Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logodepeche140

logogaz140




 

20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 10:35
logodepeche140
Pamiers. Un arrière-goût de lacrymogène ...

conseil municipal

Le maire n'a pas hésité à s'entretenir individuellement avec ses opposants, en pleine séance./ Photo DDM, E.C.
Le maire n'a pas hésité à s'entretenir individuellement avec ses opposants, en pleine séance./ Photo DDM, E.C.
Le maire n'a pas hésité à s'entretenir individuellement avec ses opposants, en pleine séance./ Photo DDM, E.C.

Le ton est monté rapidement hier soir dans la salle du conseil, autour des prévisions budgétaires essentiellement. Beaucoup de débats, pour la plupart restés stériles.

« Je souhaite à tous une bonne année, et que nous travaillions dans la sérénité ». Ainsi André Trigano a-t-il ouvert la séance d'hier soir. Pourtant, la sérénité n'était pas vraiment à l'ordre du jour… Il faut dire que le groupe de gauche avait encore en travers de la gorge la visite perturbée et perturbante de Nicolas Sarkozy, mardi. Le ton est monté dès le début, avec l'examen des orientations budgétaires, que n'a pas manqué de critiquer l'opposition, pointant du doigt la dette de la commune. « La dette augmente, l'épargne diminue… après nous le déluge ? » a lancé Dominique Castagne. Mais André Trigano, toujours rassurant sur ce point, a maintenu que la dette restait stable. « On a réduit certains investissements, restent les frais de fonctionnement, mais il n'est pas question de licencier ou de ne pas replacer des départs à la retraite. Et les taux n'augmenteront pas, comme ils n'ont pas augmenté depuis 2004. » Là, Michel Teychenné s'est empressé de donner sa version : « Certes, concernant Pamiers, ils n'ont pas augmenté. Par contre, la communauté des communes a pris 18 % en deux ans. » Et d'enchaîner avec l'un de ses chevaux de bataille, le transfert de certaines compétences de la ville de Pamiers à la communauté des communes. « On finance les équipements qui servent à tous, comme la piscine, la médiathèque, l'école de musique. C'est insupportable pour les Appaméens ! » Le débat s'est enflammé, le maire tentant absolument de donner les chiffres témoignant de la croissance économique de Pamiers, Michel Teychenné ne parvenant pas à le faire répondre à ses questions. Les « laissez-moi finir ! » se sont transformés en « taisez-vous ! », qui finalement n'ont pas vraiment permis d'aboutir à une discussion constructive.

Les accrochages ont continué, notamment avec le projet de navettes en centre-ville, puis le dossier « gravières » à Gabrielat. Hubert Lopez a ensuite exposé le projet de cession de la place des Abattoirs pour un projet immobilier. Michel Teychenné s'est offusqué du fait qu'il n'y ait pas eu de commission à ce propos, reprochant à la majorité d'agir dans le dos de l'opposition. Puis, la tension est montée un peu plus encore lorsqu'il a fait remarquer que sur la convention d'acquisition de ce bien était mentionnée la ville de Lavelanet et non de Pamiers… Et de se lever, prenant les journalistes à parti. Entrant dans son jeu, le maire l'a immédiatement imité, montrant à la presse que le document avait bien été établi par la ville de Pamiers. Rires des uns, agacement des autres, voir exaspération chez Hubert Lopez qui a manqué de quitter les lieux. Pour au final peu de débats idéologiques… Sans doute est-ce Gérard Legrand qui aura eu le mot le plus juste, lorsque, abordant le futur statut d'entrepreneur du spectacle que le maire va obtenir pour la gestion du complexe La Roue, il a lancé : « la licence de spectacle, c'est ici qu'il la faudrait, ce soir ! »


Les lacrymogènes « regrettables »

En début de séance, Michel Teychenné a dénoncé les agissements des forces de l'ordre durant la manifestation des anti-Sarkozy, mardi, faisant même passer dans l'assemblée l'une des balles de caoutchouc que certains ont reçu. André Trigano a répondu en ces mots : « Je désapprouve totalement la violence d'où qu'elle vienne et d'où qu'elle soit. La manifestation devait se dérouler calmement, c'est très dommageable et regrettable que ça se soit fini ainsi. Ma position personnelle est que la violence n'apporte rien. Mais je n'ai pas en m'en excuser, car tout cela est au-delà des préoccupations de la commune. »

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 10:30

VISITE DE SARKOZY A PAMIERS

occupa.jpg

Pendant que le candidat-président arrivait aux Pujols mardi à 11 heures, les representants des collectifs contre les gravières et l’arrivée de Denjean Granulats à Gabrièlat avec les élus du groupe de gauche ont occupé pacifiquement la cour de la Mairie.

Une piqure de rappel, pour dire que le massacre des terres agricoles en Basse-Ariège doit cesser et que Denjean Granulat n’a rien a faire à Gabriélat... aux frais du contribuable en plus!

