Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logodepeche140

logogaz140




 

A R C H I V E S

27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 15:19
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
MICHEL TEYCHENNÉ
DÉPUTÉ EUROPÉEN, PSE, ÉLU DU GRAND SUD-OUEST
   

Bruxelles, le 26 février 2009

IL FAUT METTRE FIN AU CREDIT REVOLVING

En soutien à UFC-Que choisir, l'eurodéputé socialiste Michel Teychenné a signé l'appel « en faveur d'une vraie réforme du crédit à la consommation ». « Si l'on veut augmenter le pouvoir d'achat et relancer la consommation, il ne faut pas s'en tenir aux cadeaux fiscaux destinés aux plus riches. Il faut permettre aux Français de contracter des crédits, sans que ce soit ruineux pour eux comme c'est le cas aujourd'hui », a ajouté l'eurodéputé.

En effet, une enquête réalisée par UFC-Que Choisir démontre que « 80 % des dossiers de surendettement comprennent un crédit revolving ». La toxicité de cette forme de crédit, aux taux d'intérêt souvent scandaleux, est avérée, et pourtant les banques ne cessent de diriger leurs clients vers cette offre dangereuse.

Comme le précise l'appel signé par Michel Teychenné, un certain nombre de mesures simples pourraient être d'une grande efficacité : plus de clarté et de publicité sur les contrats de crédit, obligation pour les conseillers de vérifier la solvabilité de l'emprunteur pour proposer des crédits adaptés, ou encore interdiction de crédit revolving sur les lieux de vente.


Partager cet article
Repost0
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 15:16
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
MICHEL TEYCHENNÉ
DÉPUTÉ EUROPÉEN, PSE, ÉLU DU GRAND SUD-OUEST
   

Bruxelles, le 26 février 2009

LE PARLEMENT EUROPEEN VEUT PROMOUVOIR L'ÉCONOMIE SOCIALE

L'économie sociale doit plus que jamais disposer d'un cadre juridique spécifique, et l'attitude de la Commission à cet égard est totalement irresponsable », déclare l'eurodéputé socialiste Michel Teychenné après l'adoption par le Parlement européen d'une résolution qui met en évidence l'importance de l'économie sociale et les besoins d'adaptation des structures juridiques européennes en matière de création d'entreprises.


La Commission européenne a retiré deux propositions visant à créer des statuts pour les mutuelles et les associations européennes, provoquant la protestation des eurodéputés. « A l'heure où les failles du système capitaliste sont évidentes, il est anormal de retirer des propositions qui promeuvent des formes d’organisation économique alternatives », insiste Michel Teychenné.


Basée sur les principes de mutualisation et de solidarité, l'économie sociale prône une nouvelle conception de l'entrepreneuriat, plus humaine et rompant avec la démarche capitaliste de la simple recherche de profit. L'économie sociale s'est développée avec succès ces dernières années, représentant aujourd'hui 10 % des entreprises et 6 % des emplois dans l'Union européenne.


Partager cet article
Repost0
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 11:10




Le 20 février, Michel Teychenné était l'invité de l'émission A portée de mots de France Musique. L'animateur de cette émission,  François Castang, reçoit chaque semaine un invité mélomane (écrivain, comédien, journaliste, scientifique, politique, etc.) pour qui la musique occupe une place de choix au quotidien, que ce soit pour son plaisir personnel ou pour ses activités professionnelles. Les extraits musicaux sont nombreux et choisis intégralement par l’invité.

Pour écouter l'émission du 20 février consacrée à Michel Teychenné, cliquez simplement sur le logo France Musique, ci-dessus. L'émission proprement dite débute environ 5 minutes après le début du fichier Real Audio proposé.

(Si le fichier refuse de se lancer en cliquant sur le logo, accédez au site de l'émission en cliquant ici et sélectionnez ensuite l'émission du 20 février.)

