Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logodepeche140

logogaz140




 

A R C H I V E S

5 avril 2019 5 05 /04 /avril /2019 13:52
Le maire de Pamiers, André Trigano, 93 ans, candidat à sa succession

Municipales à Pamiers

LE MAIRE DE PAMIERS, ANDRÉ TRIGANO,
CANDIDAT À SA SUCCESSION

L'air du temps est au renouvellement. Mais, pour le maire de Pamiers, le nombre d'années ne fait pas tout. C'est même un atoût. André Trigno considère que le handicap de ses 93 ans est contrebalancé par l'expérience. Avec ses 23 printemps passés à l'hôtel de ville de Pamiers, André Trigano peut justifier d'une étonnante longévité. Et il a bien l'intention de continuer. Sa motivation : un goût d'inachevé et des chantiers en cours. Un enthousiasme pas toujours communicatif. Certains administrés d'André Trigano estiment que l'heure de la retraite a sonné.

Voir ci-dessous le reportage de Stéphane Compans :

Partager cet article
Repost0
3 avril 2019 3 03 /04 /avril /2019 17:52

Candidature d'André Trigano à un 5e mandat :
la réaction de Michel Teychenné

Rien n'empêche André Trigano de se représenter, d'autant que sans lui, son équipe municipale serait un « poulet sans tête ». Il n'a pas de successeur crédible, il n'en a jamais voulu, et pas un ou une ne lui arrive à la cheville... même aujourd'hui ! Cela dit, se représenter à son âge est-il raisonnable ? C'est le problème de la droite à Pamiers... pas le mien.

Ce mandat qui s'achève était déjà le mandat de trop. En cinq ans, cette majorité n'a rien fait. Le maire le sait bien, c'est pourquoi il a lancé en catastrophe des projets « à tout prix », à inaugurer avant les élections : Milliane (dont le coût est passé de 1,5 à 3,5 millions d'euros), le Multiplex au Chandelet (un échec retentissant où la Mairie s'est ridiculisée), la rénovation de la salle du Jeu de Mail (dont le budget grimpe dangereusement), sans parler de l'École privé d'informatique, qui a coûté 200 000 euros de travaux à la Mairie plus 150 000 euros de subvention pour 14 étudiants - une gabegie ! Et que dire de ces grosses subventions municipales à divers promoteurs pour accélérer les travaux... « Après moi le déluge », en somme.

Pour mon équipe et moi-même, la principale préoccupation n'est donc pas ce que fera André Trigano lors des prochaines élections. Notre préoccupation est plus « terre à terre ». Elle est de savoir dans quel état lui et la droite vont laisser les finances de Pamiers après cette dernière année de mandat particulièrement dépensière, au cours de laquelle la Mairie a contracté des emprunts records pour couvrir ses dépenses électoralistes.

En conclusion, le maire promet de faire dans le prochain mandat ce que lui et sa majorité avaient promis de faire pendant le mandat qui s'achève... et qu'ils n'ont pas fait. C'est un peu court comme projet, il est grand temps de tourner la page.

Michel Teychenné

 
Partager cet article
Repost0
27 mars 2019 3 27 /03 /mars /2019 11:45

Carmel : le projet « bidon »

Carmel : le projet « bidon »

C'est avec surprise et amusement que j'ai appris par la presse que, d'après la Mairie, « le Carmel proposera des espaces de création, de diffusion et de transmission d’envergure régionale et nationale, voire européenne, accessibles à tous », « des boutiques et de la restauration », ainsi qu'un « Musée du Patrimoine ».  Rien que ça !

La Mairie aurait donc enfin un projet pour le Carmel ? Malheureusement, il n'en est rien, c'est juste un « bobard », un projet « bidon » sans budget ni moyens, jamais voté en Conseil municipal ce qui est un comble !

En effet, la programmation financière de la majorité actuelle présentée au dernier conseil municipal ne prévoit d'ici 2023 que la restauration du sol du cloître du Carmel... et c'est tout ! Pas de projet d'envergure régionale, encore moins nationale, et sûrement pas européenne. Juste refaire le carrelage, voilà la grande ambition de cette municipalité ...  À Pamiers, après le Multiplex fantôme, la Mairie invente le Carmel virtuel et imaginaire. 

