Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logodepeche140

logogaz140




 

9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 13:32

logodepeche140


teylotitr


Hubert Lopez, maire adjoint chargé de l’urbanisme, et Michel Teychenné, conseiller municipal, président du Groupe de Gauche, mettent toute leur foi dans la Providence. Mais leurs prières n’empruntent pas les mêmes chemins. La Providence, c’est cet îlot que la ville a acheté à l’évêché, lequel était en négociations interminables avec un promoteur qui finalement s’est retiré des courses. La gauche plaidait pour l’achat, la majorité a mis quelques temps à se laisser convaincre, hésitant dans un contexte de réduction budgétaire, puis a jugé que la collectivité ne devait pas laisser passer l’opportunité d’être propriétaire d’un si vaste ensemble en centre-ville afin d’y mener une opération structurante. Le problème, mais en est-ce un, puisqu’en fait même si les avis s’opposent, ils participent au débat nécessaire, c’est que d’un coté à l’autre on n’a pas la même vision de l’usage qui peut être fait de ce lieu fiché en plein coeur de ville. Tout le monde est d’accord sur la nécessité d’y fonder une animation, une ou plusieurs structures qui redynamiseraient le centre-ville, mais les avis divergent autant sur le fond que sur la forme. On y retrouve le clivage traditionnel entre vision de gauche et de droite. Les uns veulent que ce projet soit public, les autres qu’il soit confié, quel que soit son contenu, à un opérateur privé. Il y a urgence semble dire Michel Teychenné, un cri auquel répond un écho contraire d’Hubert Lopez : « Il n’y a pas lieu de se précipiter. Donnons-nous le temps de réfléchir ». En attendant ils ont tous des idées pour honorer la Providence. Voici ce que cache le secret de leurs aspirations.


teylogo1

 teylogo2



Partager cet article
Repost0
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 10:42

cinematitre


logodepeche140

 

 

cinematey


cinemarex


cinemamartinew


cinamatrigano

Partager cet article
Repost0
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 12:47

marchenouvtitre


PAMIERS
PHOTOVOLTAÏQUE AU SOL - L'ELDORADO EN QUESTION
ENQUÊTE


Deux grands projets de centrales photovoltaïques au sol sont sur le point d'aboutir. Un développement qui déchire les élus, les uns dénonçant la braderie des terres agricoles, les autres les gains d'une activité économique « propre ».On connaissait l'Ariège réputée pour ces nombreux barrages hydroélectriques synonymes de gisements « d'or blanc ». En ce début de décennie, on assiste à un nouveau genre de ruée électrique, mais cette fois-ci dans le pays de Pamiers. Et la matière première convoitée n'est plus l'eau mais bien le soleil. Ainsi, deux grands projets de centrales photovoltaïques au sol sont en train de voir le jour à Saint-Amadou sur une surface de 20 hectares et à Gabrielat, sur 16 hectares. La question de cette dernière a suscité de nombreux remous lors du dernier conseil municipal, l'opposition dénonçant un grignotage des terres agricoles. À cela s'ajoute la création d'une nouvelle charte de la communauté de communes sur le sujet, présentée en commission d'urbanisme. « Nous sommes mis devant le fait accompli », dénonce Michel Teychenné, le président du groupe de gauche au conseil. « On ouvre la porte aux spéculateurs, prédateurs de subventions ». Car le pays de Pamiers semble attirer les entreprises productrices d'énergie renouvelable, comme le confirme Nicolas Bodereau, de la société Enetrag, porteuse du projet à Gabrielat. « La région est réputée pour son ensoleillement et ce territoire présente des terrains adaptés ». Alors, faut-il craindre de voir disparaître les terres agricoles sous de grands panneaux bleus ? « Ceux qui pensent cela sont des imbéciles ! », assène Lucien Quèbre, en charge de la question à la mairie. « C'est justement le but de la charte : savoir se poser les bonnes questions pour garantir le maintien de l'activité agricole et la préservation du cadre de vie ».

marchenouvphot
La centrale de Saint-Amadou est actuellement en pleine construction.

