Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logodepeche140

logogaz140




 

A R C H I V E S

10 janvier 2009 6 10 /01 /janvier /2009 16:16



DÉCLARATION SUR GAZA
DU GROUPE SOCIALISTE AU PARLEMENT EUROPÉEN


8 janvier 2009


Le Groupe :

1. Exprime sa plus profonde indignation face aux violences dans la bande de Gaza, aux conséquences de l'usage disproportionné de la force par l'armée israélienne et à l'escalade militaire à l'origine de centaines de victimes, pour la plupart civiles, y compris de nombreux enfants. Déplore profondément que des civils et des installations des Nations Unies aient été frappés. Appelle Israël à respecter ses obligations en matière de droit international et de droit humanitaire international et à permettre à la presse internationale de suivre les événements sur le terrain. Appelle le Hamas à cesser les tirs de roquettes et à prendre ses propres responsabilités, en s'engageant dans un processus politique visant à restaurer le dialogue inter-palestinien et à contribuer au processus de négociations en cours.

2. Appelle à un cessez-le-feu immédiat et inconditionnel. Le cessez-le-feu, qui devra englober le retrait des territoires réoccupés ces derniers jours et une trêve négociée, devra être garanti par un mécanisme établi par la communauté internationale. Ceci devra prévoir le déploiement d'une force multinationale le long des frontières de la bande de Gaza, incluant des pays arabes et musulmans. Invite l'Union Européenne à appuyer tout accord atteint par le Conseil de Sécurité des Nations Unies.

3. Demande avec force aux autorités israéliennes de permettre que les vivres, l'aide médicale d'urgence et le carburant soient délivrés à la bande de Gaza par l'ouverture des points de passage, et la levée du blocus. L'annonce de l'ouverture d'un couloir humanitaire à Rafah est une première étape à mettre en place d'urgence. Appelle les institutions de l'Union Européenne et autres donateurs, à fournir une aide adéquate face aux besoins croissants, en coopération avec les Nations Unies et les ONG, et demande à Israël de ne pas compromettre cet effort humanitaire essentiel. Cette aide devra contribuer à la reprise graduelle de l'économie de base dans la bande de Gaza, et à la restauration de conditions de vie décentes pour les palestiniens, en particulier les jeunes.

4. Considère que la reprise immédiate du "Agreement on Movement and Access" (AMA) et des "Agreed Principles for Rafah Crossing" (APRC) conclus en septembre 2005 par l'Egypte, Israël et l'Autorité palestinienne après le désengagement unilatéral israélien de la bande de Gaza doit être garantie sans restrictions. L'Union Européenne pourrait apporter une contribution essentielle à cette fin, en relançant sa mission de monitoring à Rafah.

5. Réaffirme qu'il n'y a pas de solution militaire au conflit israélo-palestinien et considère que le temps est venu pour un accord de paix durable et complet sur base des négociations conduites à ce jour par les deux parties. Une conférence internationale promue par le Quartette et avec la participation de tous les acteurs régionaux, sur base du précédent accord conclu entre israéliens et palestiniens, pourrait contribuer à atteindre cet objectif. Considère que des efforts renouvelés pour la réconciliation inter-palestinienne sont une étape essentielle.

6. Insiste à nouveau sur la fait que tout rehaussement des relations politiques entre l'Union Européenne et Israël doit être strictement conditionné par le respect du droit humanitaire international, par un réel engagement en faveur d'un établissement complet de la paix, par la fin de la crise humanitaire à Gaza et dans les territoires palestiniens occupés, et par le respect d'une mise en place complète de l'accord d'association intérimaire EC - PLO. Aussi longtemps que la situation demeure aussi critique, le Groupe Socialiste maintiendra sa position négative concernant le vote par le Parlement Européen de l'avis conforme sur une participation accrue d'Israël aux programmes CE.

7. Est préoccupé par les sérieuses conséquences de la résurgence du conflit dans la vie quotidienne des citoyens de la région et sur les espoirs d'une paix durable dans l'ensemble du Moyen Orient. Souligne le risque de mettre à mal la compréhension mutuelle et le dialogue entre toutes les communautés en Europe.

8. Appelle urgemment à un rôle politique renforcé et uni de l'union Européenne comme ce fut le cas lors de la crise du Liban en 2006 et lors de la récente crise entre la Géorgie et la Russie. Dans le cadre de son action, l'UE doit saisir l'occasion de coopérer avec la nouvelle administration des Etats-Unis afin de mettre un terme au conflit  grâce à un accord basé sur la solution de deux Etats, donnant aux israéliens et aux palestiniens la possibilité de vivre côte à côte en paix et en sécurité. Ceci contribuera grandement à l'objectif d'une nouvelle et pacifique structure régionale de sécurité au Moyen Orient.