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 21:00

PUBLIÉ LE 19/01/2012 09:12 | LA DÉPÊCHE DU MIDI

Pamiers. Gravières : c'est toujours non !

manifestation devant la mairie

Juste avant de rejoindre le cortège d'anti-Sarkozy, les militants se sont regroupés dans la cour de la mairie./ Photo DDm, S.L.
Juste avant de rejoindre le cortège d'anti-Sarkozy, les militants se sont regroupés dans la cour de la mairie./ Photo DDm, S.L.
Juste avant de rejoindre le cortège d'anti-Sarkozy, les militants se sont regroupés dans la cour de la mairie./ Photo DDm, S.L.

Le message était plus que clair, mardi matin. En marge de la visite de Nicolas Sarkozy, les élus de l'opposition et les membres du collectif contre le chargement de gravières à Trémège se sont mobilisés dans la cour de la mairie. A l'occasion des vœux au monde rural adressés par le Président de la République, les militants n'ont pas manqué de rappeler qu'en basse-Ariège, «les terres agricoles sont progressivement transformées en gravières. Beaucoup d'agriculteurs ont vendus leurs terres face aux propositions très alléchantes des grands entrepreneurs. Nous sommes venus dénoncer ce processus qui prend de plus en plus d'ampleur et fait extrêmement de mal aux agriculteurs», soutient Jean-Louis Bertand, ancien maire de Saverdun et investi corps et âme dans ce combat pour la préservation de ces terres.

Les Trémégeois de poursuivre: «En plus, nous refusons de subir les nuisances liées au futur chargement des granulats dans notre village, qui vont être entraînées par la construction de l'embranchement ferré.» Thierry Fraysse, à la tête du collectif de riverains, n'est pas dupe: «Certes, les trains circuleront la nuit, mais c'est en journée que les trémis seront déversés dans les wagons, ce qui engendrera énormément de bruit et de poussière.»

Des doléances qu'ils ne sont pas prêts d'abandonner, même si elles ont été formulées, mardi, bien loin des oreilles du Président de la République...


Partager cet article
Repost0
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 08:18

SARKO-SHOW : CA COGNE A PAMIERS!

logolib140

Deux articles de Libération Toulouse

SARKOZY POUR LES UNS,
GAZ LACRYMOGENES POUR LES AUTRES


sarkopamiers.JPG
Rien vu de la manifestation, rien senti non plus, Sarkozy heureux comme un président en Ariège.


Il y a les Ariégeois qui étaient invités à écouter Nicolas Sarkozy au gymnase Rijole de Pamiers ce mardi 17 janvier. Et ceux qui se sont fait gazer par les CRS à plus d'un kilomètre de là.

Midi est passé, le président parle encore, présentant ses vœux au monde rural. Réunis dans un rassemblement autorisé sur une place de la ville, quelque 500 élus de gauche, dont le président du Conseil général Augustin Bonrepaux, syndicalistes et autres appaméens jeunes et vieux décident, pour le symbole, de se rapprocher du cordon de CRS qui protége un très large périmètre présidentiel.

C'est la conseillère municipale de gauche Annie Facceti qui s'en souviendra. Le projectile plastique qui l'a atteinte à la hanche devrait produire un bel hématome bleu.

«Pas de contact, aucune attitude vindicative, l'atmosphère était bon enfant», résume un participant. «Les CRS nous ont d'abord demandé de revenir en arrière. Puis ont fait les sommations et ont tout de suite tiré des gaz lacrymogènes», reprend l'élu PS Michel Teychenné.

Ce dernier a gardé un des projectiles reçus, «une sorte de balle carrée en caoutchouc noir», décrit-il. Il entend le montrer à tous lors du prochain conseil municipal de Pamiers ce jeudi.


LA GAUCHE PRIVEE DE NICOLAS SARKOZY A PAMIERS

projectile2-copie-1.JPG
Dominique Castagné, Michel Teychenné et Bernadette Subra-Suard du Groupe de gauche

Le président Nicolas Sarkozy n'est pas encore arrivé à Pamiers qu'une polémique s'ouvre déjà. Pour s'en réjouir ou pour s'en plaindre, les uns et les autres ont fait le décompte des chefs de l'État de la V° République qui ont daigné honorer l'Ariège de leur visite. 

Celle de ce mardi 17 janvier se distinguera au moins par cette drôle de manière de faire du maire de la ville visitée. André Trigano aurait tout simplement oublié d'inviter les élus du groupe de gauche de sa municipalité aux festivités. Lesquels réagissent tout de suite :

" Les élus du Groupe de gauche constatent qu’ils n’ont pas été conviés par le maire de Pamiers à l’accueil du Président de la République dans les locaux municipaux de Las Parrets à l’occasion de sa visite de la cantine et du centre de loisir municipal. Ce comportement est contraire à toutes les traditions républicaines et aux règles minimales de la courtoisie et du respect démocratique.