Plus concrètement, il est dommage que malgré les promesses faites l'an dernier, le Carmel et ses jardins ne soient toujours pas ouverts au public, au moins pour la période estivale. Ce serait déjà un début pour faire profiter les Appaméens de ce lieu magnifique... en attendant mieux.

Michel Teychenné

Partager cet article
Repost0
21 mars 2019 4 21 /03 /mars /2019 16:12

Lettre ouverte pour le respect
de l'histoire et du patrimoine par la Mairie de Pamiers


POUR LE RETOUR DE LA STATUE
D'ALEXIS VADIER

 

Monsieur le maire,

Mesdames et Messieurs les conseillers municipaux,

Comme vous le savez, la Cour d'honneur de la Mairie était ornée de deux statues jumelles qui honoraient deux grandes figures de Pamiers et de la France : le philosophe Pierre Bayle, et le révolutionnaire Marc-Guillaume-Alexis Vadier. Pour des raisons politiques obscures, votre majorité a fait retirer la statue de Vadier pour la remiser on ne sait où.

Je vous demande, dans le cadre de la restauration de la Cour d'honneur de la Mairie actuellement engagée, de faire remettre cette statue à son emplacement, là où elle était avant votre arrivée à la Mairie. Ce serait un minimum de respect pour l'histoire et le patrimoine, cela à quelques mois de la fin de votre mandat de maire. Il en va de votre responsabilité. Ces deux statues jumelles formaient un ensemble de part et d'autre de la Cour d'honneur. Celle-ci doit donc retrouver cet équilibre esthétique et historique dans le cadre de sa restauration.

Il n'en demeure pas moins que le fait de supprimer la statue de Vadier, créateur du département de l'Ariège, est incompréhensible et honteux. Alexis Vadier a été député dès 1789. Il a participé au Serment du Jeu de Paume, et à la nuit du 4 août où les privilèges ont été abolis. Il a combattu « l'inviolabilité » du roi, voté la mort de Louis XVI après sa fuite, et dirigé le Ministère de la Police, appelé « Comité de sûreté générale » sous Robespierre. Vadier a d'ailleurs contribué à mettre fin à la Terreur par le renversement de Robespierre, dont il fut l'un des acteurs principaux. Malgré les attaques dont il a été victime à l'époque, il a été amnistié par la Convention. Sous le Directoire, il a soutenu la Conjuration des Égaux de Babeuf, avant d'être acquitté par la Haute-Cour de Vendôme. Il a refusé de servir l'Empire, Napoléon voulait faire de lui un sénateur. Il a toutefois été député pendant les Cent-Jours, au cours desquels il a voté l'Acte additionnel, espérant barrer la route aux Bourbons. Après le retour de Louis XVIII, il fut exilé comme régicide en 1816. Il est mort en exil à en 1828, à 92 ans.

Ce grand révolutionnaire est resté fidèle aux valeurs de la République toute sa vie. Une rue de Foix porte son nom, tout comme une salle du Conseil Départemental. Mais à Pamiers, on enlève sa statue pour faire plaisir à quelques extrémistes exaltés et incultes qui ne connaissent pas l'histoire de leur ville et de leur pays. Des exaltés qui répètent en boucle que Vadier fut le Grand Inquisiteur de la Révolution, citant au passage le titre d'un livre qu'ils n'ont jamais lu...et qui est d'ailleurs à la gloire de Vadier !

En matière de « Grands Inquisiteurs », la Mairie de Pamiers n'est pas avare d'honneurs et de plaques de rue! Comme la rue Bernard Saisset, évêque du Moyen-Âge plus connu pour ses rapines et ses démêlés guerriers avec le comte de Foix et le roi de France que pour sa charité chrétienne. Comme aussi la rue Jacques Fournié, évêque et Grand Inquisiteur qui fit brûler les derniers cathares, entre autres sévices infligés aux hérétiques réels ou supposés du diocèse, il fut aussi pape en Avignon. Ou comme  la rue Monseigneur de Caulet, grand persécuteur des protestants ariégeois et ardent défenseur du pape contre Louis XIV dans l'Affaire de la régale, qui n'était qu'une bataille de « gros sous », entre autres...

