Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logoparl140



logodepeche140


logonews140

logogaz140





PAMIERS AU COEUR


Pamiers au coeur - Le Renouveau


Rejoignez-nous sur le site de la liste Pamiers au coeur - Le Renouveau (cliquez sur le logo) !

4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 12:00

 

 

           Communiqué de presse: Michel Teychenné répond à Alain Fauré

 

 J’ai proposé à Alain Fauré de travailler ensemble dans l’opposition, dans le respect de nos différences. Je ne lui ai pas demandé d’être notre « coach » en matière de communication. Le rôle des élus de l’opposition est d’informer la population, de faire des propositions, de faire entendre la voix des électeurs qui les ont soutenus. Notre rôle d’élus est aussi d’être présents en commissions, au Conseil municipal, à la Communauté des communes et sur le terrain, ce que nous faisons à « Pamiers au coeur » et que nous continuerons à faire. Nous devons accomplir un travail constructif dans l'opposition, nous pouvons l'accomplir ensemble. Ces précisions étant apportées à la réponse d’Alain Fauré dans la presse.

.L’équipe de « Pamiers au coeur » a fait de nombreuses propositions pour la Ville de Pamiers,  que nous avons remises par écrit au maire et à ses adjoints à l’occasion du dernier conseil municipal : des propositions pour le budget 2015 visant à rétablir d’abord les comptes municipaux sans augmenter les impôts, car les dépenses se sont envolées en 2014. Des propositions, aussi, pour éviter la diminution des subventions aux associations, et également par exemple, pour créer une halle en centre ville ou pour renforcer la culture à Pamiers, culture qui est le « parent pauvre » de cette municipalité. Ces nombreuses propositions faites à la majorité municipale, nous voulons aussi en discuter avec les représentants dans l’opposition de « Pamiers ensemble » : une démarche de concertation démocratique normale.

 Je le redis à Alain Fauré et à ses amis, nous sommes disponibles pour travailler avec eux, pour assurer une opposition constructive dans le respect de nos différences, car on ne construit rien de positif pour l’avenir sur la rancoeur et la rancune. Nous sommes d’accord, s’ils le veulent, pour les rencontrer et travailler au rassemblement... mais sans conditions !

Michel Teychenné
Conseiller municipal et communautaire
Ancien député européen

logonews140


ariège > débats et opinions > politique
Pamiers: Alain Fauré et Michel Teychenné enterreront-ils la hache de guerre ?
© midinews 2014
L’apaisement semble être de mise en terres appaméennes. Les principaux protagonistes des joutes politiciennes entretenues depuis plus d’un an et le début de la campagne pour les élections municipales ont adouci leurs propos. 
Le maire, André Trigano, propose un rendez-vous à Alain Fauré, son premier opposant, lui-même invité à saisir la main tendue par Michel Teychenné, autre adversaire historique du premier nommé. Très courtisé donc, Alain Fauré se dit aujourd’hui prêt à travailler dans une logique constructive pour la ville.
«Travailler avec la majorité et les services de la Mairie ne peut s’envisager sans un changement radical des mauvaises habitudes, prévient Alain Fauré. C’est-à-dire aucun travail préparatoire, beaucoup d’amateurisme qui n’est que le reflet d’un dysfonctionnement, et surtout des changements incessants de direction. 
On m’explique que le maire reçoit des Appaméens qui lui suggèrent des choses lui en demandant l’application, etc. L’ennui, c’est que ces demandes se succèdent, sont souvent contradictoires, qu’elles ne tiennent pas compte des règles en place, du PLU, de sécurité etc. Ce qui fonctionnait au temps jadis a aujourd’hui atteint ses limites»
Concrètement, le conseiller municipal socialiste, demande à que le groupe d’opposition soit «associé aux réflexions dès leur démarrage. Nous demandons à ce que les commissions fonctionnent réellement et se réunissent régulièrement. Nous souhaitons que dans certains cas elles puissent s’ouvrir à des représentants de la société civile. Nous voulons avoir accès en toute transparence aux informations financières»
«Contrairement à ce qui a été dit, je ne me montre pas agressif avec le maire. J’ai juste été déçu de voir que certains voulaient que nous repartions dans le même fonctionnement que celui qui existe depuis vingt ans. Ce qui m’importe, c’est que l’on travaille pour notre ville, dans le cadre d’un projet global», affirme Alain Fauré.Laisser de côté l’obsession des coups politiques et de la communication pour la communication
Quant à la main tendue par Michel Teychenné, Alain Fauré admet que les tensions des élections municipales doivent être mises de côté. Mais, là encore, il prévient : «la réunification constructive de l’opposition ne peut s’envisager que sur un travail de fond, dans la durée, qui laisse de côté l’obsession des “coups politiques” et de la communication pour la communication» «Six ans c’est long et les enjeux pour notre ville sont trop importants pour être pris en otage de stratégies politiques», lâche-t-il encore.
En matière d’enjeux, le député de l’Ariège cible les deux maux qui selon lui accablent la cité de Frédélas : l’état des finances municipales et le centre-ville. Et de citer les chiffres qui accusent : «Il reste 3000 habitants en centre-ville, alors que c’est là que l’on trouve le plus grand nombre de logements, 45 % des habitants sont au RSA, 50 % ont un revenu annuel de moins de 6500 €… Et là-dessus le maire décide d’augmenter les impôts de 4,85 %, sans oublier les 2 % d’augmentation des bases fixées par l’Etat. Il faut savoir qu’une augmentation de 1 % équivaut à 100.000 € de plus dans les caisses de la ville, donc les Appaméens auront à verser 685.000 € de plus ! A un moment où la ville se meurt, où les commerces ferment… C’est aberrant»
Voilà déjà un diagnostic partagé avec Michel Teychenné. Un début de rapprochement en quelque sorte ?