Nous regrettons ce comportement sectaire des élus de la majorité de droite à Pamiers. Par contre, nous ne participerons pas au meeting politique du candidat-président, salle de la Rijole malgré l’invitation pressante de la préfecture. Nous condamnons avec force l’utilisation des moyens de l’Etat et de la Mairie au service du candidat Sarkozy pour sa campagne présidentielle. "

Signé: Les élus du Groupe de gauche - Michel Teychenné, Dominique Castagné, Annie Fachetti, Émile Franco, Catherine Galvez-Quintart, Bernadette Subra-Suard 

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 09:07
PUBLIÉ LE 14/01/2012 07:58 | J.-PH.C.
Le 17/01/2012
Quand le département se prépare à recevoir Nicolas Sarkozy

enquête

Lors de la visite du Président de la République dans le Gers, à la fin du mois de novembre dernnier. / Photo DDM, Nedir Debbiche.
Lors de la visite du Président de la République dans le Gers, à la fin du mois de novembre dernnier. / Photo DDM, Nedir Debbiche.
Lors de la visite du Président de la République dans le Gers, à la fin du mois de novembre dernnier. / Photo DDM, Nedir Debbiche.

L'Ariège s'apprête à accueillir le Président de la République : Nicolas Sarkozy est attendu mardi, à Pamiers. Petit tour d'horizon de préparatifs qui vont en s'accélérant.

7 000 invités > Pour venir à la Rijole. C'est en tout cas ce qui se dit. Élus, professions libérales, monde enseignant, monde rural de A à Z, décideurs de tous horizons, l'Élysée, puissance invitante a ratissé large pour cette opération en Ariège. O n attend environ 2 500 personnes en retour à la Rijole.

Des invités très convoités > Relancés par téléphone. Les élus ariégeois invités à venir assister au meeting de Président de la République, à la Rijole, comme l'ensemble des forces vives, sont relancés systématiquement en l'absence de réponse. « Jusqu'à deux à trois fois dans la même journée », affirme un interlocuteur de notre journal. « A la préfecture, ils sont mobilisés au téléphone », prétend un second. La préfecture confirme : « question d'organisation de la journée et de gestion des flux d'invités », explique-t-on.

Circulation > Pamiers restera accessible. C'est la promesse des services d'ordre, pour la circulation ce mardi : la ville restera accessible, sauf dans certains secteurs bien déterminés, aux alentours de Las Parets et de la Rijole.

Accueil aux pujols > Le maire et le préfet. C'est le maire de Les Pujols, Alain Fauré, et le préfet de l'Ariège qui accueilleront officiellement le Président de la République à sa descente d'avion à l'aérodrome de Pamiers les Pujols. Par contre dès l'arrivée à Las Parets, Nicolas Sarkozy sera accueilli par le maire, André Trigano, qui devrait être entouré des élus suivants s'ils répondent à l'invitation : les trois parlementaires (le sénateur et les deux députés de l'Ariège), le président du conseil général, le président de région. Nicolas Sarkozy entrera de plain-pied avec la réalité économique ariégeoise grâce une plateforme des produits de l'Ariège installéé à cet endroit.

La rijole > Le parking refait. Aux moquettes neuves de Las Parets vient s'ajouter le goudron tout frais du parking de la Rijole, qui vient d'être refait. De quoi susciter, on s'en doute, quelques railleries dans les rangs de l'opposition appaméennes, qui réclamait ce petit lifting depuis longtemps. Michel Teychenné en rit encore : « On devrait calquer le parcours du Président sur la carte des travaux urgents à réaliser à Pamiers » !

Manif > A Pamiers. Dans le cadre du off on annonce en ville une manifestation à l'occasion de la venue à Pamiers de Nicolas Sarkozy. C GT, CFDT, FSU, Solidaires, UNSA ont en effet appelé au rassemblement à partir de 11 heures, place Sainte-Hélène.

Et le programme précis > Les détails encore flous. Le programme précis du programme de cette visite n'a pas encore été officialisé par la présidence de la République. Pire : le communique officiel annonçant cette visite n'a pas été diffusé. Et si…. il ne venait pas ?

Oubliés ? > Mécontentement silencieux au 1er RCP. Le régiment appaméen ne figure pas au nombre des haltes prévues sur le parcours de la visite présidentielle, alors qu'il se trouve sur le chemin… et que le 1er RCP a payé un lourd tribut, on le sait, au cours du conflit afghan. Il y aurait donc comme de la grogne au sein du régiment, et une halte serait à l'étude.

Circulez ! > Il y aura à voir…. Même si l'on assure que la circulation et l'accès au périmètre sécurisé établi autour de la Rijole ne seront interrompus qu'au dernier moment, beaucoup ont opté pour ne pas se hasarder dans le secteur au moment crucial. Certaines entreprises de la zone auraient décidé de tirer le rideau, pour éviter toute complication dans leur activité, durant cette visite présidentielle.

Agriculture > La vitrine. Les produits ariégeois seront à l'honneur de cette visite présidentielle. Nicolas Sarkozy pourra voir, apprécier et même goûter les produits des terroirs d'Ariège. Au niveau cheptel, le Président de la République verra des Gasconnes, des Tarasconnaises et même une jument Merens.

