Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logodepeche140

logogaz140




 

20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 11:07

unandeja2

Il y a un an, jour pour jour, après mon agression physique d’une extrême violence à la sortie d’une réunion du PS par trois « soi-disant camarades », un de mes agresseurs déposait plainte contre moi au commissariat de Pamiers! Quelle ne fut pas ma surprise le lendemain soir, en sortant du CHIVA, de découvrir en arrivant au Commissariat, que, quelques minutes après l’agression, cet individu avait déposé plainte, tentant d’inverser les rôles et m’accusant d’agression. 


Après l’enquête de police, le Procureur de la République ne retint que ma plainte et classa sans suite cette tentative de manipulation. Le Tribunal Correctionnel de Foix a condamné mes trois agresseurs. Deux ont accepté leur condamnation et n’ont pas fait appel. Le troisième, celui qui avait déposé plainte contre moi, a fait appel. La date du procès devant la Cour d’Appel de Toulouse n’est toujours pas fixée.

Un an après, la justice est passée, les faits ont été établis et jugés définitivement au moins pour deux de mes agresseurs. Cette année restera dans ma mémoire comme l’année des vrais ami(e)s, connus ou découverts dans cette épreuve, qui m’ont soutenu et aidé. Ils furent très, très nombreux à être solidaires et choqués par cette lâche agression.

Un an après, j’ai aussi une pensée amusée pour d’autres, ceux qui ont brodé, déformé ou sali par bêtise ou par petit intérêt politicien. Ils se reconnaîtront, je les laisse avec leurs affirmations de l’époque, leurs mensonges, et surtout leur ridicule, un an après! 

Une interrogation demeure : pourquoi cette violence gratuite, cet acharnement de la part de mes agresseurs? Au procès, il n’y a eu aucune réponse de leur part, même pas de regrets ou d’excuses... Peut-être aurai-je cette réponse de celui qui fait appel. Elle est importante pour moi, pour pouvoir tourner définitivement la page.

Michel Teychenné


Partager cet article
Repost0
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 21:12

siderant

Terrible dimanche...

Le dimanche 15 mai n’était pas une journée comme les autres, mais une de celles qui marquent. D’abord le choc, la surprise de l’information brute, incroyable, sidérante, qui tourne en boucle : « DSK arrêté à New York pour agression sexuelle». Puis les interrogations sur la célérité avec laquelle la presse accrédite une seule version, les rumeurs, la supposée fuite, le portable, et enfin ces images de Dominique Strauss-Kahn entre deux policiers, menottes aux poings...  Les commentaires de certains journalistes incultes, qui voient dans ces images la vertu de la justice américaine qui traiterait les puissants comme elle traite les faibles...


Mais où est la présomption d’innocence, où sont la justice et le respect du débat contradictoire quand l'ensemble des télés et  médias du monde sont à la curée, nourris à une seule source : celle des déclarations du porte-parole de la police de New York...

Bien sûr, s’ils sont avérés, les faits sont très graves. Mais c’est à la justice de faire son travail. Préserver l’anonymat de la plaignante est normal, mais pourquoi donner en pâture les images de DSK, présumé innocent, tant que la justice n’est pas passée? Les deux ont les mêmes droits à se préserver.

À ce stade de la procédure, ces images autorisées par la justice américaine sont d’une cruauté révoltante et indigne. Le gouvernement Jospin a fait voter une loi en France qui protège tous les citoyens de ce type de dérives, et c’est tout à son honneur.

Stupéfiant lundi...

Lundi 16 mai. Dominique Strauss-Kahn risque 70 ans de prison. Il reste en prison, il ne peut s’exprimer et se défendre publiquement. Le refus de libération conditionnelle prononcé a un petit air de revanche sur une affaire récente, l’affaire Polanski et la fuite du cinéaste des USA... La justice US n’avait pas aimé les prises de position de certains en Europe.

« L’affaire ne fait que commencer », affirment les avocats de Dominique Strauss-Kahn. Un long parcours judiciaire commence.  On ne peut que souhaiter que DSK fasse la preuve de son innocence et soit lavé de tout soupçon, mais le mal est fait : la vie d’un homme a basculé en quelques heures, jeté en pâture au monde entier. L’avenir nous dira la réalité des faits reprochés,mais quoi qu’il arrive, la machine médiatique américaine a broyé un homme en direct.