Il ne viendrait pourtant à personne de sensé l'idée de demander de débaptiser ces rues du nom de ces hommes qui ont marqué l'histoire de notre ville, sous prétexte qu'ils ne furent pas des saints dans leur siècle et commirent à l'époque des exactions des plus regrettables sur les populations ariégeoises. Ils furent de grands personnages de l'histoire de notre ville. À ce titre, ils doivent rester présents dans notre mémoire collective et méritent une plaque de rue... tout comme Vadier, ce député fondateur de notre République dont nous sommes les héritiers directs.

L'ostracisation de Vadier par votre majorité est un acte symboliquement grave et incompréhensible pour tous ceux qui sont attachés à la République, au respect de notre histoire et à sa transmission.

Monsieur le maire, Mesdames et Messieurs du Conseil municipal, outre le retour de la statue de Vadier à sa place dans la Cour d'honneur de la Mairie, je vous demande de donner à une rue de Pamiers le nom d'Alexis Vadier. Ce ne serait que réparer une injustice.

Monsieur le Maire, en cette dernière année de votre mandat et au moment où la République doit être plus que jamais notre socle commun, l'inauguration d'une rue Alexis Vadier le 14 juillet, en présence de tout le Conseil municipal, serait une belle façon de témoigner de notre attachement commun à notre histoire et aux valeurs de la République.

Meilleurs sentiments républicains,

Michel Teychenné
Conseiller municipal et ancien député européen

Partager cet article
Repost0
18 mars 2019 1 18 /03 /mars /2019 12:38

Travaux sur Milliane
LA FACTURE EXPLOSE

Travaux sur Milliane : la facture explose

Pas 1,5 million, mais 3,5 millions d'euros ! Ce 15 mars, le maire a reconnu en conseil municipal que le coût total de l'aménagement de l'Esplanade de Milliane n'est pas de 1,5 million d'euros, comme il l'avait "par erreur" annoncé à la presse, mais de 3,576 millions d'euros inscrits au budget.

S'il était urgent de réhabiliter Milliane, nous condamnons le coût "pharaonique" de ces travaux, que la Mairie a tout de même tenté de cacher... Nous rappelons aussi avec force que réduire drastiquement le nombre de places de parking sur Milliane à seulement 256 places va poser un grave problème pour l'accès au centre-ville. Il est encore temps de corriger cette erreur de conception, qui va pénaliser gravement le commerce et les habitants du centre-ville.


Michel Teychenné et Bernadette Subra

Partager cet article
Repost0
16 mars 2019 6 16 /03 /mars /2019 09:22

Pamiers - Conseil municipal

AVANT LES ÉLECTIONS, LA DROITE GAVE LES PROMOTEURS AVEC L'ARGENT DES APPAMÉENS

Ce Débat d'orientation budgétaire (DOB) et les chiffres qui vont avec sont à peine justifiables en théorie. La Mairie réaliserait 80 % de ses programmes chaque année. En théorie, la Mairie irait chercher un maximum de subventions.  En théorie, l'État ne modifie pas les règles de jeu et, toujours en théorie, la Mairie maîtriserait la masse salariale et le O11, c'est-à-dire le fonctionnement maintenu au niveau de l'inflation.  Et, cerise sur le gâteau, tout cela est calculé sans augmentation d'impôts pour les prochaines années, juste un appel massif à l'emprunt... Même en théorie, vous ne pouvez éviter un endettement record !

Je sais bien que l'on est un an avant les élections et que l'on peut toujours rêver de vivre en Théorie. Malheureusement pour vous, nous vivons à Pamiers Ariège, et pas en Théorie !