Reste que ce document n'a aucun caractère réglementaire, la prospection des terrains privés restant le domaine des entreprises souhaitant s'installer. Pour les agriculteurs, la tentation est alors grande de céder un terrain rapportant parfois deux fois plus une fois les panneaux installés. Les communes n'ont alors qu'un seul levier d'action : la modification des plans d'urbanisme requalifiant les terres agricoles en terres industrielles.Et là aussi, la tentation est grande. « Ce sont des entreprises comme les autres. À ce titre, elles nous permettront de récupérer les impôts qui remplaceront la taxe professionnelle ». Dans l'opposition, on dénonce cet effet d'aubaine et un possible emballement. « Dans le cas où les entreprises cesseraient leurs activités, qui aurait la charge du démontage ? », questionne un Michel Teychenné qui ne veut pas tomber dans le panneau. « Des cautions bancaires sont déposées pour pallier à cette éventualité », rétorque Lucien Quèbre, convaincu. On murmure qu'un autre projet serait en discussion sur La Tour-du-Crieu. De quoi raviver un débat très loin d'être fini.


machenouv


machenouvchiffres


marchenouvnew

Cher Lucien,
 
Que nous ne soyons pas d'accord sur ta politique d'installation de panneaux solaires sur les terres agricoles ne te permet pas de traiter ceux, nombreux, qui ne sont pas d'accord avec toi "d'imbéciles". On peut échanger des arguments sans insulter ceux qui ne sont pas d'accord avec vous. Cela s'appelle la démocratie tout simplement, mon cher Lucien.
 
Les conseillers d'opposition ont l'habitude de tes sorties abruptes et péremptoires en conseil municipal contre tes anciens amis politiques, et parfois même contre tes nouveaux amis politiques du moment, du genre "J'ai raison et c'est comme ça!"
 
Sur ce dossier du photovoltaïque au sol, les élus du Groupe de Gauche mais aussi les Verts pensent, et nous le diront, que ce qui est imbécile, c'est de sacrifier de bonnes terres pour que des sociétés privées se gavent de subventions, payées par nos impôts et nos factures EDF. Ce qui est imbécile aussi, c'est l'absence de garantie demandée à ces sociétés sur la présence de produits très toxiques dans certains types de panneaux, et sur le devenir de ces futures friches industrielles et sur leur recyclage quand les subventions auront été vendangées. Imbécile, aussi, de faire une "Charte de Développement du photovoltaïque au sol", dont tu dis en réunion municipale,qu'elle ne sert à rien et qu'en plus elle est facultative. Enfin, comment qualifier le fait que tu favorises l'installation de dizaines d'hectares de panneaux au sol autour de Pamiers alors que le pauvre habitant du centre de Pamiers se voit refuser l'installation de petits panneaux sur sa toiture pour un chauffe-eau solaire... A Pamiers, il y a des dizaines d'hectares de toitures industrielles, commerciales ou de bâtiments publics qui pourraient être équipées de panneaux solaires plutôt que de gâcher nos paysages avec 36 000 panneaux. Oui, vous avez bien lu, 36 000 panneaux hauts de deux mètres, à l'entrée de Pamiers sur le bord de l'autoroute au niveau de Trémège. Sans parler des autres dossiers que tu soutiens dans les communes environnantes comme vice -président de la Communauté de communes.
 
Voilà, mon cher Lucien, ce qui ne serait pas "imbécile" : discuter, et travailler pour l'avenir de Pamiers et pour un développement durable bien pensé et réfléchi.
 
Aux dernières élections, tu as choisi, comme Kouchner ou Besson, de changer de camp pour un poste moins prestigieux qu'un ministère : maire adjoint. Tu pourras nous répondre qu'il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis... A moins que, dans ce cas, ça ne soit l'inverse.
 
Michel Teychenné pour le Groupe de Gauche
Mairie de Pamiers

Partager cet article
Repost0
4 août 2010 3 04 /08 /août /2010 20:27

 logodepeche140

polesalue

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 13:23

poletitre3

Michel Teychenné salue la décision du Maire André Trigano de s'en tenir strictement au déménagement de l'Ecole de Musique et de sursoir au projet de Pole Artistique. En effet, ce projet que nous avons qualifié de "folie des grandeurs" en termes de coûts et de personnels est une aberration. La culture est un enjeu politique majeur. Elle doit être une priorité de la Ville de Pamiers. La force du mouvement culturel à Pamiers, ce sont les associations, nombreuses et dynamiques. C'est avec elles que l'on pourra développer une animation et un enseignement artistiques de qualité, et non en concentrant les crédits sur une structure comme le Pôle, coûteuse et inadaptée. D'ailleurs, les associations appaméennes ont été tenues à l'écart de la préparation de ce projet par la Mairie de Pamiers, ce qui est très regrettable.
 
