Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logoparl140



logodepeche140


logonews140

logogaz140





PAMIERS AU COEUR


Pamiers au coeur - Le Renouveau


Rejoignez-nous sur le site de la liste Pamiers au coeur - Le Renouveau (cliquez sur le logo) !

24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 13:55

carmeltopgo


Le Carmel de Pamiers est en vente et la Mairie ne veut pas l’acheter car la ville n’en a pas besoin... dixit Monsieur le Maire dans un reportage de France 3.


2 800 mètres carrés de bâtiments superbes en centre-ville et 5 000 mètres carrés de jardins en terrasses, c’est sans intérêt pour l’actuelle majorité... dans une ville dont le centre se meurt et qui manque d’espace pour les associations et les activités culturelles : étonnant!

Pourtant, la Mairie aurait pu s’offrir le Carmel sans débourser un euro de plus.  Elle aurait pu réaliser une belle opération financière et patrimoniale ... si elle n’avait pas choisi la pire et la plus coûteuse option :  déménager en urgence l’École de Musique, actuellement installée dans un local imbriqué dans les bâtiments du Carmel.

Il fallait réhabiliter les bâtiments de l’École de Musique, tout le monde dans le conseil municipal en convenait. Mais la précipitation de certains élus en charge du dossier, désireux pour la gloriole de pouvoir inaugurer de nouveaux locaux dès 2012 à l’occasion des 60 ans de l’École de Musique, va coûter très chers aux Appaméens : au moins 2 millions d’euros de travaux, sans subventions! Cela va en plus retarder certains autres projets municipaux par manque de financement!

Les nouveaux locaux de l’École de Musique, prévus pour un budget pharaonique de 2 millions d’euros dans l’aile « neuve » de l’ancien hôpital, de qualité architecturale très médiocre, trahissent un choix fait dans la précipitation et une absence de réflexion qui, en plus de coûter très cher aux Appaméens, vont éloigner du centre ville une activité de plus : l’École de Musique.

Sur le plan budgétaire, l’École de Musique, ce sont 350 élèves, dont la moitié seulement de Pamiers, et un déficit annuel de fonctionnement 600 000 euros, le tout financé exclusivement par les impôts des Appaméens... Une bagatelle d’après les élus majorité, qui refusent de faire participer financièrement la Communauté de communes!

Mais revenons au Carmel et à l’actuel bâtiment de l’École de Musique, imbriqués l’un dans l’autre. Il aurait suffi de consacrer les deux millions d’euros prévus et votés pour le déménagement à l’ancien hôpital afin de pouvoir acquérir le Carmel (évalué par le service des Domaines à 700 000 euros) tout en consacrant le reste du budget à l’agrandissement et à la restauration de l’École de Musique sans la déménager. Une belle opération, intelligente, aurait alors été réalisée par la Ville de Pamiers. 

Le bâtiment actuel de l’École de Musique fait environ 500 mètres carrés. Sa superficie aurait facilement pu être multipliée par deux grâce au logis du Carmel qui le jouxte. Comme cette partie n’est pas classée, ces travaux n’auraient posé aucun problème. Et avec 1,3 million d’euros de budget restant pour ces travaux, (soit 1 300 euros au mètre carré, largement assez pour une belle restauration, sans compter de possibles subventions), l’opération aurait été gagnante pour la Mairie.

L’ensemble architectural du Carmel, fleuron architectural et patrimonial de la Ville, serait ainsi revenu gratuitement à la Mairie et aurait pu être réaménagé, petit à petit par tranches, en salles d’expositions, en espace muséal consacré à Pamiers et à Gabriel Fauré (promis par les élus depuis des lustres), en site ouvert aux touristes ainsi qu’en espace de culture et d’animations notamment pour les jeunes, lieux qui manquent aujourd’hui cruellement à Pamiers. En somme, on aurait pu créer un Pôle d’Animation Culturelle et Touristique pour redonner de l’attractivité et du dynamisme au centre-ville de Pamiers. Sans parler du fait que le Cloître et les 5000 mètres carrés de magnifiques jardins en terrasse auraient pu être ouverts à tous, à peu de frais, avec le concours du service « Espaces verts » de la Ville.

Mais à cause de la majorité municipale et de son obstination, cela ne sera pas le cas. On pourra toujours aller se consoler en admirant « l’architecture des années 60 au coût pharaonique » de la nouvelle École de Musique située à l’ancien hôpital. Une belle occasion ratée, une de plus, dans une ville où les élus de la majorité multiplient les erreurs d’aménagement urbain avec, pour résultat, un centre-ville qui périclite à vue d’oeil!

Aux édiles de la majorité qui se targuent d’une bonne gestion et qui parlent du « million d’euros » que coûterait le Carmel, on pourra rappeler qu’ils ont subventionné l’an dernier le promoteur de la déjà trop célèbre Cité du Chandelet, d’un million d’euros, sans aucune contre-partie pour la Commune... Comme quoi ils ont le « million facile »... quand ils veulent! 

S’ils avaient un peu réfléchi, s’ils ne s’étaient pas précipités pour inaugurer coûte que coûte, c’est le cas de le dire, la nouvelle École de Musique en 2012, ils auraient obtenu la totalité du Carmel et une nouvelle École de musique pour pas un euro de plus... Les Appaméens et les Appaméennes apprécieront!