Nettoyage > Foix ne prêtera pas sa machine à effacer les graffitis. Sollicitée par les organisateurs du voyage présidentiel, la ville de Foix ne prêtera pas sa machine à effacer les graffitis qui pourraient offenser le cheminement du président de la République. Aucune mauvaise volonté là derrière : la machine aurait tout simplement un problème de fonctionnement.

Vœux au monde rural > Bonrepaux avec 24 heures d'avance. Le président du conseil général présentera lundi, aux Pujols, ses propres vœux au monde rural. La ruralité, c'est justement le thème du voyage présidentiel. Le président du conseil général prend ainsi 24 heures d'avance sur le Président de la République. Simple hasard de calendrier ? Fait exprès ? En tout cas, c'est bien joué.

Cocon > Une loge à la Rijole. Les vestiaires du gymnase ont été partiellement démontés afin de mettre en place, à la Rijole, une loge où le Président de la République pourra prendre un peu de repos, avant ou après son meeting.


Les forces de l'ordre sur le qui-vive

Pas de jours de congés, ou de récupération,jusqu'à mardi inclus: tout le monde doit être sur le pont, policiers et gendarmes confondus. La visite du Président de la République, c'est aussi et surtout une question de sécurité: «C'est le premier service d'ordre de l'Etat, une préparation lourde et complexe», admet Michel Pages, directeur départemental de la sécurité publique. De gros renforts sont attendus de Paris pour renforcer les effectifs ariégeois. Pas de chiffres, mais un rappel très précis: si la manifestation de la place Sainte-Hélène est bien autorisée, aucun cortège ne sera admis, et aucun chahut ne sera toléré. «Ce serait la meilleur manière de finir au tribunal», prévient Michel Pagès, avec fermeté.


A la Rijole on pose la moquette

Une noria de camions, de camionnettes. cela fait des jours que cela dure. On travaille d'arrache pied sur des raccordements électriques (au moins pas de panne), des travaux de sols, d'embellissement. Bref à la Rijole la fourmilière s'active pour transformer une salle de sport standard en salle de réception taille XXL. Il faut dire que depuis que l'on parle à Pamiers de la nécessité d'une telle salle, la venue de Nicolas Sarkozy souligne à quel point on peut en manquer. En attendant pour rendre cette bonne vieille Rijole acceptable, il aura fallu enlever toutes les publicités des sponsors du basket et du hand, changer les rideaux fatigués, poser une moquette car le parquet de la salle va devoir accueillir environ 2 500 personnes. Si au moins la moitié des invités répond au carton que nombre d'élus, en Ariège ont déjà reçu depuis le milieu de la semaine. Mais comme il faut être « net » autour des oreilles, tous les abords de la salle, parkings et voies d'accès ont été regoudronnés. Cerise sur le gâteau, on a aussi installé de nombreux porte-drapeaux, qui n'y étaient pas auparavant car bien entendu, la Rijole devra pavoiser sans rechigner pour recevoir le Président de la République.

 
Imprimer  Envoyer à un ami  Partager sur Facebook  Flux RSS  Augmenter la taille  Diminuer la taille
Partager cet article
Repost0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 09:37

logodepeche.jpg
Pamiers 
et sa région

PUBLIÉ LE 10/01/2012 07:50 - MODIFIÉ LE 10/01/2012 À 08:06 | J.-PH.C.
Pamiers-Foix : "Je t'aime, moi non plus… "

coopération urbaine au long de la RN 20

Pamiers-Foix : « Je t'aime, moi non plus… »
Pamiers-Foix : « Je t'aime, moi non plus… »
Pamiers-Foix : « Je t'aime, moi non plus… »

Jean-Noël Fondeyre indiquait vendredi, dans « La Dépêche du Midi », que la continuité urbaine qui se faisait peu à peu entre Foix et Pamiers plaidait pour un rapprochement entre les deux cités, par l'intermédiaire de l'élaboration du dossier de SCOT. Une option, à son avis, « indispensable dans un département de 150 000 habitants, soit une ville moyenne… Aujourd'hui, Foix et Pamiers, on est des nains. Rassemblés, on arrivera à 35 000 à 40 000 habitants. ça devient plus conséquent. On peut mutualiser les équipements, les services, le transport