Comme pour le projet de sauvetage de l'abattoir, après des débats parfois rudes en Conseil Municipal, le Maire a donné raison aux propositions du Groupe de Gauche, contre l'avis de ses adjoints chargés du dossier. Nous regrettons que le débat sur des dossiers aussi importants pour les Appaméens ne puissent être mieux préparés en commission municipale avec les partenaires concernés, par absence de débat. Nous demandons aussi la ten,ue d'un plus grand nombre de conseils municipaux. Pour le dernier semestre de cette année, seuls sont prévus : un en octobre, et un en décembre.
 
Malgré ces conditions difficiles, le Groupe de Gauche continuera à faire des propositions constructives dans l'intérêt de toutes et de tous à Pamiers.

Michel Teychenné
Président du Groupe de Gauche à la Mairie de Pamiers

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 17:17

logodepeche.jpg

musique1

École de musique, pôle d'enseignement artistique, voilà deux dossiers qui sont ouverts entre majorité et opposition au conseil municipal. Et pas près d'être refermés.


La culture c'est bien mais ça coûte cher ! C'est une phrase lapidaire qui résume le contenu du débat qui existe aujourd'hui entre majorité et opposition au conseil municipal, débat finalement fructueux car il se nourrit plus d'interrogations que de querelles et même sur certains points de convergences. Le nœud du débat, c'est le pôle d'enseignement artistique et l'école de musique. Cette dernière, voulue et revendiquée par la ville n'est pas subie. Mais son coût croît en même temps que son succès. La fréquentation dépasse largement les murs de la commune. « Le déficit se creuse, Pamiers seul ne peut plus financer cette infrastructure, il faut avoir le concours de la communauté de communes et du reste du département ! » estime Michel Teychenné. Car l'école de musique est aujourd'hui à vocation départementale, vocation confirmée par la qualité de son enseignement et les résultats obtenus, alors que de nombreux élèves ont pu en partant de ce « terroir » s'engager dans de prestigieuses études supérieures musicales. Mais cette maison affiche un coût de fonctionnement par élève pour la collectivité de 1700 euros à l'année. Une question sur laquelle le maire André Trigano est lucide : « Que voulez vous on voulu mettre la musique à la disposition de tous, bien entendu qu'il n'est pas normal que ceux qui ne sont pas de Pamiers payent guère plus que les autres. Nous devrions en fait avoir un statut d'école départementale de musique ! Est-ce notre vocation ? Tout est là. De toute façon plus on accueille, plus on a de monde. Je suis d'accord (avec M.Tetchenné) il faudra revoir cela ! »

« NE PAS SE LANCER DANS CETTE AFFAIRE »

Cette question de l'école de musique, pose celle plus large du pôle d'enseignement artistique. Là, la fracture est réelle entre opposition et majorité, puisque la gauche et les verts ont voté contre ce projet en conseil. Ce pôle se propose de regrouper les quatre spécialités artistiques que sont la musique, la musique, la danse, le théâtre et les arts plastiques. Cette ambition a un coût d'investissement : 1,7 million d'euros. Dont 1,1 m€ en autofinancement. Ce n'est pas neutre. Michel Teychenné estime que si l'on doit aujourd'hui « faire un choix sur l'école de musique, ce n'est pas le moment de se lancer dans cette affaire (de pôle). Ce dossier devient la folie des grandeurs ! » La majorité autour du maire, tient de toute évidence à ce projet, qui se veut fédérateur puisqu'il prend en compte en même temps sur le destin de la MJC, l'activité d'associations locales à vocation culturelle, etc. La gauche, tout en plaidant pour sa paroisse « traditionnelle » c'est-à-dire la culture avec soutien et rénovation de la MJC, poursuite de l'aide aux associations estime que les temps sont aujourd'hui trop durs financièrement pour aller plus loin, avec ce « pôle d'enseignement artistique ». Bref, c'est le dossier dont on n'a pas fini de parler entre conseillers, une douce musique diurne, orchestrée d'accord mineur, en désaccord majeur ». Attendons la prochaine aubade des élus…