Michel Teychenné
Pour le Groupe de Gauche

P.S. : Au fait, Mesdames et Messieurs les élus de la majorité, que va devenir le bâtiment abandonné par l’École de Musique après le déménagement? Combien de dizaines, de centaines de milliers d’euros va coûter sa rénovation toujours nécéssaire, et pour y installer quoi, dans quel but? Va-t-il rester vide et fermé? Aucun projet n’a été discuté en commissions municipales, il serait temps d’y penser. Par contre, pour ce qui est de « qui va payer », les Appaméens le savent déjà!

carmelblog2

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 20:42

carmel2go


Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 16:15

logodepeche140


revuecral



revuephrase



logogaz140



revuegaz1


revuegaz2


petitjournallogo



revuephoto
Inauguration de la Rue Gabriel-Péri à Pamiers. Le Maire coupe le ruban.


revuepj


SÉCURITÉ
La majorité à Pamiers applique “à la lettre” la politique sécuritaire de Sarkozy. Le maire transformé en shériff, et une politisation de la Justice? 
Bernadette Subra-Suard est intervenue pour le Groupe de gauche pour dénoncer cette dérive très grave. Voici un article d'Ariège News à ce sujet.



revueanews

«C’est une sous justice, sans droit de la défense !»

Bernadette Subra Suard (membre de l’opposition appaméenne) n’a pas mâché ses mots lors du dernier conseil municipal de la ville, au moment de valider un protocole sur la mise en œuvre du «Rappel à l’ordre». Une mesure adoptée dans le cadre du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance de Pamiers.

Pour cette avocate de profession, cette compétence conférée au maire met à l’œuvre «des règles qui bafouent la démocratie»

C’est en fait la Loi de Prévention de la Délinquance de 2007 qui donne au maire ce nouveau pouvoir. En clair: suite à un rapport effectué par les forces de l’ordre, un jeune peut être convoqué à la mairie pour un moment se voulant solennel. Si l’auteur est mineur, la présence de ses représentants légaux est exigée. Le but étant de viser les incivilités répétées qui viennent troubler la «tranquillité publique», et pour lesquelles aucune procédure judiciaire n’est engagée. Après la rencontre avec le maire, les jeunes convoqués devront réparer les dégâts provoqués, participer à un atelier d’insertion, ou encore être suivis par un éducateur.

La mairie de Pamiers est liée depuis le 24 avril dernier au parquet (et à la procureure de la république) par une convention. Trois rappels à l’ordre ont déjà eu lieu durant le mois de juin.

«Une nouvelle fois, on fait glisser des compétences de l’Etat aux collectivités» a critiqué Bernadette Subra-Suard, «alors qu’on a fermé le tribunal où étaient jugées des affaires de ce que l’on appelle la petite justice [...]  Nous avons des magistrats qui font des études longues et difficiles. Et on vous demande à vous de faire justice !»

Au contraire, le maire André Trigano est plutôt convaincu par cette manière de faire, qu’il envisage plus comme une manière de rétablir le dialogue, «il ne s’agit pas de se substituer à la Justice [...] J’ai déjà reçu trois jeunes. Au bout d’une heure, les choses se sont détendues. Et on a tout simplement pu parler. Je n’ai pas pris le rôle de la justice, j’ai pris le rôle d’un grand-père qui parle avec son cœur»

Mais toutes les communes ne sont pas aussi emballées. A Foix par exemple, on ne s’est pas lancé «pour des raisons pratiques et idéologiques». Et en Ariège, Pamiers est la seule ville à avoir déjà expérimenté la procédure. Selon la préfecture, seulement 8 communes auraient déjà signé le protocole avec le Parquet. 

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 12:22

craislhfinal

Le nouveau maire de Crailsheim, ville jumelée avec Pamiers depuis 42 ans, en visite pour la première fois chez nous.

À l’occasion de la Fiesta, le maire de Crailsheim, Rudolf Michl, a répondu en compagnie de son épouse Eva à l’invitation de la mairie de Pamiers représentée par Françoise Pancaldi, adjointe au maire chargée des jumelages. Il a participé à la cérémonie du 14 juillet et s’est entretenu avec André Trigano à l’occasion du vin d’honneur servi dans la cour de la Mairie. Il a ensuite découvert la ville de Pamiers et ses environs en compagnie de membres de l'association Jumelage-Amitiés, avant d’assister au défilé de la Fiesta et de séjourner à Pamiers jusqu’à samedi.

Membre du SPD/PSE, Rudolf Michl s’est aussi entretenu au cours d’un déjeuner convivial avec Michel Teychenné (PS), ancien Député Européen PSE. Ils ont évoqué ensemble les problèmes communs et la gestion des villes moyennes, échangant sur leurs expériences réciproques . Ils ont aussi abordé avec Claude et Dominique Lafont des pistes de travail pour renforcer le jumelage.

crailgroupe
Michel Teychenné, Eva et Rudolf Michl, Dominique et Claude Lafont

Le jumelage de Crailsheim et de Pamiers est un modèle du genre par la richesse et le fréquence des échanges. Il y a quelques jours, c’était l’École de Musique de Crailsheim qui était accueillie à Pamiers grâce à l’association des Parents d’Eleves de l’École de Musique de Pamiers. En septembre, ce sera une délégation appaméenne qui se rendra en Allemagne pour la Volksfest de Crailsheim, suivie par les associations sportives de Pamiers au mois de novembre.

