Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logodepeche140

logogaz140




 

A R C H I V E S

28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 14:54



Après avoir fait une action d’éclat en Ariège, les producteurs de lait ariégeois, accompagnés d’autres laitiers de la région, ont installé leur « étable roulante » place du Capitole à Toulouse, avec veaux, vaches et distribution  gratuite de « vrai » lait de la ferme à la population. La raison?  Sensibiliser le public  aux difficultés qu’ils rencontrent et expliquer que « vous, consommateurs, vous payez au moins quatre fois plus le litre de lait qu’il nous est payé » , affirme un producteur. Sensibles à la situation des producteurs de lait, les députés européens Kader Arif et Michel Teychenné les ont rencontrés,pour les assurer de leur soutien, mais aussi pour écouter leurs arguments et les faire remonter à Bruxelles.



Kader Arif et Michel Teychenné vont saisir la commissaire européenne à l’agriculture et mobiliser les députés socialistes français et allemands. Les producteurs ne cachent pas leur ras-le-bol et menacent même d’une grève du lait si les prix de base ne remontent pas. Née en décembre 2008, l’Association des Producteurs de lait indépendants, l'APLI, a franchi la barre des 600 adhérents.

Partager cet article
Repost0
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 11:39
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
MICHEL TEYCHENNÉ
DÉPUTÉ EUROPÉEN, PSE, ÉLU DU GRAND SUD-OUEST
   


Strabourg, le 25 mars 2009

LE PEN RÉCIDIVISTE

Le mercredi 25 mars à Strasbourg en séance plénière du Parlement européen, Jean-Marie Le Pen a récidivé en répétant ses propos sur « les chambres à gaz, détail de l'histoire », provoquant un tollé sur les bancs de la gauche et de la droite. En perte de vitesse, son parti divisé et ruiné, le vieux leader d'extrême droite a une fois de plus usé de provocation, jouant avec le négationnisme afin d'essayer de lancer sa campagne électorale pour les élections européennes et de faire parler de lui.


Michel Teychenné condamne avec la plus grande vigueur l'attitude et les propos de Le Pen, qui instrumentalise sans vergogne les camps de concentration, les chambres à gaz et les millions de morts juifs bien sûr, mais aussi résistants, démocrates, homosexuels, tziganes... massacrés par le régime nazi.

Michel Teychenné
Député européen, PSE, élu du Grand Sud-Ouest


Partager cet article
Repost0
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 17:28



Une fois n’est pas coutume, le Couserans et la Basse-Ariège se sont rejoints  le temps d’un voyage au Parlement européen à Bruxelles, les 17 et 18 mars dernier. Vingt-cinq Ariégeois, parmi lesquels des militants des sections de Saint-Lizier et de Pamiers, avaient répondu présents à l’invitation du député européen Michel Teychenné.

Après un accueil des plus chaleureux sur le parvis du Parlement par l’eurodéputé, les Ariégeois ont assisté à une conférence animée par Jean-Claude Thomas, spécialiste de l’Europe. Le moment pour eux de poser les questions inhérentes à l’institution.



Michel Teychenné a ensuite revêtu avec plaisir le costume de guide, aidé de son assistant bruxellois Yves Marry,  et fait découvrir à ses hôtes les méandres du palais européen.  



Après une journée empreinte d’histoire de l’Europe, les Ariégeois ont eu tout loisir de visiter la capitale belge et de faire quelques emplettes. Les visiteurs sont revenus ravis de cette épopée bruxelloise et avouent regarder désormais d’un autre œil l’institution européenne.

Partager cet article
Repost0
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 14:55




L'opposition s'interroge sur la légalité du cumul de ses responsabilités au sein de l'OTSI et Pamiers-Événemenets avec son mandat d'élu.


Ce conseil ne s'annonçait pas de tout repos, compte tenu de la lourdeur de l'objet, mais il faut bien avouer que l'atmosphère était vraiment été pesante lors que Michel Teychenné, au nom du groupe opposition, a posé la question qui planait sur l'assemblée depuis longtemps déjà : la légalité de la situation d'Hubert Lopez, qui cumule les fonctions d'adjoint à la mairie et les présidences de deux des associations majeures de la ville, l'Office de tourisme et Pamiers-Événements (fiesta).