Teychenné pose les conditions d’un rassemblement sans condition…
S’il ne revient pas sur sa proposition de main tendue à son adversaire des dernières élections municipales, Michel Teychenné tient déjà à rappeler que s’il a «proposé à Alain Fauré de travailler ensemble dans l’opposition, dans le respect de nos différences. Je ne lui ai pas demandé d’être notre “coach” en matière de communication»
Le communiqué de presse diffusé, mardi, dans les rédactions donne le ton. L’apaisement oui, mais… Fin connaisseur de la chose médiatique, Michel Teychenné sait combien la presse goûte les petites phrases drôles ou fielleuses selon l’humeur. Les «conditions» posées par Alain Fauré (lire ci-dessus) ne peuvent donc que titiller les prédispositions naturelles de l’ancien député européen.
«Le rôle des élus de l’opposition est d’informer la population, de faire des propositions, de faire entendre la voix des électeurs qui les ont soutenus» Comprenez, la communication est une arme.La communication, mais le travail de fond aussi s’empresse-t-il de préciser : «Notre rôle d’élus est aussi d’être présents en commissions, au Conseil municipal, à la Communauté des communes et sur le terrain, ce que nous faisons à “Pamiers au Cœur” et que nous continuerons à faire. Nous devons accomplir un travail constructif dans l’opposition, nous pouvons l’accomplir ensemble»
«L’équipe de “Pamiers au cœur” a fait de nombreuses propositions pour la Ville de Pamiers,  que nous avons remises par écrit au maire et à ses adjoints à l’occasion du dernier conseil municipal : des propositions pour le budget 2015 visant à rétablir d’abord les comptes municipaux sans augmenter les impôts, car les dépenses se sont envolées en 2014. 
Des propositions, aussi, pour éviter la diminution des subventions aux associations, et également par exemple, pour créer une halle en centre-ville ou pour renforcer la culture à Pamiers, culture qui est le “parent pauvre” de cette municipalité», poursuit Michel Teychenné rejoignant en cela «ses amis» de Pamiers Ensemble.D’ailleurs, «ces nombreuses propositions faites à la majorité municipale, nous voulons aussi en discuter avec les représentants dans l’opposition de “Pamiers ensemble” : une démarche de concertation démocratique normale»
«Je le redis à Alain Fauré et à ses amis, nous sommes disponibles pour travailler avec eux, pour assurer une opposition constructive dans le respect de nos différences, car on ne construit rien de positif pour l’avenir sur la rancœur et la rancune. Nous sommes d’accord, s’ils le veulent, pour les rencontrer et travailler au rassemblement... mais sans condition !» 
Une petite phrase qui ressemblerait presque à une condition…


 

logodepeche140

Opposition : le rapprochement encore loin

Publié le 04/12/2014 à 03:51, Mis à jour le 04/12/2014 à 08:03

Politique - Pamiers (09) - Politique

L'avenir de l'opposition à Pamiers reste en question./ Photo archives DDM
L'avenir de l'opposition à Pamiers reste en question./ Photo archives DDM 

 

L'opposition se réunifiera-t-elle un jour à Pamiers ? La question mérite d'être posée quelques mois après l'épisode houleux des élections municipales. Dernier épisode en date, la réaction de Michel Teychenné et de la liste «Pamiers au cœur» aux propos tenus par Alain Fauré au cours de son point-presse la semaine passée. Si le député ariégeois avait émis le souhait de rassembler la gauche sous certaines conditions, son principal rival ne l'entend pas de cette oreille. Plutôt sceptique, il confirme vouloir «travailler ensemble dans l'opposition, dans le respect de nos différences. Je ne lui ai pas demandé d'être notre «coach» en matière de communication». Rappelant la force de proposition de sa liste depuis le début de ce nouveau mandat, l'ancien député européen ne ferme pourtant pas la porte à un dialogue constructif. «On ne construit rien de positif pour l'avenir sur la rancœur et la rancune. Nous sommes d'accord, s'ils le veulent, pour les rencontrer et travailler au rassemblement. mais sans conditions.»

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 20:55

 

anews2010

CM-2-11-2114.JPG

Pamiers: «un conseil municipal constructif»

 

© midinews 2014

 

Comme quoi tout arrive! La magie de Noël aurait-elle opéré avant l’heure à l’ombre du clocher de la cathédrale de Pamiers? 

Vendredi soir on s’attendait au regard de l’ordre du jour du Conseil municipal à des règlements de compte en bonne et due forme. En définitive, bien que les oppositions de gauche aient fait entendre leur voix, le débat a plutôt été constructif comme l’a souligné André Trigano en guise de conclusion à cette réunion de plus de deux heures.

Quelques passes d’armes musclées, notamment s’agissant des finances de la ville

Conscients des difficultés budgétaires locales, les conseillers municipaux de la majorité ont accepté de baisser leurs indemnités de 5 %. Pas suffisant aux yeux de l’opposition.

 

Michel Teychenné (Pamiers au cœur le renouveau) a rappelé que «tous les candidats s’étaient engagés pendant la dernière campagne des municipales 2014 à ne pas toucher aux subventions des associations. 

 

Aujourd’hui on ne baisse que de 5 % les indemnités aux élus et à côté on baisse les aides aux associations... tenez pour vous aider à rééquilibrer les comptes je vous ai prépare ce document. Vingt pages de propositions vous permettant de trouver 1 M€ d’économie !»

 

Alain Fauré (Pamiers Ensemble) a indiqué qu’«au lieu de travailler sur la suppression des aides au tissu associatif qui fait le dynamisme de la ville, il conviendrait davantage de travailler sur des lignes budgétaires, je suis persuadé que l’on peut faire des économies»

 

Toujours sur le ton de la franche courtoisie, André Trigano a précisé que ces «petites restrictions aux associations étaient pour leur faire prendre conscience que l’on est dans une période difficile. 

 

Il faut prendre conscience que les 1,2 million d’euros que nous accordons par an au milieu associatif sont supérieurs à la moyenne nationale. Aujourd’hui, nous voulons être plus sélectifs. Cependant nous n’avons pas l’intention de les mettre au pain sec»

 

Le mot est lâché une période difficile avec la baisse des dotations de l’État et surtout depuis la suppression de la manne que représentait pour Pamiers la taxe professionnelle. 

 

Au détour des échanges, le premier magistrat a avoué qu’«il y a eu effectivement quelques dépassements, mais des mesures sont prises pour y mettre un terme». 

 

Si le chiffre de 800 000 euros d’économies a pu être annoncé, Michel Teychenné n’a pas pu s’empêcher au moment du vote de l’avenant de 100 000 € pour finir les travaux du nouveau conservatoire de souligner avec une pointe d’ironie: «le palais Ribaute arrive en tranche, au précédent conseil municipal c’était 80 000 €, aujourd’hui 100 000, on va finir à 2 M€. J’aurais préféré qu’on nous présente un budget global !»

Consensus autour de l’eau

Au moment du 3-2 on alors qu’on attendait l’opposition dégainer sur le tarif de l’eau, Lucien Quèbre a annoncé «le maintien du tarif pratique jusqu’au terme du contrat du délégataire avec un allongement de six mois supplémentaires jusqu’à 30 juin 2015. 

 

Nous avons besoin de prendre du temps suite aux appels d’offres, au regard de la complexité du dossier». Un moment de grâce «j’apprécie la méthode, a souligné Michel Teychenné. 

 

Nous avons fait en commission des finances un très bon travail. Si l’on continue ainsi nous sommes sur la bonne voix».