À Pamiers, le taux de réalisation des programmes est de 50 %. À Pamiers, faire un DOB avec des taux de subventions de petites communes de montagne dont le maire est aussi le conseiller départemental, c'est rêver en couleurs. À Pamiers, savoir ce que sera la grande réforme de la fiscalité locale annoncée au deuxième semestre par le gouvernement, c'est être meilleur que Madame Soleil... À Pamiers, garantir la maîtrise de la masse salariale et le 011, quand au dernier conseil vous nous avez fait ajouter un demi-million d'euros de dépenses oubliées au 011, relève de l'illusion collective de votre majorité!

Quant à oublier les augmentations d'impôts... En 25 ans de mandats, vous avez fait de Pamiers la ville championne d'Ariège de la fiscalité, au point de provoquer l'exode d'Appaméens qui préfèrent les douceurs fiscales des communes qui nous entourent!  Là, on n'est plus en Théorie !

Mais je remercie les Services financiers pour ce document particulièrement intéressant. Surtout quand, à la fin du document, on passe de la Théorie à la Pratique dans les dernières pages concernant la programmation financière, qui sont très riches d'enseignements pour la minorité sur le coût réel des projets.

Premièrement, programmer en 2019: 19 millions de travaux, soit trois fois le budget annuel d'investissement moyen, montre à quel point ce mandat était le mandat de trop. Ça montre aussi que, après cinq années d'immobilisme et d'absence de projets, la panique gagne vos rangs, qu'une frénésie de chantier a saisi toute la majorité face à la faiblesse et à la pauvreté de votre bilan. Inquiétez-vous, les Appaméens ne sont pas dupes !

Première information de ce DOB : le coût total aujourd'hui de l'aménagement de la place Milliane n'est pas de 1,5 million d'euros comme vous avez osé le dire à la presse ! Il est de 3 576 000 euros, dont 2 890 800 de travaux plus 685 200 de réseaux !

Autre très mauvaise surprise : l'immeuble Pédoussat acheté par la Mairie, et cédé gratuitement à une "SPL Immobilière" qui devait se charger de la rénovation et de la location ou de la vente. La Mairie, va subventionner cette "opération de standing" déficitaire à hauteur de 512 494 euros en 2019, et de 372 678 euros en 2020, soit 885 172 euros en plus des subventions normales de l'ANRU. Soit une subvention municipale pour combler le déficit de... 64 000 euros par appartement pour 14 appartements à vendre 1800 euros le mètre carré !  C'est irresponsable, c'est une dilapidation de l'argent public. Nous demandons une réunion d'urgence de la Commission des finances sur ce dossier, avant le vote du budget.

Autre très mauvaise surprise : l'immeuble Larroque dont vous avez accepté de louer pendant 20 ans le rez-de-chaussée, livré nu par le promoteur pour la modique somme de 500 000 euros sans que la Mairie soit finalement propriétaire du local.  C'est en soi un scandale, mais on découvre dans ce document que l'aménagement de ce lieu va coûter à la Commune à partir de 2019 et jusqu'en 2022 : 552 000 euros, soit au total un cadeau d'un million d'euros pour le promoteur sans que l'on soit propriétaire du rez-de-chaussée , cela sur le dos des Appaméens.
Nouveau scandale, nouvelle dilapidation de l'argent public au service d'intérêts privés !

Tout cela pour avoir des projets coûte que coûte avant la date fatidique de mars prochain et des élections municipales. Vous êtes devenus irresponsables collectivement, et vous porterez la responsabilité de vos actes devant les Appaméens. Pamiers est devenue le paradis des promoteurs qui se gavent d'argent public alors que le taux de pauvreté, le logement indigne et le nombre de marchands de sommeil nourris aux APL ne cessent d'augmenter dans l'indifférence et la passivité de votre majorité.


