Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logodepeche140

logogaz140




 

23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 08:45

LETTRE OUVERTE AUX APPAMÉENNES ET APPAMÉEENS
Ou quand Bruno Lavielle conseillait André Trigano.

Qui se souvient qu’en octobre 2008, salle du conseil municipal, le maire de Pamiers et ses adjoints recevaient en grandes pompes la direction du CAPI et son désormais célèbre secrétaire général, Bruno Lavielle?

 
Bruno Lavielle conseillait à l’époque André Trigano. Après lui avoir présenté le promoteur de parc logistique Urban Estate, il a convaincu le maire de se lancer dans la logistique à Pamiers et de créer un branchement ferroviaire (ITE) à Gabrielat ... Voilà comment est né le projet d’implanter à Gabriélat le Parc Logistique Urban Estate : après un bon repas, grâce aux bons soins et aux conseils « avisés » du CAPI... et sans aucune étude de marché préalable!

André Trigano sûrement emporté par l’euphorie de la rencontre, déclarait à l’époque à la presse: vouloir faire de la Basse-Ariège “le port sec de Barcelonne”...rien que cela!

  
Le CAPI, c’est entre autres le projet fumeux et très contesté de déménager l’aéroport de Blagnac à Mazères-Saverdun. Ce sont des faillites à répétition dans le secteur du tourisme, le projet avorté de golf de luxe à Lézat, et aussi le projet de Parc Logistique à Pamiers. Il aurait mieux valu pour Pamiers mener des études sérieuses avant de se lancer dans ce projet de logistique.

Trois ans plus tard, la Communauté des Communes a voté le projet de Parc Logistique à Gabriélat : 8,7 millions d’euros de travaux HT, dont 2,9 millions pour le seul ITE et sa voie ferrée privée dont les travaux ont commencé. Mais malheureusement depuis Urban Estate a jeté l’éponge et disparu du paysage. André Trigano et Claude Deymier cherchent donc désespérément un repreneur pour ce dossier bien mal parti.

Se lancer dans la logistique en Basse-Ariège n’est pas la meilleure des idées, comme l’a compris l’entreprise Denjean Logistique de Mazères qui se délocalise désormais dans le Tarn-et-Garonne. Démonstration, s’il en était besoin, que la Basse-Ariège n’est géographiquement pas la mieux située en Midi-Pyrénées, avec une autoroute en cul-de-sac et un réseau ferroviaire qui l’est également, puisqu’il n’est pas raccordable au réseau espagnol. De plus, plusieurs collectivités de Midi-Pyrénées, mieux desservies et mieux situées géographiquement, ont déjà investi dans des projets du même type, avec plusieurs longueurs d’avance. La concurrence est rude.

Face à un avenir économique qui s’assombrit et aux prises avec un projet « logistique » qui tourne au fiasco, les édiles de la majorité, plutôt que de tirer les leçons de leurs erreurs et de stopper à temps un investissement trop coûteux et très risqué, ont choisi la facilité, voire pire, l’aveuglement. Ils ont proposé aux gravières Denjean de Saverdun un très joli cadeau pour les faire venir à Gabriélat : un embranchement ferré tout neuf, rien que pour elles, offert par les impôts des contribuables. Seule condition : que Denjean Granulats vienne charger ses trains de graviers à Pamiers plus tôt qu’à Saverdun... Un cadeau impérial, que Denjean s’est bien sûr empressé d’accepter!

Pour les élus de la majorité, l’arrivée de Denjean est vitale, histoire de ne pas se retrouver avec une voie ferrée inutile, sans trains, cela finirait par se remarquer et par interroger le bon sens de la population et de l’opposition de gauche, toujours prompte à critiquer la dépense injustifiée des deniers publics.

Que Denjean Granulats se soit engagée auprès de l’État à financer à ses frais son ITE à Saverdun (le train passe à 100 m des gravières!) n’est pas un problème pour nos édiles de la majorité. Que la Communauté des communes (financée à 80 % par Pamiers) perde 2,9 millions d’euros n’est pas grave non plus, pourvu bien sûr que les élus de droite ne perdent pas la face en étant contraints d’arrêter un projet si mal engagé. Au diable les nuisances pour le voisinage, au diable le massacre de l’environnement par les gravières!

