Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logoparl140



logodepeche140


logonews140

logogaz140





PAMIERS AU COEUR


Pamiers au coeur - Le Renouveau


Rejoignez-nous sur le site de la liste Pamiers au coeur - Le Renouveau (cliquez sur le logo) !

28 mai 2015 4 28 /05 /mai /2015 11:20

Tribune libre :

Monsieur le maire,il nous faut réussir le « Contrat de ville ». Vous avez présenté le 18 mai aux élus les grands axes du Contrat de ville en matière d’investissement. Avant que ce projet ne soit finalisé au prochain Conseil municipal, nous tenons à vous faire part des remarques suivantes, car plusieurs opérations d'aménagement nous paraissent mal pensées, très onéreuses, et en plus difficiles à réaliser.

Par exemple, le rachat et le déménagement de la Poste dans un lieu qui n'est pas encore défini pour installer à sa place un marché couvert. La Mairie est propriétaire des bâtiments de la Providence rue Gabriel Péri, dont le rez-de-chaussée, si on couvrait la cour avec une verrière, pourrait accueillir ce marché couvert dans de très bonnes conditions, dans un cadre exceptionnel et à moindre coût, ce qui participerait à la redynamisation de cette rue historique du commerce appaméen. Alors que tout le monde réclame la création d’une halle en centre-ville depuis des années, ce projet consensuel a été purement et simplement oublié dans le Contrat de ville.

Deuxième exemple : dans votre projet, vous souhaitez installer le cinéma sur la place Millane, c'est-à-dire concéder au privé un espace public. Selon votre projet, la création de ce cinéma reposera entièrement sur une société privée, avec un objectif de 150 000 entrées par an pour concurrencer les cinémas de Labège (actuellement la fréquentation se situe autour des 40 000 entrées). Cet objectif est peu réaliste, il n’est pas sérieux financièrement. Nous sommes opposés à la privatisation de la place Millane pour l’exploitation d’une activité privée. Seule une implantation sur un terrain privé en bordure de la place serait acceptable, ce qui augmenterait d’autant les coûts de ce projet et diminuerait encore plus sa faisabilité.

Troisième exemple : alors que la Mairie vient d'acheter le terrain de l’île du Lidl, vous envisagez de déménager à cet endroit l'école de Lestang et l'école de la rue Sainte-Claire, qui sont des services publics installés en centre-ville et qui ont bénéficié de beaucoup de crédits municipaux pour leur rénovation. Ce déménagement est une aberration budgétaire et videra le cœur de ville de ses écoles publiques. Il ne restera plus dans le cœur de ville qu’une école privée. De plus, vous perdrez ainsi le seul terrain libre et la possibilité de créer en complément de l’îlot Sainte-Claire des logements neufs de bon standing , qui manquent cruellement à Pamiers. Vous perdrez aussi un lieu possible d’installation du futur cinéma. Tout cela pour déménager de 300 mètres deux écoles existantes, ce qui va coûter des millions d’euros pour rien!

Enfin, nous constatons avec regret que la culture, le patrimoine et la jeunesse sont les grands perdants de ce projet de Contrat de ville. Aucun projet pour la médiathèque et la MJC, qui sont à l'étroit dans leurs bâtiments et ne peuvent se développer (la MJC n’est actuellement même pas aux normes pour handicapés). Aucun projet non plus pour le Carmel, qui devrait être le phare culturel et touristique du pays de Pamiers. Cet « oubli » est absolument incompréhensible. Ces projets s’inscriraient parfaitement dans les critères du Contrat de ville. Ni la MJC, ni la Médiathèque, ni le Carmel ne pourront donc bénéficier des crédits d’investissement du Contrat de ville. C’est un manque de vision d’avenir, et une faute à corriger d’urgence.