[…] Pamiers n'était pas d'accord, j'espère que cela changera. ». André Trigano à la lecture de cette déclaration nous a confié sa surprise, car on ne lui aurait rien « proposé jusqu'à présent » officiellement s'entend. Toutefois, le maire de Pamiers, ne rejette pas la proposition, ne faisant pas obstacle à une idée de coopération : « Pourquoi pas, mais pas de Foix à Pamiers, mais de Foix ou de Tarascon jusqu'à Saverdun, car Pamiers est une ville tournée vers la Basse-Ariège. Il faut rester ouvert vers la Haute-Garonne. Et puis si l'on doit faire des choses en commun, il faut voir aussi ce que chacun met dans la dot ! » Curieusement, et sans que les choses aient été liées, l'opposition de gauche au conseil municipal de Pamiers par la voie de Michel Teychenné dans nos mêmes colonnes samedi, disait des choses semblables tout en les nuançant, en commentant le projet de SCOT. Il faisait preuve de circonspection notamment sur le projet de « création d'une « Zone Unique » près du CHIVA qui rassemblera les futurs grands équipements.[…] Plutôt que de créer un pôle artificiel dit « Zone Unique », il vaudrait mieux répartir les « futurs grands projets » entre les villes de Foix et Pamiers, en privilégiant le développement complémentaire de ces deux villes pôles[…] La Ville de Pamiers a déjà perdu l'hôpital, le tribunal[…] La Scène Nationale, le CHIVA et le futur tribunal sont sur la Communauté des Communes de Foix. Si demain se crée la « Zone Unique » avec cinéma multiplex, Palais des congrès, même un Zénith, etc., Pamiers ne deviendra alors qu'une triste ville-dortoir doublée d'une ville parking ! On saura qui remercier… » En l'occurrence il pointait le doigt en direction d'André Trigano qui pour l'instant a donné son aval au projet de SCOT. Mais on le voit, la question première est de savoir quels seront les chemins institutionnels qui devront mettre en œuvre cette nécessaire coopération. Et là c'est plus compliqué…


Foix-Pamiers : l'inévitable rapprochement

Une agglo Pamiers-Foix ? Elle est en train de naître de son propre chef, le développement économique, la démographie à travers les migrations de la montagne vers la plaine, ou d'ailleurs en France, font que se constitue une agglomération « naturelle » le long de la RN 20. La forme à lui donner administrativement est affaire de politiques, et de susceptibilités politiques. Faut-il parler de Foix-Pamiers ou de Pamiers-Foix ? L'histoire repasse les plats, la dualité du développement se poursuit. Mais jamais les élus n'auront eu à ce point l'épée dans les reins…

 
Partager cet article
Repost0
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 11:53

gdgscot.jpg

Le 16 décembre, au lendemain du conseil municipal de Pamiers et sans que celui-ci en ait été informé, le maire-président faisait voter à la « va vite » par la Communauté des Communes ses choix majeurs pour l’avenir et ses grandes orientations à inscrire dans le futur Schéma de Cohérence Territorial (SCOT) de la Vallée de l’Ariège.

Cette délibération d’une dizaine de pages est un inventaire à la « Prévert » d’actions diverses déjà réalisées ou en cours de réalisation, qui n’ont pas leur place dans ce type de document . On y retrouve aussi tout et son contraire à quelques lignes de distance, le tout enrobé dans un jargon technocratique pour faire sérieux. Nous regrettons que ce texte bâclé, bien que très important, n’ait pas été débattu en conseil municipal, la veille, excluant ainsi de ces choix la grande majorité des élus municipaux.

Le Maire-Président et ses adjoints-vice-présidents, en faisant passer en catimini leur « vision de l’avenir », ne se sont pas grandis, d’autant que cette délibération commence par un pieux mais vrai mensonge : 

« La Communauté de Communes rappelle que la réalisation d’un SCOT n’obéissait à aucune contrainte réglementaire sur la vallée de l’Ariège. A ce titre l’engagement du territoire appaméen s’est fait sur la base du postulat majeur que le SCOT doit rester un document peu prescriptif pour les collectivités. »

En effet, beau mensonge que ce « postulat majeur ». Le maire et ses adjoints savent très bien que le Schéma de Cohérence Territorial (SCOT) est un super Plan Local d’Urbanisme, qui s’impose par la loi aux PLU communaux. Un SCOT est prescriptif c’est sa fonction légale. Ce « postulat majeur » est une façon peu correcte de désinformer les élus de la CCPP...

Au-delà du problème de méthode, cette délibération confirme malheureusement les mauvais choix d’aménagement de l’actuelle majorité municipale, pour Pamiers et pour son agglomération.

Cette délibération comporte trois fautes lourdes de conséquences, un oubli coupable et une « énormité » dont on ne sait si c’est l’amateurisme ou l’incompétence qui l’ont provoquée :

L’énormité, d’abord, c’est la création de la zone commerciale de « devant mouchet » d’une surface globale de 15 hectares à Pamiers. Elle est présentée comme un projet à inscrire au SCOT dans cette délibération, avec la zone commerciale de La Tour du Crieu. En effet, la majorité municipale, consciente que le groupe de gauche avait raison de dénoncer le manque de terrains commerciaux à Pamiers et ne voulant pas être taxée de « déménager le territoire » à La Tour du Crieu en matière de développement commercial, a fait voter à la CCPP... le projet d’une zone commerciale à « devant mouchet » (terrain situé chemin de Baudet, le long de la voie rapide...). Mais elle a oublié de dire que ces terrains sont classés en zone non-commerciale au PLU de Pamiers (zone AU 3b) réservée à l’habitat résidentiel, que les accès sont très difficiles, la voirie défaillante et réduite, de plus le rond-point d’accès est déjà saturé. Au mieux, le nouveau PLU pouvant modifier la vocation de ces terrains ne sera débattu et voté qu’en juin 2013... De plus, aucune étude n’a été menée, puisque les cabinets d’étude chargés du futur PLU n’ont pas encore été choisis!Enfin la municipalité de maitrise quasiment pas le foncier pour réaliser cette zone commerciale. Une énormité donc ,ou comment faire voter en CCPP une décision qui relève du seul conseil municipal de Pamiers, sans le consulter, voire même l’informer... C’est un déni de démocratie et un bricolage illégal, le maire n’ayant pas de mandat du conseil municipal, ni les terrains pour faire voter cette zone commerciale par la CCPP. On croit rêver !