musique2 

COMMENTAIRE DE MICHEL TEYCHENNE : DES CANARDS DANS LE DOSSIER DE L'ECOLE DU MUSIQUE ET DU POLE ARTISTIQUE

Malheureusement, malgré les déclarations très optimistes et légèrement démagogiques de M. Ribaute, aujourd'hui aucun élément ne démontre un recrutement plus démocratique pour l'École de musique, une ouverture plus large de l'accès à la musique. L'École de musique de Pamiers, c'est environ 600 000 euros par an de subventions municipales pour 350 élèves, dont la moitié Appaméens, alors que la MJC, avec plus de 600 adhérents, ne reçoit que... 75 000 euros par an et que ses locaux sont dangereux, vétustes et inadaptés. La culture est un enjeu politique majeur. Elle doit être une priorité de la Ville de Pamiers. Elle ne peut être réservée à une catégorie de la population, à une "élite culturelle" autoproclamée. La force du mouvement culturel à Pamiers, ce sont les associations, nombreuses et dynamiques. C'est avec elles que l'on pourra développer une animation culturelle de qualité, et non en concentrant les crédits dans une structure coûteuse et inadaptée. D'ailleurs, la plupart des associations ont été tenues à l'écart du projet de Pôle Artistique, ce qui démontre déjà la mauvaise pente prise par ce projet. Aucune des subventions demandées n’est confirmée. À ce jour, seul l'État, pour une somme presque symbolique, a donné son accord.


Michel Teychenné
Président du Groupe de gauche, Mairie de Pamiers

 

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 15:29
Partager cet article
Repost0
24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 15:34

pigeonsariegenews

Le Groupe de Gauche à la Mairie de Pamiers a dénoncé la "démocratie défaillante" de l'actuelle majorité.

Le dernier conseil municipal en a été un bel exemple: temps de parole limité et refus d'une suspension de séance de cinq minutes, contrairement à toutes les règles. Mais plus grave encore, lors du débat sur le projet de rénovation des Trois Pigeons, dossier qui traîne depuis des années, l'adjoint chargé de l'urbanisme a répondu par la négative à la question suivante du Groupe de Gauche: "Avez-vous, la Majorité, oui ou non, un projet pour le bâtiment de la Providence?"  Ce bâtiment a été acheté à la demande du Groupe de Gauche par la Ville pour faire un aménagement global de la friche urbaine des Trois Pigeons. La réponse de l’adjoint, Hubert Lopez, a été nette: "Non, nous n'avons pas de projet"  Le Groupe de Gauche a regretté cet état de fait, et voté contre le bricolage proposé sur les Trois Pigeons pour le montant de... 800 000 euros, quand même!  Vérifications faites sur le site web de la Ville, on peut constater qu'un appel d'offres a été lancé le 30 juin, une semaine avant ce conseil municipal, pour refaire les toitures de La Providence et y installer la Maison du Commerce... Visiblement, ou Hubert Lopez n'était pas au courant, ou il a des trous de mémoire.

Drôle de démocratie, quand les élus de la Majorité ne sont pas informés des projets! Drôle de démocratie municipale, puisque la seule délibération prise par le conseil municipal dans le cadre de l'opération OCUP prévoit l’installation de la Maison du Commerce sur le terrain des Trois Pigeons, et non à la Providence, dans la célèbre maison du XIII siècle, effondrée grâce aux trop bonnes mesures d'entretien de la Municipalité...  Maison du Commerce réalisée grâce à un appel d'offres effectué en cachette et sans délibération du Conseil Municipal: on croit rêver.

Résultat: une occasion ratée d’utiliser le seul grand terrain disponible dans le centre-ville (la friche urbaine des Trois Pigeons-La Providence) et d’avoir un projet structurant pour la revitalisation du centre-ville. Les idées ne manquent pourtant pas, comme par exemple relocaliser la MJC dont les locaux sont indignes, créer des espaces verts ou encore relocaliser le cinéma Rex qui, si la Mairie ne l'aide pas, finira par quitter Pamiers. Il faudrait aussi maintenir des places de parking pour le déménagement du marché de la Tricoterie et, pour une fois, avoir une vision globale de l'aménagement urbain et faire des économies d'échelle.

Morale: faire et défaire, c'est toujours travailler, mais c’est toujours les mêmes qui payent. 