Le temps politique n’est pas le temps judiciaire

Il est clair que ce qui s’est passé ou pas dans la suite 2806  aura une influence sur le dépôt des candidatures le 28/06 (curieuse similitude). DSK pris dans son cauchemar judiciaire ne sera pas libre d’agir. Sauf coup de théâtre, il ne sera pas présent aux primaires.

Michel Teychenné


Partager cet article
Repost0
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 18:22

pourquedsk4mai


Partager cet article
Repost0
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 13:30

delinquance

laphrase

Ces derniers jours à Pamiers, on a vu une opération de communication bien réglée par la Mairie autour de la caméra de surveillance supplémentaire, et du Maire qui va lui-même infliger des “rappels à l’ordre”... dans le cadre de la  loi de 2007 votée par l’UMP et de la convention signée avec Monsieur le Préfet, Madame la Procureur, petits fours et grandes promesses. Alors que le tribunal de Pamiers vient de fermer, la Justice manque cruellement de moyens, le gouvernement retire aux professionnels la mission délicate de rendre la justice pour la confier aux élus. La Police et la Gendarmerie ont perdu des milliers de postes, mais soyons rassurés : le maire de Pamiers va faire lui-même la Police et la justice.

Au même moment, plusieurs événements graves se déroulaient sur le territoire de la commune et, comme par enchantement, rien n’a filtré de la Mairie! Une école a été cambriolée et vandalisée, tout comme  la salle de l’OPAC gérée par la Mairie à la Gloriette.  Un élève  a été durement agressé à la sortie d’une école par un parent d’élève. Enfin, au stade Balussou, la grande tente a été entièrement lacérée et détruite. Tout cela en quelques jours!

Les derniers chiffres parus montrent une augmentation de la délinquance à Pamiers et la montée d'un sentiment d’insécurité en ville, comme le reconnaît le Maire lui-même. Sentiment lié à l’abandon dans lequel ont été trop longtemps laissés certains quartiers du centre-ville, et à la paupérisation de ses habitants.

Plutôt que de médiatiser les « rappels à l’ordre » de M. le Maire ,la municipalité devrait honnêtement tirer le bilan de plus d’une quinzaine d’années d’une politique qui a contribué à ghettoïser ces quartiers (comme le bas de la rue Gabriel Péri ou la Gloriette) et s’attacher à y recréer les conditions d’une véritable mixité sociale, qui seule permettra de faire baisser le sentiment d’insécurité.

A Pamiers comme ailleurs, la droite se contente de coups médiatiques, et les vrais problèmes sont poussés sous le tapis!

Bernadette Subra-Suard, Cathy Quintart-Galvez et Michel Teychenné pour le Groupe de gauche à la Mairie de Pamiers

 



Partager cet article
Repost0
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 16:43

libetlscaillou

POLITIQUE. La vie politique offre aussi ses petits moments de détente. Ainsi, c'est le jour où les écologistes d'EE-LV de Midi-Pyrénées se plaignent publiquement du non-respect par le PS des accords passés avec eux que resurgit l'histoire de la paille dans l'œil de l'un et de la poutre dans l'œil de l'autre.

Le méchant Conseil général socialiste de Haute-Garonne n'aurait pas accordé au gentil Patrick Jimena le poste de responsabilité qui lui aurait été promis, le maire PS de Ramonville ferait un mauvais sort à ses élus Verts, lesquels Verts attendraient toujours un fauteuil au bureau exécutif du Grand Toulouse ? Système «coercitif puis répressif», dénonce le secrétaire départemental EE-LV Henri Arevalo.

Léger sourire du côté de l'Ariège où l'élu socialiste du groupe de gauche à Pamiers, Michel Teychenné, veut bien être voir son parti accablé de tous les maux, mais à condition que ses détracteurs écoloigistes admettent être parfois de sacrés bricoleurs de la politique:

L'élue Verte du conseil municipal de Pamiers, Françoise Matricon voterait en effet systématiquement le budget du maire radical de droite André Trigano sans que ses amis n'y aient jamais rien vu à redire.