La situation n'est pas nouvelle. Tout le monde jusqu'à présent, majorité comme opposition, s'en était accomodé, mais Michel Teychenné, relayé par Bernadette Suard, a cette fois voulu mettre le pied dans le plat. « On est dans un dispositif à la limite de la légalité, un élu est en situation difficile », a ajouté Michel Teychenné, insistant sur le fait qu'Hubert Lopez est à la fois bailleur de fonds en tant qu'élu de la ville et bénéficiaire en tant que président des deux organismes. « Ce n'est pas la probité d'Hubert Lopez qui est ici en cause. Je vous alerte depuis longtemps sur cette situation, que l'on ne me fasse pas croire que vous ne pouvez pas trouver un autre président parmi tous les gens qui se consacrent à ces associations! Nous ne sommes pas dans la légalité et la transparence,. C'est un problème de bon sens. Nous demandons une clarification, qu'Hubert Lopez choisisse : sa tâche d'élu, ou celle au sein des associations! »

Bernardette Suard a insisté, tout en soulignant elle aussi qu'il n'était pas question de parler d'un « problème de mauvaise foi, mais de cadre légal ». « Cela mérite clarification, a-t-elle répété. Un président d'association ne peut avoir un pouvoir décisionnaire dans un conseil municipal! » L'affaire a fait l'effet d'une douche froide sur la majorité.

André Trigano, de toute évidence, ne voulait pas rompre ses lances. Il a noté que, jusqu'à présent et selon les renseignements qu'il a obtenus, « dans la mesure où l'élu n'assistait pas à la discussion et au vote (sur les subventions), il n'y avait pas de problème. Si c'est légal, ça restera ainsi, sinon on prendra les mesures nécessaires! »

Hubert Lopez, le principal intéressé, s'attendait lui aussi, et peut-être depuis longtemps, à cette charge. Sa réponse fut celle de quelqu'un de lassé : « Vous savez, mon travail à l'OTSI et à Pamiers-Événements, c'est une charge importante. Ces structures fonctionnent parfaitement. Il y a 15 ans que je m'occupe de tout ça. Très sincèrement, vous n'aurez pas beaucoup d'acharnement à mettre (pour me faire partir). Je suis en bout de parcours et fatigué! » Tout le monde l'aura compris : Hubert Lopez, s'il doit partir, ne fera pas de résistance.

André Trigano a assuré qu'une réponse serait donnée dans les 10 jours qui viennent, soulignant le « travail remarquable d'Hubert, celui de l'homme qui, depuis 15 ans, a assuré l'animation de Pamiers », tout en ajoutant « qu'il n'est pas question qu'il laisse son mandat d'adjoint à la mairie! »  Donc, au cas où, on a eu la réponse par avance!

La Dépêche du Midi, samedi 21 mars 2009

Partager cet article
Repost0
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 16:09


Tout avait été dit lors du débat d'orientation budgétaire,. Le budget est donc passé facilement, si l'on peut dire (vote contre de l'opposition). Un budget de crise, mais alimenté par des impôts dont les taux restent inchangés par rapport à l'an dernier.

Il faut dire qu'avec une ville toujours en croissance et qui donne un élargissement des bases d'imposition régulier tant en matière de TH que de taxe foncière et de TP, c'est une politique qui peut être tenue. André Trigano a toutefois insisté sur l'hypothèque que la suppression partielle de la TP fait planer sur les ressources de la ville, « mais pas sur le budget 2009 » pour lequel le conseil a décidé de continuer à investir (trois millions de travaux sur les cinq prévus) « afin d'assurer de l'activité aux entreprises. On ne peut pas arrêter d'investir, cela risquerait de mettre nos entreprises en difficulté! »

Reste bien entendu la grande inconnue : quid de la TP à venir de la nouvelle usine d'Aubert et Duval, sur laquelle les perspectives d'investissements futures de Pamiers ont été bâties. Il est vrai que le tout n'est pas sans conséquence : près de deux millions d'euros de recettes TP attendues. « C'est un enjeu important, on attend donc. Nous sommes dans l'incertitude et cela me gêne », a ajouté André Trigano.

Michel Teychenné en a profité pour charger la barque du gouvernement : « Si nous sommes dans une période d'incertitude, c'est le gouvernement qui l'a créée, et notamment le président de la République, qui a annoncé cette suppression de TP. » Pour la gauche, ce budget qui recourt trop largement à l'emprunt « ne fait qu'accroître la dette et est marqué par une dérive financière dans certains postes ».