Partager cet article
Repost0
23 février 2009 1 23 /02 /février /2009 19:15
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
MICHEL TEYCHENNÉ
DÉPUTÉ EUROPÉEN, PSE, ÉLU DU GRAND SUD-OUEST
   


Pamiers, le 23  février 2009

DANS LE MANIFESTO, DES ENGAGEMENTS FORTS POUR LES DROITS DES GAYS

Face au risque réel de la montée de l'homophobie en Europe, le Parti socialiste européen (PSE) a une responsabilité majeure. Les 27 partis socialistes d'Europe, rassemblés au sein du PSE, prennent clairement position en faveur des droits des gays et lesbiennes dans leur Manifesto. Alors que l'homophobie et la discrimination sont encore bien trop fréquentes dans de nombreux pays de l'Union, les socialistes, avec leur plateforme pour la campagne européenne, s'engagent avec force, avec conviction.

« C'est non seulement un symbole fort, mais un combat qu'il va falloir mener au Parlement européen et dans les pays membres pour changer les lois et faire évoluer les mentalités », a déclaré Michel Teychenné, eurodéputé socialiste, membre de l'intergroupe parlementaire « Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transsexuels » (LGBT).

« Le PS doit donner l'exemple dans la préparation de ses listes, pour une vraie égalité des chances, pour le respect et la promotion du droit à la différence, précise Michel Teychenné. Dans ce cadre, j'ai souhaité faire le point sur la lutte contre l'homophobie en Europe. »

Le droit à l'égalité de traitement des gays et lesbiennes est encore bien trop souvent bafoué au sein même de l'Europe des 27. Le respect des droits fondamentaux constitue pourtant l'un des fondements de l'identité de l'Union européenne, la distinguant de la grande majorité des Etats du monde.

L'une des formes de discrimination les plus ancrées et les plus développées reste celle à l'encontre des homosexuels. C'est d'ailleurs ce constat qui a poussé la toute nouvelle Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne à rédiger son premier rapport sur « l'homophobie et la discrimination sur la base de l'orientation sexuelle au sein des Etats membres de l'UE », publié en juin 2008. Ce rapport jette une lumière crue sur le retard de certains Etats membres en la matière, et souligne l'urgence de nouvelles mesures.

Les instruments juridiques existent. L'article 13 du traité d'Amsterdam (1999) précise que l'UE « peut prendre les mesures nécessaires en vue de combattre toute discrimination fondée sur le sexe, la race ou l'origine ethnique, la religion ou les convictions, un handicap, l'âge ou l'orientation sexuelle ». Un certain nombre d'initiatives communautaires se sont inscrites dans cette démarche. Un exemple parlant en est la directive 78/2000, qui interdit la discrimination sur la base, entre autres, de l'orientation sexuelle dans l'emploi. En ce moment même, le Parlement européen examine une proposition de directive qui étendrait l'égalité des droits aux services et aux offres de biens (restaurant, hôtel, location d'appartement, etc.).

A l'heure où l'Europe étend son territoire et ses compétences, elle ne doit pas seulement rester vigilante, mais aussi se montrer courageuse. L'angle de l'emploi ou de la libre circulation permet aujourd'hui aux législateurs européens d'édicter des garanties de non‑discrimination. Il faut aller plus loin et, par exemple, instaurer la reconnaissance des partenariats civils entre homosexuels à l'échelle de l'Union.

Le Parlement européen a ces derniers jours jeté un pavé dans la mare en adoptant le rapport d'initiative de M. Giusto Catania, eurodéputé italien. Dans son paragraphe 76, le texte « prie instamment la Commission de présenter des propositions assurant que les Etats membres appliquent le principe de reconnaissance mutuelle pour les couples homosexuels, qu'ils soient mariés ou en partenariat civil ».

Dans le combat pour l'égalité des droits, le Parlement européen a toujours démontré qu'il était à l'avant-garde. Mais il ne faut pas oublier la présence massive des xénophobes et extrémistes, qui pourrait s'élargir dès juillet prochain après les élections européennes.

Les futurs députés européens, qui seront élus le 7 juin, devront être capables de s'investir fortement dans ce combat.