Toujours soutenu par les diverses municipalités qui se sont succédées depuis 40 ans, ce jumelage a tissé des liens profonds et durables entre la population de ces deux villes moyennes villes européennes. Il est reconnu nationalement comme un modèle du genre. Un grand merci et un vrai bravo aux bénévoles qui, autour de Dominique Lafont, la présidente de Jumelages-Amitiés, animent et font vivre avec passion ce jumelage exceptionnel. 


douvrircrailgo



Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 12:16

14juigo

Le 14 juillet, notre Fête Nationale passe presque inaperçue à Pamiers. Un rapide dépot de gerbes à midi moins le quart, Square du 14 juillet, lieu inconnu de la grande majorité de la population (en fait le bout de pelouse devant la mairie), un pot à midi dans la Salle du conseil... et c’est terminé. Notre Mairie n’arbore même pas sur ses murs la devise de la République, Liberté, Egalité, Fraternité. Enfin, le buste de Vadier, enfant de Pamiers et révolutionnaire, a été retiré de la Cour d’honneur et relégué dans les caves de la Mairie... Le 14 juillet à Pamiers, c’est surtout la Fiesta, ses défilés et ses concerts.

En pleine époque de mondialisation, dans une Europe qui se cherche encore, les valeurs de la République, la Nation, la Liberté, l’Egalité, la Fraternité, sont des valeurs dont nous devons être fiers. La Révolution Française a laissé au monde un héritage considérable comme la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen. Ou le concept de Nation, qui rassemble des individus de toutes origines, religions et opinions qui décident librement de vivre ensemble en citoyens grâce au même socle de valeurs communes : les valeurs de la République. Ce modèle de société issu de notre révolution est plus que jamais d’actualité face aux intégrismes de tous poils, aux communautarismes, au racisme banalisé et à la toute-puissance des profits  contre l’intérêt commun. 

La démocratie, la laïcité, la liberté, l’égalité et la fraternité n’on rien de “ringard”. C’est notre patrimoine comme français, soyons-en fiers et veillons à les faire vivre et à les partager. C’est aussi notre contribution à l’Europe qui, en dehors du ”grand marché libre” qu’elle représente,  est aussi et surtout un espace de liberté et de droits de l’homme. Je suis fier d’être Français et fier d’être Européen.

La République et ses symboles ne doivent pas être laissés aux extrémistes, aux nationalistes qui se drapent dans le tricolore pour mieux revenir aux années noires du régime de Vichy et de “l’Etat français”, si chères à la famille Le Pen.

Je fais un rêve : qu’en 2012, on fête dignement le 14 juillet à Pamiers, de façon populaire, pourquoi pas en associant la Fiesta à l’événement? Et si la Municipalité décidait d’inscrire "Liberté, Egalité, Fraternité" sur le fronton de la Mairie et de remettre le buste de Vadier à sa place dans la cour de la mairie, cela ne serait pas mal non plus. La Révolution à Pamiers a fait beaucoup moins de morts que l’Inquisition, et il ne viendrait à l’idée de personne de demander que l’on retire des rues de Pamiers le nom d’un célèbre Inquisiteur appaméen qui devint un grand pape !

Vive l’Europe, vive la France, vive la République, vive Pamiers!

Michel Teychenné
Conseiller municipal


Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 12:22

gp5

La samedi 9 juillet à Pamiers, Bernadette Subra-Suard, Cathy Quintard-Galvez, Annie Faccheti, Dominique Castagné et Michel Teychenné du Groupe de Gauche ont participé à la seconde inauguration de la rue Gabriel Péri en présence du Maire André Trigano.

gp1
Michel Teychenné, André Trigano et Carmen Barthès

gp3

gp4

gp2
Michel Teychenné et André Trigano

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 12:48

cmgrandpasgo
Dominique Castagné, de l'opposition, a remercié André Trigano pour la mise à disposition du matériel et des locaux municipaux pour l'organisation des Primaires socialistes.

L'ESSENTIEL : Une séance plutôt apaisée malgré les divergences de points de vue. Le maire s'est félicité pour ce conseil municipal qui s'est déroulé "dans le respect" et qui fut plutôt constructif.

«Je suis d'accord avec vous.» Voilà une phrase que l'on aura entendu à de maintes reprises, hier soir, dans la salle du conseil. Rarement les différents partis se seront donné autant raison les uns les autres. Les signes avant coureurs des départs en vacances? Même pas, puisque les conseillers municipaux étaient quasiment au complet, hier soir. Une assiduité qu'André Trigano n'a pas manqué de relever et de féliciter. «Nous sommes 32 sur 33, c'est très rare, et cela mérite un coup de chapeau.» De même, toute la séance se sera déroulé sans heurts particuliers. Plusieurs abstentions et oppositions à certaines propositions, bien sûr, mais pas de débats idéologiques enflammés. Quelques points délicats pourtant, notamment celui du volume de perte d'eau. Dans le rapport annuel sur le prix et la qualité du service de l'eau potable, il est mentionné la perte de 300 000 mètres cube d'eau, sur l'eau vendue. C'est Louis Clæys, conseiller indépendant, qui a réagit à ce chiffre, soulignant qu'il représentait «un tiers de la consommation». Lucien Quebre a confirmé l'importance de ce chiffre « plus mauvais qu'en 2007». D'après lui, il s'explique par des fuites, et par les travaux effectués sur la station de pompage. L'élu a annoncé que pour palier ces pertes dans l'avenir, il fallait avant tout «rechercher d'où elles proviennent», ajoutant que des appareils de mesure disposés sur les châteaux d'eau de la ville affichent une consommation importante la nuit, période durant laquelle au contraire elle devrait être au plus bas. Claude Deymier a enfin calmé les plus inquiets en assurant «ce chiffre n'est pas anormal» et que «tous les réseaux de France ont des pertes».