PLU et Urbanisme

Le vote de la délibération pour l’abandon de l’ancien PLU (4-1) puis la reprise de la procédure pour en lancer un nouveau (4-2), ouvrait une brèche pour Michel Teychenné qui ne s’est pas empêché de souligner que «ce document d’urbanisme devait être boucle en 2013, puis 2014... là il est supprimé. 

 

On a dépensé 120 000 € d’étude pour en arriver là. J’espère à présent que l’on ne va pas remettre un euro là-dessus, il faut avancer». 

 

Un constat relayé par Alain Fauré «le trop d’étude va nous noyer surtout qu’avec le Scot nous avons une bonne vision des choses. Par contre ce qui me tracasse surtout dans une situation financière tendue, c’est l’extension de la ville sur l’extérieur. 

 

Car qui dit extension, dit réalisation de nouveaux réseaux, ramassage des ordures ménagères, éclairage public, etc.Pourquoi cette fuite vers l’avant alors que l’on a 600 maisons vides à l’intérieur des canaux? 

 

Il convient de se pencher là dessus. Nous nous opposerons sur la construction de maisons sur Tremèges, il n’y a pas d’école, pas d’assainissement, pas de transports, ni d’écoles et l’installation de tout cela nous coûterait cher. Attachons-nous à revivifier le centre-ville et la première couronne. En s’y mettant tous, on pourrait faire un beau projet pour Pamiers». 

 

À l’heure où l’on parle de nouvelle politique de la ville et depuis que Pamiers (tout comme Foix et St girons) est éligible aux nouveaux programmes nationaux, chacun a pris la mesure de travailler de concert sur ce dossier.

 

Enfin pour rester dans le domaine de l’urbanisme le débat a repris au moment du vote de la cession de l’ancienne école des Canonges (4-12). 

 

«On est contre et on restera contre, a affirmé Michel Teychenné. Je regrette que l’on ait bradé 8000 m2 pour 200 000 euros pour on ne sait quel projet»

 

Et Alain Fauré de rebondir «ce terrain est vendu sur une estimation des domaines, pourquoi la mairie ne l’a pas mis en vente, le prix en aurait été meilleur, surtout quand on a des besoins financiers pour la ville»

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 11:22

logogaz140

Pamiers

LE PLAN DE L'OPPOSITION POUR RÉTABLIR LES FINANCES DE LA VILLE


En bon éleveur équin, Michel Teychenné sait qu'on ne trouve pas 1,5 million d'euros sous le sabot d'un cheval. Avec son équipe, le leader de l'opposition « Pamiers au cœur » se fait pourtant fort d'apporter des solutions à l'équation budgétaire appaméenne.

Équation que la majorité municipale a déjà expliqué vouloir résoudre par une hausse des impôts de 5 %, un coup de rabot à la fois sur les indemnités des élus et les subventions aux associations de 5%, et le non-remplacement de départs en retraite parmi le personnel municipal (La Gazette du 14 novembre). Des décisions qui ont poussé Michel Teychenné et Bernadette Subra à présenter un « plan d'urgence, pour que la promesse de tous les candidats – hors FN - de ne pas diminuer les subventions des associations soit respectée ».

L'action est à triple détente : elle commence par une baisse « de 30 % » des indemnités d'élus, soit une économie annuelle d'environ 50 000 euros, "beaucoup plus que les 8 000 euros du plan du maire". 

Deuxième corde à l'arc, « la récupération des sommes dues par le Conseil général pour l'utilisation des gymnases municipaux par les collégiens ». Un sujet déjà abordé par M. Teychenné il y a un an, chiffrant « l'ardoise » à « 500 000 euros dus sur 10 ans, et un minimum légal à récupérer de 150 000 euros sur les trois dernières années, plus 50 000 euros par an à partir de l'an prochain ». 

La troisième économie concerne la Fiesta, « qu’organiserait un an sur deux. Ça permettrait à cet événement de trouve une nouvelle dynamique, et d'économiser 90 000 euros par an. »

L'enveloppe ainsi dégagée – « 190 000 euros au moins » – irait « au maintien des subventions aux associations, au renforcement du budget du Service culturel notoirement insuffisant... et, en fonction des sommes récupérées auprès du. Conseil général, à une première tranche de travaux sur le Carmel ! »

Plus largement, Michel Teychenné enfourche un de ses chevaux de bataille favoris, à. savoir les relations budgétaires entre la Ville et la Communauté de communes (CCPP). « "Il y a une overdose fiscale chez les Appaméens, surtout depuis que la taxe professionnelle a disparu », dénonce l'opposant municipal, demandant un transfert de charges vers la CCPP :  « mutualisation de l'Office de tourisme à l'échelle intercommunale, voire même fusion avec l'OT de Saverdun – on économiserait 200 000 euros; retour- de la Piscine à la CCPP – ce n'est pas aux Appaméens seuls de payer les 600 000 euros de déficit annuel ».

Ces 800 000 euros seraient absorbés par l'intercommunalité via «une réduction de 3 % du budget de fonctionnement, et la conservation de 40 % du budget d'action sociale par la Communauté de communes ». Quant aux 500 000 euros restants, « Pamiers au cœur »  les trouve d'une part via  « le non-renouvellement de départs en retraite, 8 agents en moyenne par an, soit 300 000 euros d'économies » ; et sur une réduction du fonctionnement quotidien :  « Le label Quali-Ville ne sert à rien et coûte 10 000 euros par an; on résilie le contrat pour une pseudo banque d'images qui ne sert à rien, 12 000 euros ; on réduit les frais de photocopie à 20 000'euros contre la somme exorbitante de 85 000. euros; on réduit le nombre d'études,100 000 à 120 000 euros par an; on diminue les coûts de communication, en particulier du journal municipal, très cher – 30 000 euros... »

L'ensemble de ces propositions sera remis officiellement au maire ce vendredi. 28 novembre, quelques heures avant un Conseil municipal qui doit entre autres étudier diverses affaires financières.

La Gazette Ariégeoise / 28 novembre 2014 

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 12:59

logodepeche.jpg

Les élus de la majorité condamnés au regime sec

Publié le 29/11/2014 à 03:51, Mis à jour le 29/11/2014 à 08:31

Politique - Pamiers (09) - Conseil municipal

Le projet de construction de 200 logements à Gabriélat n'est plus d'actualité./ Photo archives DDM
Le projet de construction de 200 logements à Gabriélat n'est plus d'actualité./ Photo archives DDM

Conscients de la dérive budgétaire locale, les conseillers municipaux de la majorité ont accepté de baisser leurs indemnités de 5 %. Pas suffisant aux yeux de l'opposition.