Michel Teychenné

Pamiers - Conseil municipal : Avant les élections,  la droite gave les promoteurs avec l'argent des Appaméens

ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES :
UN DÉBAT AVEC DES HAUTS ET DES BAS


Un seul dossier constituait le plat de résistance de ce maigre ordre du jour : le débat d'orientation budgétaire. On avait eu droit à la «générale» la veille en communauté de commune, où Michel Teychenné (Pamiers au cœur) s'était éclairci la voix, on a eu droit à la suite hier soir. Avec un ton au dessus. C'est Gérard Legrand qui avait fait la présentation des orientations budgétaires, que nous résumerons à l'essentiel, selon les mots du maire adjoint : une ambition marquée en matière de rénovation urbaine, des prévisions d'investissements jusqu'en 2023, à réajuster chaque année, avec un Pic en 2019 (50 % du volume). Des grands travaux : Milliane, découverte du canal, salle du Jeu du mail, Pôle d'enseignement artistique, église du camp, etc. Avec une course aux subventions de toutes natures. Le tout dans un contexte de maintien des taux d'imposition, et de poursuite de maîtrise des dépenses de fonctionnement. Quant à la dette, qui avait beaucoup décru, elle va remonter, bien entendu jusqu'en 2023, si le rythme des investissements est respecté.

«Maintenant je ne vous réponds plus !»

Michel Teychenné (Pamiers au cœur) s'est donc inscrit en faux contre cette perspective budgétaire, «parfaite en théorie, calculée sans augmentation d'impôts, mais qui n'évitera pas une dette record ! Tout cela relève de la méthode Coué ou de l'hallucination. Vous êtes le champion de la fiscalité» a – t-il lancé à André Trigano, réfutant le coût de Milliane, et plusieurs actions de rénovation immobilière en centre-ville (Immeuble Pedoussat, Immeuble Laroque) qui feraient selon lui la part trop belle aux promoteurs. Le maire, André Trigano, après avoir commencé à répondre a finalement renoncé, arguant «de la mauvaise foi de son interlocuteur». Et de conclure : «Maintenant, je ne vous réponds plus !» Là-dessus J.C.Cid (Pamiers Ensemble) prenait sa part au débat, pour demander que l'équipe municipale envisage plutôt des baisses d'impôts, et la poursuite des baisses de tarifs municipaux, «alors que ce projet de budget ne tient pas compte d'un contexte social compliqué». L'élue du front national, pour sa part, donnait son aval au projet d'orientation budgétaire.

Feu couvant toujours sous la cendre, le duel Trigano-Teychenné a repris à plusieurs reprises, les deux duettistes ne sachant plus s'il fallait en rire ou s'énerver plus encore. Ce n'est pas nouveau sous les voûtes de la salle du conseil. Mais cette dernière passe d'armes résume assez bien l'atmosphère de cette énième empoignade. «Que voulez-vous, vous avez toujours réponse à tout !» se désolait mais avec un demi-sourire le maire. «Et vous aussi» devait admettre Michel Teychenné. Rendez-vous au vote du budget…

Partager cet article
Repost0
15 mars 2019 5 15 /03 /mars /2019 12:45
Cinéma à Pamiers : « Je me suis trompé, je l'avoue ! » reconnaît André Trigano
Cinéma à Pamiers : « Je me suis trompé, je l'avoue ! » reconnaît André Trigano
Cinéma à Pamiers : « Je me suis trompé, je l'avoue ! » reconnaît André Trigano

Le fait n'est pas si fréquent chez un homme public, aussi mérite-t-il d'être souligné. Evoquant l'affaire – ratée – du projet de cinéma multiplex sur Pamiers, André Trigano a confessé son erreur, publiquement, en conseil municipal vendredi soir : «Mea culpa, je me suis planté, je me suis trompé, je le reconnais, j'ai cru que cet homme – (le porteur de projet. NDLR) avait des qualités, c'est un échec total !»

Le maire répondait en cela à Michel Teychenné son éternel opposant, qui lui faisait remarquer que le dossier avait été mal ficelé, et que la commission nationale d'équipement cinématographique n'avait pas été longue à le retoquer. «Je regrette que vous ayez travaillé seul sur ce dossier, il faut maintenant le retravailler sérieusement, car un cinéma à Pamiers, c'est aussi important qu'une piscine. Pourquoi ne pas le ramener à Milliane, comme on l'avait envisagé, il faut en tout cas l'inscrire au contrat de ville !» déclarait Michel Teychenné.