Alors nous, élus de l’opposition de Gauche, qui n’avons pour tout moyen d’agir que la « parole et la plume », nous avons donc décidé de nous faire entendre et d’alerter nos concitoyens par cette lettre ouverte. La majorité municipale ne pourra plus dire hypocritement : « Je ne savais pas ! »

Michel Teychenné
Président du groupe de Gauche
Mairie de Pamiers

logodepeche.jpg

Gravières et projet ITE : le non réaffirmé de Teychenné

politique

Maintenant que Michel Teychenné est officiellement dégagé de toute aventure dans la circonscription, il a annoncé dans une lettre ouverte aux appaméens, son intention de remettre le couvert en conseil municipal sur la question du branchement ferroviaire (ITE), dossier initié par le CAPI. Michel Teychenné qui tient par ailleurs à rappeler que Bruno Lavielle, parrain de cette affaire, secrétaire général du CAPI aujourd'hui décrié, « était reçu en grande pompe à la mairie par le maire en octobre 2008 ». Cet organisme, indique le conseiller municipal socialiste de Pamiers, c'est « le projet fumeux d'un transfert de l'aéroport de Blagnac à Saverdun-Mazères, mais aussi les faillites à répétition dans le secteur du tourisme, le projet de golf de luxe avorté à Lézat ! » Et d'accrocher un wagon supplémentaire à ce train d'échecs : « Le CAPI, c'est le projet de parc logistique à Pamiers Urban Estate et la création d'un embranchement ferroviaire à Gabriélat, avec à la clé pour cette affaire un investissement de 2,9 millions d'euros aux frais de la communauté de communes ! »

« Une autoroute en cul-de-sac »

Michel Teychenné conteste à 100 % ce choix à l'heure où la logistique ariégeoise bat de l'aile « et que Denjean Logistique se délocalise désormais en Tarn-et-Garonne ». Pour le « leader » de la gauche au conseil municipal, « la basse Ariège n'est géographiquement pas la mieux située en Midi-Pyrénées, avec une autoroute en cul-de-sac et un réseau ferroviaire qui l'est également puisqu'il n'est pas raccordable au réseau espagnol ». Aussi s'élève-t-il contre le projet de proposer aux gravières Denjean de Saverdun l'embranchement ferré tout neuf qui sera réalisé à Gabriélat ! « Que la communauté de communes perde 2,9 millions d'euros n'est pas grave […] pour ces élus de droite qui ne perdront pas la face en étant contraints d'arrêter un projet si mal engagé. Au diable les nuisances pour le voisinage, au diable le massacre de l'environnement ! »

« Combien d'emplois créés ? »

Michel Teychenné estime que ce projet va fédérer tous les besoins des gravières ariégeoises et que ce sont des centaines de camions par jour qui vont défiler sur Gabriélat. « Pour combien d'emplois créés ? Deux ou trois ? Cela vaut-il un tel investissement que la communauté de communes devra assumer ! Sans le retour de TP, c'est assurément la mettre dans le rouge ! »
 

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 15:54

pamiers2014titre

anews2010

pamiers20141-copie-1.jpg

vedio2014.jpg

Il vient de l’annoncer. Le député de l’Ariège Henri Nayrou, après une vie publique et politique bien remplie, ne se représentera pas aux prochaines législatives (en juin 2012).

De quoi laisser la place, côté socialiste à un nouveau visage, dont la désignation est en cours...

Après les bruits de couloirs, entre un mandat local et national, Michel Teychenné (leader de l’opposition appaméenne) a annoncé son choix lors d’une conférence de presse: ce sera Pamiers, et non l’assemblée nationale.

Non-cumul des mandats oblige, «je ne serai pas candidat aux législatives. J’ai été parlementaire européen, j’en connais les difficultés, c’est un bel engagement. Mais ce qui m’intéresse, ce sont les dossiers, le local, la rencontre avec les gens»

Comme un «prolongement avec ma candidature aux élections régionales» (soldée en 2010 par une éviction de la troisième place de la liste socialiste), l’ancien député européen mise donc à nouveau sur le local. Un univers, «tout aussi noble que le national»

En profitant au passage pour saluer la décision d’Henri Nayrou (à 67 ans) de laisser la place aux nouvelles générations, sans oublier de lancer une petite pique à la tendance départementale qui n’est pas vraiment acquise au renouvellement, «c’est une chose assez rare au niveau du département, à droite comme à gauche d’ailleurs !»

Avec deux ans d’avance donc (avant 2014), l’actuel leader de l’opposition appaméenne affiche ses ambitions: se lancer dans la reconquête de la Basse-Ariège.

