Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logodepeche140

logogaz140




 

5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 15:00

finrecre

Dans le Journal du Dimanche, Martine Aubry rappelle que c'est le programme qui prime, que le travail n'est pas terminé, et que le calendrier voté par le Parti s'impose à tous, y compris à elle-même. En rappelant que "la patience ne pousse pas dans tous les jardins", elle rappelle aux Socialistes les leçons de Mitterrand : "Il faut savoir donner du temps au temps " Et ne pas tomber dans le piège tendu par Sarkozy, qui veut nous pousser à rntrer en campagne électorale pour fuir ses responsabilités de Président, pour endosser les habits de candidat.

ARTICLE DU JDD : CLIQUEZ SUR LE LIEN CI-DESSOUS.

logojdd140,jpg

PLUS :

depdeuxgo
La Dépêche du Midi - Samedi 4 décembre 2010


Partager cet article
Repost0
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 16:57

desesperant2


Depuis 2002 , nous attendions que le PS se mette au travail et prépare un programme ambitieux et réaliste. Nous sommes en train de le faire, ce travail n'est pas achevé. Nous avons arrêté un calendrier pour les primaires, avec dépôts des candidatures en juin 2011 et vote en septembre. N pas respecter cela c’est, une fois de plus, prendre en otage le travail collectif pour des logiques personnelles, mais c’est aussi se tirer une balle dans le pied. Les Français, les militants, sont lassés de nos querelles picrocholines d'égos, d'ambitions et de stratégies à cinq bandes. Les Français ne veulent pas de cinq ans de plus avec Sarkozy et sa "bande".


Notre responsabilité collective est immense, face à l'attente des Françaises et des Français, mais aussi au niveau international où l'image de la France s'est gravement détériorée.

Toute candidature aux primaires est légitime, en temps et en heure. Ouvrir la phase des primaires par des candidatures « sauvages » aujourd'hui, c'est zapper le projet du PS, c'est perdre les huit mois de travail collectif à venir, jusqu'en juin 2011, pour huit mois de petites phrases et de « cadeaux à la presse qui n'attend que cela ». C'est donner un spectacle de division artificielle et égocentrique indigne des enjeux et des attentes des Françaises et des Français.

Michel Teychenné
Membre du Conseil national du PS


logoafp


Primaires PS :
Peillon appuie DSK, "une chance pour la France"


PARIS — L'eurodéputé PS Vincent Peillon a estimé dimanche que Dominique Strauss-Kahn est "une chance pour les socialistes comme pour la France", et fustigé "l'irresponsabilité" de ceux qui le pressent de démissionner du Fonds monétaire international (FMI) pour s'engager.

Interrogé par Radio J sur une éventuelle candidature du directeur général du FMI aux primaires socialistes, l'ancien lieutenant de Ségolène Royal a affirmé: "Je pense qu'il est une chance pour les socialistes comme pour la France". "Nous avons quelqu'un de crédible, quelqu'un dont il semblerait que les uns et les autres, en tous cas une grande majorité aujourd'hui, espèrent qu'il revienne", a-t-il fait valoir, alors que les sondages portent DSK au pinacle.

Mais M. Peillon a aussi souhaité que soit laissé à M. Strauss-Kahn le temps d'accomplir son travail au FMI.

"Je suis effrayé par l'irresponsabilité d'un certain nombre de gens qui ne mesurent pas, étant donné la gravité de la crise, la responsabilité qui est la sienne et qui tout occupés à leurs petites joutes germano-pratines entre la rue de Solférino et l'Assemblée nationale, voudraient qu'ils démissionnent pour annoncer une primaire qu'ils feraient avec Manuel Valls et Arnaud Montebourg!", a-t-il lancé.

"On est quand même dans un monde de schtroumpfs! (...) Ca veut dire que ça n'est pas sérieux", a-t-il affirmé, saluant en DSK "quelqu'un qui se collette jour après jour (avec) une crise internationale profonde, qui essaie de transformer le FMI".

Pour M. Peillon, si DSK "est capable" d'amener ce pays "à se rendre compte des réalités", "avec évidemment un engagement à gauche qui a toujours été le sien et à proposer des solutions", ce sera "bien accueilli en France et ce n'est pas aux socialistes de commencer à lui mettre des peaux de banane".

Selon lui, il y a "des gens qui s'occupent des vrais problèmes" et d'autres "qui s'occupent essentiellement d'eux mêmes".

Ces "bisbilles", "querelles d'ego" ou "de calendrier", "il faut que cela cesse", a-t-il intimé. C'est non "seulement stupide" mais "assez indécent dans la période actuelle". "Nous nous tirons une balle dans le pied".

Le calendrier des primaires (dépôt des candidatures en juin 2011, scrutin en octobre-novembre) "est le bon et ne peut être changé qu'à l'unanimité", a encore dit l'eurodéputé. "Ce serait tomber dans un piège grossier que de vouloir l'accélérer".