Michel Teychenné
Député européen, PSE, élu du Grand Sud-Ouest


Partager cet article
Repost0
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 12:15
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
MICHEL TEYCHENNÉ
DÉPUTÉ EUROPÉEN, PSE, ÉLU DU GRAND SUD-OUEST
   


Bruxelles, le 17 février 2009

L'EUROPE EN ROUTE VERS L'EUROVIGNETTE
Une écotaxe sur le « tout camion »



Suite à de longs et houleux débats, la commission « Transports et tourisme » du Parlement européen a approuvé le rapport du député socialiste belge Saïd El-Khadraoui, qui instaure le principe du « pollueur payeur » à l’égard des camions. Si elle reste en l’état, car la procédure n’est pas encore achevée, la directive Eurovignette permettra aux Etats membres de l’Union européenne d’instaurer une écotaxe sur les camions en fonction des dommages qu’ils génèrent. La pollution atmosphérique, les nuisances sonores et, sous certaines conditions, les embouteillages seront considérés comme des dommages externes et pourront donc être « internalisés », autrement dit mis à la charge des transporteurs routiers. Toutefois, les Etats seront libres d’appliquer ou non ces recommandations, souhaitées par les Etats situés sur les grands axes de transit.

Les socialistes se félicitent de l’adoption de ce texte fort en direction de la lutte contre le changement climatique, qui a rencontré beaucoup d’hostilité de la part de la Droite. L’eurodéputé Michel Teychenné, membre de la commission « Transports et tourisme », s’est dit heureux après le vote : « C’est une décision courageuse contre le tout camion. A terme, pour notre région, c’est moins de pollution et plus de fluidité dans le Grand Sud-Ouest, qui voit défiler chaque jour des milliers de poids lourds. On peut notamment penser au franchissement des Pyrénées, au Perthus et à Biriatou, avec au total plus de 20 000 camions par jour. C’est aussi un soutien direct au ferroutage grâce au rééquilibrage du coût des transports.

Partager cet article
Repost0
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 15:31
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
MICHEL TEYCHENNÉ
DÉPUTÉ EUROPÉEN, PSE, ÉLU DU GRAND SUD-OUEST
   

Pamiers, le 6 février 2009

TEMPÊTE : LA COMMISSION EUROPÉENNE PRÊTE À DÉBLOQUER DES FONDS

Suite à la demande de Michel Teychenné, de Kader Arif et des parlementaires socialistes du Grand Sud-Ouest s'est tenu le mercredi 4 février en séance de nuit un débat sur les conséquences de la tempête Klaus en France, en Espagne et en Italie.

Après avoir rappelé les énormes dégâts humains et matériels qu'a faits cette tempête et avoir marqué leur solidarité avec les familles des 24 personnes décédées, les parlementaires ont demandé à la commissaire Androulla Vassiliou, qui représentait le président Barroso en séance, la mobilisation du Fonds d'aide européen pour les catastrophes naturelles. La commissaire a répondu favorablement à leur demande tout en précisant qu'au moment où elle parlait, la Commission européenne n'avait toujours pas reçu de demande officielle de la France, ce qu'ont vivement regretté les parlementaires socialistes. 

Enfin, Michel Teychenné et ses collègues ont rappelé l'urgence qu'il y a à mettre en place une force de réaction rapide en  matière de sécurité civile qui puisse intervenir partout en Europe.  Au nom  de la Commission, la commissaire Vassiliou a apporté son soutien à cette action.

Partager cet article
Repost0
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 15:38




Le Rapport Teychenné est désormais en ligne.  Il s'agit plus précisément d'une proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil concernant les droits des passagers voyageant par mer ou par voie de navigation intérieure et modifiant le règlement (CE) n° 2006/2004 relatif à la coopération entre les autorités nationales chargées de veiller à l’application de la législation en matière de protection des consommateurs.

Cliquez ici pour consulter le rapport au format PDF (Acrobat Reader)
.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 14:56



8000 personnes pour les syndicats, 5000 pour la police, dans les rues de Pamiers pour manifester leur colère contre la politique gouvernementale actuelle. Des jeunes, des moins jeunes, des retraités, des salariés du privé et du public, n’ont pas hésité à se mobiliser et à protester contre le pouvoir d’achat en baisse, le coût de la vie en hausse. L’inquiétude régnait également dans les rangs de cette manifestation ariégeoise autour de l’emploi. Les usines du département annoncent des licenciements, notamment dans le Pays d’Olmes.