L'heure est aux économies à Pamiers ! Dans un climat pour une fois apaisé, le dernier conseil municipal organisé hier soir s'est penché sur les finances de la ville. Un sujet épineux donnant matière à des discussions franches et courtoises entre majorité et opposition municipales. Reconnaissant des dérives budgétaires, André Trigano s'est montré réaliste sans virer dans le fatalisme. «Il y a eu effectivement quelques dépassements mais des mesures sont prises pour y mettre un terme». Si le chiffre de 800 000 euros d'économies a pu être annoncé au cours des débats, la décision la plus symbolique de la soirée reste la réduction de 5 % des indemnités des élus. Un dossier évoqué lors du dernier point-presse du maire, qui ne satisfait qu'à moitié les élus d'opposition. Au premier rang desquels Alain Fauré, tête de liste de «Pamiers ensemble», qui s'est ému de l'effort similaire demandé aux associations. Une restriction qui pourrait pousser «au découragement face à un tissu associatif dynamique», selon l'intéressé. Un propos sur lequel a rebondi le premier magistrat de Pamiers, soucieux de clarifier cette démarche très controversée. «Il faut prendre conscience que les 1,2 million d'euros que nous accordons par an au milieu associatif sont supérieurs à la moyenne nationale. Aujourd'hui, nous voulons être plus sélectifs.»

Le prix bradé de l'ancienne école des Canonges

Autre sujet gratte poil en ces temps de restriction budgétaire, la rectification du Plan Local d'Urbanisme (PLU). Une décision votée et saluée par l'opposition, alerte cependant à éviter toute dépense inutile. «Il ne faut pas remettre un seul euro pour le prochain plan alors que nous avons déjà dépensé 120 000 euros d'étude pour le précédent», a averti Michel Teychenné. En ces temps d'économie, le refus de voter la vente de l'ancienne école des Canonges a suscité quelques remous dans l'opposition. Suspicieux, Alain Fauré s'est interrogé sur le prix bradé de l'ancien complexe scolaire. «Je suis étonné de voir la façon dont on brade ce bien quand on sait les besoins financiers de la ville». De rétropédalage, il en est également question sur le projet d'habitation à Gabriélat II. Annoncée en grande pompe, la construction de 200 logements ne semble plus dans les cartons de la mairie. L'édile de la commune concédant même un léger emballement. «Je suis revenu sur mon idée», a simplement lâché André Trigano.

«Il faut que l'on se fixe de ne plus étendre la ville de Pamiers. Cela coûte cher. Il y a tout ce qu'il faut à l'intérieur de la commune et notamment près de 600 logements libres dans le bourg-canal.»

Alain Fauré, conseiller municipal de la liste «Pamiers ensemble» à propos des dépenses de la ville

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 11:17

logodepeche.jpg 

L'opposition à la chasse aux économies

 

Publié le 27/11/2014 à 03:49, Mis à jour le 27/11/2014 à 07:37

Politique - Pamiers (09)

Pour les élus de «Pamiers au cœur», les économies sont réalisables d'ici la prochaine année./ Photo DDM J.M.
Pour les élus de «Pamiers au cœur», les économies sont réalisables d'ici la prochaine année./ Photo DDM J.M. 

Partant sur l'analyse de la Cour des comptes, le groupe «Pamiers au cœur» a présenté mardi un plan d'économies d'1,5 million d'euros réalisable à l'horizon fin 2015.


Soucieux d'éviter toute hausse d'impôts, les deux conseillers municipaux ont pris à bras-le-corps les économies à réaliser dans la cité appaméenne. Et elles paraissent nombreuses. Conscients de l'urgence de la situation, Michel Teychenné et Bernadette Subra ont établi un premier plan dit «d'urgence». Des propositions estimées à 190 000 euros et qui visent en particulier les indemnités des élus. «Nous devons les réduire de 30 %, appuie l'ancien député européen. C'est logique puisqu'il y a eu une augmentation de 20 % ces deux dernières années». Autre décision cette fois inédite, la réclamation des 500 000 euros d'impayés du conseil général suite au refus de payer la location des gymnases municipaux. Un dossier épineux vieux de 10 ans. Le choix d'organiser «La Fiesta» une fois tous les deux ans risque aussi de faire jaser. «Cela permettrait d'avoir 90 000 euros», appuie Michel Teychenné.
Les élus de «Pamiers au cœur» s'attaquent à la dette de la ville. En amont du prochain conseil municipal prévu demain, l'opposition a dévoilé ses propositions pour rétablir à l'équilibre les finances municipales. Des économies estimées à 1,5 million d'euros et basées sur le rapport de la Cour des comptes, dévoilé au mois d'octobre. «Ce ne sont des propositions ni de droite ni de gauche mais simplement du bon sens», s'en explique Michel Teychenné.

85 000 euros de photocopie

Sur le plan de fond, où les économies sont estimées à 1,3 million d'euros, l'opposition a ciblé deux idées : la mutualisation et la fusion de l'Office de tourisme de Pamiers avec la communauté de communes et celle de Saverdun, mais aussi le retour de la gestion de la piscine à cette même communauté de communes. Une «douloureuse» chiffrée à 800 000 euros, dont 600 000 pour le seul équipement nautique. «La communauté de communes doit assumer ses engagements», rappelle l'élu . Autre objectif, réduire les dépenses de cette même communauté du Pays de Pamiers de 3 %, soit près de 400 000 euros. Sans oublier les dépenses annexes liées à l'existence du label «Quali-Ville» ou les 85 000 euros annuels de frais de photocopie,qui permettraient, entre autres, de trouver facilement 500 000 euros.


Le chiffre : 1,5

Budget >Retour à l'équilibre. Le groupe «Pamiers au cœur» estime à 1,5 million d'euros les économies nécessaires pour un retour à l'équilibre d'ici l'horizon fin 2015. Un pari plus qu'osé pour la ville appaméenne.


Retour à de l'investissement

Dans le cadre du plan d'urgence, l'opposition ne se limite pas à de simples économies. Les élus de «Pamiers au cœur» savent déjà dans quels domaines les 190 000 euros obtenus seraient réinvestis. Parmi ceux-là, 125 000 seraient réservés au maintien des subventions aux associations et 65 000 au service culture de la ville, qui ne dispose à l'heure actuelle que d'un budget annuel de 90 000 euros. Enfin entre 125 000 et 500 000, en fonction des impayés du conseil général, serviraient à financer la première tranche du Carmel.


Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 10:17

logogazette.jpg

 

Gazette-Nov-2014.JPG

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 12:39

logodepeche.jpg

Michel Teychenné tend la main à Alain Fauré


Politique - Pamiers (09) - Politique
Publié le 17/11/2014 à 03:47, Mis à jour le 17/11/2014 à 07:50

L'opposition version Michel Teychenné ne se satisfait pas des effets d'annonce réalisés par André Trigano./ Photo archives DDM
L'opposition version Michel Teychenné ne se satisfait pas des effets d'annonce réalisés par André Trigano./ Photo archives DDM 

 

Jouant la carte de l'apaisement, Michel Teychenné souhaite reformer une opposition solide au sein du conseil municipal. Une façon de tourner la page douloureuse des élections municipales.

Les gants de boxe sont au placard ! Extrêmement tendues depuis la dernière campagne des municipales, les relations entre Michel Teychenné et la liste d'Alain Fauré ont connu un nouveau rebondissement. Dans un plaidoyer empreint de sincérité, le principal opposant à André Trigano a souhaité mettre fin aux rancœurs la semaine dernière au cours de son habituel point-presse. Et a, par ce fait, tendu la main aux élus de la liste «Pamiers ensemble». «Il faut que l'opposition travaille ensemble et nous sommes disposés à discuter avec les élus de “Pamiers ensemble” s'ils le souhaitent». Mettant en avant l'intérêt des Appaméens, l'ancien député européen veut, de la sorte, construire une alternative crédible face à une mairie jugée «dépassée».

Un premier magistrat clairement dans le collimateur de Michel Teychenné. Et plus encore depuis la tenue de sa conférence de presse automnale. Soucieuse d'écouter les propositions d'André Trigano, l'ancienne tête de liste de «Pamiers au cœur» y apporte toutefois quelques éléments concrets. À commencer sur les annonces financières, que l'opposition juge peu en adéquation avec la réalité des faits. «Les économies à faire ne sont pas de 700 000 euros comme on nous l'annonce mais bien d'1 million d'euros», poursuit Michel Teychenné. Outre l'épargne nette, clairement dans le rouge, la question des charges provenant du personne suscite de jolis grincements de dents. «Ces charges représentent un total de 62 %. On ne baisse que de 5 % les indemnités des élus et à côté on diminue les subventions aux associations. On se moque de nous.»

Une halle à Pamiers ?

Attentive à l'avancée de tous les dossiers, l'opposition reste dubitative au sujet des «effets d'annonces» proposées sur la rénovation du centre-ville. «Elles ressemblent à un effet marketing, se moque gentiment Michel Teychenné. Pour l'instant, le centre-ville c'est son bilan». Le scepticisme demeure tout autant pour Gabrielat, où les M.Teychenné et B.Subra craignent des erreurs d'aménagement à l'avenir. Consciente d'être bien souvent dans la confrontation, l'opposition veut également rester force de proposition. Et évoque de nouveau la création d'une halle à Pamiers. «On a besoin d'un lieu d'animation qui puisse embellir une ville. Ça fait 20 ans qu'on en parle et il serait temps de le faire». Pour se faire, Michel Teychenné propose quatre lieux précis : place de la République, les Trois Pigeons, la Tricoterie ou Sainte-Ursule. Une idée suivie d'effet ?

 

 

 Texte de la conférence de presse des élus de Pamiers au cœur :

Teychenné et Subra répondent à Trigano

-La droite,  « Pamiers au cœur » et « Pamiers ensemble »

Maintenant que les énervements de la campagne électorale sont passés. Il est temps de faire le bilan de la situation politique à Pamiers avec recul et sérénité. La majorité, comme elle s’appelle, détient tous les pouvoirs à la Mairie et à la Communauté de communes. Pourtant, près de 54 % des Appaméens n’ont pas voté pour cette liste au deuxième tour des élections municipales. Une « majorité minoritaire », cela devrait inciter le maire et son équipe à être plus à l’écoute de la population et des autres élus.

 Je dois vous avouer que je regrette toujours qu’au soir du premier tour nous n’ayons pas pu, comme je le proposais, fusionner les listes de gauche. Nous avions quatre points d’avance ensemble sur la liste de la droite, et cette fusion aurait créé une dynamique, un espoir nouveau pour Pamiers. C’est d’autant plus dommage que je l’avais souhaité pendant toute la campagne. J’avais dit et répété qu’aucune liste de gauche ne pourrait gagner seule. Depuis 1936 depuis le Front Populaire, la règle à gauche est le rassemblement républicain pour battre la droite.

Je regrette qu’Alain Fauré ait refusé cette main tendue, d’autant que ce qui nous séparait n’était pas insurmontable, loin de là.

Pour l’avenir, on ne peut rien construire de sérieux sur la rancœur ou sur la déception. Nous sommes pour cinq ans dans l’opposition, une opposition qui aujourd’hui est morcelée. Pourtant, nous avons un rôle important à jouer pour aiguillonner la majorité, pour faire des propositions, pour contrôler la gestion de la Mairie. C’est pour cela que je demande aujourd’hui aux élus de « Pamiers ensemble » de travailler justement « ensemble » dans le respect de nos particularités. Nous devons travailler conjointement dans l’opposition, nous échanger des informations, participer aux commissions. Et nous ne serons pas trop de six pour faire tout ce travail et être plus efficaces. J’espère cette fois être entendu… En tout cas, l’équipe de Pamiers au cœur y est prête.

 

-La rénovation du centre-ville : un flou pas artistique du tout 

André Trigano est un homme de marketing. Il devrait savoir que multiplier les effets d’annonce sur le centre-ville sans jamais « livrer la marchandise » peut devenir lassant.  Ses projets sur le centre-ville changent d’un mois sur l’autre, et son annonce de développer l’habitat sur les terrains invendus de Gabrielat est dramatique pour la reconquête du centre ville.

 -La création de 200 maisons sur Gabrielat : une hérésie !

Le maire reconnaît enfin, mais après les élections et après le rapport de la Cour des Comptes, que Gabrielat II est un échec et que la zone sera en déficit pour très longtemps. Sa proposition de déclasser 10 hectares de terrain de Gabrielat pour en faire des lotissements est non seulement un constat d’échec, mais une erreur grave d’aménagement urbain. Le maire propose des expédients pour boucher le trou financier de Gabrielat. Ce n’est pas sérieux ! Le SCOT impose des règles strictes de construction : 20 maisons par hectare. Sur 10 hectares, ce sont 200 maisons qu’il faudra construire, et non 50 comme le dit le maire, et en plus au milieu de Gabrielat : du grand n’importe quoi !