© 2010 AFP

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 16:54

logogaz140

 

verdictgazette


Le Tribunal correctionnel de Foix, qui avait mis en délibéré son jugement dans l’affaire qui opposait Michel Teychenné et trois autres militants du Parti socialiste, l’a rendu le vendredi 19 novembre. Après une audience où les avocats s’étaient renvoyé la balle dans le jeu du « c’est pas moi, c’est lui qui a commencé », le Tribunal a reconnu à Michel Teychenné son statut de victime en condamnant ses agresseurs à trois mois de prison avec sursis, un an de mise à l’épreuve, interdiction de l’approcher, et paiement des frais de justice et d’une provision de 2 400 euros. Un jugement accueilli avec satisfaction par Michel Teychenné qui l’a aussitôt replacé dans un contexte politique. Rappelons que la bagarre avait éclaté le 20 mai au sortir d’une réunion de la section appaméenne du PS, et que la photo du visage tuméfié de l’ancien député européen était vite sortie des réseaux sociaux pour figurer dans la presse et déclencher une avalanche de réactions.


Cela, quelques semaines à peine après une campagne aux régionales fatricide, où Michel Teychenné et Emile Franco s’étaient affrontés pour la troisième place. Michel Teychenné, s’estimant lésé, avait porté l’affaire devant le Bureau national du PS qui, bien qu’allant dans son sens, n’aboutissait pas à le placer sur liste.

A partir de là, les relations se sont tendues entre l’ancien député européen et la Fédération, et se déroulent depuis tant sur la scène judiciaire (en sus de l’agression du 20 mai, il y a l’affaire de la diffamation dont s’estime victime Augustin Bonrepaux de la part de Michel Teychenné, qui sera jugée le 14 décembre) qu’ à la Commission nationale des conflits du PS, saisie de toutes parts.
La tension est telle qu’au lendemain de la « baston » du 20 mai, le premier fédéral, Marc Carballido, encore sous le coup d’une campagne mouvementée, relevait que la bagarre avait eu lieu sur la voix publique en dehors du cadre socialiste, et que c’était une affaire privée. Mais Michel Teychenné ne l’entendait pas de cette oreille et s'obstinait à faire de cette agression un règlement de compte politique en demandant illico l'exclusion des trois hommes.

« Mes agresseurs m’auraient jamais dû avoir la carte du PS. (…) Ceux qui les ont fait venir à la section de Pamiers ont une responsabilité morale dans cette affaire. Depuis six mois que dure cette procédure, ces Messieurs tiennent le haut du pavé à la section socialiste de Pamiers et à la Fédération, ce qui fait régner un climat très pénible, très malsain. Je regrette que les responsables de la Fédération PS, Marc Carballido, Jean-Christophe Bonrepaux et Kamel Chibli, n'aient toujours pas demandé au Bureau National du PS des sanctions contre ces individus et n'aient pas voulu prendre des mesures destinées à les éloigner de la section de Pamiers pendant la procédure, comme je l'ai plusieurs fois demandé », déclarait aux médias Michel Teychenné à l’énoncé du jugement.

« La question de l’exclusion n’est pas de mon ressort observait Marc Carballido joint par téléphone. Aussitôt le jugement rendu, j’ai demandé la suspension des trois militants jusqu’à la décision de la Commission nationale des conflits, elle seule capable de prononcer ou non l’exclusion… Les circonstances de cette affaire n’étaient pas claires, la Fédération a toujours préservé la présomption d’innocence, maintenant que le Tribunal a éclairci cette affaire, nous pouvons prendre nos responsabilités. »

Kamel Bataoui, le seul des trois militants présent à l’audience, a déclaré à nos confrères de France 3 Sud vouloir faire appel de cette décision, s’estimant plutôt victime que coupable.

La section socialiste, qui a élu son nouveau secrétaire de section le 17 novembre, retrouvera-t-elle un climat serein et apaisé propice à préparer les cantonales de 2011 ? Telle est la question.

La Gazette de l'Ariège, 26 novembre 2010

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 11:13

logolib140

23novlibe

Michel Teychenné les appelle ses « soi-disant camarades ». Certes, comme lui, ils ont la carte. Mais le 20 mai, ces trois adhérents de la fédération ariégeoise du Parti socialiste l’ont laissé sur le pavé, KO, tuméfié, rossé à coups de pieds dans la tête à l’issue d’une réunion de la section de Pamiers du PS. Le tribunal correctionnel de Foix a prononcé son jugement vendredi qui condamne les socialistes frappeurs à trois mois de prison avec sursis et un an de mise à l’épreuve. Le premier d’entre eux fait savoir qu’il fera appel de sa condamnation : « Je ne suis pas le voyou montré du doigt par monsieur Teychenné », nous écrit-il. S’il ne dit rien des coups pour lesquels il a été condamné, il jure en revanche n’avoir « rien à [se] reprocher » sur le fond de l’affaire. L’homme à l’origine de l’embrouille serait Michel Teychenné lui-même, préoccupé par ses seuls « intérêts personnels » et dont les « méthodes » alimenteraient le « climat malsain » de cette fédération. Il est vrai que l’ancien assistant du député de Haute-Garonne, Lionel Jospin, ex-député européen et toujours membre du Conseil national du PS ne se coule pas parfaitement dans le moule du « socialisme clanique » qui se pratiquerait selon lui à Foix.