9. Invite activement ses Membres à promouvoir une campagne politique adressée à l'opinion publique européenne, en coopération avec les partis socialistes européens et les autres mouvements progressistes et ONG, basée sur un vigoureux appel pour la paix au Moyen Orient.

Le Groupe socialiste au Parlement européen
Parlement européen, 60, rue Wiertz, B-1047, Bruxelles, Belgique

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 15:01
   



Rétrospective 2008
Ils ont marqué l'Ariège

LES PERSONNALITÉS QUI ONT FAIT 2008



Michel Teychenné profite de l'élection sénatoriale, par un jeu de chaises musicales, pour devenir député européen.  Une première pour l'Ariège qui compte donc désormais un quatrième parlementaire à Bruxelles et à Strasbourg.  De quoi consoler ce socialiste historique de l'échec de la liste de Milou Franco aux Municipales à Pamiers face à Trigano.

La Dépêche du Midi Ariège, 30 décembre 2008


Partager cet article
Repost0
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 14:01



Pour André Trigano, 2008 aura été une année mouvementée mais un bon cru. Pour Michel Teychenné, l'année a mieux fini qu'elle n'avait commencé. 2009 sera sportive !

La ville de Pamiers célébrait dernièrement ses sportifs méritants dans la salle du conseil municipal, où, la veille, majorité et opposition s'étaient retrouvées pour une rencontre qui n'avait rien d'amicale en séance de conseil municipal… Pas question de tacles assassins pour la circonstance ni de « cravates », les seules, en soie, étant autorisées. 79 récompensés, 26 médaillés et 28 diplômes, on avait rarement eu un si beau plateau en un même lieu.

C'est en fait le champion toutes catégories de l'élite politique André Trigano qui présida la remise des récompenses. Un maire de Pamiers, sorte d'intouchable Sergueï Bubka, qui, du haut de son expérience, ne se lasse de regarder, amusé, l'adversité s'échauffer depuis quelques mandats pour lui piquer sa place sur le podium. Las ! 2008 sera des plus sportives pour le maire qui au terme d'un premier tour de municipales épique décrochera à nouveau la timbale sur le fil. Encore une… Un premier magistrat dont on se demande d'ailleurs si le poids des trophées conquis de haute lutte ne fait pas trop d'ombre à une descendance un peu ankylosée dans le culte d'un chef derrière lequel elle s'abrite volontiers dès que l'opposition sort l'artillerie lourde.

Et puis, à la gauche du Très Haut, ce fameux samedi, les coureurs de fond, infatigables tribuns d'un PS local ragaillardi par la joute oratoire de la veille, Émile Franco et Louis Claeys ont été associés à la remise de récompenses. C'est aussi un peu ça avoir l'esprit sportif, le fair-play, comme on dit outre-Manche. Un Milou Franco pragmatique, qui a su tirer les leçons de la défaite, pas vraiment un tueur en politique, mais dont « l'œcuménisme » pourrait un jour lui permettre de rassembler au-delà de ses affections électives.

Et puis on aura noté la présence du « Royaliste » Michel Teychenné, qui sur la place appaméenne joue sans état d'âme la voiture bélier de l'opposition lancée dans la vitrine municipale d'un André Trigano parfois agacé. Mais un Michel Teychenné qui dispute surtout pour quelques mois encore le championnat européen entre Strasbourg et Bruxelles dans la catégorie poids lourds, à moins qu'il n'ait des velléités d'expansionnisme sur la circonscription du député Henri Nayrou si l'aventure européenne s'avérait trop scabreuse. Mais le jour de la remise des médailles aux sportifs méritants, Michel Teychenné est resté sagement en jachère, flanqué de son inséparable Dominique Castagné, mis en quarantaine par la majorité depuis que la veille, ce dernier avait eu l'outrecuidance d'apostropher le maire sur son réel bilan en matière d'emploi. Mais revenons à Michel Teychenné, président du groupe socialiste à Pamiers, qui, en attendant d'étoffer son palmarès, a applaudi avec générosité les vaillants sportifs du jour, électeurs émérites de demain. Les « qualifs » se jouent aussi sur les petites pelouses… Mais ça, c'est pour 2009. Pour celui qui représente très officiellement le courant de Ségolène en Midi-Pyrénées, 2008 se termine plutôt bien. Une médaille d'argent en quelque sorte ou plutôt un titre prometteur de champion d'automne. Mais la compétition va reprendre. Et d'ici juin, date des nouvelles élections européennes, il lui faudra éviter bien des tacles. Les plus douloureux ne viennent pas forcément de là où l'on croit.