(Communiqué également repris par Le petit journal)


pigeonsdepeche

Dans un communiqué, le Groupe de gauche à la mairie de Pamiers a dénoncé la «démocratie défaillante » de l’actuelle majorité avec le refus d’une suspension de séance de cinq minutes lors du conseil municipal « contrairement à toutes les règles ». Mais plus grave encore, lors du débat sur le projet de rénovation des Trois Pigeons, l’adjoint chargé de l’urbanisme a répondu par la négative à la question suivante du Groupe de gauche : « Avez-vous, la Majorité, oui ou non, un projet pour le bâtiment de la Providence? » Réponse de l’adjoint Hubert Lopez : « Non, nous n’avons pas de projet. » Le Groupe de gauche a regretté cet état de fait et voté « contre le bricolage proposé sur les Trois Pigeons pour le montant de... 800 000 euros, quand même! » Les élus de gauche observent que « vérifications faites sur le site Web de la ville, on peut constater qu’un appel d’offres a été lancé le 30 juin, une semaine avant ce conseil municipal, pour refaire les toitures de La Providence et y installer la Maison du Commerce… Visiblement, ou Hubert Lopez n’était pas au courant, ou il a des trous de mémoire. Drôle de démocratie, quand les élus de la majorité ne sont pas informés des projets! Drôle de démocratie municipale, puisque la seule délibération prise par le conseil municipal dans le cadre de l’opération OCUP prévoit l’installation de la Maison du Commerce sur le terrain des Trois Pigeons, et non à la Providence, dans la célèbre maison du XIIIe siècle, effondrée! » 

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 15:31

solaire

Un projet de centrale solaire photovoltaïque sur la commune de Pamiers divise le conseil municipal. Il s'agit rien moins que de produire 25 % de l'électricité de la commune. Mais la centrale va occuper 16 hectares de terre. La gauche est contre et les écologistes aussi.

Première salve à Pamiers contre un projet de centrale photovoltaïque. On se doutait bien que dès lors que le capitalisme allait trouver intérêt à se jeter sur le solaire, avec les excès qui sont propre à l'économie de marché, ceux qui avaient appelé de leurs vœux cette énergie venue du ciel allaient tomber en transe. Un peu sur le modèle des tempêtes qui se lèvent aujourd'hui contre les éoliennes, lesquelles jadis avaient été présentées comme la panacée. Il est vrai que les centrales photovoltaïques, qui si elles sont installées sur les toitures ont tout pour plaire, deviennent tout à coup un peu moins séduisantes dès lors qu'elles étalent au ras du sol sur des hectares ces miroirs juteux. C'est le cas avec le projet présenté voilà quelques jours en conseil municipal de Pamiers, porté par la société Enertrag qui envisage d'implanter une centrale au sol, sur un site de près de 16 hectares, entre l'autoroute et la voie ferrée. Un projet qui a reçu la bénédiction de la commission « urbi » du développement durable de la commune, et « orbi » de celle de la communauté de communes. « Cette implantation peut être le support d'une communication du territoire sur les actions de la collectivité en matière de développement durable, son emplacement s'avérant stratégique en sortie d'autoroute et à l'entrée de Pamiers » expliquait Hubert Lopez en présentant le dossier.

L'affaire impose de définir dans le plan local d'urbanisme un zonage spécifique. C'est là d'ailleurs que se situe la première quinte de toux. Françoise Matricon, élue des Verts, qui avait voté cette proposition en commission, estime avoir été abusée : « On nous a parlé de terres qui seraient des délaissés, mais ce n'est pas cela du tout ! » Et Michel Teychenné, se rappelant ses années de jeunesse au lycée agricole est allé sur place vérifier que l'on trouvait là « une très belle luzerne ». Bref, le dossier est passé en conseil municipal, car le maire a trouvé une majorité, mais on n'a pas fini d'en entendre parler. D'autant plus qu'il serait surprenant que les porte-voix de l'écologie ne donnent pas de la chansonnette autour de cette collection de miroirs que d'aucuns sont prêts à appeler « aux alouettes ».


25 % DE L'ÉLECTRICITÉ DE PAMIERS PRODUITE PAR LA CENTRALE

Le site retenu est à proximité de la zone de Gabrielat. La centrale en question devrait développer 5,5 mégawatts et serait en capacité de produire 25 % de la consommation électrique des habitants de Pamiers. Le site est qualifié « d'enclavé entre l'autoroute et la voie ferrée, surplombé par deux lignes électriques, n'est pas irrigué et n'offre pas de potentiel agricole élevé » lit -on dans la présentation du projet. On a beaucoup discuté sur la qualification du potentiel agricole, Françoise Matricon craignant peut-être avec excès que dans quelques années, une France animée par la famine, n'en vienne à regretter d'avoir sacrifié ses surfaces agricoles aux projets industriels.