L'un des points clefs de ce conseil municipal fut en outre le projet d'élaboration du Schéma départemental de coopération intercommunale qui prévoit entre autres la fusion de la communauté des communes de Pamiers et de celle de Saverdun. L'assistance a voté contre à la quasi-majorité, mais le conseil de la communauté des communes qui se tient ce soir devrait avoir tout lieu d'en débattre à nouveau.
 

cmpolego   SÉCURITÉ

Bernadette Subra-Suard est intervenue à deux reprises à propos des questions de sécurité. Dans un premier temps, elle est revenue sur la convention signée entre André Trigano et la procureure de la République, dans laquelle le maire de Pamiers est autorisé à exercer des «rappels à l'ordre». Elle s'est dite «farouchement hostile» à cette mesure qui «bafoue la démocratie». Prenant pour argument la qualification et les compétences des magistrats, elle a tenté de convaincre André Trigano que procéder par de tels rappels à l'ordre relevait d'une «sous-justice». Le maire s'est défendu en insistant sur le fait «qu'il ne prend pas le rôle de la justice, mais seulement celui du grand-père». «J'ai déjà reçus trois jeunes, avec lesquels j'ai discuté, je ne sais pas en quoi cela pourra réellement les aider mais j'espère quand même que ça aura une petite portée». Côté pôle sécurité, Bernadette Subra-Suard a demandé à connaître son fonctionnement. Gérard Legrand lui a répondu que ce pôle, qui devrait d'ailleurs changer de nom sous peu, sera basé effectivement très prochainement rue des Carmes, où la police municipale aura ses locaux, et où les écrans des caméras de vidéo protection seront disposés, ainsi que les services médiation et gestion de la voirie, ainsi que les bureaux de Mrs Cerny et Dedieu.


cmchasseursgo 

L'association communale de chasse devrait s'installer aux abords du site de Cailloup, suite à l'acquisition d'une parcelle par la mairie. Néanmoins, Françoise Matricon, élue Vert, fait remarquer qu' «il n'y a aucun cahier des charge, aucun engagement» dans ce projet, et propose de demander un état des lieux à l'association des naturalistes de l'Ariège (ANA), à l'issue duquel un échéancier serait élaboré.Face à elle, Jean Guichou, tout à la fois conseiller municipal en charge du développement durable et président de la fédération départementale de chasse, répond que l’association en question n’a pasles compétencespour un tel travail. Il fait valoir l’ancienneté de l’association appaméenne de chasse et défend son projet, précisant même que les nouveaux locaux porteront le nom du défunt Raymond Bernié,illustre figure dans le monde de la chasse.


INTERVENTION DE MICHEL TEYCHENNÉ

Fusion des communauté de communes de Pamiers et Saverdun.

Le projet de fusion des Communauté de Communes est un projet du gouvernement Fillon. Je trouve que MM. Calléja et Marette, nouveau et ancien présidents de l’UMP, et les candidats UMP aux régionales et aux cantonales présents dans ce conseil municipal, sont particulièrement « gonflés » : après nous avoir rabattu les oreilles de cette « urgence » et de cette « nécéssité » pendant deux récentes campagnes électorales, ils se « couchent » aujourd’hui et reprennent les arguments de la gauche contre le projet du gouvernement. C’est se moquer des électeurs. C’’est un manque de courage politique, d’autant que le Préfet peut imposer cette réforme. Si cela était le cas,  je demande qu’ils démissionnent de leurs mandats!

Crèches : les Appaméens payent deux fois! En réponse à M. Clarac qui a présenté la convention avec la Communauté de Communes.


Le Groupe de Gauche au Conseil municipal salue la création de deux nouvelles crèches à Pamiers, les Cannongeous et les Pitchouns. L’accueil des tout petits est une urgence. Il doit être renforcé, mais, comme le déplore le Rapport d’Orientations Budgétaires du 6/1/2011, document officiel de la mairie de Pamiers, sous le titre, Analyse de la pression fiscale, page 51 : 

« En 2010, suite au transfert de la compétence petite enfance, la Communauté de Communes de Pamiers a augmenté ses taux d’imposition. Or, si la ville n’a pas augmenté ses taux d’imposition depuis 2003, elle ne les a pas baissés à la suite du transfert (bénéficiant ainsi d’une réduction de ses charges concomitantes), ce qui a conduit à une augmentation des taux d’imposition consolidés sur son territoire.. .» 

Je regrette que les Appaméens payent deux fois ce service si important, alors que les autres habitants de la Communauté des Communes ne le payent qu’un seule fois, uniquement sur la part d’impôts due à la CCP. Les impôts ont bel et bien augmenté à Pamiers. Le maire a répondu « oui monsieur Teychenné, vous avez raison » !
 