Il est encore temps de réorienter le Contrat de ville de Pamiers, qui est pour le moment très décevant et éloigné des attentes de la population. Si il était voté en l’état par le Conseil municipal, ce serait alors une formidable occasion manquée, et aussi un gâchis d’argent public en raison de dossiers bâclés, confié une fois de plus à des experts extérieurs... pour un piètre résultat. Il est temps que les élus reprennent le contrôle de ce dossier,remettent un peu de bon sens, dans un contrat si important pour l’avenir de notre ville.

Michel Teychenné

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 17:46
Michel Teychenné invité du 19/20 de France 3


Michel Teychenné était l'invité du 19/20 de France 3 dimanche dernier.

 

Jusqu'au 25 mai, cliquez ici pour voir la vidéo sur PLUZZ.

 

Après le 25 mai, cliquez ici pour voir la vidéo avec iTunes.


L'entrevue commence environ 8 minutes après le début de la vidéo.

Repost 0
Published by Michel Teychenné
9 mai 2015 6 09 /05 /mai /2015 11:50
« Pamiers au cœur » avance ses idées pour le futur contrat de ville
« Pamiers au cœur » avance ses idées pour le futur contrat de ville


PAMIERS AU COEUR AVANCE SES IDÉES POUR LE FUTUR CONTRAT DE VILLE

 

En amont de la présentation officielle, Michel Teychenné et son équipe viennent de dévoiler leurs propositions sur l'épineux dossier du contrat de ville. Des idées destinées à alimenter le débat avant le conseil municipal exceptionnel, prévu le 22 mai.


Les grands manœuvres ont déjà démarré en coulisses autour du futur contrat de ville. Alors que la mairie présentera le vendredi 22 mai les projets retenus pour répondre à la demande de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), la liste «Pamiers au cœur» prend les devants. Non pas pour contrecarrer les visées d'André Trigano et de son équipe municipale. Mais pour aboutir le jour J à un échange constructif. «Nous faisons notre travail, résume simplement Michel Teychenné, à la tête du groupe d'opposition. À travers cette démarche, nous nous rendons disponibles pour discuter, échanger et participer au débat.»


Basé sur les 60 millions d'€ d'investissements prévus par la mairie, le travail réalisé par l'équipe de Michel Teychenné et Bernadette Subra s'articule autour de huit grands axes : six directement liés à ce nouveau contrat et deux complémentaires, à savoir les questions de transports et de désenclavement routier. Si la création d'un écoquartier, constitué de l'îlot Sainte-Claire et de l'ancien Lidl, ou l'aménagement d'une halle émanent directement du programme de la dernière campagne municipale, de nouvelles propositions pourraient retenir l'attention des Appaméens.En particulier sur le volet culturel et touristique, où Michel Teychenné et son équipe militent pour la création d'un centre d'interprétation de la croisade des Albigeois et du Catharisme. Une idée loin d'être saugrenue pour l'ancien député européen. «Pamiers est un haut lieu du patrimoine cathare. Le créneau sur cette thématique spécifique est libre et les touristes sont demandeurs.»


Des projets réalisables d'ici l'horizon 2021
L'équipe de «Pamiers au cœur» s'est également penchée sur un autre atout appaméen : le parc de Cailloup. Un secteur aujourd'hui enclavé et que l'opposition souhaite réintégrer à la ville. Un lien qui pourrait se faire grâce à la réalisation et qui faciliterait l'accès des piétons et des cyclistes. «Cette opération aurait l'avantage de valoriser et de remettre sur le devant de la scène les quartiers du Foulon et de la Gloriette», insiste l'ancien socialiste.


Des projets qui pourraient s'accompagner du développement d'un service de transports en commun, géré par la communauté de communes du Pays de Pamiers. «Nous ne pouvons plus continuer à construire une agglomération sans avoir le moindre bus. Ce projet facilitera le désenclavement social». Et ce, dans un laps de temps relativement court, l'équipe de «Pamiers au cœur» s'étant fixé un délai de six ans pour mettre en place l'ensemble des projets présentés dans son programme.