Elections à la mairie, à la communauté des communes, à la région, aux cantons? L’élu n’en dit (pour le moment) pas d’avantage.

Même si en basse-Ariège, et ce n’est pas un secret, la succession du charismatique maire de Pamiers André Trigano (86 ans) est dans tous les esprits, à gauche comme à droite.

Michel Teychenné avance donc pas à pas, «la gauche se doit de reconquérir la Basse-Ariège», ajoutant «on aura que l’embarras du choix.
Ce sera un travail d’équipe avec les socialistes, les gens de gauche, et la population qui sera mobilisée autour d’un projet de changement mais aussi de continuité pour toutes les bonnes choses qui ont été faites»
Ces ambitions ne seront-elles pas à un moment bloquées par les relations qui, on le sait, ont souvent été tendues avec la fédération socialiste ariégeoise?

La stratégie n’est pas à l’affrontement, «il faut savoir tourner les pages. C’est pas parce qu’il y a eu quelques bisbilles [...] ça fait partie de la politique: je suis pleinement socialiste et heureux de l’être !»

renon

Michel Teychenné, le bouillant conseiller municipal socialiste de Pamiers, ancien député européen, va surprendre son petit monde par l'annonce faite hier soir, de sa décision de ne pas présenter sa candidature d'investiture du candidat socialiste aux prochaines législatives. Il a donc décidé de privilégier son investissement de plusieurs années à Pamiers où il se félicite de mener une opposition qui a su se construire sur la durée, et conserver son rôle de « poil à gratter » dans le dos d'André Trigano. Évoquant les législatives, Michel Teychenné à longuement rendu hommage à Henri Nayrou, « qui a fait le choix d'une décision rare » en ne se représentant pas. Et s'il dressait le portrait du candidat socialiste idéal où l'on ne pouvait pas s'empêcher de voir en filigrane sa peinture en pied, il a finalement décidé de renoncer à poser sa candidature. Au nom du principe du « mandat unique » : « On ne sera plus député « à la grand-papa » en cumulant mandats locaux et nationaux. Cela fait des années que je milite contre le cumul. Il faut donc être cohérent dans ses engagements pour les concitoyens. Mon choix est donc net et clair, c'est Pamiers et la Basse-Ariège, c'est mon engagement comme élu local, et leader de la gauche à la Mairie de Pamiers. C'est aussi mon choix de cœur et de raison. Dans deux ans, il y aura des élections municipales, à la communauté de communes, à la région et aux cantons. La gauche se doit de reconquérir la Basse-Ariège. C'est mon objectif, ce sera un travail d'équipe, j'en prendrai ma part ! »

« QUE LES PRIMAIRES OFFRENT UN VRAI CHOIX AUX MILITANTS »

L'éventail du choix est large, Michel Teychenné a plusieurs fers au feu « pour un nouveau cycle politique qui commence ». Mais ce ne sera donc pas dans la braise des législatives qu'il le plongera, tout en avouant sa préférence pour que les primaires socialistes offrent aux militants « un vrai choix, entre plusieurs candidats ou candidates. » Et d'ajouter : « Je ferais campagne pour François Hollande à la présidentielle et pour celui ou celle qui sera désigné aux législatives ».
 

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 21:00
Législatives : Mon choix est clair et net!

D’abord je voudrais saluer la décision d’Henri Nayrou de se retirer de la vie politique. il a été un très bon député de terrain et sa décision l’honore, elle n’est pas habituelle en Ariège, à droite comme à gauche.... pour être saluée.

C’est comme le dit Henri Nayrou, un nouveau cycle qui s’ouvre avec cette présidentielle et le renouvellement des générations est plus que nécessaire pour le Parti Socialiste en Ariège.
Pour être un bon candidat socialiste aux législatives il faudra remplir 3 conditions :

La première : Avoir une bonne notoriété dans la population et être capable de rassembler nos partenaires du Front de gauche et EE-les Verts au deuxième tour. Il vaut mieux avoir une solide expérience politique. Un simple député à Paris, c’est I /577 éme de l’Assemblée nationale, il y a 577 deputés. Si l’on veut peser pour sa circonscription et dans le travail parlementaire, il vaut mieux avoir déjà un bon réseau de relations pour ne pas faire de la figuration. J’ai été parlementaire européen; 6 mois après mon arrivée  au Parlement, j’ai été rapporteur d’un projet de loi important dans le Transport que j’ai fait voter.