La Dépêche du Midi, samedi 21 mars 2009
Partager cet article
Repost0
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 15:34



MICHEL TEYCHENNÉ : LA FIN DE L'IMPUNITE POUR LES BATEAUX-POUBELLES

Intervention de Michel Teychenné devant le Parlement de Strasbourg
Mardi 10 mars 2009

« Monsieur le Président, chers collègues,
 
Le Paquet que l'on votera demain ne serait rien sans le courage politique du Parlement européen, que je tiens ici à saluer. Si l'Union européenne crée un dispositif juridique qui, je l'espère, permettra d'éviter des naufrages comme ceux de l'Erika ou du Prestige et de responsabiliser les pollueurs, c'est bien grâce à la persévérance du Parlement européen face à la frilosité du Conseil.

Inutile de rappeler toute l'insistance qu'il aura fallu pour remettre les rapports de messieurs Savary et Fernandes sur la table. C'est une victoire du Parlement européen, donc, mais aussi du droit européen en matière de sécurité maritime.

Enfin, les Etats devront s'acquitter des obligations imposées par l'Organisation Maritime Internationale et notamment procéder à des audits techniques avant de délivrer le pavillon à un navire. Une autre avancée conséquente est l'obligation des navires d'être assurés, avec un certificat de garantie financière leur conférant une véritable responsabilité.

 Si le Parlement adopte ces textes, l'UE démontrera alors une fois de plus toute la pertinence de son niveau de législation en ouvrant la voie à la fin de l'impunité pour les propriétaires, les affréteurs, ou encore les sociétés de classification.

 L'on peut, enfin, se féliciter qu'au moment d'adopter ce paquet soit traitée par le Parlement une proposition de règlement sur le droit des passagers voyageant par mer ou voie de navigation intérieure. Après les transports aérien et ferroviaire, ce sont ceux par bus et maritime pour lesquels l'UE légifère.
 En matière de droit des consommateurs et de non?discrimination des personnes handicapées, le transport maritime est très en retard. C'est pourquoi j'espère vivement que le texte sur lequel je travaille en ce moment, et c'est d'ailleurs le souhait du Commissaire M. Tajani, permettra de protéger efficacement les consommateurs dans tous les modes de transport. »

Partager cet article
Repost0
12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 15:25
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
MICHEL TEYCHENNÉ
DÉPUTÉ EUROPÉEN, PSE, ÉLU DU GRAND SUD-OUEST
   

Strasbourg, le 12 mars 2009

LE PARTI SOCIALISTE EUROPEEN FAIT ENTENDRE SA VOIX SUR LE PLAN DE RELANCE



Le Parlement européen a soutenu aujourd'hui des mesures clés proposées par le groupe socialiste pour renforcer le plan de relance européen. Avant le vote, plusieurs députés socialistes ont jugé insuffisant le plan de relance en Europe et proposé de nouvelles mesures clés sur l'investissement, la solidarité et les paradis fiscaux.

En ce qui concerne les paradis fiscaux, l'eurodéputé socialiste Michel Teychenné a expliqué qu'il s'agit d'une « question de justice sociale ». L'amendement déposé par les socialistes et soutenu par l'ensemble du Parlement européen demande au G-20 de « prendre des mesures effectives contre les paradis fiscaux et les pays non coopératifs en convenant dans les meilleurs délais d'un arsenal de sanctions, qui serait adopté lors du sommet de Londres ».

Au cours du débat qui a précédé le vote de la résolution du Parlement européen, le Danois Poul Nyrup Rasmussen a déclaré au président de la Commission européenne José Manuel Barroso : « Votre plan de relance n'est pas suffisant. L'emploi est en chute libre. Les gens attendent davantage de l'Europe que ce que vous avez fait aujourd'hui. Faites en sorte qu'un effort de relance cohérent soit mis en place. »

« Le plan de relance n'est pas suffisant, a renchéri la présidente de la Commission des affaires économiques et monétaires, la socialiste française Pervenche Berès. Il doit trouver son niveau de financement approprié. Les propositions sur les euro-obligations doivent être débloquées, et l'Europe doit montrer l'exemple en matière de surveillance et de régulation des marchés financiers », a-t-elle ajouté.
.