Jérémy Mouffok

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
14 avril 2015 2 14 /04 /avril /2015 10:29
L'armement préoccupe «Pamiers  au cœur»

L'armement préoccupe «Pamiers au cœur»

La liste «Pamiers au cœur» a souhaité réagir suite aux propos d'André Trigano, formulé à l'issue du conseil municipal, sur le possible armement des policiers municipaux. Représentée au sein de l'assemblée locale par Michel Teychenné et Bernadette Subra, elle condamne cette initiative qu'elle juge «purement démagogique». «Elle et n'améliorera en rien la lutte contre l'insécurité et les incivilités dont souffre la population de Pamiers». Ne voulant rester dans la simple opposition, elle formule des pistes de réflexion en matière de sécurité. Et propose «le renforcement des effectifs de la police municipale» et «l'extension de leur activité en soirée». Elle réclame en parallèle le renforcement du «dispositif de prévention de la délinquance, ce que refuse toujours la mairie.»

La Dépêche du Midi


Communiqué de presse de Michel Teychenné et Bernadette Subra

Quand Pamiers imite Béziers:

En annonçant en Conseil municipal vouloir armer les policiers municipaux, le maire et ses adjoints courent après l’électorat du FN de la pire des manières. Cette décision, 15 jours après le résultat des élections cantonales qui ont vu le FN faire le score historique de 40% sur la ville de Pamiers, est purement démagogique et n’améliorera en rien la lutte contre l’insécurité et les incivilités dont souffre la population de Pamiers. Les élus de Pamiers au Coeur condamnent cette initiative dangereuse pour notre quotidien, et irréfléchie dans ses conséquences.

 

Par contre, nous demandons le renforcement des effectifs de la Police municipale, malheureusement trop peu nombreux, et l’extension de leur activité en soirée.De la même manière, nous réclamons le renforcement du dispositif de prévention de la délinquance. Ce que refuse toujours la mairie pour l’un et pour l’autre.

 

Une politique volontariste contre l’insécurité est urgente à Pamiers. Elle demande du sérieux, et des moyens humains de répression mais aussi de prévention. Il est temps d’enfin instituer une bonne articulation avec la Police Nationale, qui elle est armée, formée et entraînée pour cela. Et non de jouer à singer le maire FN de Béziers, Robert Ménard, et ses coups médiatiques

en offrant un “nouvel ami” à la Police municipale de Pamiers!

 

Michel Teychenné et Bernadette Subra

Conseillers municipaux

 
Repost 0
Published by Michel Teychenné
11 avril 2015 6 11 /04 /avril /2015 15:12
Teychenné dubitatif sur la gestion de l'eau

TEYCHENNE DUBITATIF SUR LA GESTION DE L'EAU

Michel Teychenné offensif avant le conseil municipal

La gestion de l'eau risque d'animer les débats, ce soir, lors du conseil municipal prévu à 18 heures. C'est, en tout cas, la volonté manifeste de Michel Teychenné, conseiller municipal d'opposition, dubitatif sur l'évolution du dossier, marqué à l'ordre du jour. «C'est une grave erreur de privatiser la gestion de l'eau pour les dix prochaines années, avance l'ancien député européen plus qu'agacé par la durée de contrat. Cette décision est néfaste pour les Appaméens, que ce soit en matière d'écologie et d'économie d'eau». Amère sur le faible nombre de concurrents ayant répondu à l'appel d'offres lancé par la mairie, la tête de liste de «Pamiers au cœur» craint que cette privatisation ne se fasse qu'en faveur du futur gestionnaire. En l'occurrence, Veolia.

Autre sujet sur lequel Michel Teychenné compte revenir, le contrat de ville. Un dossier qui suscité l'inquiétude de l'intéressé. Préférant laisser de côté les réalisations à entreprendre, l'élu s'interroge sur l'aspect purement économique. «Notre problème provient surtout d'un gros problème de financement. Il faut voir avant toute chose nos capacités d'investissement. Or, je m'aperçois que ni la communauté de communes ni la mairie n'ont budgété un seul euro en 2015». Seule bonne nouvelle pour l'ancien candidat aux municipales, la possibilité de voir émerger une Société d'économie mixte aux services des porteurs de projets, afin que la ville reste l'opérateur de la rénovation du cœur de ville.