-Oui à un théâtre en plein air, mais sur le plateau du Castella

Quant à l’idée du maire de créer un théâtre de verdure de 200 places au pied du Castella, c’est une idée saugrenue qui va coûter cher. Il vaudrait mieux faire des gradins paysagers sur le plateau du Castella où se tiennent tous les concerts en plein air et où on ne peut pas s’asseoir. Le théâtre de verdure de Pamiers, c’est le plateau du Castella, et il serait temps de l’aménager…

-Oui à la création d’une « belle Halle » en centre ville

Nous faisons une autre proposition. Pendant la campagne électorale, toutes les listes ont défendues  le projet que la Mairie construise une halle dans le centre-ville.Ca fait 20 ans qu’on en parle, et 20 ans que ce n’est pas fait... C’est un projet d’investissement pas très onéreux, qui servira à redynamiser le centre-ville, à protéger le marché de plein air, et à créer un lieu d’animation commerciale et culturelle dans le centre. Son implantation poserait certains problèmes place de la République à cause des arbres, mais elle serait plus facile à réaliser sur l’un des trois parkings : aux Trois Pigeons, à la Tricotterie, ou Place Sainte-Ursule.

Il faut inscrire cet investissement au budget 2015, engager la discussion et la concertation avec les commerçants du marché et du centre-ville, la population et les associations pour choisir la meilleure implantation entre ces quatre endroits possibles. Cela serait aussi un premier exemple de démocratie participative à Pamiers.

-Carton rouge sur la baisse des subventions aux associations

Nous dénonçons enfin avec la plus grande fermeté la diminution des subventions aux associations. Toutes les listes aux dernières municipales s’étaient engagées à les maintenir. Les bénévoles qui assurent l’animation sportive et culturelle ne doivent pas être pénalisées par la mauvaise gestion de l’équipe municipale. Quant à la diminution de 5 % des indemnités des élus, le maire se moque du monde ! Cela représente moins de 7 000 € par an, alors que la baisse de 5 % de l’aide aux associations représente 125 000 euros au moins !

C’est du pâté d’alouette : les élus fournissent l’alouette, et les associations payent le cheval.

 Ces deux dernières années, la Mairie a augmenté les élus de 20 %. Notre proposition reste inchangée sur ce plan-là : une baisse de 30 % des indemnités qui, étant donné l’état des finances de la Mairie, serait parfaitement justifiée.

 

-Pamiers : les comptes ne sont pas bons

Aujourd’hui, la Mairie de Pamiers est dans le rouge. Son épargne nette est négative, les charges de fonctionnement battent des records. Nous sommes surendettés. Si la mairie veut pouvoir continuer à investir, elle doit faire des économies de fonctionnement.

La Mairie a choisi d’augmenter les impôts pour boucler le budget 2014, mais cette fuite en avant de la fiscalité locale ne peut pas continuer. Il faut prendre des mesures structurelles pour arrêter l’augmentation des dépenses de fonctionnement et la hausse des impôts.

Notre objectif est de faire 1 million d’euros d’économies sur les dépenses de fonctionnement en 2015.

Nous présenterons nos propositions lors du Conseil municipal du 28 novembre.

 

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 20:23

logodepeche.jpg

«Pamiers au cœur» au contact de la population

Publié le 14/11/2014 à 03:52, Mis à jour le 14/11/2014 à 08:10

Politique - Pamiers (09)

Les membres de l'association «Pamiers au cœur» se sont réunis à la salle de la Gloriette./ Photo DDM J.M.
Les membres de l'association «Pamiers au cœur» se sont réunis à la salle de la Gloriette./ Photo DDM J.M. 

Sept mois après son revers électoral aux municipales, la liste d'opposition «Pamiers au cœur» poursuit son aventure sous une forme associative. Une façon pour le groupe de prolonger le dialogue avec l'ensemble des Appaméens.

L'aventure «Pamiers au cœur» repart de plus belle. Sept mois après son revers aux élections municipales, la liste d'opposition poursuit son petit bonhomme de chemin. Non plus dans l'action politique mais sous une forme associative. «Nous aimons Pamiers et nous ne sommes pas satisfaits de voir dans quel état se trouve notre ville aujourd'hui», lance d'emblée Dominique Mourlane, une des têtes pensantes du mouvement.

Représentée au sein du conseil municipal par Michel Teychenné et Bernadette Subra, la nouvelle entité s'est fixé un seul et même objectif : informer les Appaméens et susciter le débat. Inscrits dans une démarche de démocratie participative, les bénévoles de «Pamiers au cœur» veulent inviter la population à s'engager et devenir la pierre angulaire de ce maillage. «Les Appaméens doivent reprendre en main leur destin, martèle Carmen Barthès. Ils se rendent compte qu'André Trigano ne peut pas tenir ses promesses. Son image de bon gestionnaire a fini de s'effriter avec les révélations de la Cour des comptes.»

Débat sur la gestion de l'eau

Soulignant l'absence de majorité absolue obtenue par le maire actuel (56 % des électeurs n'ayant pas voté pour lui au second tour), les membres de «Pamiers au cœur» veulent construire une dynamique cohérente et réfléchie. Quitte à se donner du temps pour devenir force de proposition et ne pas rentrer dans la confrontation bête et méchante. Pour arriver à tisser sa toile, l'ancienne liste d'opposition se donne les moyens d'intervenir sous différentes formes : discussion sur les marchés, réunions de quartier, réunions thématiques. Un exercice qui devrait se matérialiser d'ici la fin de l'année par un premier rendez-vous autour de la question de la gestion de l'eau. «Nous allons venir à la rencontre des gens, explique Michel Teychenné. L'association est ouverte à tous ceux qui désirent travailler avec nous, quitte à faire intervenir des élus de la mairie sur certains dossiers. Si on veut réintéresser les gens à la vie locale, cela passe par des échanges sur le vécu et le quotidien.»


Repères

Le chiffre : 33

Membres > Association. L'association s'appuie sur les anciens colistiers et le comité de soutien lancé en début d'année.


Présence sur les réseaux sociaux

Pour coller au plus près du quotidien des Appaméens, l'association «Pamiers au cœur» n'oublie pas internet et les réseaux sociaux. Bien ancrée dans le XXIe siècle, l'association va remettre en marche les outils utilisés durant la campagne électorale. Si le site de l'ancienne liste d'opposition est pour l'instant en maintenance, il devrait de nouveau être actif dans les jours à venir. Même chose pour la page Facebook qui devrait bénéficier d'un contenu plus enrichissant à l'approche de la première réunion sur la gestion de l'eau.

Pamiers au coeur: en route pour les municipales 2020

Pamiers--au-coeur-.JPG

 

© midinews 2014

Après les emballements médiatiques et les énervements occasionnés par la dernière campagne électorale, le landerneau politique aspire à travailler dans la sérénité et préparer avec les citoyens le Pamiers de demain. 