LES QUESTIONS DU GROUPE DE GAUCHE LORS DU CONSEIL

1) Question de M. Teychenné à M. Claude Deymier

La zone Gabrielat peine à se remplir, tout le monde peut le voir. Certains terrains non construits semblent faire l’objet de pratiques spéculatives. Pouvez-vous faire un point sur le nombre de parcelles non construites mais vendues et celles restant à la vente, et nous donner la situation financière de cet investissement aujourd’hui. De plus, la suppression de la TP  fera désormais porter le coût des investissements, comme l’agrandissement de la zone, sur la fiscalité des ménages et non sur celle des entreprises, ce qui est injuste. N’êtes-vous pas inquiet d’engager 3,5 millions d’investissements de fonds publics (via la CCPP)  sur le projet “zone de logistique “ sans que l’ entreprise concernée qui n’est pas une entreprise de logistique mais un promoteur ne participe d’un euro à ce projet? 

La relocalisation de l’entreprise DENJEAN vers le Tarn-et-Garonne démontre, s’il en était besoin, que nous ne sommes géographiquement pas les mieux placés en Midi-Pyrénées avec une autoroute en cul de sac, faute d’achèvement de la E9, et un trafic ferroviaire dans la même situation puisqu’il n’est pas raccordable au réseau espagnol. Ce qu’a d’ailleurs exprimé très clairement le directeur de cette entreprise dans la presse pour justifier son transfert. Pourquoi n’y a-t-il pas de cofinancement des investissements pour la “zone de logistique” avec le promoteur, quelles garanties apporte-t-il pour le développement du site ? Et considérez-vous toujours que le choix “logistique”, qui est très consommateur d’espace, très polluant et peu créateur d’emplois, est un choix sérieux et pourquoi ?

2) Question de Dominique Castagné à Monsieur le Maire

L’UMP en Ariège  fait une campagne calomnieuse pour discréditer l’organisation  des Primaires du Parti Socialiste. Connaissant votre attachement à la démocratie, pouvez-vous Monsieur le Maire assurer aux conseillers municipaux socialistes que la Mairie de Pamiers mettra les salles et le matériel a disposition pour l’organisation de cet évènement démocratique majeur dans la vie de notre cité?

3) Question de Madame Subra-Suard à Monsieur le Maire

Comment fonctionne le Pôle Sécurité, qui en assume la responsabilité ? (Voir l'échange entre Bernadette Subra-Suard et Gérard Legrand sous SECURITE, plus haut.)

PAMIERS ; DE LA NEUTRALITE DES FONCTIONNAIRES... ET DE L'UMP
(Intervention de Michel Teychenné suite à la réponse de M. Legrand, premier adjoint, sur le Pôle Sécurité)

Nous venons d’apprendre par votre réponse à Madame Subra-Suard que la Direction du Pôle Sécurité avait été confiée à une fonctionnaire chef de service qui a déjà comme responsabilité la Direction des Ressources Humaines, la Direction du Service de l’Etat Civil, la Direction du service des Elections et la Direction du Centre Communal de l’Action Sociale. De plus, cette personne bénéficie d’un service réduit à 80 %.

Nous nous interrogeons sur les raisons de cet empilement de fonctions aussi importantes que sensibles, sur une seule personne et qui bénéficie  d’un poste à temps partiel. En effet, cette personne a été il y a quelques semaines candidate pour l’UMP aux élections cantonales sur un canton de Pamiers. Son engagement politique public ne nous paraît pas apporter les meilleures garanties d’objectivité et de réserve demandées à tout fonctionnaire municipal. La gestion du personnel, la gestion de la sécurité, de l’Etat Civil, des élections et du Centre Communal d’Action Sociale ne doivent pas être instrumentalisées à des fins électoralistes. La séparation entre les responsabilités des élus et celles des fonctionnaires municipaux doit être claire et nette, sans compromis. 

Nous demandons à Monsieur le Maire que soient mis à la tête de ces services des fonctionnaires compétents, disponibles et  « politiquement neutres », comme le sont la quasi totalité des personnels de la Mairie.

Les compétences sont nombreuses au sein de la Mairie de Pamiers, à tous les niveaux. Il est regrettable qu’elles ne soient pas mises au service de la collectivité et que leur soient préférées des nominations  « politiques » qui bloquent des carrières et l’avancement d’excellents agents.  Nous condamnons fermement ce mélange des genres et cette dérive.
 

cmdeuxgo 


L'ESSENTIEL : Saint-Jean du Falga et Lescousse feront bientôt partie de la communauté des communes de Pamiers. En revanche, la proposition de fusion avec celle de Saverdun Mazères a été rejettée en masse, hier.

Comme la loi le prévoit, le préfet d'Ariège avait présenté, en avril, son projet de schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI). Celui-ci a été proposé au vote du conseil municipal de Pamiers, jeudi, et à celui de la communauté des communes, hier soir. Les deux assemblées ont voté, à l'unanimité, pour l'intégration de deux nouvelles communes, à savoir Saint-Jean du Falga et Lescousse, comme le préfet le prévoyait. A elles deux, désormais, de se prononcer dans leurs futurs conseils municipaux, sur les délais de cette adhésion. La communauté passera alors de 23 à 25 communes membres.

Mais le point le plus crucial de ce SDCI concernait la proposition de fusion de la communauté des communes de Pamiers et celle de Saverdun Mazères. Celle-ci a été rejetée par les deux assemblées également. Argument principal: un calendrier peu pertinent. «Nous pensons qu'un tel projet est bien trop précipité», a affirmé André Trigano. Un «événement fort et important», que le maire de Pamiers n'a pas pour autant l'intention d'enterrer, bien au contraire. «Je suis, à titre personnel, aujourd'hui défavorable à cette décision, présentée d'une manière trop rapide et pas préparée. Néanmoins, cette fusion me paraît logique pour les années à venir. Aussi, après les périodes électorales, j'aimerais que l'on puisse en reparler.» 