Conscient des enjeux à venir, l'ancien membre du Parti socialiste ne veut plus s'appesantir sur sa relation avec Alain Fauré. Et se permet mettre d'adresser au député ariégeois un «carton jaune». «Il est temps que l'opposition dialogue et se coordonne pour peser sur les décisions de la mairie, insiste Michel Teychenné. Nous nous y sommes prêts, mais si lui continue à le refuser, nous continuerons à travailler dans l'intérêt des Appaméens sans lui.»

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 21:20
Quelques éléments d’analyse pour essayer de comprendre les élections départementales

Quelques éléments d’analyse pour essayer de comprendre les élections départementales

À lire les résultats des élections départementales en Ariège, tout le monde revendique une part de la victoire : les socialistes restent majoritaires, ESA fait une entrée fracassante sur la scène politique ariégeoise, la droite maintient ses positions, le FN score et s’implante. Enfin, mes amis du Rassemblement à gauche, avec 19 % dans tout le département, font un score historique : prés de la moitié des voix du PS au premier tour, n’en déplaise à Ariège News qui a atteint des sommets comiques dans ses analyses politico-alimentaires.

Globalement, les analyses faites par la presse locale sérieuse et par les partis politiques me laissent un peu sur ma faim. En effet, comment comparer les forces politiques qui n'étaient pas présentes dans tous les cantons, ce qui est le cas d’ESA, du FN et de la droite républicaine, et vouloir en tirer des tendances départementales dans une élection cantonale qui est d'abord une élection de notables, d'élus locaux, où le contexte local a été important. L'absence d’ESA, du FN et de la droite dans la moitié des cantons nécessite, si on veut faire une analyse un peu sérieuse de ce scrutin, de regarder canton par canton ce qui s'est passé en fonction de l’offre politique, puis d’essayer d'en faire une lecture départementale – non l'inverse.

D'abord, partons du début : l'Ariège c'était avant 22 cantons : 18 socialistes, 1 DVG, et 3 à la droite. Avec la réforme et ces élections, c’est désormais cantons 13, dont 8 restent socialistes. Les lignes ont donc bougé, et l’objectif qu’avait annoncé la Fédération du PS (réaliser le Grand Chelem sur les 13 cantons) est loin d’avoir été atteint!

Conscient du reproche d’hégémonie et de sectarisme, le PS ariégeois avait cette fois modifié sa stratégie. Pour la première fois, le PS a proposé un accord électoral au PCF et au PG membres du Front de Gauche et à Europe Écologie-Les Verts (EELV) : 4 petits sièges sur les 26, mais sans discussion sur le programme, les orientations, la liberté de vote. Cette proposition juste pour la forme, c'était des « strapontins contre une muselière ». La réponse fut au niveau de la proposition : un refus poli.

Conscient de son isolement, le PS à choisi d'aller chercher dans la société civile des alliés locaux pas toujours de gauche, peu encombrants, peu politiques, et de leur offrir 10 sièges de candidats, rien que cela! Ce qui relativise la volonté d'union et « les quatre strapontins et la muselière » proposée du bout des lèvres au Rassemblement de gauche par la Fédé du PS. Ces 10 sièges correspondent exactement au poids électoral départemental du Rassemblement à gauche après ce scrutin dans le cadre d’une majorité d’union... avec les socialistes!Cherchez l'erreur.

Cette stratégie du PS lui a permis de sauver les meubles au premier tour, mais s'est avérée mortifère au second par l'absence de réserves de voix et face à la volonté de changement dans les méthodes et « les têtes » qui traverse profondément la société ariégeoise.