«Voter un budget est certes un signe politique, admet l'élue auprès de LibéToulouse. Mais ce débat ne m'intéresse pas». Elle a «réussi à convaincre» André Trigano d'adopter le principe d'une cantine scolaire bio et le principe du zéro produit phytosanitaire dans le jardinage municipal et cela lui suffit bien. «C'est un maire de droite, conclut-elle, mais rien dans son budget me paraît n'être pas votable. Je m'y retrouve».

«Ce budget n'est pourtant pas bon», reprend un des leaders régionaux d'EE-LV, l'Ariégeois Bernard Brunet. Françoise Matricon est juste selon lui une «sainte laïque verte sans aucun sens politique». «Elle ne se rend pas compte de sa posture et elle s'en fout», juge-t-il avec toutefois beaucoup d'affection. Il s'agirait de laisser l'élue faire son temps, puis de reprendre les choses en main dans la perspective des municipales de 2014.

Le «large rassemblement citoyen de gauche», «à gauche du PS», que les écolos appaméens ont l'intention de mettre sur pied en vue de cette échéance pourrait se faire sans cette sortante. Au contraire de quoi, «nous aurions recommandé à Françoise d'adopter une autre attitude», précise Bernard Brunet.

Michel Teychenné n'a pas moins d'affection pour la militante Verte, «très impliquée et très active» dans la vie municipale de Pamiers. Il souligne juste qu'une grosse faute politique pour les uns peut être considérée comme un aimable petit défaut chez les autres. Et vice versa.

Les accords à trouver entre EE-LV et le PS en vue des législatives prochaines devraient vite ranger ces désaccords au rang des petites chamailleries vite oubliées. À moins que ces chamailleries ne deviennent casus belli si accord n'est pas trouvé.


POUR LIRE LES COMMENTAIRES PUBLIES SUR LE SITE DE LIBERATION OU POUR EN FORMULER, CLIQUEZ SUR L'IMAGE CI-DESSOUS.
 


minilib


Partager cet article
Repost0
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 14:45

budgetverts

D’abord il faut rappeler que Europe Ecologie-Les Verts est un parti politique qui se situe clairement à gauche : les Socialistes, le Front de gauche et EE dirigent ensemble la région Midi-Pyrénées, la ville de Toulouse et beaucoup d’autres. Aux cantonales, il y a eu des appels communs entre le PS, le PC et Europe Ecologie-Les Verts pour le deuxième tour, dont acte.

Mais à Pamiers, force est de constater qu’il n’en est pas ainsi. Il y a 10 ans déjà, Francoise Matricon avait maintenu sa liste au deuxième tour des municipales, assurant ainsi l’élection  d’André Trigano contre le candidat et la liste PS-PC-PRG. Depuis, elle vote  le budget municipal, chaque année. Elle fait donc partie de la majorité municipale. Elle est parfois critique, mais globalement satisfaite puisque elle vote  le budget, acte politique majeur de la vie municipale. Elle est co-responsable de la politique  et des choix municipaux. Elle vote avec les élus UMP et les “soutenus” par l’UMP depuis 10 ans!

Nous regrettons beaucoup cette attitude contraire aux engagements politiques d’EE-Les Verts sur le plan départemental, régional et national. L’élue EE-Les Verts au conseil municipal sert d’alibi “écolo” à la droite locale, pas plus, pas moins, en échange de quelques subventions à des associations qui les mériteraient dans tous les cas.

C’est d’autant plus dommage que Françoise Matricon est une vraie militante écologiste qui s’engage à fond dans ce qu’elle fait. A l’heure où même Nicolas Hulot se revendique de “gauche” pour la présidentielle, l’attitude de l’élue EE-les Verts de Pamiers est d’autant plus anachronique que le “ni droite, ni gauche” cher à certains écologistes s’est transformé à Pamiers en un “toujours avec la droite”. Les électeurs d’Europe Ecologie-Les Verts apprécieront sûrement ce qui est fait de leur vote... de gauche!

Michel Teychenné
Pour le Groupe de Gauche

 

Partager cet article
Repost0
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 16:01

bud rep trigano

Le budget réel, (réalisé en termes techniques) par la Mairie de Pamiers en 2010 est 18 998 277 euros. Le budget prévisionnel 2011 voté le jeudi 21 avril est de 22 551 291 euros , soit 18,7 % de plus (16,7 % si on enlève l’inflation). Ces chiffres sont publics et vérifiables. Nous dénonçons cette fuite en avant, alors que les ressources stagnent. Nous donnons rendez-vous à MM.Trigano et Legrand l’année prochaine avec les chiffres du budget réalisé et  de la dette... Très sereinement.


