Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logodepeche140

logogaz140




 

24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 15:31

solaire

Un projet de centrale solaire photovoltaïque sur la commune de Pamiers divise le conseil municipal. Il s'agit rien moins que de produire 25 % de l'électricité de la commune. Mais la centrale va occuper 16 hectares de terre. La gauche est contre et les écologistes aussi.

Première salve à Pamiers contre un projet de centrale photovoltaïque. On se doutait bien que dès lors que le capitalisme allait trouver intérêt à se jeter sur le solaire, avec les excès qui sont propre à l'économie de marché, ceux qui avaient appelé de leurs vœux cette énergie venue du ciel allaient tomber en transe. Un peu sur le modèle des tempêtes qui se lèvent aujourd'hui contre les éoliennes, lesquelles jadis avaient été présentées comme la panacée. Il est vrai que les centrales photovoltaïques, qui si elles sont installées sur les toitures ont tout pour plaire, deviennent tout à coup un peu moins séduisantes dès lors qu'elles étalent au ras du sol sur des hectares ces miroirs juteux. C'est le cas avec le projet présenté voilà quelques jours en conseil municipal de Pamiers, porté par la société Enertrag qui envisage d'implanter une centrale au sol, sur un site de près de 16 hectares, entre l'autoroute et la voie ferrée. Un projet qui a reçu la bénédiction de la commission « urbi » du développement durable de la commune, et « orbi » de celle de la communauté de communes. « Cette implantation peut être le support d'une communication du territoire sur les actions de la collectivité en matière de développement durable, son emplacement s'avérant stratégique en sortie d'autoroute et à l'entrée de Pamiers » expliquait Hubert Lopez en présentant le dossier.

L'affaire impose de définir dans le plan local d'urbanisme un zonage spécifique. C'est là d'ailleurs que se situe la première quinte de toux. Françoise Matricon, élue des Verts, qui avait voté cette proposition en commission, estime avoir été abusée : « On nous a parlé de terres qui seraient des délaissés, mais ce n'est pas cela du tout ! » Et Michel Teychenné, se rappelant ses années de jeunesse au lycée agricole est allé sur place vérifier que l'on trouvait là « une très belle luzerne ». Bref, le dossier est passé en conseil municipal, car le maire a trouvé une majorité, mais on n'a pas fini d'en entendre parler. D'autant plus qu'il serait surprenant que les porte-voix de l'écologie ne donnent pas de la chansonnette autour de cette collection de miroirs que d'aucuns sont prêts à appeler « aux alouettes ».


25 % DE L'ÉLECTRICITÉ DE PAMIERS PRODUITE PAR LA CENTRALE

Le site retenu est à proximité de la zone de Gabrielat. La centrale en question devrait développer 5,5 mégawatts et serait en capacité de produire 25 % de la consommation électrique des habitants de Pamiers. Le site est qualifié « d'enclavé entre l'autoroute et la voie ferrée, surplombé par deux lignes électriques, n'est pas irrigué et n'offre pas de potentiel agricole élevé » lit -on dans la présentation du projet. On a beaucoup discuté sur la qualification du potentiel agricole, Françoise Matricon craignant peut-être avec excès que dans quelques années, une France animée par la famine, n'en vienne à regretter d'avoir sacrifié ses surfaces agricoles aux projets industriels.


Pour l'heure en tout cas, le monde agricole n'a pas bougé, captivé il est vrai par la manne que les installations photovoltaïques en toiture (sur les hangars) procurent aux exploitations ballottées par une PAC de plus en plus malade. « Faut-il mettre le doigt dans cet engrenage -s'est exclamé Michel Teychenné - pourquoi ne pas développer ce procédé sur les vrais délaissés de la zone de Gabrielat, il faut reporter cette question ! » Le vote en a décidé autrement. Mais ce n'est pas pour cela que l'on en parlera plus. À Pamiers comme ailleurs, car le soleil ne se couche jamais sur le marché de l'énergie…