La Dépêche du Midi, Xavier Olmos, 4 janvier 2009

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 15:04


Que vont les abattoirs devenir? Question épineuse s'il en est et qui, au dernier Conseil municipal, aurait dû faire grand débat si le Maire, habile, n'avait pas tranché net la question sur le billot d'une séance suffisamment houleuse pour en rajouter. Ainsi donc, il décida de retirer la question à l'ordre du jour, prenant à contre-pied une Opposition frustrée de ne pouvoir en découdre. Pire, dans un grand moment d'inspiration politique, André Trigano renvoya tout ce beau monde à ses chères études en donnant un mois au tandem improbable Subra-Deymier afin qu'il trouve une solution viable pour ce dossier. « Si vous trouvez mieux, tant mieux! », balaya définitivement le premier magistrat, insolent de maîtrise.

Pour Émile Franco et ses troupes PS, il est évident qu'il faille sauver le « soldat » abattoir. Mais la solution proposée par M. Deymier, qui consiste à céder au privé et à l'euro symbolique l'établissement et ses 2 000 m2 situés au coeur de la zone du Pic, « dépasse l'entendement et n'est pas défendable en regard des deniers des contribuables investis ». Pour M. Deymier, qui n'exclut pas, bien au contraire, de travailler avec les quatre chevillards du coin, il est évident que la régie municipale est un système révolu,. L'option serait plutôt du type société d'économie mixte, une structure pouvant bénéficier des fameux 12 % de subventions régionales et de 12 % de l'Europe.

OBJECTIF : 5 000 TONNES

Mais au-delà, il s'agit de dépasser le cap fatidique des 3 500 tonnes de viandes « traitées » par l'abattoir de Pamiers sur un exercice et de tendre vers les 5 000 tonnes synonymes de seuil de rentabilité effectif. Certes, il ne suffit pas de soulever la patte d'une vache pour y trouver les solutions aux maux dont souffrent les abattoirs. Émile Franco en est bien conscient, mais pour lui une autre voie est possible. Et M. Franco de lancer un appel solennel à la grande distribution ariégeoise en particulier, et aux consommateurs en général : « Il faut que les grandes surfaces s'engagent sur l'achat de viande estampillée de chez nous, de nos éleveurs et de nos estives, il faut consommer de la viande de l'Ariège. Celle de nos éleveurs ariégeois. Peut-être que cela coûtera légèrement plus cher, mais c'est le prix à payer pour la qualité et la sauvegarde d'emplois pour toute une filière », analyse le tête de liste du PS aux dernières municipales. Une filière qui a eu à subir les effets désastreux de la « vache folle » hier et du combat de certains écologistes qui stigmatisent les bovidés pour leur impact néfaste sur l'environnement, en terme de pollution notamment.

Bernadette Subra, « nostalgique » qui voue une passion presque viscérale aux abattoirs de Pamiers et à l'aventure humaine qu'ils ont pu représenter depuis les années « 70 » notamment, évoque une désaffection du domaine public et plaide avec le coeur pour une double stratégie de protection des acquis municipaux et de développement pérenne : « Il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs. Vendre les abattoirs pour l'euro symbolique, c'est irrecevable! C'est une erreur stratégique lourde et une gabegie. Il faut trouver d'autres solutions pour pérenniser la structure et les emplois qui en découlent. Il faut rester propriétaire et partir sur un bail commercial. » Qu'à cela ne tienne. La balle est désormais dans son camp. Le Maire André Trigano lui a donné un mois pour ficeler le dossier.

La Dépêche du Midi – Un article de Xavier Olmos, 30 décembre 2008

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 17:16



A une large majorité, les eurodéputés ont affirmé leur volonté de limiter le temps de travail pour tous les travailleurs d'Europe. Appelés à se prononcer en deuxième lecture sur la directive « Temps de travail », ils ont voté pour une limite de 48 heures par semaine – au lieu de 65 heures  – et pour que le temps de garde soit comptabilisé comme du temps de travail.