Le Groupe de gauche
 

Partager cet article
Repost0
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 15:37

bud 214 non

Hier soir (21 avril) 2011, lors du conseil municipal les débats ont été houleux entre la majorité et l'opposition lorsqu'il a fallu passé au vote du budget primitif 2011.

Le principe de sincérité budgétaire, c'est ce qui a mis le feu aux poudres. Quand Dominique Castagne, élu du groupe de Gauche a déclaré que ce principe n'était pas respecté lors du vote du budget primitif, Gérard Legrand, adjoint au maire aux finances n'a pas encaissé : « Ne me traitez pas de tricheur, a-t-il lancé, ou allez déposer une plainte devant le sous-préfet ! » Par principe de sincérité, il fallait entendre « Une conformité entre les dépenses annoncées et ce qui est réellement engagé, a tenté de calmer Michel Teychenné, président du groupe de Gauche. Et pour 2010, on peut dire que cela n'a pas été respecté puisqu'il y a eu 16 % de dépenses en plus ».

bud 214 2

La disparition de la TP

La majorité a montré qu'elle croyait en son programme et a présenté un budget en tenant compte d'une réalité implacable : la disparition de la taxe professionnelle. En ouvrant le grand recueil de la synthèse du budget primitif, on peut y lire : « La ville récupérera le taux de taxe d'habitation du Conseil général, les taux de taxe professionnelle du département et de la région, cela signifie que les taux des contributions directes vont augmenter mécaniquement sans pour autant que la pression fiscale liée aux taux n'augmente. »

Côté investissements, Gérard Legrand a annoncé une dépense nette prévisionnelle limitée à 4, 5 millions d'euros. Les plus grands projets à retenir pour l'année 2 011 sont sans doute la création de la gare multimodale, de la salle multi-activités et du pôle d'enseignement artistique. Sur ce programme d'investissements, Dominique Castagne a fait part de ses inquiétudes et en a appelé à la prudence. « En additionnant tous les projets votés et une marge pour les dépenses imprévues, nous arrivons vite à 10 millions d'euros », a-t-il déclaré. La majorité a maintenu l'exactitude de ses prévisions. L'élu de l'opposition a soulevé l'importance d'un questionnement quant au recours au levier fiscal : « Si ce n'est pas fait maintenant, vous serez au pied du mur dans quelque temps et l'impact ne sera que plus violent pour les ménages appaméens. Le risque est de faire ensuite appel à l'emprunt ce qui augmenterait notre stock de dettes qui s'élève déjà à plus de 24 millions d'euros. » La majorité a clairement stipulé qu'elle ne ferait pas appel au levier fiscal.
Au moment du vote du budget, les mains des membres de l'opposition sont restées sous la table sauf quand Michel Teychenné a à son tour pris la parole pour expliquer les raisons de cette opposition. L'une d'entre elles portait sur le fait que le maire, André Trigano avait participé à l'implantation d'une nouvelle zone commerciale à la Tour-du-Crieu et pointait du doigt « l'absence de terrains commerciaux aujourd'hui sur Pamiers ». Ce à quoi le Maire a rétorqué du tac-au-tac : « Il nous reste 40 hectares sur la zone de Gabrielat et un projet naîtra peut-être le long de la nationale 20 ainsi nous pourrons aussi compter sur la taxe sur les surfaces commerciales. »

Repères - Le chiffre

4,5 
millions de dépenses prévisionnelles. Les grands projets à retenir sont la création de la gare multimodale, la salle multi-activités et le pôle d'enseignement artistique.

Le pôle artistique en question - Avant ou après les autres projets ?

Les trois grands projets : gare multimodale, salle multi-activités et création du pôle d'enseignement artistique seront étalées sur trois années. Une partie du budget 2 011 est destiné à leur financement mais hier, la discussion tournait autour du fait de savoir lequel serait traité en premier. La majorité a tenu à rassurer et a affirmé qu'il n'y aurait pas un projet traité plus rapidement qu'un autre. Le pôle artistiquea attiré particulièrement l'attention d'Emile Franco, membre du groupe de Gauche qui a mis en avant le fait que « la salle multi-activités est attendue par les clubs de sports depuis plus de 15 ans, la gare multimodaleelle, est une priorité ». La création du pôle artistique avec le transfert de l'école de musique quant à lui, faisait toujours autant débat.