FLEURISSEMENT DE CENTRAKES EN ARIÈGE

On parle aujourd'hui de Pamiers, mais on parlera demain d'autres lieux dans le département où vont fleurir les projets de centrales photovoltaïques. Le coup est déjà parti. Le projet de Daumazan sur Arize, pourtant considérable, est semble-t-il passé comme une lettre à la Poste, celui de Montaut a immédiatement fait tousser la population. Et voilà que maintenant à quelques kilomètres à vol d'oiseau de cette commune, fleurit ce projet de Pamiers. On touche là au nœud gordien de la question de l'énergie. Un panneau solaire en toiture a toutes les qualités du monde. Dix hectares de panneaux sont perçus comme une calamité. La question de l'utilisation des terres peut être légitimement posée, même si il est vrai que France est tout autant livrée aux cultures qu'aux jachères imposées par une Europe dont on se demande quel est le fond du raisonnement. En tout cas nous sommes entrés dans l'ère du solaire, et c'est une ressource dont le développement devra être plus fortement encadré. C'est en tout cas ce qui est aujourd'hui demandé par beaucoup.

LE CHIFFRE : 5, 5

MÉGAWATTS > produits. C'est la capacité du projet. Ce qui représente 25 % de la consommation électrique de la ville de Pamiers.

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 12:28

reportarnews

reportphotomt

C’est un président en colère, qui, avec l’assentiment d’un procureur qui ne l’était pas moins, a accepté de reporter l’audience du Tribunal correctionnel de Foix, concernant la plainte déposée par Michel Teychenné contre les trois personnes accusées de l’avoir agressé, le 20 mai, à la sortie d’une réunion de la section appaméenne du Parti Socialiste.

«Ce soir là, raconte Michel Teychenné, ancien député européen, et chef de file du groupe de gauche à la municipalité de Pamiers, à l’issue d’une réunion de section  un tantinet houleuse, je me suis approché d’un de mes contradicteur, et lui ait demandé de cesser ses attaques verbales aussi inutiles que stériles.

J’attrape alors le revers de son veston entre le pouce et l’index. Un de ses amis arrive à ce moment et me décoche un violent coup de poing au visage. Je tombe à terre, et suis roué de coups par mes trois agresseurs»


Michel Teychenné s’en sortira avec le visage tuméfié, et dix jours d’arrêt de travail.

Rapidement, les trois individus en cause portent plaine contre l’ex député.

Cette plainte sera classée sans suite, et c’est la plainte de la victime qui sera retenue au motif de
«Violences aggravées en réunion ayant entraîné une ITT de plus de huit jours»

On attendait donc avec impatience cette audience pour démêler le vrai du faux, et vérifier les dires des uns et des autres.

Malheureusement, ce n’est pas ce mardi 29 juin que l’on connaîtra le fin mot de cette agression.

Un des prévenus avait averti de son absence suite au décès de sa mère survenu quelques jours avant l’audience.

Quant aux deux autres, ils ne se sont pas présentés, sans autre explication.

Leur avocat, Me Dedieu n’a pu que demander le report de l’audience, au grand dam de Michel Teychenné, présent dans la salle avec son avocate, Me Suard.

Dans ces conditions, le président ne pouvait, à son grand regret, et faute d’accusés, que reporter l’audience après les vacances judiciaires, soit le 15 octobre prochain.

Rappelons que quelques jours avant, très exactement le mardi 29 juin, une autre audience pour laquelle ce même Michel Teychenné était convoqué, mais cette fois en qualité d’accusé, avait été reportée au 3 août suivant, à la demande de son adversaire, au cas particulier Augustin Bonrepaux, président du Conseil Général de l’Ariège.

Ce dernier avait porté plainte en diffamation contre le candidat malheureux aux élections régionales, lequel l’avait accusé d’homophobie.

 


reportdepeche

 LA DÉPËCHE DU MIDI / 14 JUILLET 2010


Partager cet article
Repost0
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 11:18

cm87titre

logogaz140

gaz107102

gaz07101


logodepeche140
 8 JUILLET 2010

cm87intro


logodepeche140
 9 JUILLET 2010

cm87orage


cm87voeux


LE TEXTE DU VOEU DU GROUPE DE GAUCHE

Le Groupe de gauche propose la motion de soutien suivante au vote du Conseil municipal : "Pamiers peut être fière d'être en Ariège le premier pôle d'enseignement avec plus de 5000 élèves inscrits dans les établissements scolaires de la commune. Ces établissements offrent une grande qualité d'enseignement et une diversité de cursus complémentaires dans le respect des spécificités de chaque établissement et dans le respect du choix de chaque famille. Les établissements scolaires de Pamiers et leur équipe pédagogique, par leur travail et leur réputation, font partie de la richesse et de l'attractivité de Pamiers.  Le Conseil municipal les assure de son entier soutien et invite les parents d'élèves de Pamiers à rester fidèles aux  établissements scolaires de Pamiers."