Michel Teychenné, président du groupe de gauche, a parlé d'un «manque de courage politique» concernant les représentants UMP du conseil municipal de Pamiers, de Saverdun et Mazères. «Ils nous ont rebattus les oreilles de cette "urgence" pendant deux récentes campagne électorales». Pour lui, «ils se "couchent" aujourd'hui et reprennent les arguments de la gauche contre le projet du gouvernement.»

Poursuivre l'action sur l'habitat en centre-ville

L'opération «Cœur de ville», visant le renouvellement urbain de la rue Gabriel-Péri, devrait être lancée en janvier 2012. Dans ce cadre, la communauté des communes et la Ville acquièrent progressivement plusieurs biens situés dans ce périmètre, notamment le 59 et le 75 rue Gabriel-Péri.

En outre, la mise en route d'une opération pilote a été votée hier, afin de permettre l'accession à la propriété dans l'ancien centre-ville. L'objectif étant de favoriser la venue de nouvelles familles. Cette opération portera sur l'immeuble appartenant à la Ville, situé au 22 rue Maurice Eychenne et sur un petit immeuble dégradé, au 33 rue Sainte-Claire.

Articles de presse : La Dépêche du Midi, 7 et 8 juillet 20011


Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 12:29

eagsoutientfh

Cher(e)s camarades, 

Réunis une nouvelle fois à Paris, samedi 2 juillet, nous avons pris, après plusieurs semaines de concertation entre nous, la décision de soutenir collectivement la candidature de François Hollande à la primaire du Parti socialiste. Cette décision a été prise de façon très massive et engage notre courant, même si nous respectons les camarades qui, en conscience, ont fait d'autres choix. 

GAGNER EN 2012

Depuis 2002, et plus encore depuis 2007, la France est blessée, divisée, affaiblie. Son pacte républicain et social est violemment attaqué : atteintes contre la séparation des pouvoirs, mépris de la laïcité, acharnement contre l'école, augmentation des inégalités. Pour la plupart des Français, la vie est de plus en plus difficile. Seuls les très riches, encouragés par des cadeaux fiscaux sans précédent, ont vu leur situation s'améliorer au cours de la dernière décennie. Pour les couches les plus fragiles, personnes âgées aux faibles ressources, jeunesses, catégories populaires et moyennes, tout est devenu problème et anxiété : travail, santé, logement Les promesses faites par Nicolas Sarkozy ont été trahies : sur le pouvoir d'achat, sur la sécurité, sur la propriété pour tous, sur la République irréprochable. La dette, elle, a explosé, laissant le pays désemparé devant l'avenir.

Face à cette situation, c'est le devoir des républicains et des progressistes de mesurer leur responsabilité et de proposer un autre chemin. Nous devons à la fois résoudre la crise de l'avenir qui ronge notre pays et refonder notre République dans la force de ses valeurs. Dans cette perspective, le projet du Parti socialiste, élaboré par tous les dirigeants et voté par tous les militants, a marqué un chemin responsable et audacieux. 

REUSSIR LES PRIMAIRES 

Le 28 juin s'est ouvert le calendrier des primaires avec le dépôt des candidatures. Nous nous sommes battus pour cette grande avancée démocratique. C'est là un immense progrès, qui permettra aux citoyens de choisir leur candidat ou leur candidate, et donc d'accroître leur responsabilité, leur participation et leur pouvoir. Si, comme le disait Jaurès, le socialisme doit être la démocratie jusqu'au bout, alors c'est là une réforme qui s'inscrit dans nos principes. Mais chacun mesure bien aussi que la réussite de cette grande avancée suppose de s'y préparer avec ordre, responsabilité, hauteur. Nous nous sommes battus pour les primaires. Notre combat est maintenant de les réussir.

Une avalanche de sondages, parfois plusieurs par jour, une avalanche de papiers va vouloir opposer des socialistes à des socialistes. L'égarement de certains entourages, ravis de pouvoir trouver leur nom dans la presse en répondant aux sollicitations, peut nous coûter cher. C'est pourquoi les militants socialistes doivent se fixer un devoir de responsabilité. La démocratie, ce sont des procédures, mais ce sont aussi des mœurs et un esprit. Les primaires ne sont pas un congrès. Il appartient aux militants socialistes et aux responsables de permettre un grand débat politique pour les Français et d'en garantir la tenue, il ne leur appartient ni de le confisquer ni de l'instrumentaliser. Après le vote d'octobre, tous les socialistes soutiendront le même ou la même candidate : ne le perdons jamais de vue, et travaillons en permanence avec cette perspective, celle de donner de la force à celui ou à celle qui aura été choisi pour lui permettre de remporter la victoire. C'est la seule perspective qui importe. 

Cela suppose un certain nombre de conditions. D'abord le respect du calendrier. Ensuite, l'organisation des procédures. Enfin, le respect des candidats, de tous. Il faudra aussi veiller à préserver un esprit de fraternité et de camaraderie. Tel est l'état d'esprit qui nous a guidé jusqu'ici, tel est celui que nous allons faire vivre jusqu'à la fin du processus. Chacun comprend que les primaires sont le premier acte de la bataille présidentielle : des primaires réussies seront une chance de victoire en 2012. 