Les trois fautes lourdes de conséquences maintenant :

Première faute : Priorité est donnée à la création de la zone commerciale des Mandrous sur 45 hectares à La Tour du Crieu... Une zone en concurrence directe avec le commerce appaméen, et d’une superficie qui correspond à la totalité des zones commerciales existantes à Pamiers et Saint-Jean du Falga... Un très mauvais coup pour le commerce appaméen et aussi pour la maîtrise de l’étalement urbain...

Deuxième faute : La création d’une “Zone Unique “ à proximité du CHIVA qui rassemblera les futurs grands équipements. Je cite :

« La création d’une Zone Unique sur le territoire du SCOT regroupant différents équipements structurants (salle polyvalente de type Zénith, complexe sportif, palais des congrès, complexe cinématographique...) »  Sans d’ailleurs préciser qui financera ces équipements et comment, la CCPP refusant la création d’une « communauté d’agglomération » pour remplacer les communautés de communes, proposition prématurée et peu adaptée aujourd'hui– point sur lequel nous sommes d’accord, comme nous approuvons globalement les orientations concernant le développement économique dans cette délibération.

Troisième faute : Aucune réflexion ni proposition sur le problème des transports collectifs, juste pour le « transport à la demande » évoqué pour la CCPP, alors que le dossier des transports collectifs est un enjeu central pour l’aménagement futur du territoire appaméen et de l’agglomération urbaine Pamiers-Foix .

L’oubli coupable enfin :

Aucune référence n’est faite à la demande du “gel des terres”, des centaines hectares de terre agricole, dans le triangle Saverdun-Mazères-Pamiers, terrain réservé au projet fumeux de déménager l’aéroport de Blagnac en Basse- Ariège. Ce projet est porté par l’ANATAP,  feu le CAPI et le président UMP de la chambre de commerce 09. Blagnac n’est pas saturé. C’est un projet financièrement délirant et techniquement infaisable. Il n’a aucune chance d’aboutir car ce site est trop excentré et ne sera pas directement connecté aux futures LGV si un jour lointain, il fallait envisager un nouvel aéroport. Par contre, il stigmatisera le triangle S.M.P comme une zone à problèmes, comme un territoire à l’avenir incertain, et pénalisera notre développement futur, notre qualité de vie et notre développement durable. Nous condamnons cet oubli volontaire, d’autant que le Maire-président s’est plusieurs fois exprimé publiquement en faveur du gel des terres en Basse-Ariège.

Le Maire-Président et ses adjoints-vice-présidents continuent à prendre des décisions qui vont vider Pamiers de ses activités vitales : La zone commerciale des Mandrous ou la « Zone Unique » et le « gel des terres » sont des aberrations en terme d’aménagement du territoire, qui affaibliront gravement Pamiers dans l’avenir.

Les propositions du Groupe de gauche

Plutôt que de créer un pôle artificiel dit « Zone Unique », il vaudrait mieux répartir les « futurs grands projets » entre les agglomérations des villes de Foix et Pamiers, en privilégiant le développement complémentaire de ces deux villes-pôles. Le développement bipolaire de l’agglomération doit être la doxa du SCOT, et non le « no mans land » de la « zone unique ». L’articulation entre ces deux villes-pôles et leurs agglomérations doit donner la priorité à la mise en place de transports en commun. Nous demandons que le conseil municipal de Pamiers et la CCPP s’opposent fermement au gel des terres pour le projet de l’ANATAP et qu’elles s’engagent clairement pour un choix de développement écologique et durable pour la Basse-Ariège.

La Ville de Pamiers a déjà perdu l’hôpital, le tribunal, de nombreux commerces en centre-ville, etc. Il ne reste plus qu’un seul cinéma. La Scène Nationale, le CHIVA et le futur tribunal sont sur la Communauté des Communes de Foix. Si demain se crée la « Zone Unique » avec cinéma multiplex, Palais des congrès, même un Zénith, etc., Pamiers ne deviendra alors qu’une triste ville-dortoir doublée d’une ville- parking! On saura qui remercier ... 

 delibscot.jpg

logodepeche140 

PUBLIÉ LE 07/01/2012 03:50 | J.-PH.C.
SCOT: la gauche veut un vrai débat

politique

BerBernard Seignan défend son club de plaine, qui rivalise facilement avec les montagnards./Photos DDM, L.P.
BerBernard Seignan défend son club de plaine, qui rivalise facilement avec les montagnards./Photos DDM, L.P.
BerBernard Seignan défend son club de plaine, qui rivalise facilement avec les montagnards./Photos DDM, L.P.