On pouvait compter dans les rangs les élus locaux et parlementaires ariégeois, dont Michel Teychenné qui s’était d’ailleurs fait un point d’honneur à venir manifester dans sa ville. « J’ai délaissé ce jeudi les dossiers européens pour être aux côtés des Ariégeois pour  les soutenir dans leur action. J’aurai pu manifester à Paris ou à Toulouse, mais je pense que ma place est ici, à Pamiers, a précisé l’eurodéputé. Nous devons nous rassembler et nous battre contre cette politique incohérente que le gouvernement actuel est en train de mettre en place », a-t-il ajouté. Pendant le tour de ville qui a duré plus d’une heure, Michel Teychenné a établi de nombreux contacts avec la population, mais aussi avec les élus départementaux.

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 15:49



Neuf heures du matin au Parlement européen de Strasbourg. Une armée de femmes de ménage, la plupart d'origine maghrébine, quitte en file indienne le vaisseau amiral cylindrique et froid dédié à l'Europe. En sens inverse, les grosses limousines allemandes noires aux vitres fumées déposent les eurodéputés flanqués d'assistantes, attachés parlementaires, dans un ballet immuable et mécanique. À l'entrée, le visage radieux, l'eurodéputé ariégeois Michel Teychenné offre une poignée de main généreuse aux insulaires de la presse ariégeoise arrivés une demi-heure plus tôt par avion de Toulouse. « Bienvenue au Parlement », lance l'élu socialiste, qui déjà s'engouffre dans les entrailles de cette tour de Babel où quatre jours par mois l'Europe politique écrit à coups de règlements et de motions l'avenir des 27 États membres.

Dans ce lieu imposant de monarchie constitutionnelle, les émotions sont contrôlées. Déjà tout paraît étrange, sorte de songe formaté, aseptisé mais aux tons chauds, faussement exotique avec ces lianes de verdure disciplinées qui dégoulinent dans un espace confiné. L'architecture du lieu, celle d'un aéroport ultra-sophistiqué, est en adéquation avec les gens qui y travaillent. Une atmosphère proche de la science-fiction des années « 50 » de ces films d'anticipation. Et ce va-et-vient continuel de silhouettes comme façonnées dans l'éprouvette d'un généticien sans visage adepte du clonage. Des créatures à la Uma Thurman, parfaites et froides, impeccables et longues en jambes, escortant des eurodéputés impassibles, en costumes gris ou noir, le cheveu discipliné, le sourire rare et la démarche sûre. La puissance et le pouvoir déroulent leur codification dans une sorte de sobriété et de perfection désincarnée qui dissuade toute tentative de rapprochement. On évolue dans le séquençage du génome politique. Les élus empruntent de façon pavlovienne les escalators métalliques et vertigineux qui serpentent le vaste espace et rappellent étrangement la fameuse hélice de l'ADN.
Les huissiers improbables, au physique de danseurs de revues parisiennes, le cheveu gominé, la queue-de-pie et les pompes funèbres détonnent un peu comme un anachronisme incongru.

Détonne enfin comme notre Ariégeois, Michel Teychenné, eurodéputé atypique et chaleureux, qui joue la proximité et évolue, il faut bien le reconnaître, comme un poisson dans l'eau. Deux mois à peine qu'il siège après avoir pris le train en marche en pleine présidence française et sarkosyste et déjà le voilà rapporteur législatif sur le droit des passagers maritimes. Lui, l'Ariégeois, élu de l'opposition appaméenne et qui plante avec fierté sur ses bureaux de Strasbourg et Bruxelles ses cartes de visite aux armoiries de la ville de Pamiers. Un Michel Teychenné qui la veille jouait les Fred Astaire avec l'ancien maire de Strasbourg, Catherine Trautmann, sur des airs de slogans cégétistes lors de la manif devant le Parlement sur le temps de travail en Europe.

Un Teychenné ubiquiste qui joue les pitres derrière une députée européenne interviewée sur la télé du Parlement tel un jeune de banlieue lorsqu'un envoyé de « TF 1 » fait un direct depuis le Stade de France. Michel Teychenné plus expert que les experts, euroenthousiaste au style inusité, résolument volontariste et réactif qui renvoie volontiers aux 22 les Europhobes tchèques et convertit les Eurotièdes suédois en deux temps trois mouvements. Un Michel Teycjenné qui déploie sa cognition bien huilée et disserte avec aisance sur la dérégulation du capitalisme devant la presse nationale et plaisante l'instant d'après en langue d'Oc avec un journaliste haut en couleur du Couserans.  Mais le voilà déjà parti voter le projet de résolution législative sur l'aménagement du temps de travail, histoire d'entériner le rapport d'Alejandro Cercas.