La Dépêche du Midi / 22 avril 2011 


INTERVENTION DE DOMINIQUE CASTAGNE (GROUPE DE GAUCHE) LORS DU CONSEIL 

Monsieur le Premier Adjoint Président de la Commission des Finances, 
Mes chers Collègues,

Lors de la dernière réunion de la commission des finances, nous avons demandé quelques éclaircissements sur certaines lignes du budget 2011.

Ils portent sur des variations importantes, notamment sur le compte de classe 6 : les charges.

Premièrement, une interrogation sur les dépenses d’eau (page1 du CA et page 3 du BP).

Variation entre le CA 2010 (107 990€ réalisés) et BP 2010 (75 000€ budgété) : +32 990€. Alors que le BP 2011 ne prévoit que 95 000€.

Deuxièmement, le chapitre 011, sur les charges courantes (page 2 du CA page 4 du BP).

Variation entre le CA 2010 (4 432 088.03€) et BP 2011 (4 245 545€) : -186 543€ (4.40%). Les charges courantes nous semblent êtres sous estimées dans le BP 2011.

Et troisièmement, le chapitre 012, sur les frais de personnel (page 2 du CA page 4 du BP).

Vote de DM en fin d’année de 67 000€

Au delà de ces interrogations, nous tenons à vous faire remarquer la hauteur dangereuse, pour les finances de la ville, des dépenses d’investissements.

Sur le compte de classe 2 au chapitre 20 et 204 :

Page 19 du BP : 390 000 €

Page 21 du BP : 5 371 500 €

Plus l’ensemble des restes à réaliser : page 30 du BP : 4 998  080 €

Soit un total des dépenses d’investissements budgété de 10 755 580 €, auxquelles viendront s’ajouter les dépenses imprévues et le fonctionnement courant.

Nous voyons sur nos dépenses de fonctionnement (page 6) une nette dégradation de la maîtrise des charges, puisque entre le réalisé 2010 et le budget 2010, nous remarquons une augmentation des dépenses non budgétées de 18.7% les recettes de fonctionnement non inscrites au budget (page 14), on elles variés de 7.5% dans le même temps.

Le BP 2011 prévoit quasiment 19 millions de dépenses réelles soit une simple augmentation de 1.14% par rapport au CA 2010 ces charges ne sont elles pas sous estimés ? Le compte personnel représentant à lui seul plus de 60% des dépenses de fonctionnement prévoit une hausse supérieure à de 2.5% Le passé (exercice 2010 par exemple) nous a montré que les charges réelles de fonctionnement étaient largement sous estimées (18.7%) en 2010.

Nous constatons donc une dégradation des marges de manœuvres de la commune. Avec dès cette année une utilisation des excédents budgétaires pour couvrir la dépense.Ce qui, à terme, menacera gravement les finances communales. En effet, les dépenses augmentent aujourd’hui plus vite que les recettes (effet ciseaux) et la nouvelle réforme fiscale n’arrange rien.

Il faudrait dès maintenant jouer sur le levier fiscal. A défaut, nous serons obligés de le faire plus tard. Je n’ose dire de façon plus violente. Ce qui engendrerait pour les ménages Appaméens une pression impactant leur pouvoir d’achat déjà mis à mal. Je vous rappelle que le potentiel fiscal de la ville et déjà supérieur a celui de la strate.

En parallèle, si vous voulez réaliser vos objectifs il nous faudra tout de même activer l’emprunt et donc gonfler un peut plus notre stock de dette - dont je vous rappelle pour mémoire qu’il est aujourd’hui de (page 15 du CA) 24 305 702 €.

Monsieur le Premier Adjoint en charge des finances, notre comptabilité est régie par un certain nombre de règles et de principes.

L’annualité que vous respectez ainsi que celles de l’universalité, de l’unité de la spécialité, vous nous présentez bien sûr, comme l’ensemble des autres communes, un budget répondant en tout point à celui de l’équilibre réel. Par contre, nous émettrons des doutes sur le principe de sincérité En effet, le respect de ce principe suppose que, les dépenses et les recettes sont évaluées de façon sincère sans omissions, majoration, ni minoration et corresponde à la seule vérité des chiffres.