À vouloir gagner seul, le PS a beaucoup perdu. D'autant que la droite républicaine, absente dans 10 cantons sur 13 au deuxième tour, ne structurait plus « mécaniquement » le désistement républicain de la gauche. Seul le FN resté seul en lice dans 3 cantons contre le PS a joué ce rôle. Les électeurs se sont emparés de cette occasion, sauf quand le FN était présent, pour envoyer un message sévère au Parti Socialiste : une grande marque de maturité politique de l'électorat et un effet dévastateur sur le résultat du PS.

Tentative d’analyse canton par canton :

Canton de Haute Ariège : Dans ce canton taillé sur mesure pour le PS par le Ministère de l’Intérieur avec seulement 5 800 inscrits, moitié moins que la moyenne départementale, le PS sort vainqueur grâce au découpage. Le spectre de la difficile victoire d’Augustin Bonrepaux aux dernières cantonales a été exorcisé...

Canton Arize-Lèze : Deux listes de gauche, PS contre Rassemblement à gauche, victoire du PS mais bon score du Rassemblement à gauche avec 37,6%.

Canton Couserans Est : Idem que dans Arize-Lèze, bon score aussi du Rassemblement à gauche avec 35,23% .

Canton Couserans Ouest : Le président du Conseil général avait le soutien de 26 des 27 maires du canton. Les observateurs attendaient une élection au premier tour, cela n’a pas été le cas : les maires n'ont pas été suivis par la population. Le président du Conseil général devra analyser ce demi-échec. Enfin, opposer la figure la plus éculée de la droite représentée par Gondran au deuxième tour était la garantie du rassemblement des voix de gauche sans états d’âme...

Par contre, la division au sein du Rassemblement à gauche lui a fait rater la présence au deuxième tour. Hervé Soula n’atteint même pas la barre des 5 % et le remboursement de sa campagne.

Canton des Portes de Couserans : Une des surprises de ce scrutin ! Le PS sévèrement devancé par un candidat sortant de la droite modérée et une candidate maire de centre gauche. Le PS dans ce canton n'a pas su renouveler ses candidats. Les promesses sur le désenclavement du Couserans sont de moins en moins crédibles. Enfin, le Palais des évêques de Saint-Lizier, le scandale du CAPI et les rebondissements judiciaires de la Résidence de Tourisme ont entamé la crédibilité du Conseil général. Un cocktail explosif qui a profité au changement incarné par le binôme Bernère/ Bari.

Canton du val d’Ariège : Une demi-surprise. Le Rassemblement à gauche passe devant ESA et arrive au deuxième tour. Demi-surprise, car EELV et le Front de gauche sont bien implantés dans ce canton, et le découpage aberrant, qui inclut la vallée de la Barguillère dans le canton de Varilhes, a provoqué des réactions négatives chez les électeurs. Le PS gagne, mais avec 40%. Le Rassemblement à gauche a démontré sa capacité d’élargir sa basse électorale.

Cantons de Pamiers 1 et 2 : C’est dans la première ville du département et fief de la droite que la situation était la plus singulière. En effet, la droite locale ne présentait pas de candidat contre le Parti Socialiste. La droite étant empêtrée dans « l'éventuelle » succession non réglée d'André Trigano à la Mairie, aucuns des prétendants à la succession ne tenait à se faire battre aux élections cantonales par le FN et à mettre ainsi en péril ses chances de succession au fauteuil de maire dans le cas où André Trigano voudrait ou devrait passer la main...ce qui à 90 ans bientôt n’est pas lui faire injure (mais ce dont je doute personnellement, la Mairie de Pamiers frisant le remake local du film Le viager). En laissant ainsi le terrain au Front National, la droite locale a ouvert les vannes de son électorat et propulsé le Front National à 40 % au premier tour sur la ville de Pamiers. Cette élection laissera des traces profondes dans la droite municipale. Rappel : le FN était à 17 % aux municipales il y a un an !