Cette raclée du 20 mai arrive en conclusion d’années de frictions avec les instances départementales. Ce soir-là, il venait de contester la désignation des candidats, qui l’excluait de sélections régionales. Les opposants à sa candidature auraient selon lui pratiqué le bourrage de section avec toutes sortes de « militants pas très clairs » dans le seul but de le mettre en minorité. Le fait d’avoir insinué que sa qualité d’homosexuel avait pu contribuer à sa mise à la marge a fini d’incendier ladite fédération. Que ceux qui l’ont rossé revendiquent haut et fort leur « attachement aux vraies valeurs de la gauche » n’émeut que très modérément le passé à tabac. Au contraire, il cogne en retour, visant à la tête. Teychenné reproche ainsi aux « responsables de la fédération » de n’avoir jamais pris de « sanctions contre ces individus ».

Il s’est retrouvé seul pour demander l’exclusion de ses agresseurs aux instances nationales du parti, lesquelles ne se sont d’ailleurs toujours pas prononcées. Lionel Jospin, le maire de Paris et celui de Toulouse, des élus régionaux ou européens lui ont au moins manifesté leur soutien. L’Ariège de l’omnipotent président PS du conseil général, Augustin Bonrepaux, s’est faite beaucoup plus discrète.

Les seuls montagnards socialistes à s’être fendus d’un mot aimable pour sa personne sont le député Henri Nayrou et le président du groupe PS au Sénat, Jean-Pierre Bel. La bonne nouvelle pour la fédération est que Teychenné promet de n’être pas candidat aux élections cantonales au printemps,.

Libération Édition nationale - Gilbert Laval - 23 novembre 2010


Partager cet article
Repost0
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 15:13

reactionverdict


Mes agresseurs sont condamnés à trois mois de prison avec sursis, à un an de mise à l’épreuve, à payer les frais de justice et à me verser solidairement 2 400 euros en provision, dans l’attente de l’expertise médicale ordonnée par le tribunal.  Ils ont aussi l’interdiction de me rencontrer, par mesure de protection.

Ils auraient pu me tuer. Je remercie les personnes qui sont intervenues : à trois contre un, je n'avais aucune chance.

Mes agresseurs n'auraient jamais dû avoir la carte du PS. Ils ont tous les trois un lourd passé judiciaire. Ceux qui les ont fait venir à la section de Pamiers au mois de mars ont une responsabilité morale dans cette affaire.

Je suis satisfait du verdict, et de l'interdiction faite à mes agresseurs de me rencontrer.  S’ils font appel, ils prennent le risque de voir leur peine aggravée.

Depuis six mois que dure cette procédure, ces Messieurs tiennent le haut du pavé à la section socialiste de Pamiers et à la Fédération, ce qui fait régner un climat très pénible, très malsain. Les militants de Pamiers attendaient cette décision pour retrouver enfin le calme.

Je regrette que les responsables de la fédération PS, Marc Carballido, Jean-Christophe Bonrepaux et Kamel Chibli, n'aient toujours pas demandé au Bureau National du PS des sanctions contre ces individus et n'aient pas voulu prendre des mesures destinées à les éloigner de la section de Pamiers pendant la procédure, comme je l'ai plusieurs fois demandé.

J'ai, à titre personnel, saisi les instances nationales pour obtenir l’exclusion de mes trois agresseurs. Ils n'ont rien à faire au PS. Les militants ariégeois, que je connais bien, n'ont rien à voir avec ces gens. Il faut le dire clairement : nous n'avons pas les mêmes valeurs!

Tout ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort. Je suis heureux de tourner cette triste page, qui donne une très mauvaise image de la politique. Mon engagement socialiste reste intact, mon envie de travailler pour Pamiers et l'Ariège reste entière.

Je remercie tous ceux et celles, extrêmement nombreux et de tous horizons, qui pendant cette dure période m'ont apporté leur soutien et leur amitié. Je remercie particulièrement Lionel Jospin et Bertrand Delanoë, Pierre Izard, Jean Glavany, Pierre Cohen, tous les députés européens socialistes par la voix de Catherine Trautmann, bien sûr Vincent Peillon et mes amis de la motion E, Henri Nayrou, Jean-Pierre Bel, Bernard Soula, et André Trigano pour sa cordialité dans ces moments.