Pour l'heure en tout cas, le monde agricole n'a pas bougé, captivé il est vrai par la manne que les installations photovoltaïques en toiture (sur les hangars) procurent aux exploitations ballottées par une PAC de plus en plus malade. « Faut-il mettre le doigt dans cet engrenage -s'est exclamé Michel Teychenné - pourquoi ne pas développer ce procédé sur les vrais délaissés de la zone de Gabrielat, il faut reporter cette question ! » Le vote en a décidé autrement. Mais ce n'est pas pour cela que l'on en parlera plus. À Pamiers comme ailleurs, car le soleil ne se couche jamais sur le marché de l'énergie…

FLEURISSEMENT DE CENTRAKES EN ARIÈGE

On parle aujourd'hui de Pamiers, mais on parlera demain d'autres lieux dans le département où vont fleurir les projets de centrales photovoltaïques. Le coup est déjà parti. Le projet de Daumazan sur Arize, pourtant considérable, est semble-t-il passé comme une lettre à la Poste, celui de Montaut a immédiatement fait tousser la population. Et voilà que maintenant à quelques kilomètres à vol d'oiseau de cette commune, fleurit ce projet de Pamiers. On touche là au nœud gordien de la question de l'énergie. Un panneau solaire en toiture a toutes les qualités du monde. Dix hectares de panneaux sont perçus comme une calamité. La question de l'utilisation des terres peut être légitimement posée, même si il est vrai que France est tout autant livrée aux cultures qu'aux jachères imposées par une Europe dont on se demande quel est le fond du raisonnement. En tout cas nous sommes entrés dans l'ère du solaire, et c'est une ressource dont le développement devra être plus fortement encadré. C'est en tout cas ce qui est aujourd'hui demandé par beaucoup.

LE CHIFFRE : 5, 5

MÉGAWATTS > produits. C'est la capacité du projet. Ce qui représente 25 % de la consommation électrique de la ville de Pamiers.

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 12:28

reportarnews

reportphotomt

C’est un président en colère, qui, avec l’assentiment d’un procureur qui ne l’était pas moins, a accepté de reporter l’audience du Tribunal correctionnel de Foix, concernant la plainte déposée par Michel Teychenné contre les trois personnes accusées de l’avoir agressé, le 20 mai, à la sortie d’une réunion de la section appaméenne du Parti Socialiste.

«Ce soir là, raconte Michel Teychenné, ancien député européen, et chef de file du groupe de gauche à la municipalité de Pamiers, à l’issue d’une réunion de section  un tantinet houleuse, je me suis approché d’un de mes contradicteur, et lui ait demandé de cesser ses attaques verbales aussi inutiles que stériles.

J’attrape alors le revers de son veston entre le pouce et l’index. Un de ses amis arrive à ce moment et me décoche un violent coup de poing au visage. Je tombe à terre, et suis roué de coups par mes trois agresseurs»


Michel Teychenné s’en sortira avec le visage tuméfié, et dix jours d’arrêt de travail.

Rapidement, les trois individus en cause portent plaine contre l’ex député.

Cette plainte sera classée sans suite, et c’est la plainte de la victime qui sera retenue au motif de
«Violences aggravées en réunion ayant entraîné une ITT de plus de huit jours»

On attendait donc avec impatience cette audience pour démêler le vrai du faux, et vérifier les dires des uns et des autres.

Malheureusement, ce n’est pas ce mardi 29 juin que l’on connaîtra le fin mot de cette agression.

Un des prévenus avait averti de son absence suite au décès de sa mère survenu quelques jours avant l’audience.

Quant aux deux autres, ils ne se sont pas présentés, sans autre explication.

Leur avocat, Me Dedieu n’a pu que demander le report de l’audience, au grand dam de Michel Teychenné, présent dans la salle avec son avocate, Me Suard.

Dans ces conditions, le président ne pouvait, à son grand regret, et faute d’accusés, que reporter l’audience après les vacances judiciaires, soit le 15 octobre prochain.

Rappelons que quelques jours avant, très exactement le mardi 29 juin, une autre audience pour laquelle ce même Michel Teychenné était convoqué, mais cette fois en qualité d’accusé, avait été reportée au 3 août suivant, à la demande de son adversaire, au cas particulier Augustin Bonrepaux, président du Conseil Général de l’Ariège.

Ce dernier avait porté plainte en diffamation contre le candidat malheureux aux élections régionales, lequel l’avait accusé d’homophobie.

 


reportdepeche

 LA DÉPËCHE DU MIDI / 14 JUILLET 2010


Partager cet article
Repost0