Partager cet article
Repost0
8 mars 2019 5 08 /03 /mars /2019 11:05

POINT SUR LE DOSSIER
CINÉMA MULTIPLEX À PAMIERS



La décision de la Commission nationale d'aménagement cinématographique (CNAC) confirme en tout point notre analyse sur le projet de Multiplex.

Un complexe de 800 places et de 5 salles ne peut pas être rentable en Ariège. L'objectif de 150 000 spectateurs impliquerait la fermeture des 5 cinémas existants, qui représentent 1250 fauteuils, et le quasi-doublement de la fréquentation actuelle, qui est de 85 300 spectateurs par an !  

Trois autres points sont soulevés par la CNAC :

- la disparition du cinéma Rex en centre-ville malgré les promesses du maire et du porteur du projet;

- la contradiction entre l'engagement de la Mairie dans le Contrat de Ville et la création d'un cinéma en zone périphérique;

- la possibilité de développer le Rex sur un autre site en centre-ville, en correspondance avec les besoins de notre agglomération. 

C'est une décision très sévère sur ce dossier « bâclé » déposé par la Mairie et par le porteur de projet.  De plus, nous avons découvert que le soi-disant porteur du projet soutenu par le maire de Pamiers ne gère en réalité aucun cinéma en France, et qu'il avait déjà déposé un dossier en CNAC dans un autre département, refusé dans les mêmes conditions.  Un manque de sérieux et de référence, qui interroge sur les raisons du soutien du maire de Pamiers, qui est même « monté » à Paris pour défendre ce dossier devant la CNAC.

Après les annonces tonitruantes par la Mairie de la création de studios de cinéma à Gabrielat , ce fameux « Hollywood sur Ariège " qui n'était en fait qu'un mauvais canular, puis la création comme par hasard juste avant les élections d'une « usine de catering  » par des Américains qui ont disparu depuis sans donner signe de vie, c'est aujourd'hui un nouveau dossier, le Multiplex à 5 salles, qui se transforme en eau de boudin.

Trois projets qui ont fait couler beaucoup d'encre, créé beaucoup d'espoir dans la population, mais trois dossiers qui ont en commun leur manque de sérieux, de fiabilité, voire leur côté totalement farfelu comme dans le cas des studios géants de cinéma...  Une mauvaise image pour les élus de Pamiers... toujours très médiatisée par eux-mêmes !

Pour maintenir et développer le Rex, la Mairie a donc sa feuille de route : un nouveau projet en centre-ville correspondant aux besoins de l'agglomération appaméenne, type trois salles et environ 400 fauteuils gérés en partenariat avec le privé avec un cahier des charges strict. Seul l'investissement serait municipal.

Un investissement 2,5 millions d'euros que doit porter la Mairie de Pamiers, avec de bonnes possibilités de subventions grâce au Contrat de ville. 2,5 millions d'euros, c'est l'argent qu'a mis la Mairie de Pamiers pour la nouvelle École de Musique, avec ses 300 élèves et ses 800 000 euros annuels de fonctionnement. 

Reste toujours à inscrire le cinéma dans le contrat de ville, ce que refusent toujours le maire et sa majorité.

 

 

Point sur le dossier Cinéma Multiplex à Pamiers

 

 

 

« On a trouvé une solution sur les rythmes scolaires, on doit pouvoir faire pareil sur le cinéma ». On se souvient que lors du dernier conseil municipal, le maire avait chargé son « meilleur ennemi » du dossier du cinéma. Michel Teychenné a relevé le gant. Ainsi, il tend la main à André Trigano et lui demande de faire inscrire le projet de cinéma dans le contrat de ville. « Il est encore temps, on en est juste à la rédaction des fiches », insiste-t-il. Pour l’opposant, c’est la seule solution pour que Pamiers conserve un cinéma. En effet, si on s’en tient à la motivation de son refus du projet appaméen, la commission nationale d’aménagement cinématographique refusera tout projet en dehors du centre-ville. Cela serait en contradiction avec le contrat de ville.