La seconde condition pour être un bon candidat : Il faut aussi en avoir envie ! C’est une fonction très prenante qu’il faut vivre à 120 %. Il faut une constitution sportive pour passer la moitié de la semaine à Paris en réunion ou en séance de jour et de nuit, puis revenir parcourir pendant 3 joursles 140 communes de la 2éme circonscription, cela à longueur d’année. Si on veut vraiment bien faire son “boulot” à Paris et en Ariège.

Enfin, la troisième condition , et celle là est nouvelle, c’est le mandat unique. Pour être candidat aux législatives il faudra que le candidat PS s’engage à ne pas cumuler ou abandonne ses mandats exécutifs (maire, adjoint, président et vice-président de collectivité...) C’est nouveau et c’est une vrai avancée démocratique. Le cumul des mandats est indéfendable, une honte pour la France qui est la seule en Europe à ne pas avoir réglé ce problème par la loi. Si François Hollande gagne en 2012, nous ferons passer une loi qui l’interdira. Mais dès à présent nos candidats devront s’engager “définitivement à s’appliquer le non-cumul” devant les électeurs et pour la durée de leur mandat.
Jean-Pierre Bel en se l’appliquant à lui-même il y a trois ans a montré le chemin de cette réforme.

On ne sera plus député “à la grand-papa” en cumulant les mandats locaux et nationaux. Je pourrais remplir les deux premières conditions, mais cela fait des années que je milite contre le cumul : aujourd’hui, il faut savoir faire un choix clair entre le local et le national, il faut être cohérent dans ses engagements pour les concitoyens.

Mon choix est net et clair, mon choix c’est Pamiers et le Pays de Pamiers, c’est mon engagement comme élu local, comme “leader” de la gauche à la Mairie de Pamiers . C’est aussi mon choix de coeur et de raison pour Pamiers et le Pays de Pamiers, celui que j’avais fait en étant candidat aux élections régionales. Malheureusement les choix du PS 09 nous ont fait perdre le siège de conseiller régional de Pamiers.

En 2014, dans deux ans et quelque... il y aura des élections municipales, à la Communauté des Communes, à la région et aux cantons. La gauche se doit de reconquérir la Basse-Ariège... C’est mon objectif, ce sera un travail d’équipe, j’en prendrai ma part. C’est un nouveau cycle politique qui commence, c’est à ma génération de le préparer et de le concrétiser.

Je ferai campagne pour François Hollande à la présidentielle et pour celui ou celle qui sera désigné aux législatives.
 
Michel Teychenné
 
Partager cet article
Repost0
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 12:29
Félicitations à Monsieur le maire... et à Hubert Lopez, candidat de l'UMP aux dernières cantonales sur le canton de Pamiers-Est. Juste au-dessus du maire sur la photo, Hubert Lopez dans ses fonctions de photographe officiel de la mairie de Pamiers ! 
logodepeche140
L'ordre du mérite pour André Trigano 
L'ordre du mérite pour André Trigano
L'ordre du mérite pour André Trigano
L'ordre du mérite pour André Trigano

Après être devenu officier de la légion d'honneur en 2008, trois ans plus tard, le maire de Pamiers André Trigano s'est vu attribuer par le Président de la République Nicolas Sarkozy, le grade le plus élevé de commandeur, dans l'ordre national du mérite. La cérémonie a eu lieu mercredi après-midi au palais de l'Élysée. Cette distinction récompense, suivant les mots du chef de l'État : un « engagement fidèle au service de la France » et vient couronner le « dévoue ment et un brillant parcours ».

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 10:40
Taxe sur la Publicité Extérieure
LA MAIRIE TRIPLE SES PERTES : 600 000 EUROS DE PERDUS!