SOUTENIR FRANCOIS HOLLANDE 

Pour notre sensibilité le moment est venu de choisir : non pas contre telle ou tel. Ségolène Royal et Manuel Valls sont issus de notre motion. Martine Aubry et Arnaud Montebourg sont nos amis et nos camarades. Nous les respectons, nous les saluons et nous leur souhaitons une belle campagne, dans la volonté de les retrouver très vite, et dans celle aussi de ne jamais perdre avec eux tout au long de ces deux mois et demi le lien et la complicité de l'amitié, du respect, des valeurs et des combats partagés. 


Notre identité, chacun la connaît : rénovation du Parti socialiste, reconquête des couches populaires et de la jeunesse, reconnaissance de la France dans sa diversité, justice sociale, efficacité économique, transition écologique, stratégie de rassemblement assumée, modernité des pratiques politiques et des comportements, cohérence des discours et des actes. Ces idées ont progressé dans le Parti socialiste, elles ont progressé aussi dans le pays. Désormais notre seul objectif doit être de permettre que la gauche puisse gouverner à nouveau. Dans cette perspective, nous avons considéré que la démarche de François Hollande était la plus cohérente et la plus capable de rassembler notre famille d'idées pour la conduire jusqu'à la victoire.

Parce qu'il fait preuve de détermination et de constance dans sa démarche.

Parce qu'il a mis très tôt deux sujets essentiels au coeur du débat, la réforme fiscale et la jeunesse.

Parce qu'il veut incarner l'esprit de responsabilité dans une période très difficile pour la France et pour l'Europe.

C'est pourquoi nous vous appelons à soutenir avec force sa candidature,

SIGNATAIRES 

Vincent PEILLON, Député-Européen, Julien DRAY, Député, Vice-Président du Conseil régional d'Ile-de-France, Gérard COLLOMB, Sénateur-Maire de Lyon, François REBSAMEN, Sénateur-Maire de Dijon, Sylvie ANDRIEU, Députée, Eric ANDRIEU, Conseiller régional du Languedoc-Roussillon, 1er secrétaire fédéral de l'Aude, Jacques BASCOU, Député-Maire de Narbonne, Malek BOUTIH, Michèle FAUCHER, Aurélie FILIPPETTI, Députée, Secrétaire Nationale, Fréderic LEVEILLE, Conseiller général, 1er secrétaire fédéral de l'Orne, Secrétaire National, Patrick MENNUCCI, Maire du 1er secteur de Marseille, Vice-Président du Conseil régional de PACA, Christine PRIOTTO, Maire de Dieulefit, Pascal TERRASSE, Président du Conseil Général d'Ardèche, Président CNCF, Jean-Marc TODESCHINI, Sénateur, 1er Secrétaire fédéral de la Moselle


Philippe DOUCET, Maire d'Argenteuil, Président de l'Agglomération Argenteuil-Bezons, Secrétaire National (CN, 95), Jean BESSON, Sénateur de la Drôme, Yves DAUDIGNY, Sénateur, Président du Conseil Général de l'Aisne, Jean-Pierre MASSERET, Sénateur, Président du Conseil régional de Lorraine, Gérard MIQUEL, Sénateur, Président du Conseil général du Lot, Marcel RAINAUD, Sénateur de l'Aude, André VIOLA, Maire de Bram, Président du CG de l'Aude (CNCF) 

Patrick ALLEMAND, Alpes-Maritimes, 1er Vice-Président du Conseil régional de PACA, Sylviane BULTEAU, Vendée, Vice-Présidente du Conseil Régional Pays de la Loire, Conseillère Générale, André CHAPAVEIRE, Haute-Loire, Vice-président du Conseil régional d'Auvergne, Jacky DARNE, Rhône, ancien député, Vice-président du Grand Lyon, Béatrice FRECENON, Drôme, adjointe au maire de Bourg-de-Péage , Michel NEUGNOT, Côte d'Or, Vice-Président du Conseil régional de Bourgogne, Gilbert SAUVAN, Alpes de Haute-, Maire de Castellanne, 1er Vice-président du CG des Alpes de Haute-Provence, Mireille PEIRANO, Var, Vice-Présidente du Conseil régional de PACA, Jean-Jacques THOMAS, Aisne, Maire d'Hirson, 1er Vice-Président du Conseil Général de l'Aisne 

Alexis BACHELAY, Maire-Adjoint de Colombes (CN, 92), Eric BENZEKRI (CN, 91), Elyette CROZET-BAY, Conseillère régionale de Rhône-Alpes, Adjointe au Maire de l'Isle d'Abeau (CN, 38), Vincent FELTESSE, Maire de Blanquefort, Président de la Communauté Urbaine de Bordeaux (CN, 33), Robert GAÏA, Ancien Député (CN, 83), Frédérique GLEIZE-DESMIDT (CN, 11), Jean GUERARD (CN, 47), Pascal JOSEPH, Adjoint au Maire du 20ème Arrondissement (CN, 75), Laurent GRANDGUILLAUME, Adjoint au Maire de Dijon, Conseiller général de Côte d'Or (CN, 21), Marc MANCEL, Conseiller régional d'Ile-de-france, Délégué général de l'Espoir à Gauche (CN, 75), Béatrice MARRE, Ancienne Députée (CN, 12), Alexandre MEDVEDOWSKY, Conseiller Général du canton de Peyrolles (CN, 13), Bertrand MERTZ, Maire de Thionville, Conseiller général de la Moselle (CN, 57), Christine NIVOU, Conseillère régionale de PACA , Maire de Veynes (CN, 05), Alda PEREIRA-LEMAITRE (CN, 93), Michel TEYCHENNE, ancien Député Européen, Président du Groupe de gauche à la Mairie de Pamiers (CN, 09), Thierry TRÖEL (CN, 22), Catherine VEYSSY, Vice-Présidente du Conseil régional d'Aquitaine, Adjointe au Maire de Lormont (CN, 33)