 

COMPTE RENDU DU CONSEIL PAR LE GROUPE DE GAUCHE

Pamiers, Conseil Municipal du 8 juillet : la majorité divisée!
 
Le dernier Conseil Municipal avant les vacances avait un ordre du jour très chargé. Le groupe de Gauche est intervenu sur plusieurs dossiers, d'abord pour regretter que le bilan d'activité de la Communauté des Communes ait été expédié en quelques secondes... sans même l'audition obligatoire des délégués, alors que 80% de son budget provient des impôts de Pamiers.

Nous sommes aussi intervenus sur les comptes d'exploitation de la Régie de l'eau, qui sont en déficit depuis sa prise de contrôle par le Groupe Veolia, ce qui laisse craindre le pire pour l'avenir. Nous avons voté contre le prix de l'eau, qui est le plus cher du département.

Le débat a été vif sur le projet d'aménagement de l'ilot des Trois Pigeons, dossier qui traîne depuis des années. Nous avons voté contre le projet de la Majorité, qui ne propose qu'un parking et surtout qui exclut les bâtiments de la Providence : une aberration. Nous ne pouvions voter un bricolage à 800 000 euros. La municipalité n'a toujours aucun projet sur la Providence, alors que nous demandons qu'y soit déménagée la MJC dans le cadre d'un aménagement paysager global des Trois Pigeons.

Nous avons voté contre une nouvelle révision du Plan Local d'Urbanisme, qui n'a de plan que le nom tant il a été révisé, modifié et détérioré. Révision demandée pour implanter, cette fois chez un privé, 16 hectares de panneaux photovoltaïques, installés à proximité de Trémèges par une société elle aussi privée. Cette opération va à l'encontre du PLU de Pamiers. Elle n'offre pas de garantie écologique suffisante et est la porte ouverte pour voir se développer ce genre de dossiers qui, sous couvert de développement durable, sont des opérations  strictement financières. "Les Verts" ont aussi voté contre.

Nous avons constaté que le projet de déménagement du Cinéma REX au Chandelet était abandonné par ses promoteurs, et rappelé encore une fois que le maintien du Cinéma en centre-ville devait être une priorité. Nous avons dénoncé l'inertie de la municipalité sur ce dossier, qui risque d'entraîner le départ du REX ailleurs dans l'agglomération appaméenne.

Enfin, concernant le projet du Pôle d'enseignement artistique, qui prévoit le déménagement de l'Ecole de Musique à l'ancien Hôpital et la création de classes de théâtre, de dessin, de danse, etc., avec les aménagements nécessaires, pour un total d'environ 2 millions d'euros, nous avons rappelé que le déficit annuel de l'Ecole de Musique était de 600 000 euros  pour 350 élèves dont la moitié de Pamiers --- soit 1700 euros par élève payés  par les impôts des Appaméens, pour 100 euros payé par an par les parents d'élève. Nous avons aussi rappelé que la MJC de Pamiers, avec 650 membres, ne recevait que 75 000 euros de subvention par an, et avait des locaux indignes.

L'enseignement de la danse, du dessin ou du théâtre n'est pas du rôle de la Mairie de Pamiers. Ces services sont assurés à Pamiers par la MJC, par des associations ou dans le cadre de cours privés. De plus, vu l'énorme déficit de l'Ecole de Musique, il est irrationnel de créer 4 ou 5 postes budgétaires de professeurs, qui viendront s'ajouter aux 17 existants.  Pour toutes ces raisons, nous considérons qu'il vaudrait mieux aider les associations existantes : ce serait plus efficace et beaucoup mois cher.

Nous avons donc voté contre ce dossier, proposant de s'en tenir à l'Ecole de Musique et d'en rationnaliser la gestion. Nous avons aussi proposé que la municipalité, puisqu'elle a les moyens de créer 5 postes dans cette période de rigueur, affecte plutôt ces postes à la Police Municipale, qui en a bien besoin.