La lecture que nous en faisons, nous laisse à penser que ce n’est pas le cas aujourd’hui.

Certains chiffres laissent planer un doute ayant pour conséquences de minimiser la situation présente et de laisser croire que votre équipe maîtrise les charges. Les écarts avec le réalisé 2010 nous l’avons vues sont conséquents. Le BP 2010 étant lui-même très Loin de ce que les comptes de l’année 2010 laissent apparaitre.

Monsieur le Maire, je reviens vers vous pour vous demander de mettre en application un autre principe de la comptabilité publique. Celui de prudence qui veut que l’appréciation raisonnable des faits évite le risque de transfert sur l’avenir d’incertitudes présentes susceptibles de grever le patrimoine ou l’équilibre de gestion de la collectivité. 

Je passe la parole à Michel TEYCHENNE qui va compléter notre analyse sur le poste principal de dépenses les charges de personnel.

Pour le groupe de gauche, Dominique Castagné


INTERVENTION DE MICHEL TEYCHENNÉ(GROUPE DE GAUCHE) LORS DU CONSEIL 

Mes chers collègues, 

Depuis plusieurs mois nous demandons régulièrement que la commission des finances ait un droit de regard sur le principal poste de dépenses de la municipalité : les charges de personnel. Je regrette que nous n’ayons pas eu cette année encore ces éléments avant ce budget. Il n’est pas normal, il n’est pas sain que la commission des finances ne puisse analyser 60 % des charges de Pamiers et que ces informations soient réservées à quelques-uns, hors des outils démocratiques de contrôles, en premier lieu les membres de la commission et son président.

En effet, malgré le transfert du secteur de la petite enfance à la communauté des communes, secteur fort consommateur de main-d’œuvre, nous sommes encore à 60 % des charges de personnel ce qui est très lourd pour une mairie de notre taille et bien au-dessus des moyennes de strate.

Dans notre intervention lors du débat d’orientation budgétaire, nous avons fait des propositions précises pour maîtriser les charges de personne. Je vous les rappelle : 

Je regrette que dans le document qui nous est présenté, le poste le plus important en matière de dépenses ne soit traité sommairement qu’en une page. En effet, les charges de personnel représentent, hors petite enfance, 60 pour cent des dépenses de la Ville, ce qui justifie entre autres le carton rouge attribué par la revue Challenges. Nous vous proposons de mettre en place une vraie politique des ressources humaines, des carrières, des salaires, de la formation visant à améliorer les conditions de travail et de salaire des agents de la municipalité et, en échange, à rationaliser et à maîtriser la masse salariale, notamment par des redéploiements et un meilleur partage des tâches et des charges avec la Communauté des communes. Encore faut-il encore avoir les chiffres les ratios et les taux comme celui de l’attrition, par exemple.

La masse salariale croît plus vite que nos ressources qui sont amputées de la taxe professionnelle, ce qui nous conduit droit dans le mur... Les charges de personnel sont par trop importantes pour une ville de notre taille. Pour cela, il faut mettre en place une grande négociation avec les agents, les syndicats, l’encadrement, et donc créer enfin une vraie Direction des ressources humaines, qui fait cruellement défaut à la Ville de Pamiers. Là aussi, c’est une politique de justice sociale vis-à-vis des personnels de la Mairie et de responsabilité de la part des élus qu’il faut engager pour mettre fin à ces dérives qui vont devenir incontrôlables.

Enfin, monsieur le maire, nous regrettons que la taxe sur la publicité, que vous nous aviez pourtant dite mise à étude, ne soit pas mise en œuvre dans ce budget. Elle constitue un des rares moyens d’alléger le fardeau fiscal des ménages en créant une recette nouvelle sur les entreprises qui bénéficient largement de la baisse de la TP. Si cette taxe n’est pas votée avant le mois de juillet 2011, elle ne pourra s’appliquer avant le budget 2013.