 

C’est en tout cas le souhait de la toute nouvelle association «Pamiers au cœur» une émanation de la liste éponyme portée par Michel Teychenné aux dernières municipales. 

 

Une structure qui affiche clairement la couleur «notre but c’est de développer le débat, l’échange, la réflexion et l’émergence de propositions sur les problématiques urbaines, économiques, écologiques, budgétaires et sociétales de la ville de Pamiers et de son bassin de vie. Une association qui s’inscrit dans une démarche de démocratie participative, de développement durable, dans la défense des valeurs de la République laïque, sociale et solidaire».

 

Parce qu’on ne change pas une équipe qui gagne, aux côtés de son charismatique leader, on retrouve au conseil d’administration, Bernadette Subra, Dominique Mourlane, Carmen Barthès, Jacques Arthuis... d’anciens colistiers et des membres de son comité de soutien aux municipales de 2014

 

Pour Dominique Mourlane «il est temps de faire le bilan de la situation politique à Pamiers avec recul et sérénité. Deux personnes ont été élues à conseil municipal sur la liste Pamiers au cœur, elles font entendre notre voix c’est une excellente chose, mais les membres de la liste ont décidé de poursuivre le travail après les élections pour ne pas laisser retomber les choses. 

 

Pendant tous ces mois, ce travail d’analyse, de réflexion, de proposition a fait émerger une véritable dynamique d’équipe. Et notre document de campagne est encore valable aujourd’hui pour sortir Pamiers de l’ornière». 

 

Une nouvelle approche de la démocratie participative

L’association Pamiers au cœur entend aller à la rencontre des Appaméens, leur donner la parole, susciter de vrais débats sur les sujets qui les touchent dans leur quotidien «la première réunion publique aura lieu avant les fêtes et sera consacrée à la gestion de l’eau à Pamiers. 

 

André Trigano n’a pas souhaité en parler pour ne pas interférer sur la campagne des  municipales, mais à la fin de l’année on arrive à la fin du contrat de Veolia, nous proposons la municipalisation du service des eaux, mais nous invitons les Appaméens à se faire une opinion en s’appuyant sur d’autres expériences, en leur apportant des informations» précise Carmen Barthez, membre de ce conseil d’administration pluriel.

 

Michel Teychenné de son côté avoue être heureux de voir cette équipe continuer à travailler dans cet esprit «nous nous retrouvons dans cette salle de la Gloriette régulièrement pour préparer les conseils municipaux. 

 

L’association Pamiers à cœur est ouverte à tous ceux qui veulent nous rejoindre c’est un outil de réflexion, d’action, de débat dans la plus grande transparence, nos propositions restent valides et valables. Aujourd’hui si l’on veut ré intéresser les gens à la politique c’est par le vécu et le quotidien... il faut sortir de l’entre soi !»

 

 

L’équipe de Pamiers à cœur entend réactiver son site internet après toilettage, être présente sur les réseaux sociaux, dans les quartiers pour un maillage territorial, un travail d’équipe, de terrain, d’information. «Nous ne sommes pas en campagne électorale, nuance Bernadette Subra. 

 

Nous vivons dans la ville au quotidien, les citoyens ont de questions, nous voulons continuer à travers notre réflexion sur la cité à nourrir les échanges, poursuivre le travail qui a été effectué». Cependant le conseil d’administration de l’association ne dissimule pas bien longtemps ses intentions. 

 

«C’est une démarche de fond pour les prochaines élections municipales. Les Appaméens ont fait confiance à André Trigano réélu sur des promesses, ils se rendent compte qu’il ne peut plus tenir ses engament, l’image du bon gestionnaire s’effrite» commente Dominique Mourlane.

 

Et Michel Teychenné de reprendre la balle au bond «la majorité, comme elle s’appelle, détient tous les pouvoirs à la Mairie et à la Communauté de communes. Pourtant, près de 54 % des Appaméens n’ont pas voté pour cette liste au deuxième tour des élections municipales. Une «majorité minoritaire», cela devrait inciter le maire et son équipe à être plus à l’écoute de la population et des autres élus. 

 

Aujourd’hui nous avons le temps de donner des éléments pour que les Appaméens comprennent bien les thématiques et les enjeux, faire de la pédagogie en quelque sorte». Et de la fiscalité à l’urbanisme en passant par la politique culturelle, pas de tabou pour Pamiers au cœur qui à bien l’intention de s’autoriser toutes les digressions utiles à la compréhension du texte.

 

«Les deux rapports de la Cour des comptes ont eu leur effet, ce n’est plus Michel Teychenné et son équipe qui pointent du doigt tel ou tel sujet c’est la juridiction financière... on n’est plus dans le marketing politique» 

 

Dès à présent Pamiers au cœur compte une cinquantaine de membres, mais l’équipe veut s’ouvrir (y compris en direction du PS ou de la majorité municipale «qui semblerait se diviser»), créer une dynamique, dans la proposition, pas dans la confrontation, le programme est tracé jusqu’en 2020.

 

 

logonews140

 

Elections départementales: Michel Teychenné ne sera pas candidat à Pamiers !

M-T-Capturer.JPG

 

Michel Teychenné en février 2014

© midinews (archives)

C’est au détour d’une discussion téléphonique informelle, mercredi soir, que Michel Teychenné a lâché sa petite phrase qui ne manquera pas de faire parler: «je ne serai pas candidat aux élections départementales du mois de mars»

 

L’homme est redoutable. Quelques heures à peine après le lancement officiel de la campagne socialiste en vue de ces mêmes Départementales, il crée la diversion en attirant sur lui le feu des projecteurs. 

 

Lui que l’on présentait déjà comme l’instigateur du rapprochement entre le PCF et Europe Ecologie Les Verts annoncés mardi ; lui que certains imaginaient déjà se dresser sur leur route dans la quête de l’un des deux cantons appaméens ; lui encore qui s’ingénie à ferrailler par presse interposée aussi bien avec ses meilleurs ennemis de la majorité municipale qu’avec ses anciens amis socialistes ; lui, donc, se réserve.

 

«Je n’ai pas vocation à me présenter à toutes les élections», a-t-il précisé enfin, en guise de conclusion sur le sujet. Il n’est pas besoin d’être grand clerc pour lire dans cette sentence l’aveu de candidatures à venir.

 

La plus évidente, celle à laquelle il aspire chaque matin à l’heure du rasage est bien l’élection municipale de Pamiers. 