A la fin de conseil, nous avons pu poser les 3 questions que nous autorise le règlement intérieur, bien qu'elles n'étaient pas inscrites à l'ordre du jour malgré notre demande.

1) Monsieur le Maire, le Carmel de Pamiers est aujourd'hui vide et fermé. Ce bâtiment classé est un fleuron du patrimoine appaméen. Nous vous demandons que la Mairie de Pamiers se porte acquéreuse de ce bâtiment dans une logique de valorisation du patrimoine et de revitalisation du centre-ville.
 
Réponse : Le Maire refuse toujours cet achat.
 
2) La création depuis quelques mois d'un établissement scolaire Hors contrat avec l'Education nationale en Basse Ariège pourrait, à terme, déstabiliser le pôle scolaire de Pamiers.  Le Groupe de gauche propose la motion de soutien suivante au vote du Conseil municipal : "Pamiers peut être fière d'être en Ariège le premier pôle d'enseignement avec plus de 5000 élèves inscrits dans les établissements scolaires de la commune. Ces établissements offrent une grande qualité d'enseignement et une diversité de cursus complémentaires dans le respect des spécificités de chaque établissement et dans le respect du choix de chaque famille. Les établissements scolaires de Pamiers et leur équipe pédagogique, par leur travail et leur réputation, font partie de la richesse et de l'attractivité de Pamiers.  Le Conseil municipal les assure de son entier soutien et invite les parents d'élèves de Pamiers à rester fidèles aux  établissements scolaires de Pamiers."

Quelle ne fut pas notre surprise, sur ce texte pourtant consensuel et très républicain de notre motion, de voir la majorité se diviser. Plusieurs de ses membres ont refusé de suivre la demande du Maire de voter notre texte et sont allés jusqu'au bout, en s'abstenant. S'en est suivi un brouhaha digne d'une cour d'école, les soutiens de l'école hors contrat de Saverdun invectivant ceux qui voulaient voter avec nous la motion de soutien à tous les établissements scolaires de Pamiers. 

Notre motion rebaptisée "Voeux du Conseil Municipal" a été votée, malgré 7 abstentions au moins.
 
3) Le conseil s'est terminé par une question de notre groupe sur l'état d'avancement des travaux de l'abattoir, qui ont pris du retard.  Pendant la réponse de M. Deymier, toujours dans le brouhaha, le Maire a fait le tour des conseillers municipaux qui n'avaient pas voté notre motion, leur faisant la leçon. Aucun n'y a échappé... Jamais en 15 ans de mandats une telle situation n'était arrivée à André Trigano.

Fidèle à notre ligne de conduite, celle d'une opposition ferme mais constructive, nous avons voté 32 délibérations sur 36,  nous avons expliqué nos votes contre, et fait de nombreuses propositions. Le conseil a été levé à 20 h 40.
 
Michel Teychenné
Président du Groupe de Gauche à la Mairie de Pamiers

Partager cet article
Repost0
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 22:12

TC FOIX 4

Par l'intermédiaire de mon avocat, Me Jean-Pierre Mignard, j'ai accepté la demande de l'avocat d'Augustin Bonrepaux de reporter l'audience du Tribunal correctionnel de Foix concernant la plainte d'Augustin Bonrepaux à mon encontre. L'audience a été reportée au 3 août.
 
Depuis le 12 décembre, date de la Convention Nationale de ratification des Listes PS aux Régionales, j'ai  toujours prôné le dialogue. Si la fédération ariégeoise du PS avait respecté l'arbitrage national qui, légitimement, me plaçait en troisième position sur la liste socialiste de l'Ariège, cette polémique  n'aurait pas eu lieu. Pas plus que la violente agression physique que j'ai subie le 20 mai dernier de la part "de soi-disant camarades". Et, vraisemblablement, il y aurait toujours trois conseillers régionaux socialistes en Ariège.
 
Je continuerai à préférer le dialogue et l'échange constructif à des procédures judiciaires. Il est temps de clore cette période peu valorisante du  PS ariégeois, comme le souhaitent la grande majorité des militants et moi-même.
 