Michel Teychenné

DANS LA PRESSE

logolib140
LIBERATION TOULOUSE - 20/11/2010
 


logodepeche.jpg
 

LA DEPECHE DU MIDI - 20/11/2010


anews2010

ARIEGE NEWS - VIDEO + ARTICLE - 19/11/2010


logotetu140

23novteteu


Michel Teychenné a obtenu gain de cause dans le procès qui l'opposait à trois jeunes militants du PS. Ils ont été condamnés à de la prison avec sursis.



scanfinalteteu

Capture d'écran du blog de Michel Teychenné à la suite de son agression


« Mes agresseurs n'auraient jamais dû avoir la carte du PS. Ils ont tous les trois un lourd passé judiciaire. Ceux qui les ont fait venir à la section de Pamiers au mois de mars ont une responsabilité morale dans cette affaire. » Même s'il se dit «satisfait» de la décision de justice qui vient d'être rendue, l'élu socialiste ouvertement gay de l'Ariège, Michel Teychenné, prouve sur son blog que l'agression à son encontre est intervenue dans un débat de haute tension politique locale.


Rappel des faits. En mai dernier, Michel Teychenné publie sur son blog une photo choc, le visage tuméfié, et raconte avoir été battu par trois «soi disant camarades» socialistes, à l'issue d'une réunion dans la section du parti à Pamiers (lire notre article). Les blessures ont entraîné une ITT de trois jours. Un procès mouvementé vient d'avoir lieu, et le verdict est sans ambiguïté: les trois agresseurs ont été condamnés à trois mois de prison avec sursis, à un an de mise à l'épreuve, à payer des frais de justice ainsi qu'à lui verser 2.400 euros en provision dans l'attente d'une expertise médicale.

Climat « malsain »

L'élu ouvertement gay, qui dénonçait auparavant une «mise à l'écart» du parti «motivée par l'homophobie» et a été exclu des listes pour les élections régionales (lire notre article), dénonce le «climat très pénible, très malsain» qui règne dans la section du PS depuis les six mois qu'ont duré cette procédure, «ces messieurs (les condamnés, NDLR) tiennent le haut du pavé».

Aujourd'hui, l'élu se dit «satisfait du verdict, et de l'interdiction faite à mes agresseurs de me rencontrer. S'ils font appel, ils prennent le risque de voir leur peine aggravée.» Il reproche aux responsables de la fédération PS de ne pas avoir écarté les militants inculpés durant le temps de la procédure. Cependant, dans un reportage vidéo d'AriegeNews.com, l'un d'eux explique que, la justice ayant parlé, le Bureau national du parti socialiste serait saisi pour prendre des sanctions envers eux.

TETU.FR - 23 novembre 2010


Partager cet article
Repost0
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 16:38

trigtey2

Monsieur le Maire,

Je veux d'abord saluer Madame Ginette Rousseau, nouvellement chargée de l'animation culturelle, et l'assurer de notre collaboration tout en regrettant vivement qu'il n'y ait plus d'adjointe à la Culture à Pamiers. C’est un message négatif envoyé à toutes les associations culturelles, si importantes pour notre ville, et c’est surtout « l'aveu » des conflits qui minent votre majorité.

Monsieur le Maire, Madame Delattre a dit qu'elle avait « dû fuir ce climat détestable ». Elle est la troisième élue de votre liste à démissionner. Déjà au Conseil Municipal de juillet, votre majorité avait volé en éclats alors que vous-même appeliez tous les conseillers à voter le texte de soutien aux établissements scolaires publics et privés de Pamiers (face à la concurrence d'un établissement privé hors contrat). Texte que le Groupe de Gauche proposait au vote du Conseil. Vos propos lors de ce débat, Monsieur le Maire, étaient très clairs, comme votre refus de tous les intégrismes. Or ce soir-là, malgré votre appel au vote, Claude Deymier, votre deuxième adjoint, et six conseillers de votre majorité vous ont fait défaut et se sont abstenus sur notre texte de soutien. Un vote qui remet en cause des valeurs communes auxquelles nous sommes attachés tous les deux, comme tous ceux qui ont voté ce texte : la laïcité et la tolérance.

Enfin, Monsieur le Maire, ne vous posez pas en donneur de leçons en matière de divisions de socialistes. Vos amis de droite au Conseil Régional se divisent, éclatant en deux groupes avec une copieuse distribution de noms d'oiseaux, et je suppose que vos nombreux adjoints et conseillers UMP ne sont pas très fiers de la condamnation à la prison ferme du tête de liste UMP à Foix aux dernières municipales, pour « hold-up » à main armée... à Pamiers!

Les problèmes de Pamiers sont suffisamment graves pour ne pas se perdre en vaines polémiques politiciennes.