Le groupe de gauche au conseil municipal, emmené par Michel Teychenné ouvre le dossier du SCOT. Un reproche : le manque de débat autour de ce projet directeur de territoire. « Le 16 décembre, au lendemain du conseil municipal de Pamiers et sans que celui-ci en ait été informé, le maire-président faisait voter à la « va vite » par la Communauté des Communes ses choix majeurs pour l'avenir à inscrire dans le futur Schéma de Cohérence Territorial (SCOT) de la Vallée de l'Ariège » observe Michel Teychenné qui qualifie cette délibération «d'inventaire à la « Prévert ». « Nous regrettons que ce texte bâclé n'ait pas été débattu en conseil municipal, la veille » explique Michel Teychenné. Il dénonce d'abord « une énormité », la création de la zone commerciale de « devant Mouchet » 15 hectares à Pamiers, « présentée comme un projet à inscrire au SCOT avec la zone commerciale de La Tour du Crieu. Mais ces terrains sont classés en zone non-commerciale au PLU de Pamiers réservée à l'habitat résidentiel, les accès sont très difficiles, la voirie défaillante et réduite, le rond-point d'accès est déjà saturé.» L'opposition relève ensuite trois fautes lourdes : la création de la zone commerciale des Mandrous à La Tour du Crieu, « en concurrence directe avec le commerce appaméen, aussi vaste que la totalité des zones commerciales existantes à Pamiers et Saint-Jean du Falga… Un très mauvais coup pour le commerce appaméen. » Ensuite la création d'une « Zone Unique » près du CHIVA qui rassemblera les futurs grands équipements (salle polyvalente de type Zénith, complexe sportif, palais des congrès, complexe cinématographique…) « Ce document ne précise pas qui financera ces équipements et comment, la CCPP refusant la création d'une « communauté d'agglomération » pour remplacer les communautés de communes - point sur lequel nous sommes d'accord, comme nous approuvons globalement les orientations concernant le développement économique dans cette délibération. » ajoutent les élus de gauche.

Troisième erreur : « Aucune réflexion ni proposition sur le problème des transports collectifs un enjeu central pour l'aménagement futur du territoire appaméen et de l'agglomération urbaine Pamiers-Foix. »

Le groupe de gauche évoque aussi un oubli coupable : « Aucune référence n'est faite à la demande du gel des terres, dans le triangle Saverdun-Mazères-Pamiers, terrain réservé au projet fumeux de déménager l'aéroport de Blagnac en Basse- Ariège. Blagnac n'est pas saturé. C'est un projet financièrement délirant et techniquement infaisablequi n'a aucune chance d'aboutir.»

Des propositions

Après les critiques, les propositions : « Plutôt que de créer un pôle artificiel dit « Zone Unique », il vaudrait mieux répartir les « futurs grands projets » entre les villes de Foix et Pamiers, en privilégiant le développement complémentaire de ces deux villes pôles. On doit donner la priorité à la mise en place de transports en commun » Pour Michel Teychenné et ses amis « le conseil municipal de Pamiers et la CCPP doivent s'opposer fermement au gel des terres pour le projet de l'ANATAP et qu'elles s'engagent clairement pour un choix de développement écologique. La Ville de Pamiers a déjà perdu l'hôpital, le tribunal, de nombreux commerces en centre-ville, etc. Il ne reste plus qu'un seul cinéma. La Scène Nationale, le CHIVA et le futur tribunal sont sur la Communauté des Communes de Foix. Si demain se crée la « Zone Unique » avec cinéma multiplex, Palais des congrès, même un Zénith, etc., Pamiers ne deviendra alors qu'une triste ville-dortoir doublée d'une ville- parking ! On saura qui remercier… »

 
Partager cet article
Repost0
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 12:08

sarkopam.jpg

sarkopamphoto.jpg   A trois mois des élections des élections présidentielles, le candidat-président Nicolas Sarkozy se souvient que l’Ariège existe.

A l’invitation personnelle d’André Trigano, il sera à Pamiers le 17 janvier dans le cadre de sa campagne électorale payée aux frais des contribuables.


Les élus de gauche de Pamiers seront vigilants au respect des règles républicaines, et attentifs à ce que les finances et les personnels municipaux ne soient pas utilisés à des fins partisanes.

Michel Teychenné
Groupe de gauche

 

Pamiers et sa région

PUBLIÉ LE 06/01/2012 09:27 | J.-PH.C.
Nicolas Sarkozy viendrait à Pamiers le 17 janvier

président ou candidat ?