Aujourd‘hui, avec la perte de la TP, le développement commercial devient la seule ressource liée aux entreprises qui puisse être mobilisée par la commune grâce à la taxe sur les surfaces commerciales ou la taxe sur la publicité dont je viens de parler. C’est  donc avec effarement que nous avons appris ce matin, par la Dépêche du Midi, que vous aviez en tant que président de la communauté donné votre accord à la création de nouvelles zones commerciales sur la commune de la Tour du Crieu... 37 hectares en projet!! Dont 30 par la CCPP !! Dois-je vous rappeler que « Pamiers la dynamique » ne dispose plus de terrains commerciaux, que vous avez trop tardé à revoir le PLU et en plus cédé 4 hectares de terrain commercial pour faire la déjà célèbre cité du Chandelet, terrains qui vont nous manquer maintenant pour la création de commerces. Et que GABRIELLAT peine à se remplir et que ce sont souvent des enseignes commerciales et non industrielles qui s’y installent : Promo Cash, la Poste, point vente de matériaux de construction ou de matériel médical. Nous vous demandons d’ailleurs pour le prochain conseil municipal de bien vouloir faire un point précis parcelle par parcelle des ventes et demandes de permis de construire sur la zone Gabriellat. Je vous ferai passer une question écrite dans ce sens.

Vous faites comme si rien n’avait changé, comme si la reforme de la TP n’avait pas eu lieu. Ce budget n’est pas sincère, en 2010 déjà vous avez dépassé vos prévisions de dépenses  Et en 2011 vous minimisez ces mêmes dépenses dans les évaluations de charges et vous augmentez la dépenses totale de 18,7 % par rapport au budget réalisé 2010! Enfin, votre budget primitif est démagogique dans ses réalisations qui se montent à 10 millions d’euros avec les restes à réaliser. En faisant peser le poids d’équipement communautaire sur la seule ville de Pamiers il est injuste fiscalement ! Contre ce budget, donc mais aussi contre vos choix de développement : en créant ces zones commerciales, vous portez un très mauvais coup aux finances de la ville, les privant des futures taxes sur les commerces.

Mais j’en reviens au budget. Pour toutes ces raisons que nous avons exposées avec D. Castagne, nous voterons contre ce budget est en trompe-l'œil. Monsieur TRIGANO vous vous êtes fait élire en 1995 contre le projet de la zone commerciale de la BOURIETTE,  soit un total de 18 hectares de zone dont on voit tous les jours l’impact qu’elle a eu sur la ville de Pamiers. Vous finirez votre mandat en étant celui qui aura créé 37 hectares de zones commerciales à la Tour du Crieu.  Une vraie ironie de l’histoire ... et une erreur colossale pour PAMIERS, pour son commerce et pour l’aménagement du territoire de l’agglomération, sans parler de la circulation. 

Pour le Groupe de gauche, Michel Teychenné

 

Partager cet article
Repost0
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 15:06

effet 3

CLIQUEZ SUR LA PHOTO POUR LIRE L'ARTICLE EN PDF (ACROBAT).

Partager cet article
Repost0
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 19:15

analyseA

GROUPE DE GAUCHE :
QUATRE
 QUESTIONS À MONSIEUR LE MAIRE
ET PROPOSITIONS POUR LE CONSEIL MUNICIPAL DU 21 AVRIL


1. Centrale photovoltaïque

Après le préfet, le président de la chambre d’agriculture envoie la mairie de Pamiers dans les cordes... Malgré les affirmations de l’adjoint au maire à l’environnement dans La Dépêche du 18 mars, la chambre d’agriculture n’a pas été consultée et n’a donc pas donné son accord à ce projet. Un tel niveau d’improvisation et de contre-vérités sur un projet de cette importance est atterrant pour la première mairie de département... De plus, cet adjoint se permet de dire dans la presse que le projet continue alors que la commission Urbanisme de la Ville a annulé la demande de déclassement des terrains agricoles. Qui décide à Pamiers? Le maire, le préfet, les commissions municipales, ou l’adjoint à l’environnement? 

Quelle est la position du maire? Oui ou non ce projet est-il abandonné par la mairie?

Nous demandons aussi une politique volontariste sur le photovoltaïque en toiture et sur la zone Gabriélat, et l’abrogation de la Charte de la CCPP sur le développement des centrales au sol.

Rappel : 600 hectares de gravières autorisées en Basse-Ariège, 600 hectares de terres agricoles de perdus. Combien en photovoltaïque demain?