Michel Teychenné
Groupe de Gauche à la Mairie de Pamiers

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 16:00

vilarcitation



Y aura-t-il une nouvelle adjointe au Maire à la culture (ou adjoint) à Pamiers? Après la démission de Patricia Delattre, la question n'est pas anodine. Les tensions et rivalités qui minent l'actuelle majorité permettront-elles de dégager un consensus pour élire un(e) nouvel(le) adjoint(e), ou ceux qui ont obtenu la démission de Madame Delattre, gagneront-ils la partie par la nomination d'un(e) simple conseiller(e) délégué(e)? Cela serait un très mauvais coup porté aux associations culturelles de Pamiers et un message clair de désintérêt et de désengagement de l'actuelle majorité, renvoyant la culture à un dossier annexe.


Michel Teychenné



COMMUNIQUÉ DES ASSOCIATIONS CULTURELLES

viarasso


logogaz140

viarteytriggo

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 18:52

CONSEIL MUNICIPAL DE PAMIERS : DÉMISSION DE PATRICIA DELATTRE

Communiqué de presse du Groupe de Gauche

Nous avons appris par courrier la démission de Patricia Delattre du Conseil municipal. Sans surprise, car depuis des mois, nous constations les dysfonctionnements entre l'adjointe à la Culture et son prédécesseur. Le Groupe de Gauche regrette son départ. Nous avons apprécié son engagement fort pour la culture sous toutes ses formes, sa capacité de dialogue, son ouverture d'esprit.

Une fois de plus, à Pamiers, la société civile et l'engagement associatif doivent céder face à l'immobilisme et la politique partisane. Ce regrettable épisode illustre, s'il en était besoin, que le "mandat de trop" ne concerne pas seulement le maire de Pamiers, et que les divisions minent l'actuelle majorité.

Pour le Groupe de Gauche,
MICHEL TEYCHENNÉ


logodepeche.jpg

delattrego

Coup de théâtre à la mairie. Patricia Delattre quitte ses fonctions d'adjointe au service culturel de la ville et démissionne du conseil municipal. En cause, le comportement de son prédécesseur, Roger Ribaute.

Depuis le dernier mandat, elle était la représentante de la culture à Pamiers. À l'origine de la création des Ballades culturelles, celle qui a passé le plus clair de son temps dans les coulisses de la scène appaméenne rend aujourd'hui son tablier.

DDM : Pour quelles raisons quittez-vous la mairie de Pamiers ?

Patricia Delattre : Depuis ma prise de fonction d'adjointe, je fais face à l'agressivité permanente de Roger Ribaute, délégué au patrimoine. Ces derniers temps, la situation devenait intenable. Nos rapports n'ont cessé de se dégrader, je devais faire face à des propos malveillants à mon encontre et, plus difficile encore, des incivilités à l'endroit de mes collaborateurs. J'ai dû fuir ce climat détestable qui ne me permettait plus de travailler correctement. Cette ambiance me semble peu conforme à l'idée que je me fais de l'exercice de nos missions d'élus.

Comment expliquez-vous ce comportement ?

J'ai compris son dépit d'avoir perdu son statut d'adjoint. J'ai rigoureusement veillé à ne pas empiéter sur ses missions de délégué au patrimoine mais cela n'a pas été suffisant. Je ne suis pas ici pour régler des problèmes d'ego, je voulais seulement faire mon travail dans de bonnes conditions. Ce n'est plus possible, alors je pars.

Quel est votre état d'esprit aujourd'hui ?

Je pars la tête haute. Mes années passées à la mairie ont été très productives. J'ai mis toute mon ardeur et mon enthousiasme à participer au développement de la politique culturelle de la ville et je pense avoir réalisé de belles choses, je pense notamment aux Ballades culturelles qui sont maintenant ancrées dans le paysage culturel des Appaméens. Mais ce départ, c'est tout de même une rupture difficile à vivre pour moi, j'ai du chagrin de laisser derrière moi toutes les associations à un moment où nous étions en plein développement mais j'espère que ce dynamisme ne retombera pas.

Comment s'est passé votre départ ?

Je me suis entretenue avec certains élus et avec M. le maire. Tous respectent mon choix, j'ai beaucoup d'admiration pour André Trigano qui m'a soutenue dans chacun de mes projets.

À noter que nous ne sommes pas parvenus à joindre Roger Ribaute, conseiller municipal délégué au patrimoine.

Les réactions

C'est avec « regret » que le maire de la ville, André Trigano, a pris acte de la démission de son adjointe à la culture. « J'ai beaucoup de respect pour le travail qu'a réalisé Patricia Delattre pendant toutes ces années en tant que déléguée à l'animation culturelle puis en tant qu'adjointe », a-t-il déclaré avant d'ajouter qu'il était prématuré de donner un nom à son remplaçant. Question qui sera abordée en fin de semaine.

