % de participation, les Appaméens se sont fortement mobilisés pour l’élection présidentielle.

Avec un beau 31,80 % pour François Hollande, le PS progresse à Pamiers : 9 points devant le candidat de l’UMP (22,70 %). A saluer aussi le bon score du Front de Gauche 14,09 % , malgré la quasi-disparition du vote écologiste (1,94 %). Cela donne une forte progression du total des voix de gauche à 49,23 % ce dimanche soir à Pamiers : + 5,36 % que le total gauche national ! La gauche n’a pas été aussi forte à Pamiers depuis très longtemps...

Le Front National s’installe dans le paysage politique appaméen avec un score très important de 19,21 %, mais la poussée est moins forte en ville que sur le secteur rural des deux cantons de Pamiers... Cette progression nous doit interpeler d’urgence. Ce vote de crise mais aussi de colère et de défiance ne doit pas être minimisé : il était déjà présent aux élections cantonales, il appelle des réponses et des solutions que seule la gauche peut porter. 

Nicolas Sarkozy et l’UMP ont une responsabilité majeure dans la banalisation des thèses du Front National. 

François Bayrou perd plus de la moitié de ses voix par rapport à 2007, avec un petit 7,10 % : deux points de moins que sa moyenne nationale.

Le soutien affiché de la majorité municipale à Nicolas Sarkozy, entre autres lors de sa visite mouvementée à Pamiers en janvier, n’a pas produit l’effet escompté sur les Appaméens, c’est le moins que l’on puisse dire.

Si le changement est maintenant possible grâce au bon résultat du premier tour, rien n’est acquis! Le 6 mai, il faut se mobiliser pour tourner définitivement la triste page du quinquennat de Nicolas Sarkozy, par une large victoire de François Hollande.

Michel Teychenné
Président du Groupe de gauche
Mairie de Pamiers

Partager cet article

Repost0
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 12:21

logodepeche140

Pamiers. La visite d'H.Emmanuelli

campagne électorale

M. Carballido, H. Emmanuelli et F. Massat se sont retrouvés à l'Etrier vendredi soir devant une cinquantaine de personnes./Photo E.C.
M. Carballido, H. Emmanuelli et F. Massat se sont retrouvés à l'Etrier vendredi soir devant une cinquantaine de personnes./Photo E.C.
M. Carballido, H. Emmanuelli et F. Massat se sont retrouvés à l'Etrier vendredi soir devant une cinquantaine de personnes./Photo E.C.

Devoir de réserve oblige avant le 1er tour de l'élection présidentielle, nous n'avions pas encore légalement pu évoquer le passage d'Henri Emmanuelli, député PS des Landes et président du Conseil Général des Landes au café l'Etrier, vendredi soir rue Gabriel-Péri.

Il est venu soutenir la candidature de François Hollande devant une assemblée d'une cinquantaine de personnes. En compagnie de Frédérique Massat, député PS de l'Ariège et de Marc Carballido, secrétaire fédéral du PS Ariégeois, il a pu échanger avec les huiles locales du parti socialiste dont Michel Teychenné de l'opposition appaméenne, le conseiller général André Montané et le président du Conseil Général Augustin Bonrepaux.

Partager cet article

Repost0
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 17:45

CAFE CITOYEN AVEC CHRISTOPHE BORGEL
Secrétaire National aux Fédérations du PS
et candidat socialiste aux législatives en Haute-Garonne


blog210412.JPG 

Une belle soirée au Vélo Sentimental à Toulouse cette semaine, où ou j’ai présenté le programme de François Hollande et en particulier sa proposition 31 et ses implications aux responsables associatifs du 31 et de la région.

La quasi totalité des associations LGBT de la région étaient représentées. Un débat très constructif dans un lieu sympathique, qui s’est fini fort tard... dans la bonne humeur.

Partager cet article

Repost0