« La CNAC a aussi soulevé la possibilité de développer le Rex sur un autre site en centre-ville en correspondance avec les besoins de notre agglomération », assure l’élu, qui souligne que, pour cette même raison, jamais la commission nationale ne laissera construire un multiplex entre Foix et Pamiers. Ce dernier propose donc une feuille de route : « un nouveau projet en centre-ville correspondant aux besoins de l’agglomération appaméenne, type trois salles et environ 400 fauteuils gérés en partenariat avec un privé avec un cahier des charges strict. Seul l’investissement serait municipal ». Michel Teychenné estime que cela coûterait dans les 2, 5 millions d’euros. Tout en sachant que, dans le cadre du contrat de ville, il est possible d’obtenir d’intéressantes subventions. Et ce dernier de rappeler que c’est ce qu’a coûté l’école de musique. « Nous sommes donc capables de le faire », assure-til.

Car pour Michel Teychenné, si on veut conserver un cinéma à Pamiers, il faut agir vite. « Le Rex peut fermer à tout moment. Il faut donc dégager un terrain et entamer des discussions avec Martinez. Mais, cela ne peut pas rester en état ». Reste que pour l’instant, le maire a tiré un trait sur un nouveau cinéma. Mais en politique, tout est toujours possible. E.D. Lors du dernier conseil, le maire avait chargé son opposant du dossier du cinéma. Ce dernier lui propose donc une feuille de route et un nouveau projet. 


 

 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2019 5 08 /03 /mars /2019 10:32
Michel Larive et Michel Teychenné au Foulon

 

Le comité du quartier du Foulon à Pamiers, épaulé par le groupe d'action appaméen de la France insoumise, a organisé une rencontre avec le député de l'Ariège, Michel Larive et Michel Teychenné, conseiller municipal.

Durant la réunion, de nombreux sujets ont pu être soulevés : salaires, retraites, mobilité, transport, logement, commerces de proximité, etc. Les élus ont écouté les inquiétudes de chacun et tenté de répondre au mieux aux nombreuses interrogations.

«Partant du constat que les quartiers sont trop souvent délaissés par les politiques publiques», la France Insoumise a mis en place les «rencontres des quartiers populaires». Les premières ont eu lieu fin 2018 à Epinay-sur-Seine. «Ce sont 8 à 12 millions de concitoyens qui sont concernés en France par ces inégalités et discriminations. Les communes périphériques aux grandes villes ne sont pas les seules concernées, c'est pourquoi le dispositif s'étend aux zones rurales.

Ces rencontres sont l'occasion de moments d'échanges et de partages où les habitants des quartiers peuvent renouer avec la question politique dont ils se sentent trop souvent éloignés», explique le député.

Partager cet article
Repost0
3 mars 2019 7 03 /03 /mars /2019 12:21
Millane : de l'eau et une facture qui montent, qui montent !

MILLIANE : de l'eau et une facture qui montent, qui montent !

Les travaux de Milliane sont à l'arrêt. Des erreurs de calcul obligent à faire des travaux supplémentaires pour évacuer l'eau et construire... un bassin de rétention ! Personne à la Mairie ne savait sûrement que Milliane était un étang asséché ! Ce surcoût important vient s'ajouter à la décision du Conseil Départemental qui donne une petite subvention pour le projet de Milliane, mais refuse de financer le déplacement du boulevard de Alsace-Lorrain, alors que cette voirie est de sa compétence, sous prétexte que son déplacement de 50 m pour créer « Pamiers Plage » le long du canal ne le concerne pas. Un très mauvais coup pour les finances de la Ville, qui devra financer seule ce déplacement inutile.

Avec Bernadette Subra, nous interrogerons le maire sur ces deux nouvelles "douloureuses", qui vont venir gonfler une fois de plus la facture de l'aménagement de l'esplanade de Milliane de plusieurs centaines de milliers d'euros. La précipitation et le manque de réflexion de la Mairie pour que ce projet soit "inauguré coûte que coûte" prennent malheureusement aujourd'hui tout leur sens !


Michel Teychenné

Partager cet article
Repost0