Du côté de l'opposition, Michel Teychenné, du groupe de gauche, qualifie ce départ de « regrettable » et souligne que « depuis des mois, nous constations les dysfonctionnements entre l'adjointe à la culture et son prédécesseur […]. Nous avons apprécié son engagement fort pour la culture sous toutes ses formes, sa capacité de dialogue, son ouverture d'esprit. Cet épisode illustre[…] que le « mandat de trop » ne concerne pas seulement le maire de Pamiers et que les divisions minent l'actuelle majorité. »

 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 12:23

Procès des agresseurs Michel Teychenné

CONTRE LES AGRESSEURS DE MICHEL TEYCHENNÉ, LE PROCUREUR REQUIERT TROIS MOIS DE PRISON AVEC SURSIS DONT UN AN DE MISE À L'ÉPREUVE, L'INDEMINISATION DE M. TEYCHENNÉ ET L'INTERDICTION DE LE FRÉQUENTER

Mon commentaire après cette audience


D'abord, j'ai remarqué la surprise, la stupéfaction mème, de beaucoup d'observateurs et du public quand Madame la Présidente a lu les casiers judiciaires de ces messieurs : drôles de socialistes quand même! Décidément nous n'avons pas les même valeurs...

Autre sentiment : l'absence totale de regrets, de remords :une forme avancée d'inconscience? Enfin, la patience, puisque le jugement sera rendu le 19 novembre, et mon envie de passer à autre chose avec les camarades socialistes de Pamiers après ce semestre très pénible.

Voici les articles parus dans
La Gazette ariégeoise et dans La Dépêche du Midi concernant l'audience du vendredi 15 octobre 2010 : 

 

logogazette.jpg

LE CONSEILLER MUNICIPAL AVAIT ÉTÉ ROUÉ DE COUPS LORS D'UNE BAGARRE AVEC D'AUTRES MILITANTS

L’ambiance détestable du PS appaméen devant le Tribunal correctionnel

Les mauvaises langues diront qu’une caméra de surveillance eût été utile , le jeudi 20 mai dernier, devant le local de la section socialiste de Pamiers, rue Lakanal. Une réunion vespérale aux débats vifs, des discussions qui se prolongent sur le trottoir, le ton qui monte, et au final un militant – le conseiller municipal Michel Teychenné laissé sur le carreau le visage tuméfié.

Cinq mois plus tard, y voit-on plus clair sur le déroulement des faits? Par vraiment, tant à l'audience les versions de la victime et des trois prévenus (lesquels présentent chacun un casier judiciaire, pour divers faits mais pas de violence) accusés de l'avoir agressé divergent. Le procès, reporté à deux reprises, était pourtant attendu par les militants appaméens, désireux de retrouver un peu de sérénité…

Pour Kamel Bataoui, l’un des trois prévenus, l’étincelle est à rechercher dans des propos « inadmissibles » que M. Teychenné aurait tenus, ce soir-là, envers un militant des Jeunes socialistes appaméens. Propos qu’il va, après la réunion, rapporter à ses amis – dont la responsable concernée – réunis au restaurant d’Olivier Mussongo. Se forme alors un trio – MM. Bataoui, Madjoubi et Mussongo – qui rejoint dare-dare la section socialiste « pour que Michel Teychenné s'explique ».

« Ils sont arrivés en vociférant », réplique le conseiller municipal, qui citait dans sa déposition : « On va te crever, on va te faire la peau. » Michel Teychenné s’approche très près de Kamel Bataoui, « je lui ai demandé de se calmer » – Kamel Bataoui conteste, « il m’a agrippé par le revers de la veste, de façon violente ». A partir de là, tout s’enchaîne . M. Teychenné reçoit un coup de pied au visage – dont M. Mussongo reconnaît volontiers être l’auteur : « Kamel est mon ami, je le défends, c’est tout. » M. Madjoubi admet tout juste avoir, par un « balayage », aidé à mettre l’élu appaméen à terre.

Quant à M. Bataoui, il nie fermement avoir porté le moindre coup – « Par contre, j’ai pris un coup de poing d’une autre personne. » Michel Teychenné, lui, dira que « une fois à terre, j’ai reçu d’autres coups, de poing et de pied. Ça a duré trente, quarante secondes… »
Bilan : un certificat médical qui reconnaît la gravité des blessures de M. Teychenné, « dix jours d’interruption temporaire de travail ».

Pour l'avocate de Michel Teychenné, les choses sont claires : les trois prévenus ont cogné : « M. Bataoui présente même un certificat médical relavant un hématome à l’auriculaire gauche. C’est qu’il s’est servi de ses mains, et pas que pour repousser mon client. »  Me Subra-Suard s’appuie également sur un témoignage « neutre », celui d’une riveraine de la rue Lakanal, d’où il ressort que « la provocation n'est pas du fait de M. Teychenné, et qu’il a tenté de calmer le jeu ».