Le rapport de l'eurodéputé socialiste espagnol Alejandro Cercas, adopté le 17 décembre en séance plénière à Strasbourg, confirme la ligne qu'avait choisie le Parlement européen lors de sa première lecture. Il s'agit du refus de la possibilité de dérogation (ou « opt out ») à la limite de 48 heures de travail hebdomadaire, et de la prise en compte du temps de garde. Suite à cette première étape, les  27 ministres du travail (le Conseil) avaient refusé cette position et même souhaité élargir les possibilités d'opt out.

Les socialistes français qui siègent au Parlement européen se sont réjouis de cette décision. La veille, ils avaient manifesté aux côtés des syndicats européens dans les rues de Strasbourg.







Michel Teychenné, eurodéputé socialiste, s'est félicité de cette « victoire heureuse, qui marque un pas important en direction de l'Europe sociale. Socialistes et syndicalistes européens ont fait cause commune, signe qu'à Bruxelles et Strasbourg, la volonté d'Europe sociale est capable de s'exprimer avec force. »

Toutefois, une dernière phase de négociations entre le Parlement et le Conseil est à venir.  Il faudra suivre de près l'attitude des ministres face à un texte fondamental pour le droit des travailleurs européens.

Vidéo - Michel Teychenné interrogé pendant la manifestation


Partager cet article
Repost0
20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 16:55



Le 3 décembre dernier, les représentants des quatre régions de l'Eurorégion Pyrénées-Méditerranée se sont réunis au Parlement européen. Martin Malvy, président de la région Midi-Pyrénées, Jose Montilla et Francesc Antich, présidents des Autonomies de Catalogne et des Baléares, ainsi que Corinne Giacometti, vice-présidente de la Région Languedoc-Roussillon, qui représentait Georges Frêche, étaient rassemblés pour signer l'acte de naissance du Groupement européen de coopération territoriale, le « GECT ». Ce nouvel outil va doter l'Eurorégion d'une personnalité juridique, ce qui lui permettra de répondre à des appels d'offres, de lancer des projets de développement et d'infrastructure, etc.

L'Eurorégion est un espace de 13 millions d'habitants appelé à voir se développer divers projets dans les secteurs économique, universitaire, environnemental, culturel et de la jeunesse. Troisième groupement du genre en Europe, le GECT est porteur d'espoir. Tous les participants ont exprimé leur conviction que cette union créera un effet « démultiplicateur ». Selon Martin Malvy, « de la régionalisation en Europe peut naître le meilleur ».

Aux côtés des présidents de région étaient présents les principaux acteurs de l'Eurorégion, notamment les eurodéputés du Grand Sud-Ouest Françoise Castex, Kader Arif, et bien sûr Michel Teychenné. Ce dernier a d'ailleurs tenu à rappeler son « attachement aux Pyrénées » et le besoin d'une « approche collective et cohérente pour le développement et pour la préservation de l'espace pyrénéen, ce que permet désormais l'Eurorégion »

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 17:21
LETTRE DE MICHEL TEYCHENNÉ
À BERNARD KOUCHNER
   


Monsieur Bernard Kouchner
Ministère des Affaires étrangères et européennes
37, Quai d'Orsay
75531 Paris Cedex 07


Strasbourg, le 19 décembre 2008


Monsieur le Ministre,

Dans le cadre de la Présidence française de l’Union européenne, le ministère des Affaires étrangères et le ministère de l’Intérieur organisaient à Paris, le 17 décembre 2008, un colloque sur le thème « Religions et puissance publique dans l’Union européenne ».

Chacun des 27 Etats membres de l’Union était invité à y participer en envoyant une délégation sur le modèle suivant : un responsable chargé au sein de l’Etat des questions religieuses ou des cultes; un prêtre ou un pasteur; un rabbin; un imam.

Je tiens par ce courrier à vous faire part de mon étonnement. En effet, un sujet aussi important pour l’Union européenne aurait mérité une attitude plus conforme à nos principes républicains. Ne pas exclure de ce colloque les associations laïques françaises et européennes, représentantes de la grande majorité des Européens qui se revendiquent incroyants ou agnostiques, aurait permis un débat plus constructif.

Je regrette aussi que les parlementaires européens n’aient pas été invités, du moins à ma connaissance, alors qu’ils sont la représentation démocratique de l’Europe.

Il aurait été souhaitable que la France, pendant sa présidence de l’Union européenne, valorise auprès de ses partenaires européens le concept de la laïcité, qui seul peut éviter  le retour dans le débat public du dogmatisme et des « vérités révélées ».