Ils se sont rencontrés en fin d'année, à l'occasion de la remise des insignes de commandeur de l'ordre national du mérite à André Trigano.
Ils se sont rencontrés en fin d'année, à l'occasion de la remise des insignes de commandeur de l'ordre national du mérite à André Trigano.
Ils se sont rencontrés en fin d'année, à l'occasion de la remise des insignes de commandeur de l'ordre national du mérite à André Trigano.

La nouvelle gonfle avec les jours mais elle n'a pas encore recueilli de confirmation officielle au niveau de la préfecture : le président de la République et virtuellement candidat à sa succession, Nicolas Sarkozy, devrait être à Pamiers le 17 janvier prochain. La préfecture pour l'instant évoque la possibilité de cette visite, sans toutefois la valider. Elle reste bien entendu soumise aux aléas du calendrier présidentiel dans une actualité chargée, mais si elle se confirmait, elle devrait se cantonner à la basse-Ariège. On parle d'une arrivée du président en fin de matinée à l'aérodrome de Pamiers les Pujols, d'où Nicolas Sarkozy se rendrait à la cantine bio de Las Parets. De là, il irait animer un meeting à la salle de la Rijole, une adresse à la ruralité.

Y a-t-il eu invitation ?

On ne sait à la vérité, d'où est partie l'idée de ce déplacement en Ariège. Y a-t-il eu une invitation ? Michel Teychené, l'opposant en titre à André Trigano à la mairie de Pamiers en fait le grain à moudre de son blog : « A trois mois des élections présidentielles, le candidat-président Nicolas Sarkozy se souvient que l'Ariège existe. À l'invitation personnelle d'André Trigano, il sera à Pamiers le 17 janvier dans le cadre de sa campagne électorale payée aux frais des contribuables » Voilà ce que l'on peut y lire. André Trigano mi-figue, mi-raisin, faisait observer hier qu'il venait d'apprendre « que le représentant du groupe minoritaire communique au sujet d'une éventuelle visite du Président de la République […] à l'invitation personnelle d'André Trigano, ce qui n'est pas le cas. Si cette information devait être confirmée je m'en réjouirais car c'est un immense honneur pour un maire de recevoir le Président de la République en exercice et nous le recevrions avec les honneurs qui sont dûs au Président démocratiquement élu. Par contre j'inviterai avec grand plaisir le Président de la République à venir visiter la zone de Gabrielat, connaissant ses préoccupations et l'intérêt qu'il porte à la création d'entreprises et d'emploi ». Qu'en termes choisis ces choses sont dites. On peut sans grand risque réserver le 17 à l'agenda…

 

 

Nicolas Sarkozy est annoncé en visite en Ariège le 17 janvier prochain. Il devrait notamment se rendre à Pamiers à l’invitation du maire André Trigano. Son opposant, le socialiste Michel Teychenné évoque, ironique « un candidat-président Nicolas Sarkozy qui se souvient que l’Ariège existe. A moins de 3 mois de l’élection présidentielle. » Mais plus grave pour Teychenné « Sarkozy sera à Pamiers le 17 janvier dans le cadre de sa campagne électorale payée aux frais des contribuables« .

« Les élus de gauche de Pamiers seront vigilants au respect des règles républicaines, et attentifs à ce que les finances et les personnels municipaux ne soient pas utilisés à des fins partisanes » a indiqué sur son blog le conseiller municipal socialiste de Pamiers.

 
Partager cet article
Repost0
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 12:32

BONNE ET HEUREUSE ANNEE A TOUTES ET A TOUS. POUR PAMIERS ET POUR LA FRANCE : QU'ELLE SOIT L'ANNEE DU CHANGEMENT!

Les élus du Groupe de gauche présentent aux Appaméennes et Appaméens leurs meilleurs voeux pour 2012. Que cette année nouvelle soit une bonne année pour notre Ville et ses habitants.

Dans la situation difficile que nous subissons, la crise frappe durement les plus faibles, mais touche aujourd’hui aussi les classes moyennes. Pamiers n’est pas une ville riche. 55 % des Appaméens sont non imposables, et seuls 45 % sont propriétaires de leur logement. Le nombre de logements indignes ou vacants dépasse les 1 400. Enfin, le chômage à Pamiers est plus élevé qu’ailleurs. Ce sombre tableau, c’est l’INSEE qui le dresse dans son dernier rapport. Il est légèrement corrigé par l’augmentation de la population (16 450 habitants selon l’INSEE), mais la croissance de la population ne doit pas se faire au détriment de la qualité de vie et ne peut être un objectif prioritaire, comme c’est le cas aujourd’hui, pour compenser la perte de ressources financières de la municipalité, comme la Taxe professionnelle qu’acquittaient les entreprises avant sa suppression.

Pour 2012, nous souhaitons à tous nos concitoyens de Pamiers de mieux vivre ensemble, avec plus de solidarité, de justice, de respect, de bonheur, ainsi que de réussites personnelles et collectives.

Michel Teychenné
Président du Groupe de Gauche

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 16:37

Meilleurs-Voeux-2012-BLOG.jpg

Partager cet article
Repost0