Témoignage vite balayé par Me Dedieu, qui défend les trois prévenus : « Ce que cette dame a vu, personne d’autre ne l’a vu, pas même M. Teychenné. » Pour l’avocat, « le premier à perdre son sang-froid, c’est M. Teychenné qui a fait demi-tour pour faire face à M. Bataoui. Lequel n’a porté aucun coup, tout comme M. Madjoubi. Quant à M. Mussongo, il répond à l'agression physique que subit son ami. » Et Me Dedieu de plaider un partage des responsabilités entre MM. Mussongo et Teychenné, la relaxe pour les deux autres prévenus, avant de résumer : « C’est de la basse politique, sans aucun intérêt, mais qui peut conduire à la désaffection pour la politique. »

A l’opposé, la vice-procureure, Mme Blanc, considère comme « graves » les faits commis par les trois prévenus, trouve « un goût amer » à cette affaire « au vu de l’idéal d’un parti politique », et note que « aucun regret n’a été émis par les prévenus ». Pour elle, les faits sont établis. Elle demande « trois mois de prison avec sursis, l’obligation d’indemniser la victime, et l’interdiction d’entrer en contact avec M. Teychenné ». Me Suard avait juste avant demandé que soit prononcée une indemnisation de son client en fonction de l’expertise prochaine : « On craint des séquelles sur un plan visuel. »

Au-delà des coups, l'affaire aura mis en lumière le climat particulier qui règne au sein de la section appaméenne du PS : « Michel Teychenné dit à ses amis ce qu’il faut dire et faire », d'après M. Mussongo. « Ces trois messieurs sont arrivés au PS en mars, et depuis je subis des attaques et des provocations incessantes», selon M. Teychenné. Mais les militants devront encore attendre avant de connaître l’issue du dossier : le tribunal a renvoyé son jugement au 19 novembre prochain…

Compte-rendu d’audience A.C. / La Gazette ariégeoise
 



logodepeche.jpg


proctitre

procphoto2


Le débat, pour le coup, a été plus correct que viril: hier, l'élu appaméen Michel Teychenné a retrouvé ses agresseurs du mois de mai, à la barre du tribunal correctionnel.

Comment est-on passé du «Poing et la Rose», chers au parti socialiste, au poing.... dans la figure entre militants, ce soir du mois de mai dernier, à l'issue d'un vote interne de la section appaméenne du parti? C'était tout l'enjeu du procès qui s'est déroulé, hier, à la barre du tribunal correctionnel de Foix. Michel Teychenné, l'élu appaméen, ancien député européen, a retrouvé ses trois agresseurs de cette soirée tristement mémorable. Mais rien n'a été si simple, pour démêler le vrai du faux. Il faut dire, d'abord, que le principal témoin de la scène, une dame qui prenait l'air sur son balcon, a vu des choses que personne d'autre n'a vu. Et M° Dedieu, du barreau de Foix, a eu beau jeu de le jeter à bas. Pour leur part, Kamel Bataoui, Hicham Madjoubi et Olivier Musongo n'ont pas admis grand chose. Le premier a reconnu qu'il avait peut-être «poussé» Miche Teychenné. Le second a murmuré qu'il l'avait sans doute «fait tomber en le fauchant». Et le troisième a assuré qu'il n'avait fait que défendre Kamel Bataoui, au moment où Michel Teychenné venait de le saisir par les revers de la veste, face contre face, lui demandant «de se calmer». «Kamel, c'est mon ami, je l'ai défendu, et j'ai donné un coup de poing à Michel», relate-t-il. M° Dedieu s'empare de la scène: «Il y a eu une provocation, la volonté d'en découdre». En d'autres termes, quand on tombe la veste, il faut se méfier des conséquences.

La présidente du tribunal se saisit alors d'une pièce du dossier: le certificat médical établi par le médecin légiste qui a examiné la victime. Plaies à la face, cocards aux deux yeux, douleurs cérébrales... Ce rapport témoigne d'une vraie dérouillée, une forme de passage à tabac. «J'ai été surpris quand j'ai vu la photo», note alors Kamel Bataoui, avec une (fausse) naïveté confondante. M° Suard, avocate de Michel Teychenné, parlera de la «mauvaise foi», des trois hommes, tandis que Marilyn Blanc, substitut du procureur de la République, estimant les faits «graves», demandera trois mois de prison avec sursis. Mais, au-de là de cette volée de coups, ce qui a marqué les esprits, hier, c'est «le côté très désagréable de ce dossier, où des gens qui partagent le même idéal en viennent aux mains», comme l'a fait remarquer Marilyn Blanc. «La violence n'a pas sa place dans le domaine politique», a rappelé M° Suard, avocate de Michel Teychenné. Et même M° Dedieu, avocat des trois hommes, s'en est dit persuadé: «Tout ça, c'est de la bien mauvaise politique, qui n'intéresse ni la justice, ni les citoyens». Délibéré au 19 novembre.