Un rude combat finalement gagné contre la perfide Albion adepte de la dérégulation à 65 heures de travail par semaine. « C'est une victoire heureuse, qui marque un pas important en direction de l'Europe sociale.  Socialistes et syndicalistes européens ont fait cause commune, signe qu'à Bruxelles et Strasbourg, la volonté d'Europe sociale est capable de s'exprimer avec force », commentera l'eurodéputé socialiste sur France Infos.  Un paradoxe pour celui qui ne compte pas vraiment les heures à ramer en vue des prochaines élections européennes de juin prochain.  Car Dieu sait si le rapporteur législatif sur le droit des passagers maritimes ambitionne de rester à la barre pour la prochaine mandature.  Mais la météo marine annonce une grosse houle du côté des tractations à venir...



C'est certainement parce que l'on est à Bruxelles que les fauteuils du bar réservé aux élus du Parlement européen ressemblent à ceux des albums de Tintin. À un jet de la Grand Place, le coeur de l'Europe a des allures de bateau. Michel Teychenné, les bras sur l'accoudoir, sirote un jus de fruits (l'homme fait attention à l'alcool) et disserte avec ses homologues italiens des dernières directives en matière de réglementation agricole. Un sujet qu'il maîtrise. La conversation le change des Anglais qu'il a en face de lui dans le couloir, son bureau jouxtant celui des Travaillistes britanniques

À Bruxelles, tout le monde côtoie tout le monde. Dans la cage de verre gigantesque, les attachées parlementaires roumaines croisent les jeunes énarques frais émoulus des dernières promotions, et l'Ariégeois nage comme un poisson dans l'eau trouble des intrigues parlementaires. « Tout se décide à Bruxelles », affirme-t-il, convaincu. De transports maritimes en adoption de résolutions sur le conflit israélo-palestinien, rien de ce qui est de l'arcane des débats simultanément traduits dans les 22 langues de l'Europe ne lui échappe. Une bise à Kader Arif, une autre à Catherine Trautmann, une porte claquée (malencontreusement?) au nez de Jean-Marie Le Pen, un cocktail mondain pour l'eurorégion dans laquelle Midi-Pyrénées s'inscrit et un briefing entre deux ascenseurs avec Vincent Peillon sur le devenir du Parti Socialiste, et voilà que le rythme s'emballe. Ils sont loin les chevaux et les mules de Pailhès! Ils risquent d'attendre encore avant de revoir leur maître un peu plus que le week-end.

La Dépêche du Midi,
Xavier Olmos (art. 1) et Jean-Christophe Thomas (art. 2), 24 janvier 2009

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 14:57



PAMIERS, LE 25 JANVIER 2009


A l'initiative des députés socialistes européens de la grande région Sud-Ouest -- Kader Arif, Michel Teychenné, Gilles Savary, Françoise Castex et Béatrice Patrie --, un débat d'urgence au Parlement européen a été demandé afin d'activer les mécanismes de solidarité européens et les instruments de gestion et de prévention des catastrophes naturelles pour les pays touchés  (France, Espagne, Portugal et Italie).

« Nous en appelons au gouvernement français pour qu'il saisisse officiellement et le plus rapidement possible la Commission européenne afin de déclencher, entre autres, l'aide disponible au titre de l'instrument financier pour la protection civile et le fonds de solidarité de l'Union européenne », ont déclaré les eurodéputés socialistes.

Ces deux instruments visent à soutenir et à compléter les efforts déployés par les Etats membres pour protéger les personnes, l'environnement et les biens dans les communes et les régions sinistrées. L'un par l'envoi de moyens matériels et humains, et l'autre par la fourniture d'une assistance financière destinée à réparer les dommages non assurables occasionnés par une catastrophe naturelle.

«
Comme lors des incendies en Grèce en 2007, cette violente tempête, souligne la nécessité d'une force de protection civile mobilisable sur tous les terrains de crise », ont tenu à rappeler les élus européens du Sud-Ouest.


Partager cet article
Repost0