Michel Teychenné
Membre du Conseil National du PS

Partager cet article
Repost0
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 10:56
Suite à la violente agression que j'ai subie le 20 mai, le Procureur de la République a renvoyé mes trois agresseurs devant le Tribunal correctionnel de Foix le 13 juillet pour "violences aggravées en réunion ayant entraîné une ITT de plus de huit jours"

 

DEPECHE 25 JUIN

Partager cet article
Repost0
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 12:59

libe03022010

Il y a quelques années, il valait mieux cacher son homosexualité quand on désirait adopter un enfant. La justice vient de rappeler que l’orientation sexuelle ne peut pas, par principe, être un obstacle. Cette fois, elle l’a signifié à un homme de gauche : le président socialiste du conseil général de l’Ariège. Augustin Bonrepaux avait invoqué le «principe de précaution» pour refuser l’agrément à un candidat à l’adoption, en couple avec un homme depuis vingt ans.

«Carte sur table». Il y a cinq ans, Pierre, la quarantaine, entame une démarche d’adoption. C’est une décision mûrie à deux, avec son compagnon. Pierre s’engage à titre individuel, comme la loi l’y autorise (l’adoption à deux est réservée aux hétérosexuels mariés). Mais le couple veut une démarche de «transparence». «On a joué franc jeu, mis carte sur table», dit Pierre. Le psychologue et l’assistante sociale chargés de leur évaluation prennent en compte leur vie de couple. Tous deux rendent un avis «favorable». «L’homosexualité du couple parental sera une différence supplémentaire pour l’enfant. Le fait que le requérant ait fait sa demande dans la clarté de sa situation nous permet de penser qu’il saura répondre aux questions de l’enfant en toute honnêteté et simplicité, facteur important pour sa construction psychique», constate l’assistante sociale. Le psychologue se montre attentif à un projet d’adoption qui «apparaît réfléchi [...] ; il ne s’agit pas, par exemple, d’une revendication», et apprécie que le couple «montre des capacités d’invention et d’adaptation». Augustin Bonrepaux n’a pas été convaincu. Il craint que l’enfant ne grandisse dans «un milieu familial indifférencié, sans repères quant au rôle de chaque membre du foyer» et s’abrite derrière «le principe de précaution». Le tribunal administratif de Toulouse a balayé ses réticences. Il a annulé le refus de l’élu fondé sur une «inexacte application» du droit. Désormais, Pierre devrait pouvoir obtenir son agrément.

«Modification». L’affaire, que Pierre et son compagnon ne voulaient pas médiatiser, fait d’autant plus mauvais effet qu’il implique une personnalité politique de gauche, alors que le PS s’est déclaré officiellement favorable à l’homoparentalité. «La société est prête à accepter que des couples homosexuels adoptent des enfants. La loi doit être modifiée», déclarait à l’automne le député socialiste Patrick Bloche.La dernière histoire, devenue emblématique des droits des homos, se passait dans le Jura, présidé par un élu de droite, qui avait refusé l’agrément à Emmanuelle B., une lesbienne, à cause de son orientation sexuelle.

Cela avait valu une condamnation de la France pour discrimination à la Cour européenne des droits de l’homme.Les juges avaient estimé que la candidate avait fait l’objet «d’une différence de traitement» basée sur sa sexualité. Selon eux, la France avait porté «atteinte au droit de mener une vie privée et familiale».

Le 10 novembre, le tribunal administratif de Besançon avait rappelé le conseil général du Jura à l’ordre en l’enjoignant d’accorder son agrément à Emmanuelle B. dans les quinze jours sous astreinte de 100 euros par jour de retard. Une manière de décourager les élus hostiles à l’homoparentalité. Emmanuelle B., en couple depuis vingt ans et qui s’est battue pendant dix ans pour avoir le droit d’adopter, a finalement obtenu son agrément le 20 novembre.

LIBÉRATION (Charlotte Rotman) --- LE 3 FÉVRIER 2010

Partager cet article
Repost0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 16:47

soutienbdelanoe

Partager cet article
Repost0
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 15:33

mercibeaucoup


Encore merci pour vos très nombreux messages de soutien et d'amitié. Je vais m'efforcer de répondre à toutes et à tous, mais il me faut un peu de temps, j'ai encore besoin de repos...