 

André Trigano ne briguera pas d’autres mandats, et sa majorité peine à identifier la personnalité incontournable pour lui succéder. Et sur les bancs de l’opposition qu’il partage avec l’actuel député de l’Ariège, l’ancien élu européen semble avoir pris l’ascendant.

 

Les élections municipales en tête

Mercredi, plus que sa petite confidence, c’est l’annonce de la création de son association «Pamiers au Cœur» (du nom de la liste qu’il a conduite aux dernières municipales, voir notre article du 13/11/14) que Michel Teychenné tenait à proclamer. Une association dont la seule vocation est de fédérer et d’organiser les troupes qu’il conduira au scrutin de 2020.

 

D’ici là, les Régionales et les Législatives le laisseront de marbre… à moins qu’une opportunité ne se présente. Imaginez des listes très ouvertes aux partenaires du PS en vue des élections à la Région ; ou encore le député sortant ne pas briguer de second mandat. Toute ambition serait alors envisagée.

 

En attendant, du côté du siège du Parti Socialiste ariégeois, c’est sans doute avec un petit sourire que l’on prend note de la décision de Michel Teychenné de ne pas s’aligner au départ des Départementales. Le PS n’oublie pas en effet que sa candidature dissidente avait pollué toute la campagne d’Alain Fauré et attiré de précieux suffrages qui ont forcément manqué dans l’emballage final.

 

Mais, de satisfait, le sourire pourrait tout aussi bien virer narquois. Le parti conduit par Jean-Christophe Bonrepaux a en effet payé pour savoir que Michel Teychenné n’est jamais à court de surprises.

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 14:53

 

Je salue avec grand intérêt la « révolution démocratique »” que représente la décision d'Europe Ecologie-les Verts et du Front de Gauche de se rassembler pour proposer, à l'occasion des élections cantonales de mars prochain, une alternative crédible à gauche à l'hégémonie d'un seul parti.

Cet accord s’inspire  du travail de rassemblement qui a été entrepris à l'occasion des dernières municipales à Pamiers. Je ne peux que m'en réjouir et m’en féliciter.

Cet accord ouvre la voie du pluralisme, du débat démocratique. Il ouvre la voie à une juste représentation de toutes les forces de gauche dans la future majorité du Conseil Général, sur la base du vote des électeurs et du programme défendu par les candidats.

J'ai regretté profondément, à l'occasion des dernières municipales, le refus du PS de fusionner les listes de gauche  au deuxième tour à Pamiers, ce qui a ouvert un boulevard à la droite malgré une avance de quatre points des forces de gauche au soir du premier tour.

 Le Conseil général de l'Ariège doit rester un conseil général de gauche. Pour cela, toutes les sensibilités de la gauche ariégeoise devront y être représentées sur la base du vote des citoyens.

Les élections départementales de mars prochain sont une chance historique pour envoyer un message clair au gouvernement, pour infléchir sa politique, et pour enfin faire changer la vie politique et démocratique dans ce département ... à gauche.


Michel Teychenné


 Europe Ecologie les Verts et le Front de gauche rassemblés pour les élections départementales de 2015

 Communiqué commun EE.les Verts 09 et Front de Gauche 09

"ECOLOGISTES ET SOLIDAIRES" sous ce titre les responsables des deux formations communiquent :

"Le nouveau mode de scrutin, majoritaire, binominal et paritaire, des élections départementales de mars 2015, facilite les convergences entre la société civile et les partenaires politiques. Le climat politique est tendu en France. Le Parti Socialiste, au pouvoir, associé au PRG, impose une politique d’austérité qui se traduit par un désastre économique, social et démocratique. Elle produit une très forte déception dans le peuple de gauche et nourrit la désespérance. La Droite durcit sa ligne politique et son discours et s’apprête à faire encore pire. L’Extrême Droite, véritable danger pour la démocratie, progresse sur les territoires et dans les urnes. En Ariège, Europe Écologie Les Verts et le Front de Gauche sont rassemblés. Ils vont élaborer, ensemble, un projet départemental citoyen, écologiste et solidaire pour une politique alternative concrète de gauche.

Cette démarche de rassemblement a vocation à être la plus large possible.

Il s’agit d’organiser avec les citoyens, les militant-e-s des territoires du département des « fabriques citoyennes », des lieux et des moments de rencontres pour la réflexion, la discussion et la construction de propositions communes. Dans ce but, le Front de Gauche et Europe Écologie Les Verts font appel à toutes les composantes antilibérales du département pour amplifier la démarche et recomposer l’assemblée départementale.

Cette force politique présentera les binômes de candidat-e-s (une femme et un homme) et leur-e-s suppléant-e-s, porteurs du projet départemental élaboré en commun.

Dans un contexte d’abstention toujours plus forte, ce large rassemblement se donne pour objectif de faire élire de nombreux-ses candidat-e-s, porteur-euse-s d’un mandat citoyen, et résolu-e-s à le respecter, afin de faire entrer dans la nouvelle assemblée départementale une force pleinement représentante de l’alternative à gauche, citoyenne, écologiste et solidaire"

 

 

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 10:57

logodepeche.jpg

Mairie condamnée : Teychenné réagit

 

Publié le 06/11/2014 à 03:49, Mis à jour le 06/11/2014 à 09:12

Politique - Pamiers (09) - Politique

Michel Teychenné a souhaité apporter son point de vue./ archives DDM
Michel Teychenné a souhaité apporter son point de vue./ archives DDM 

La condamnation de la mairie de Pamiers à 15 000 euros d'amende avec sursis pour ne pas avoir respecté la procédure des marchés publics lundi suscite encore des réactions. Principal opposant à André Trigano, Michel Teychenné a exprimé son opinion via un communiqué de presse. En voici un extrait. «Depuis novembre 2011, nous n'avons cessé de dénoncer ce contrat «mirifique» attribué sans mise en concurrence et sans appel d'offres, en toute illégalité. Contrat passé entre la mairie de Pamiers et la société CTR chargée de réaliser une étude pour perception de la taxe locale sur la publicité extérieure, taxe payée par les commerçants de Pamiers. L'enquête a démontré que cette étude valait entre 25 000 et 30 000 euros au prix du marché en 2011, mais elle a été payée 180 000 euros par la mairie de Pamiers à la société CTR, soit environ 7 fois son prix. Les premières victimes de cette affaire sont donc les contribuables appaméens. Depuis 2011, nous avons alerté la mairie sur l'énormité de cette facture, sans être entendus, ni même écoutés. Aujourd'hui, après cette condamnation par la justice, nous demandons au maire (...) d'engager tous les recours possibles pour récupérer cette somme payée indûment, et de prendre enfin les mesures disciplinaires indispensables pour que le ou les responsables de cette gabegie soient sanctionnés (...).»

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article