Partager cet article
Repost0
12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 15:22
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
MICHEL TEYCHENNÉ
DÉPUTÉ EUROPÉEN, PSE, ÉLU DU GRAND SUD-OUEST
   

Strasbourg, le 12 mars 2009

DROIT D'ASILE : L'EUROPE PEUT MIEUX FAIRE

Le nombre de demandeurs d'asile en Europe n'a cessé de diminuer ces dernières années, passant en France de 52 204, en 2003, à 23 804 en 2007. S'agissant du taux de reconnaissance des demandeurs d'asile, la situation varie fortement d'un pays de l'Union européenne à l'autre : s'il est de 85 % pour les demandeurs d'asile irakiens en Allemagne, il n'est que de 48 % en France et de 12 % au Royaume-Uni. En Grèce, il est nul. Devant cette forte hétérogénéité, les socialistes français ont apporté leur soutien à un rapport d'initiative qui pose un constat clair sur la situation et précise les enjeux à venir pour l'Union européenne dans ce débat.

« Il n'est plus acceptable que l'accès à la protection se résume à une vaste loterie », a déclaré Martine Roure, membre de la Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures et vice-présidente du Parlement européen, qui avait conduit les négociations sur ce dossier au nom des Socialistes au Parlement européen.

Par ailleurs, le rapport met sérieusement en question le recours croissant aux mesures privatives de liberté pour les demandeurs d'asile, en particulier le placement en rétention quasi systématique des individus (mineurs compris) en attente de transfert vers l'Etat responsable de l'examen de leur demande d'asile, alors même que cette pratique ne devrait intervenir qu'en dernier recours.

En conclusion, l'eurodéputé socialiste Michel Teychenné a rappelé que « le droit des Etats membres de contrôler leurs frontières ne doit pas s'exercer au détriment des droits fondamentaux des demandeurs d'asile » et que « les parlementaires socialistes français seront vigilants pour prévenir de telles dérives dans les mois à venir ».


Partager cet article
Repost0
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 14:56




À la suite de l'établissement des listes socialistes en vue des élections européennes de juin 2009, Michel Teychenné s'est exprimé lors d'une conférence de presse tenue à Pamiers le lundi 2 mars.  Voici l'article publié par Ariège News à la suite de cette conférence de presse, suivi d'un lien vers la vidéo complète de celle-ci.



Sauf surprise de taille, il est entendu que Michel Teychenné ne sera plus député au soir des élections européennes à venir, le dimanche 7 juin prochain.
Classé en 7ème position sur la liste du parti socialiste du Sud-Ouest, il a même peu de chance de pouvoir bénéficier d'un «CDD» comme à l'occasion de la mandature en cours, en remplacement de Robert Navarro, élu sénateur de l'Hérault.

Cependant, Michel Teychenné reste un militant socialiste convaincu. «Je ne me bats pas pour une place» dit-il, et c'est sans retenue qu'il va participer à  la campagne pour «envoyer une majorité de gauche au parlement européen», même s'il comprend ses camarades du PS qui mis en position non éligible, «ont fait un pas en arrière dans la course à la députation européenne».
Parallèlement, le député européen ajoute «j'ai encore un rapport législatif en chantier, et je compte poursuivre ma tâche jusqu'au bout».

Connaissant l'abnégation de cet Ariégeois qui selon ses dires «n'arrive pas en politique, comme certains, à l'âge où l'on prend sa retraite» on peut imaginer que les déplacements à Bruxelles et à Strasbourg seront encore nombreux dans les trois mois qui suivent mais, malgré tout, avec quand même un léger sentiment d'amertume.
En effet, et c'est sans langue de bois que Michel Teychenné dénonce la constitution, le week-end dernier, des listes socialistes pour les européennes, soulignant «la main mise des grands gagnants dont Laurent Fabius et Henri Emmanuelli» précisant que «Ségolène Royal et Bertrand Delanoë ont tout juste réussi à sauver les meubles» pour enfin mettre le doigt sur «le scandale du débarquement du Nord-Ouest de Vincent Peillon pour être parachuté dans le Sud-Est».

Quant à la liste du Sud-Ouest, pour laquelle on pouvait s'attendre à «un respect de la répartition géographique et du vote des militants combinés, on a à faire à une véritable OPA d'Henri Emmanuelli qui représente l'histoire mais sûrement pas l'avenir».

Certes, ces listes seront soumises au vote militant dès le 12 mars prochain. Mais, c'est sans illusion que Michel Teychenné ira voter sans donner de consignes particulières aux militants.