Les élus de gauche avaient dénoncé avec vigueur le cadeau fait aux grands groupes de distribution par la mairie de Pamiers. En supprimant la Taxe Locale sur la Publicité pour le budget 2011, c’est 205 000 euros qui ont été perdus pour le budget municipal, alors que 80 % de cette taxe est payée par les grands groupes de distribution (au-dessus de 20 mètres carrés de panneaux publicitaires) et que le conseil municipal, comme nous le demandons, pouvait exonérer les petits et moyens commerces qui n’aurait rien payé... La majorité a choisi de ne rien faire et de perdre 205 000 euros en 2011. Et pour faire bon poids, le maire a aussi annoncé en conférence de presse la suppréssion de la taxe en 2012 : encore 205 000 euros de moins.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là : la Mairie devra payer en plus 180 000 euros au cabinet d’étude qui a réalisé l’enquête sur la Taxe sur la publicité extérieure (TLPE), en plus de ne rien encaisser. Cette somme énorme de 180 000 euros pour une simple étude est due en vertu d'un contrat tout à fait légal signé par le premier adjoint, qui prévoit une commission de 40 % pour le bureau d’étude sur les futures recettes de la Taxe Locale sur la Publicité. Soit au total 590 000 euros de perdus par une décision précipitée et irréfléchie. Cela fait très cher... pour un cadeau électoral.

Curieux contrat quand même que ce “contrat à la commission”, comme à l’époque de la royauté où les fermiers généraux faisaient rentrer l’impôt contre une confortable commission pour leurs poches... Après les emprunts toxiques qui courent jusqu’en 2032, dont le maire nous a expliqué “qu’on n’avait pas bien lu ce qui était écrit en tout petit sur le contrat de Dexia”, c’est maintenant les contrats d’études à la commission et... 600 000 euros qui partent en fumée . Rassurez vous bonnes gens, il paraît que la Mairie est bien gérée!

Michel Teychenné
Président du Groupe de gauche
PUBLIÉ LE 17/11/2011 03:52 | LA DÉPÊCHE DU MIDI
Un «cadeau électoral» qui coûte cher à la ville

politique

Suite à l'annonce d'André Trigano quant à la taxe sur la publicité extérieure (TPE), Michel Teychenné, président du groupe d'opposition, communique: «En supprimant la taxe locale sur la publicité pour le budget 2011, c'est 205 000€ qui ont été perdus pour le budget municipal, alors que 80 % de cette taxe sont payés par les grands groupes de distribution (au-dessus de 20 m2 de panneaux publicitaires) et que le conseil municipal, comme nous le demandons, pouvait exonérer les petits et moyens commerces qui n'auraient rien payé... La majorité a choisi de ne rien faire et de perdre 205 000 € en 2011. Et pour faire bon poids, le maire a aussi annoncé en conférence de presse la suppression de la taxe en 2012 : encore 205 000 euros de moins.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là : la mairie devra payer en plus 180 000€ au cabinet d'étude qui a réalisé l'enquête sur la taxe sur la publicité extérieure (TLPE), en plus de ne rien encaisser. Cette somme énorme de 180 000 euros pour une simple étude est due en vertu d'un contrat tout à fait légal signé par le premier adjoint, qui prévoit une commission de 40 % pour le bureau d'étude sur les futures recettes de la taxe locale sur la publicité. Soit au total 590 000 euros de perdus par une décision précipitée et irréfléchie. Cela fait très cher... pour un cadeau électoral.»

 
Partager cet article
Repost0
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 17:53

logogaz140

pjchap3a.jpg
pchap3b-copie-1.jpg

petitjournallogo

deuxhaut.jpg
pchap2a.jpg


Partager cet article
Repost0
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 17:14

petitjournallogo

pjchap1a
pjchap1b

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 12:05

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 13:53

 

Mariage gay : Je salue l’initiative du maire de Cabestany et condamne avec force les propos réactionnaires et inadmissibles de madame Nicole Greff ,Secrétaire d’Etat à la famille, qui une fois de plus justifie le véto de l’UMP et du gouvernement par “le respect et l’intérêt des personnes LGBT”...
 
Tous mes voeux de bonheur aux mariés, et vivement l’égalité des droits pour les LGBT.

 
Michel Teychenné
Membre du Conseil national du PS
Partager cet article
Repost0
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 11:43
A l’occasion de l’inauguration de l’Espaci Occitan de la calendreta de Pamias et du 900e anniversaire du nom de Pamiers, Michel Teychenné, président du Groupe de gauche au conseil municipal, a écrit à André Trigano, maire de Pamiers, pour demander que les panneaux indicateurs des limites de la ville soient dorénavant bilingues français-occitan.

Le 900e anniversaire du nom de Pamiers est en effet l’occasion de rappeler les racines occitanes de notre ville et d’en être fiers. Pamias, prononcé “Pamios”, est le nom occitan de Pamiers durant toute l’histoire très riche de notre ville. Nom toujours vivant dans notre mémoire collective et qui ne doit pas disparaître.
 
Partager cet article
Repost0