Je préfère continuer à ne pas  m'exprimer sur cette regrettable affaire et à ne faire aucune déclaration dans la presse. Je fais confiance à la Justice et je souhaite prendre un peu de recul.

Michel


voircomeag


soutieneuro

Partager cet article
Repost0
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 13:19
desnouvelles  

DES NOUVELLES...

Suite à la violente agression physique que j'ai subie jeudi soir devant la section socialiste de Pamiers, rue Lakanal, je remercie tous ceux et celles, nombreux, qui se sont informés de ma santé tout en m’assurant de leur soutien et de leur amitié.

Les 10 jours d’arrêt ne seront pas de trop, mais j'ai retrouvé une vision à peu près normale.  Les céphalées restent fortes, et la dent cassée me fait souffrir.  Quant à la couleur des hématomes, elle reste bleu foncé... foncé!

Je regrette que mes agresseurs se disent socialistes. Fraîchement arrivés à la section de Pamiers, leur comportement n'a rien à voir avec nos valeurs.
Si je m'en sens capable, je serai présent au Conseil Municipal de jeudi.

À bientôt,

Michel



Partager cet article
Repost0
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 11:24

depeche17mai3

logodepeche.jpg


depeche17mai2

Ainsi donc le groupe de gauche a donné une conférence de presse samedi à l’heure de l’apéritif dans ce qui lui tient leu de local, rue Lakanal. Objet de ce retour sur la scène politique appaméenne de Michel Teychenné et de sa famille: le bilan des deux premières années de mandat entre autres choses. Un retour qui vient mettre un terme à une parenthèse amère des régionales, puisque in fine, rappelons-le, ni Émile Franco conseiller régional sortant, ni Michel Teychenné prétendant sorti par les siens n’iront déposer la gerbe du conseil régional aux monuments aux morts durant cette mandature puisque c’est un «vert» qui va s’y coller. Mais il est temps de tourner la page pour les camarades de la rue Lakanal.

Depeche17mai6D'abord, une bonne nouvelle sortie du chapeau d’un Michel Teychenné qui a envie d’en découdre. Le maire André Trigano, dont on connaît la grande mansuétude, a autorisé son encombrant sparring-partner à introduire dans les commissions urbanisme, social et centreville, respectivement Thierry Fraisse qui serait promis à un brillant avenir, Robert Mourlane connu du monde associatif pour son altruisme, et Carmen Barthès, exfiltrée du conseil municipal au terme d’une procédure administrative pour cause d’incompatibilité entre son statut professionnel et celui d’élue de ce bon peuple appaméen.

Bref, trois PS non élus pourront grossir les rangs des commissions sans pouvoir de décision, c’est quand même pas l’Annapurna mais Milou Franco l’assure : « Nous serons trois fois moins mais trois fois plus présent ! » (N.D.L.R. : entendez trois fois moins que les membres de la majorité présents dans les commissions). Objectif de la manoeuvre: « être plus au service des Appaméens et plus présent en amont de la validation des projets » s’enorgueillit l’ancien député européen Michel Teychenné. Certes.

Passons au bilan des deux ans. Avec en introduction un petit couplet d’autosatisfaction: «On veut faire de l’opposition constructive. À ce titre le dossier des abattoirs en est une illustration. Si l’abattoir est là où il en est, c’est grâce à nous!». Le rachat de la Providence par la municipalité ? À les entendre, pour l’opposition c’est kif-kif. Si elle n’avait pas montré le chemin à suivre, la Providence ne serait pas un bien municipal. Quant au projet la concernant, « On regrette qu’il y ait à ce point un manque d’imagination pour un outil qui pourrait contribuer à une redynamisation du centre-ville » dira Michel Teychenné. La faute à qui? «Le maire n’est pas souvent là mais c’est ses adjoints, premier dauphin compris (N.D.L.R. : Legrand), qui chacun dans son coin fait sa cuisine. Le maire n’est même pas au courant de ce qu’il se passe en mairie ! Il découvre quand c’est trop tard » diront les membres de gauche, dégoupillant comme un seul homme leur grenade à fragmentation dans le jardin du maire. Mais ce ne sera que le début des hostilités : voir " PETITES PHRASES " ci-dessous.

depeche17mai4 depeche178



La Dépêche du Midi - Xavier Olmos - 17 mai 2010


Partager cet article
Repost0