Sur la Ville de Pamiers le Rassemblement à gauche confirme et améliore le score des municipales de la liste « Pamiers au cœur ». Par contre, sur le canton Pamiers 1, le score laisse à désirer, notamment en raison de la présence concurrente de la liste ESA plutôt identifiée centre gauche.Sur Pamiers 2 très bon score du tandem Mourlane-Barthez.

Côté socialiste, là aussi les problèmes de succession ont joué à plein, Montané refusant de passer la main et le député Fauré ayant échoué à imposer son poulain le maire des Pujols, c’est Jean-Claude Combres, maire de La Tour du Crieu, qui a été promu au rôle d'héritier devant attendre une éventuelle démission en cour de mandat de son titulaire. L’absence de renouvellement et la forte représentation de la Commune de la Tour du Crieu (deux candidats sur quatre) ont fait que le PS a été à la peine et est même arrivé derrière le FN au premier tour . Au second, le désistement républicain face au FN a parfaitement fonctionné à gauche. Mais sur les deux cantons de Pamiers, le PS a senti le vent du boulet : un PS sans leadership, divisé et compromis avec la droite à la Communauté des communes.

Canton de Foix : Coup de tonnerre dans le ciel ariégeois, les socialistes perdent canton de Foix ! C'est à croire que les analystes politiques n'ont ni mémoire, ni analyse... Revenons en 2008 à la dernière élection cantonale sur le canton de Foix, qui ne comprenait alors que la ville.

Le tandem Fondère-Massat avait été quelque peu chahuté par la candidature divers gauche de Carol. Il avait remporté le canton de 101 voix, avec 51,23 %. Au même moment sur le canton de Foix rural, le poids lourd du Conseil général Guy Destrem était battu par un candidat divers gauche Benoît Alvares.

Pourtant en 2008, le Parti Socialiste était dans l'opposition, et les cantonales avaient été un grand succès sur le plan national pour lui.

Les leçons de l'élection de 2008 puis des municipales avec la défaite de Jean-Christophe Bonrepaux n’ayant pas été tirés, le redécoupage du canton de Foix élargi aux communes environnantes (qui avaient voté Alvarez en 2008 ) et surtout le choix surprenant de mettre en binôme avec Frédérique Massat un jeune et frétillant apparatchik PS cadre du Conseil général et fraîchement élu sur Foix ont produit les résultats que l'on sait . Cette candidature sensée incarner la « modernité » a surtout affiché maladroitement le poids de la ville-centre et de l’appareil du PS sur ce canton. La politique du gouvernement et les tensions à la Communauté des communes de Foix, plus un binôme ESA dynamique et sérieux issu du terrain, ont fait le reste.

La fédération du PS paie cash son autisme et son entêtement.

Canton du Pays d’Olmes : Après la véritable chasse à l'homme dont a été victime Marc Sanchez depuis des années de la part des socialistes, la population du Pays d’Olmes a remis les pendules à l'heure en le plaçant dès le premier tour en tête avec 10 points d’avance sur la liste officielle du PS, et cela malgré l’absence de candidat de droite négociée par le PS local avec le président de la Communauté des communes.

Marc Sanchez avait été battu à la Communauté des communes par une alliance contre nature entre des élus PS et les élus de droite : la population du Pays d’Olmes a apporté sa confiance à l'équipe de Marc Sanchez, soutenu aussi par le Rassemblement à gauche.

Cette élection referme la parenthèse Jean-Pierre Bel dans le pays d’Olmes.

Canton du Sabarthès : Ce canton symbolique détenu par le sénateur socialiste échappe largement au PS. Très belle victoire de Benoît Alvarez, mais aussi victoire personnelle pour Alain Sutra qui ferraille depuis des années contre le monolithisme socialiste dans la Haute-Ariège. La grande erreur du PS est de ne jamais avoir voulu trouver un accord raisonnable avec le président départemental du PRG.