 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 12:13

proctit2

procloti

Au départ, c'était une simple question de dénomination des voies aux abords du lotissement du Chandelet mais le ton est monté, hier soir, lors du conseil municipal. Très vite la question n'était plus de savoir si le prolongement de l'avenue de la Bouriette conserverait le même nom mais le problème tournait autour du financement même de ce projet immobilier pourtant voté par le conseil, il y a trois ans. Aux abords de l'école des Canonges, la cité du Chandelet prend forme, constituée de 5 bâtiments, elle abritera bientôt 76 logements sociaux que Michel Teychenné, plus remonté que jamais, a qualifiés de « véritables cages à lapins ». Le groupe de gauche a déclaré que « le montant des subventions allouées pour ce projet d'un promoteur immobilier privé était totalement démesuré ». En cause, les fonds publics apportés au financement d'une chaufferie au bois qui fonctionnera en majorité pour ces logements et à hauteur de 10 % seulement pour l'école primaire. Mais aussi la prise en charge des travaux de voirie : 300 000 euros justifiés par la majorité par le passage souterrain des canalisations à cet endroit. « Un promoteur doit prendre en charge ces aménagements, a renchéri Michel Teychenné, il y en a en tout pour un million d'euros de subventions déguisées », a-t-il glissé avant d'opposer son refus de vote sur ce point. La majorité a calmé le jeu, se donnant le temps de la réflexion sur ce projet qui sera, selon elle, «le futur nouveau quartier de Pamiers».

procphoto1

Toujours sur le terrain de l'aménagement du territoire, des précisions ont été demandées sur la destination exacte du budget supplémentaire destiné à l'école des Canonges et sur le devenir d'un bien immobilier acheté pour faciliter la liaison entre la place des Trois Pigeons et la rue Gabriel Péri. La question de la réhabilitation de la place des Augustins a été abordée par Louis Claeys juste avant que ne soit votée la revalorisation du patrimoine de ce lieu historique.

La commission d'urbanisme

Lors de la révision du plan local d'urbanisme, votée hier soir, à l'unanimité, l'élue Vert Françoise Matricon a réclamé que les associations concernées puissent être présentes lors des réunions de la commission. Si les membres des différentes associations impliquées dans les projets de développement urbain n'auront pas le droit de vote, le maire, André Trigano a donné son accord pour qu'ils participent activement aux débats aux côtés des élus.

INTERVENTION DE MICHEL TEYCHENNÉ AU NOM DU GROUPE DE GAUCHE LORS DU CONSEIL MUNICIPAL DU 14 OCTOBRE

Monsieur le Maire,

C'est avec une certaine solennité, en intervenant devant le Conseil Municipal et en vous remettant cette intervention sous forme de lettre, que je souhaite attirer votre attention sur le fait suivant :

Votre majorité demande au Conseil de nommer une impasse "Impasse des Chênes" par la délibération n° 4.1. Cette impasse, en chantier actuellement dans la cité du Chandelet et sise sur un terrain privé vendu par la Mairie à la SAA HLM de l'Aude, promoteur de cette cité, est financée par la Mairie de Pamiers à hauteur de 300 000 euros. Il s'agit d'une subvention déguisée, non votée par le Conseil Municipal.

De plus, votre majorité a déjà financé en totalité le système de chauffage de cette cité pour un montant de 770 000 euros HT en réalisant la chaufferie au bois destinée à la nouvelle école des Canonges. Or, cette chaufferie fonctionnera à 89,4 % pour la cité en construction, et seulement à 10,6 % pour l'école. Soit, là encore, une subvention déguisée de 700 000 euros (plus les charges d'entretien et d'amortissement à la charge de la Mairie). 

Au total : UN MILLION D'EUROS de fonds publics apportés par votre majorité à ce projet d'un promoteur privé, la SAA HLM de l'Aude, pour un cité qui hébergera 400 à 500 personnes entassées dans des "cages à lapin"  dignes des pires erreurs architecturales des années 60, sur des terrains qui dans le PLU étaient réservés au développement commercial...

Je précise en outre qu'à Carcassonne, à la cité du Viguier, cette société vient d'investir dans une chaufferie au bois qu'elle a totalement financée à sa charge... 

Au nom du Groupe de Gauche, je souhaite porter ces éléments à la connaissance du Conseil Municipal, et vous informer que nous refuserons de voter la délibération n°4.1 pour marquer notre opposition, tant sur la forme que sur le fond, à cette opération immobilière scandaleuse et à la façon dont le Conseil Municipal a été tenu dans l'ignorance, notamment, des éléments financiers.

Je vous demande, Monsieur le Maire, que mon intervention soit intégralement inscrite dans le compte-rendu de séance.

 

Partager cet article
Repost0