Enfin, je souhaiterais connaître le coût global de cette manifestation, ainsi que la raison pour laquelle elle s’est déroulée au Collège des Bernardins et non dans des locaux appartenant à l’Etat français.


Je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de mes salutations distinguées.



Michel TEYCHENNE
Député européen

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 17:34
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
MICHEL TEYCHENNÉ
DÉPUTÉ EUROPÉEN, PSE, ÉLU DU GRAND SUD-OUEST
   


Bruxelles, le 10 décembre 2008

DROIT DES CONSOMMATEURS DANS LE TRANSPORT MARITIME : MICHEL TEYCHENNÉ NOMMÉ RAPPORTEUR



Les eurodéputés de la Commission Transports et tourisme (la "TRAN",) où Michel Teychenné siège depuis seulement deux mois, ont accepté de lui confier la responsabilité d'un rapport législatif sur le "droit des passagers maritimes". Concrètement, il devient dès lors le référent du Parlement européen sur la question vis-à-vis des deux autres institutions, la Commission européenne et le Conseil (gouvernements). Il est en outre en charge de la rédaction et de la coordination du texte et doit donc bâtir une majorité autour de sa position.

Après le droit des passagers aériens et ferroviaires, celui des passagers voyageant par mer ou voie de navigation intérieure était très attendu par le secteur, soit les ferries, les bateaux de croisière, ou encore les ports. Notons que 22 des 27 États membres de l’Union européenne sont des pays côtiers et qu'en 2006, 200 millions de personnes ont utilisé le transport maritime au sein de l'UE.
 
C'est donc une lourde responsabilité qui incombe à Michel Teychenné, et un acte de confiance fort de la part de ses collègues eurodéputés.


Partager cet article
Repost0
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 17:01
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
MICHEL TEYCHENNÉ
DÉPUTÉ EUROPÉEN, PSE, ÉLU DU GRAND SUD-OUEST
   


Bruxelles, le 8 décembre 2008

RELATIONS UNION EUROPÉENNE-ISRAËL : LE MESSAGE DU PARLEMENT EUROPÉEN

Pour rappel, le Conseil des ministres s'est engagé lors du Conseil d'association UE/Israël du 16 juin dernier à procéder à une revalorisation des relations entre l'UE et Israël au niveau politique, économique, commercial, scientifique et technologique ainsi que sur les échanges humains. Le Parlement européen n'est appelé à se prononcer que sur une partie des négociations, à savoir la participation aux programmes communautaires.

Aussi, les députés européens socialistes ont décidé de demander le report du vote sur "une revalorisation des relations entre l'UE et Israël". Ce report indique au Conseil des ministres - donc aux gouvernements - que le Parlement européen attend des changements concrets sur le terrain, tout particulièrement en ce qui concerne les colonies de peuplement et le blocus de Gaza.

Individuellement, Michel Teychenné, eurodéputé socialiste, tient à rappeler sa position : "Mme Tzipi Livni, Ministre des affaires étrangères d'Israël, s'est exprimée mercredi au Parlement européen, et n'a rien annoncé qui puisse rassurer les députés sur une éventuelle amélioration de la situation dans les territoires occupés. Un nouveau gouvernement devrait prochainement se mettre en place en Israël, et j'espère qu'il enverra des signes forts en faveur de la paix et du respect des droits de l'homme."

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 18:46




MICHEL TEYCHENNÉ AU COLLOQUE EUROPÉEN SUR L'EMPLOI DE JEUNES

Samedi après-midi dans l'amphithéâtre de la Mairie de Paris, Michel Teychenné, député européen, était invité par le Conseil National des Associations de Jeunesse et d'Education populaire (CNAJEP) dans le cadre de son Colloque européen sur l'emploi des jeunes. Il s'est livré à un jeu de questions-réponses avec les jeunes étudiants et travailleurs représentant les grandes organisations de jeunesse françaises.



Michel Teychenné a présenté les programmes d'éducation de l'Union Européenne comme Erasmus, Comenius, Leonardo da Vinci et Grundtvig ainsi que le programme Jean Monnet, qui sont issus de la décision du 15 novembre 2006 établissant des programmes d'action dans le domaine de l'éducation et de la formation tout au long de la vie.  Ces programmes représentent 6,97 milliards d'euros sur la période 2007-2012.  Un échange spontané direct avec les jeunes, une expérience à poursuivre...

Partager cet article
Repost0