La population du canton de Tarascon est visiblement lassée de ces guéguerres et en a fait porter la responsabilité sur les socialistes et sur leur candidat pas vraiment de gauche... La double peine en quelque sorte.

Canton de Saverdun Portes d’Ariège : Un cadeau pour le droite, un scandale politique. Si le retrait du candidat socialiste sur Lavelanet se justifiait face au Front National entre listes de gauche, rien ne justifiait le retrait du candidat socialiste sur Saverdun : le total des voix de gauche dépassait de plus de 3 % la liste de l'UMP. Le FN n’était pas en mesure de gagner. Les candidats du Rassemblement avaient dès dimanche soir apporté leur soutien total aux candidats socialistes.

Rien ne justifiait ce retrait-surprise des candidats socialistes voulu par Nayrou et Bonrepaux, qui ont offert ce canton à la droite sur un plateau, ou plutôt à Louis Marette. Échange de bons procédés avec un représentant si accommodant de la droite. Il ne fallait pas risquer de mettre en cause cette cogestion de la Basse-Ariège et de nombreux syndicats où siège le toujours maire de Mazères, caution de moralité et de bonne démocratie du PS ariégeois. Du cynisme à l’état pur!

Une pensée pour mes anciens camarades socialistes et à tous les militants de gauche de ce canton qui vivent très mal ce « lâchage » programmé.

En conclusion

L’Ariège reste une terre de gauche, une terre des gauches, avec un vote PS qui se rétracte et se replie sur les cantons ruraux et montagnards, un vote rouge-vert qui progresse et se structure, et un vote plus local incarné par ESA dont les succès, certes importants, se limitent quand même à des cantons où des élus locaux bien implantés et de gauche se sont révoltés depuis longtemps contre les méthodes et l’hégémonie socialiste : Sanchez à Lavelanet, Sutra à Tarascon, Alvarez et Donzé à Foix. Dans ces trois cantons, la population leur a apporté son soutien et a sanctionné les comportements locaux du PS. Sur Varilhes, Pamiers 1 (avec le soutien d’André Trigano) ou Mirepoix, ESA est éliminée dès le premier tour, ce qui démontre les limites de sa démarche « apolitique »...

Le PS est le grand perdant de ces départementales

Avec un découpage sur mesure et un système électoral faite pour écarter les autres formations de gauche du deuxième tour, le PS ne conserve en Ariège que 16 sièges sur les 26 de la nouvelle assemblée. Bien loin de ses objectifs affichés par Jean-Christophe Bonrepaux en début de campagne, soit 13 cantons et 26 élus...

Ces élections marquent la fin d’une époque, celle de l’hégémonie du PS ariégeois.

Le temps de chèvres et des ânes élus automatiquement grâce au poing et à la rose est terminé... Une bonne nouvelle en somme.

Repost 0
Published by Michel Teychenné
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 20:51
Départementales Pamiers : la droite absente, le FN flambe...à 39% !!!
  
 
L’absence de candidat de la droite républicaine sur les cantons de Pamiers a ouvert les vannes du vote de droite pour le Front National sur la ville de Pamiers. 


Le FN arrive largement en tête avec plus de 39% sur la ville. La majorité municipale de droite qui n’a pas osé affronter ces élections, en porte l’entière responsabilité. Ce résultat démontre combien notre ville va mal, combien les frustrations et la défiance vis-à-vis des décideurs sont fortes, Pamiers rejoint la liste des villes où prospère le FN sur la misère et la pauvreté, un signal dramatique que nous devons tous entendre.
 Les électeurs  ont exprimés leur déception de la politique du gouvernement dans leurs votes mais aussi par l'abstention.
 

Par contre nous saluons  le bon score des candidats du Rassemblement à Gauche, les seuls qui ont clairement combattus les thèses du FN dans cette campagne. Ils ont confirmé notre forte implantation à Pamiers avec un score de 19,3 %.