Qui peut penser un instant qu'à l'issue de ces cent prochains jours l'ex-député européen va rester les bras ballants ?
Michel Teychenné «n'est pas un déserteur» face à la responsabilité européenne qu'il compte assumer jusqu'au bout ni face à celle qui se présente à lui à court et moyen terme.

C'est sans ambiguïté que le toujours député européen annonce que dès la rentrée il faudra compter avec lui pour les prochains rendez-vous électoraux.
Autrement dit, Michel Teychenné se positionne clairement pour les régionales, les cantonales et les législatives. Il n'oublie pas non plus qu'il reste «le leader de la gauche à la mairie de Pamiers» où précise t-il «l'équipe majoritaire en place a tombé les masques en s'affichant à droite lors du récent passage à Pamiers de la tête de liste UMP aux européennes, Dominique Baudis».


POUR VISUALISER LA VIDÉO INTÉGRALE DE LA CONFÉRENCE DE PRESSE DU 2 MARS DE MICHEL TEYCHENNÉ, CLIQUEZ SUR L'IMAGE CI-DESSOUS.



Partager cet article
Repost0
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 13:26



L'eurodéputé sortant ne sera qu'en 7e position
sur la liste socialiste du Grand Sud-Ouest.


Michel Teychenné ne reviendra pas au parlement européen. À moins d'un « tsunami » socialiste au mois de juin, car la 7e place qu'il a obtenue sur la liste « régionale » ne devrait pas en toute logique, lui permettre de remettre le couvert. « J'ai eu beaucoup de mes camarades au téléphone, j'ai beaucoup discuté avec eux, beaucoup refusent les choix faits, pour ma part j'ai pris ma décision dimanche, j'accepte ! » Bon soldat le député européen sortant finira donc son mandat en s'appliquant à son travail. Mais n'allez pas croire que la digestion de cette 7e place, disons-le sans détour inéligible, lui est facile. Un seul responsable : Henri Emmanuelli ! C'est lui qui selon le « Royaliste » Michel Teychenné a pulvérisé en dernière minute la belle ordonnance qui avait été réservée à cette constitution de liste socialiste aux Européennes pour la région Grand Sud-Ouest : « On avait dit respect géographique et du vote des militants. Ce n'est pas ce qui a été choisi. Ce n'est pas un problème ariégeois, il y a eu une OPA Emmanuelli, qui ne représente que la fédération des Landes. Pour être aimable je dirais que lui, c'est l'Histoire, mais ce n'est pas l'avenir. Je me suis abstenu sur ce choix, les militants jugeront le 12, je ne donne pas de consigne. J'accepte ma place, même si je dénonce la méthode ! »

Michel Teychenné rentre donc dans le rang. Il livrera la bataille des Européennes, non pas pour lui-même mais pour les autres, parce qu'il estime que la reconstruction du parti socialiste est à ce prix, un parti convalescent après les affres du congrès de Reims, et avec lequel il n'a pas voulu rompre à ce moment-là, en retirant sa propre candidature au poste de premier fédéral afin de ne pas se mettre en travers de la route de Marc Carballido en Ariège.

Mais il n'en demeure pas moins que le député européen ne varie pas d'un pouce de sa position « idéologique » : « Il faut dans ce département renouveler les pratiques, les hommes et les femmes, quand on pense qu'il n'y a pas une seule femme qui siège au conseil général ! » Tout comme on ne peut pas accepter, aux yeux de Michel Teychenné, que les postes d'élus soient occupés « par des retraités, même jeunes ! »

Bref, Michel Teychenné plie mais ne rompt pas, avec ses idées et sa ligne de conduite. Son ralliement bon gré, mal gré à la campagne et à la stratégie des Européennes, il l'explique par la nécessité d'envoyer siéger au parlement de l'Union une force socialiste importante capable de renverser le cours d'une politique communautaire dominée par les libéraux, tant au parlement qu'à la commission.

« C'est pourquoi les socialistes présenteront un candidat contre Baroso à la commission. Nous sommes confrontés aujourd'hui à un enjeu central et historique face à l'échec de la politique libérale avec la crise que l'on connaît. Nous assistons partout au retour de l'État et qui mieux que (nous) peut l'incarner ? »

Michel Teychenné quittera donc Bruxelles en juin. Pour revenir à plein-temps en Ariège où, en revanche, il compte être bien présent dans les prochains scrutins, notamment cantonaux ou régionaux…

La Dépêche du Midi - 3 mars 2009

Partager cet article
Repost0