2. Pôle Artistique ou Ecole de Musique?


Après les annonces de « l’adjoint  Ribaute »  sur le maintien du Pôle Artistique, démenties quelques jours après par le maire lui-même qui le réduit au simple déménagement de l’Ecole de Musique, les Appaméens sont en droit de se demander s’il y a un pilote dans l’avion... et quel sera le coût de cette opération annoncée par le maire à 1,4 million d’euros. Notre chiffrage arrive au moins à 2 millions TTC. Où sont les économies promises  par le maire, pourquoi construire un studio de danse très onéreux? L’enseignement de la danse est abandonné.

M. le maire, pourquoi minimisez-vous le coût de ce chantier exorbitant, et pourquoi la Communauté des Communes ne finance-t-elle pas cette opération qui la concerne pour moitié des élèves (qui payent le double de frais d’études)? Quel sera le coût d’investissement et le coût de fonctionnement de cette structure à la seule charge de Pamiers?

3. La Providence

La municipalité s’était engagée à déménager la MJC en 2010 ! Elle est dans des locaux non conformes et inadaptés. Nous demandons qu’au prochain budget (avril) soit prévue une somme de 20 000 euros afin de financer un concours d’architectes en relation avec les associations concernées pour, en 2012, déménager la MJC à la Providence, créer aussi des salles d’exposition (qui font cruellement défaut à Pamiers), et créer une Maison de Quartier. L’ensemble sur le site de la Providence, qui est  suffisamment vaste.

Monsieur le maire, que voulez-vous faire, et quand, de la Providence et de la MJC, si mal traitée par votre municipalité?

4. Réaménagement de la place Saint-Ursule

On attend avec impatience le sort du futur réaménagement de la place Sainte-Ursule, financé par l’OCCUP, la Région, le Département. Ce projet “phare” de la municipalité pour la revitalisation du centre-ville, présenté par MM. Salvaing, Lopez et Deymier à l’assemblée générale des commerçants de Pamiers et approuvé en commission Urbanisme, dont on dit maintenant qu’il serait abandonné pour cause de TROU dans les finances municipales... Le fait de savoir si Sainte-Ursule sera un parking à barrière (comme Jean-Jaurès) ou un parking classique est un faux débat. Il est urgent de rénover cette place dans le cœur de Pamiers et de profiter des subventions obtenues, qui sinon seront perdues...car les aides de l’OCCUP se terminent en 2011. Ce projet ne peut être reporté.

Monsieur le maire, oui ou non, allez-vous rénover et embellir la Place Sainte-Ursule comme prévu cette année?

Les Appaméennes et les Appaméens attendent des réponses précises. Nous attendons des réponses avant le Conseil municipal d’avril à nos questions et à nos propositions.

POUR INFORMATION


COMMUNIQUE DE FRANÇOIS TOULIS 
Président de la chambre d’agriculture.

Sur le projet de centrale photovoltaïque au sol à Pamiers, la chambre d’agriculture de l’Ariège n’a pas été consultée par la commune ou le Préfet sur une demande de permis de construire relative à ce projet. Pour rappel, voici la position de la chambre d’agriculture sur le photovoltaïque au sol : d’une façon générale, la chambre d’agriculture juge intéressante écologiquement et économiquement la production d’énergie photovoltaïque…. Elle accompagne d’ailleurs les agriculteurs pour la pose de panneaux en toiture de bâtiments agricoles. Par contre, elle est défavorable au développement des centrales solaires au sol lorsque les espaces d’implantation sont en concurrence foncière avec l’agriculture. Le département de l’Ariège dispose de suffisamment d’espaces disponibles pour réaliser le développement de ces projets dans des secteurs non dommageables pour l’activité agricole : terres non exploitées, friches industrielles, anciennes carrières ou décharges réhabilitées, espaces ouverts dans des zones artisanales ou industrielles… Elle est d’ailleurs régulièrement consultée par le Préfet de l’Ariège lors de l’instruction de ces projets au regard des règles d’urbanisme. Conformément à la réglementation nationale, la chambre d’Agriculture de l’Ariège émet un avis défavorable lorsque les projets sont situés sur des terres agricoles.

* VOIR ARCHIVES DU BLOGUE - JUILLET 2010 SUR CE DOSSIER.


Partager cet article
Repost0