Nous appelons tous les républicains,tous les démocrates, tous ceux qui tiennent à ce que Pamiers reste une ville de tolérance, une terre de résistance à l’extrême-droite, à voter ce dimanche 29 mars pour les élections départementales. Nous devons faire barrage au Front national sur les deux cantons de Pamiers.
  
Bernadette Subra et Michel Teychenné
Conseillers municipaux de Pamiers
Conseillers communautaires  
Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 15:38
Michel Teychenné et Bernadette Subra communique: 
  
Nous appelons tous les  républicains, tous ceux qui sont attachées à ce que l'Ariège reste une terre de tolérance, une terre de résistance à l’extrême droite, à voter ce dimanche 22 mars aux élections départementales. Quelle que soit notre déception face à la politique nationale, ne pas voter serait faire un cadeau au Front National en gonflant artificiellement son score grâce à une faible participation des citoyens à ce scrutin.
  
A Pamiers, le FN s'être ridiculisé et a montré son vrai visage en choisissant comme candidate Madame Chantal Clameur dont les commentaires racistes, homophobes et haineux  font florès sur les réseaux sociaux depuis des années. Cette dame élue  à la Tour du Crieu sur la liste de M.Prioto, lui-même candidat FN sur Pamiers 1, est aussi la colistière de Monsieur Deléglise sur le canton Pamiers 2. Ce monsieur a  affirmé dans la presse : « Si  j’avais connu ses propos avant, je ne l'aurais pas choisie comme colistière. » Hypocrisie ou incompétence? Depuis M. Delèglise fait toujours campagne à ses côtés...
  
Pour faire barrage au Front National, tous ceux qui se sont mobilisés après les attentats contre Charlie Hebdo, qui ont été touchés et qui sont attachés aux valeurs de liberté et tolérance doivent se rendre aux urnes, et par leur vote dire non au Front National.
 
À Pamiers le 22 mars, nous appelons à voter pour les candidates et les candidats du Rassemblement à gauche, pour leur projet et pour le renouveau de la politique, mais aussi parce qu’ils sont les seuls à avoir clairement condamné le comportement et les dérives du FN.
 
Votez pour Carmen Barthès et Dominique Mourlane (Pamiers 2), et pour Jacques Arthuys et Maryse Gargaud (Pamiers 1).
 
Bernadette Subra et Michel Teychenné
Conseillers municipaux de Pamiers
Conseillers communautaires
 
 

 

 
Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 15:31

 

logogazette.jpg

Pamiers-1-euro.JPG

logodepeche.jpg

Michel Teychenné réclame son dû au conseil général

Publié le 15/03/2015 à 03:53, Mis à jour le 15/03/2015 à 10:08

Politique - Pamiers (09) - Politique

«Pamiers au cœur» vindicatif sur la dette du conseil général./ DDM


«Pamiers au cœur» vindicatif sur la dette du conseil général./ DDM 
 

La pilule a dû mal à passer pour Michel Teychenné. Encore plus en période de campagne pour les élections départementales. Attentif au budget appaméen, l'ancienne tête de liste de «Pamiers au cœur» se penche à nouveau sur la question du non-remboursement de la dette du conseil général. «Depuis dix ans, les impayés du conseil général vis-à-vis de la location des gymnases municipaux par les collèges représentent 500 000 €, avance le conseiller municipal. Ce comportement n'a aucune justification administrative». Conscient du caractère politique de cette décision, l'ancien député européen prône aujourd'hui une solution à l'amiable. Et propose à la prochaine assemblée départementale de réinvestir cette somme dans la future réhabilitation du tribunal. Un lieu laissé à l'abandon qui pourrait être le théâtre d'une «opération intelligente», aux dires de l'intéressé. «Pour moi, cet endroit a vocation à devenir un pôle touristique majeur». Un projet que lui et Bernadette Subra voudraient bien voir associer à la réfection du Carmel afin d'apporter à l'ensemble, une «certaine cohérence.»

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 22:13
Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article