Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C O N T A C T


CONTACT 
logofacebook

R E C H E R C H E

L I E N S



logoparl140



logodepeche140


logonews140

logogaz140





PAMIERS AU COEUR


Pamiers au coeur - Le Renouveau


Rejoignez-nous sur le site de la liste Pamiers au coeur - Le Renouveau (cliquez sur le logo) !

13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 16:14

 

logodepeche140

 

Pamiers. C'était au temps des bacs et des barques sur l'Ariège

 

Publié le 12/01/2014 à 03:50, Mis à jour le 12/01/2014 à 09:51 | 2

René Cathala sur une barque, au Foulon. / Photo

René Cathala sur une barque, au Foulon. / Photo

 

Il fut un temps où les bacs traversaient l’Ariège, certains survécurent même aux ponts qui y furent jetés. Le temps aussi où les pêcheurs se plaisaient en barque à Pamiers.

Cette photo des années cinquante où l’on voit René Cathala (qui allait à la pêche) passer en barque sur l’Ariège au niveau du Foulon, doit nous rappeler qu’il fut un temps, voilà un bon siècle où plusieurs bacs étaient en service sur la rivière. C’était au temps où si la vie n’en était pas moins pénible, on prenait le temps… de vivre. C’était au temps aussi où les ponts étaient rares sur l’Ariège, d’où le succès des bacs. Certains ont une réelle ancienneté : On avait donc un Pont à Saverdun, un autre à Bonnac (que la crue a emporté en 1875) le suivant à Pamiers et le dernier à Varilhes. A Pamiers, l’unique pont s’appelait le Pont Neuf depuis des siècles, il a gardé ce nom, éternellement neuf sans que le temps ait de prise sur ses pierres : son origine remonte en fait au XIVe siècle, mais l’actuel, toujours neuf, donc, date de 1825 ! Enfin dans le courant du XIXe on a construit le pont de Bénagues, au lieu-dit Charly, toujours à la même période celui du Vernet. En 1895, on a ensuite construit le pont qui se trouve au bout de l’avenue du Jeu du Mail, route d’Escosse, pont métallique qui fut réalisé par les ateliers Fourchambault et La Pique (compagnie Magnard). Un pont «moderne» pour l’époque et qui d’une certaine façon rendait hommage au fer, l’élément vivifiant de l’économie appaméenne. C’était l’âge du fer triomphant. Sa réalisation a enfin mis cette partie de la ville en relation avec le Terrefort, secteur auquel on accédait toutefois jusqu’alors par le Pont Neuf.

Avant les ponts, les bacs

À côté des ponts, il y avait donc les bacs qui existaient avant la construction des ouvrages. Celui du jeu du Mail, donc, lointain souvenir du port d’où partaient jadis les vins de Pamiers et d e l’Ariège, mais également celui du Foulon, près de la chaussée qui amenait l’eau aux canaux. Le bac conduisait vers Cailloup, depuis ce site du Foulon, où les Appaméens venaient pêcher, plus tard se baigner. Enfin en dehors de Pamiers plus au sud, on trouvait le bac de Faurejean à Saint-Jean du Falga qui mettait en relation avec l’autre rive au niveau de la ferme de Brassacou. Tous ces bacs ont disparu progressivement au début du XXe siècle. Ne sont restées que des barques à usage individuel, pour le plaisir de flâner, et surtout pour les pêcheurs, derniers utilisateurs de cette voie d’eau longtemps navigable que fut l’Ariège. D’où cette photo de René Cathala, qui jetait souvent le bouchon au fil de l’Ariège, au Foulon, que d’aucuns se souviendront avoir vu en compagnie de Bernard Soula et des Cerny, de Loumet. Pour ne citer qu’eux. C’était au temps…

 

histoire locale


J.-Ph. C (avec J.-L.Noyè

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Teychenné
commenter cet article

commentaires