Mohamed BOULAFRAD, Conseiller régional de Picardie,(CN suppl, 80),Eric DUBERTRAND, Conseiller régional d'Ile-de-france, (CN suppl, 95), Arnaud FONTAINE, Conseiller régional de Basse-Normandie (CN, suppl, 14), Christine FREY, Conseillère régionale d'Ile-de-france (CN, supp, 75), Michel GREGOIRE, Maire de la Roche-sur-Le- Buis, Vice-président du conseil régional de Rhône-Alpes, Conseiller général du canton de Buis-les-Baronnies (CN, suppl, 26), Christian MARTIN (CN suppl, 83) , Fernand PIETRI (CN, suppl, 13), Thierry PHILIP, Maire du 3ème arrondissement de Lyon, Conseiller général du Rhône, (CN, suppl, 69) Etienne POURCHER, Maire, Président du Groupe PS au Conseil Général des Vosges, (CN, suppl, 88), Philippe REYNAUD, Conseiller régional de Rhône-Alpes, (CN, suppl, 38), Flora SALADIN (CN,suppl, 75),Fleur SKRIVAN (CN, suppl, 13), Françoise TENNENBAUM, Maire adjointe de Dijon, (CN, suppl, 21), Maud de BOUTEILLER (CNC,13), Thierry COURSIN (CNC, 21), André GREZE (CNCF, 33), Sébastien PIETRASANTA, Maire d'Asnières, Conseiller régional d'Ile-de-france (BNA, 92), Romain PIGENEL (CNC, 75), Eduardo RIHAN-CYPEL, Conseiller régional d'Ile-de-france (BNA 77), Monique SALIOU, Adjointe au Maire du 3ème arrondissement (CNCF, 75), Denis SOMMER, Maire de Grand-Charmont (CNCF, 25)

Pascal BONNETAIN, Conseiller régional de Rhône-Alpes, Marie-Christine CARVALHO, Conseillère régionale d'Ile-de-France (91), Eugène CASELLI, Président de la Communauté urbaine Marseille Provence Métropole, Pascal DEMARTHE, Conseiller général de la Somme, Frédéric FILLION-QUIBEL, ancien Vice-Président du Conseil Régional de Picardie, Yann GALUT, ancien député, Vice-Président du Conseil général du Cher, Aurore GILLMANN, Conseillère régionale d'Ile-de-France (92), Alexandre POURCHON, Président du groupe socialiste du Conseil général du Puy de dôme, Marc WLUCZKA, Adjoint au Maire du 20e arrondissement, Marta GARCIA, Conseillère d'arrondissement 1 (75), Hervé SAULIGNAC, Vice-Président du Conseil Régional de Rhône-Alpes (07) 

CN : Conseil national (titulaire)
CN suppl : Conseil national (suppléant)
CNC : Commission nationale des conflits 
CNCF : Commission nationale de contrôle financier
BNA : Bureau national des adhésions 


Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 14:32

petitjou1


petitjou2go

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 16:35

evanga


evanb


Le président du Groupe de gauche, Michel Teychenné, a vivement réagi à l’arrivée de ces caravanes : « Il n’y a pas en Ariège d’aire de grand passage pouvant accueillir les Gens du Voyage. Pourtant la loi l’oblige, cela aurait dû être fait depuis 10 ans. Des subventions ont été perdues à cause de cela. C’est la Mairie de Pamiers, avec Jean-Paul Dedieu, qui préside le syndicat d’aménagement défaillant. Il y a deux ans, lors de la création par la Mairie de « l’aire provisoire illégale qui dure » à Trémège- Gabrielat, le groupe de Gauche avait déjà dénoncé cette situation. » Il poursuit: « Le syndicat d’aménagement de l’aire de grand passage doit cesser la politique de l’autruche et proposer un site d’implantation et un calendrier de travaux, ou le préfet, face à la défaillance des élus, doit agir à leur place, comme la loi l’autorise. »

Jean-Paul Dedieu, vice-président de la Communauté des communes, affirme justement qu’« on a réactivé le syndicat pour la création d’une aire de grand passage en Ariège ». D’ailleurs, non pas une mais deux aires devraient être créées : « la première entre Saverdun et Pamiers, et la seconde entre Varilhes et Foix ». Des zones géographiques plutôt larges, aussi le choix des communes est loin d’être arrêté. Idem pour les échéances. Néanmoins, Jean-Paul Dedieu se veut rassurant, rappelant que les missions évangélistes ne viennent pas pour la première fois. « Ça se passe très bien à chaque fois, et puis nous ne sommes pas les seules communes à être confrontées à cela… » Principe de précaution oblige, hier, les voitures de police et de gendarmerie étaient bien de sortie tout de même afin de vérifier que tout se passait parfaitement pour tout le monde.

 

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article